Baduanjin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'origine de séparer le ciel et la terre

Ba duan jin (chinois traditionnel : 八段錦 ; litt. : Les huit pièces de brocart[1]) est une gymnastique chinoise (ou qi gong, 氣功) visant à rendre l'organisme plus résistant et prolonger la vie[2].

Origine[modifier | modifier le code]

Selon la légende, Bodhidharma aurait élaboré le baduanjin vers le Ve siècle, au monastère Shaolin[3](voir shaolin quan). Au XIIe siècle, le général Yue Fei le développa pour améliorer la santé de ses soldats[1].

Le nom de « brocart » vient des manteaux longs en brocart portés par les dignitaires de l'empire, pour évoquer une bonne santé. Il y a huit postures qui étaient douze, et qui comportent des variantes[1].

Technique[modifier | modifier le code]

Le corps est détendu et l'esprit concentré, avec des étirements doux et continus (pour éviter le réflexe ostéotendineux trop fort), pour rechercher une sensation agréable sans contrainte ; le centre et la rectitude y sont recherchés ; légèreté et enracinement y sont requis[1]. La pratique idéale se fait en prenant son temps dans un lieu calme et bien aéré[1], calmement à un rythme respiratoire normal en respirant par le nez[2]. Chaque geste se répète 3 fois de chaque côté[2], pour un effet profond et symétrique. Il est conseillé de faire cette gymnastique après un réveil musculaire et articulaire[1], comme yijinjing.

Les huit postures[modifier | modifier le code]

Les huit postures se pratiquent à la suite l'une de l'autre soit assis, soit debout. Sur les dessins de la version du général Yue Fei, elles portent chacune un nom évocateur et pragmatique qui peut se traduire ainsi :

  1. Liangshou tuo tien li sanjiao (两手托天理三焦), soutenir le ciel avec les mains prend soin du triple réchauffeur.
  2. Zuoyou kai gong si she diao (左右开弓似射雕), imiter l'arc et viser l'aigle.
  3. Tiaoli piwei xu dan ju (调理脾胃须单举), stimuler la rate et l'estomac d'un seul geste.
  4. Wulaoqishang xianghou qiao (五劳七伤向后瞧), regarder derrière pour prévenir les cinq maladies et les sept blessures.
  5. Yao tou bai wei qu xinhuo (摇头摆尾去心火), agiter la tête et secouer la queue pour calmer le feu du cœur.
  6. Liangshou pan zu gu shen yao (两手攀足固肾腰), saisir les orteils pour renforcer les reins.
  7. Zan quan numu zeng qili (攒拳怒目增气力), serrer les poings pour augmenter la force physique.
  8. Beihou cidian baibing xiao (背后七颠百病消), soulever sept fois les talons pour traiter la maladie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Démonstration, par l'association Yi Quan.
  2. a, b et c DVD Shaolin Kung Fu, La pratique du kung-fu enseignée par le maître Shi De Sheng 31e génération des grands maîtres.
  3. Interview de Shi Yon Mei, par Kung Fu Developpement