Badr Shakir al-Sayyab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Badr Shakir al-Sayyab

Badr Shakir al-Sayyab (Djaykur 1926 - Koweït 1964) est un poète arabe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans un village du sud de l'Irak, Sayyab entre à l'École normale supérieure de Bagdad en 1944.

À la fin de ses études, en 1948, il devient enseignant. Il milite également au sein du Parti communiste irakien de 1945 à 1953.

Transporté d'hôpital en hôpital, à moitié paralysé, entre Rome et Londres, il finit par mourir seul dans un hôpital de Koweïtt, en 1964, loin de son village et des siens.

Al Sayyab est un poète avant-gardiste.

Il est la référence incontestée de la poésie irakienne, et l'un des géants de la poésie arabe moderne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publiées de son vivant[modifier | modifier le code]

L'œuvre poétique de Sayyab est immense. D'abord romantique :

  • ’Azhâr dhâbila (Fleurs fanées), 1947. C'est dans ce recueil de poésie que Sayyab publie son premier poème en vers libre, Hal kana hubban?. Ce poème est souvent considéré comme le premier poème jamais écrit en vers libre de la littérature arabe moderne ;
  • ’Azhâr wa 'asâtîr (Fleurs et légendes), 1948 ;
  • ’Asâtîr (Légendes), 1950 ;
  • Fajr al salâm (L'aube de la paix), 1951 ;
  • Haffâr al qubûr (Le Fossoyeur), 1952 ;
  • ’Asliha wa ’atfâl (Armes et enfants), 1954 ;
  • ’Al maoumis al ’myâ’ (La Prostituée aveugle), 1954.

Puis réaliste et progressiste :

  • ’Unshoudat al matar (Le Chant de la pluie), 1960 ;
  • al ma'bad al gharîq ('Le Temple englouti), 1962 ;
  • Manzil al ’aqnân (La Maison des esclaves), 1963 ;

Atteint d'une maladie incurable, sa poésie devient de plus en plus intime et triste :

  • Shanâshil ibnat al Shalabi (Le Balcon de la fille du seigneur), 1963.

Posthumes[modifier | modifier le code]

Iqbâl, un recueil de poésie qui porte le prénom de la femme de Sayyab, est publié après la mort du poète, en 1965.

D'autres œuvres posthumes sont publiées par la suite :

  • Qithata al rîh (La Guitre du vent), 1971 ;
  • 'Asîr (Orages), 1972 ;
  • Hadâyâ (Les cadeaux), 1974.

Sur les autres projets Wikimedia :