Baghaï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baghai
Noms
Nom algérien بغاي
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Khenchela
Code ONS 4004
Démographie
Population 6 676 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 35° 31′ 19″ N 7° 06′ 52″ E / 35.5219228, 7.114334135° 31′ 19″ Nord 7° 06′ 52″ Est / 35.5219228, 7.1143341  
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Khenchela.
Localisation de la commune dans la wilaya de Khenchela.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Baghai

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Baghai

Baghaï ou Baghai est une commune de la wilaya de Khenchela en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Baghaï est situé au nord-est de la wilaya de Khenchela.

Communes limitrophes de Baghaï
 ? wilaya d'Oum El Bouaghi M'Toussa M'Toussa
El Hamma Baghaï Aïn Touila
Khenchela Ensigha
Khenchela
Ensigha

Étymologie[modifier | modifier le code]

La ville fut appelée par Saint Augustin Vagaïa. Procope de Césarée l'a transcrit Bagaè[2] et les historiens arabes (Ibn Khaldoun, Al Bakri, etc.) l'ont écrit Baghaïa[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au IIe siècle, la ville possédait des monuments et des dédicaces à l'empereur Verus[4] et à l'empereur Marc Aurèle[5].

Vers 384, l'évêque Donat engendre un conflit dans la région des Aurès, il fut la cause du soulèvement des adeptes du schisme donatiste dans les Aurès. L'empereur Constant Ier envoya des missionnaires pour réconcilier les deux parties religieuses. Donat chargea des ouvriers agricoles, les circoncellions, d'attaquer les habitants des Aurès. La troupe attaqua même la cavalerie romaine.

En 411, un évêque donatiste a été envoyé à Baghaï lors de la conférence de Carthage[6].

La ville fut la capitale la plus importante dans le conflit entre les donatistes et les catholiques pendant le Bas Empire. Lors de l'élection de Premien, la région des Aurès s'enflame de nouveau. Les Berbères détruisent la ville et mettent à sac la bibliothèque.

Au Ve siècle, Baghai subit l'invasion des Vandales, chassés ensuite par les Berbères.

En 538, Gontharis, un officier du général byzantin Salomon qui fait le reconquête de l'ancienne Afrique romaine installe son camp près de la ville déserte, mais il est défait par les Berbères et assiégé[6]. Arrivé avec toute son armée, Salomon met en fuite les Berbères[7], reprend le contrôle de la ville et la fait fortifier en l'entourant d'une enceinte[8]. Il est fait le point de départ de sa seconde campagne dans les Aurès[2].

Au Moyen Âge, les Omeyades attaquent la ville, la Kahina se rebelle contre Hassan Ibn Numan (gouverneur du Maghreb) en 698. La reine berbère détruit la ville pour ne rien laisser aux Omeyades. Par la suite, les Fatimides prennent la ville grâce aux Ketama en 903[9].

En 943, Abu Yazid[10],[11] prend la ville, mais après sa mort, la ville tombe dans les mains des Zirides puis des Hammadides en 1015. Ces derniers vont attaquer les habitants de la ville.

Par la suite, les envahisseurs Hilaliens détruisent toute la ville.

Al Idrissi mentionne qu'il y avait un double rempart dans la ville dans ses écrits avant sa destruction[11].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Khenchela : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. a et b Morizot 1999, p. 156
  3. Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine. Par Société archéologique de la province de Constantine. Publié par Alessi et Arnolet, 1874 Notes sur l'article: (year)1873-1874. Page 213
  4. Inscription CIL VIII, 02275
  5. Inscription CIL VIII, 02276
  6. a et b Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine. Par Société archéologique de la province de Constantine. Publié par Alessi et Arnolet, 1874. Notes sur l'article: (year)1873-1874. page 215. Livre en ligne
  7. Procope de Césarée, Guerre contre les Vandales, II, 19, 6-17
  8. Inscription AE 1967, 00583, Fevrier Paul-Albert, « Recherches archéologiques en Algérie (1964-1966) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 111e année, N. 1, 1967. p. 106
  9. Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine. Par Société archéologique de la province de Constantine. Publié par Alessi et Arnolet, 1874. Notes sur l'article: (year)1873-1874. page 216
  10. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, Partie Banou Ifren
  11. a et b Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine. Par Société archéologique de la province de Constantine. Publié par Alessi et Arnolet, 1874. Notes sur l'article : (year)1873-1874. Page 217

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine, Société archéologique de la province de Constantine. Publié par Alessi et Arnolet, 1874. Notes sur l'article: (year)1873-1874.
  • Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, édition Berti, Alger,2003 (ISBN 9961-69-027-7) édité erroné
  • Pierre Morizot, « A propos des limites méridionales de la Numidie byzantine », Antiquités africaines, no 35,‎ 1999 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]