Bacqueville-en-Caux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bacqueville-en-Caux
La gare.
La gare.
Blason de Bacqueville-en-Caux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Bacqueville-en-Caux
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de Saâne et Vienne
Maire
Mandat
Étienne Delarue
2014-2020
Code postal 76730
Code commune 76051
Démographie
Population
municipale
1 812 hab. (2011)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 15″ N 0° 59′ 58″ E / 49.7875, 0.99944444444449° 47′ 15″ Nord 0° 59′ 58″ Est / 49.7875, 0.999444444444  
Altitude Min. 45 m – Max. 124 m
Superficie 12,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bacqueville-en-Caux

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Bacqueville-en-Caux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bacqueville-en-Caux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bacqueville-en-Caux

Bacqueville-en-Caux est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. Ses habitants sont les Bacquevillais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bacqueville-en-Caux est une commune du pays de Caux situé au nord du département dans le canton du même nom.

Carte de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de la paroisse est mal éclairci : Bascavilla 1040-1066, apparemment sans rapport avec Bacqueville (Eure) : Baschivilla v.1034 ; Baschitvilla 1096.

La célèbre famille Baskerville, dont le nom a été utilisé dans des fictions (Le Chien des Baskerville de Conan Doyle et Guillaume de Baskerville dans Le Nom de la rose d'Umberto Eco) était originaire de ce village. Lorsque Robert de Bascheville (ancienne orthographe) reçut des terres dans le Herefordshire en Angleterre à l'époque de la conquête normande, il se fit confier la garde d'Eardisley Castle par Roger de Lacy. Son fils, né en Angleterre, se prénomme Ralph de Baskerville.

La ville accueille les majorettes : les Royvillaises - Bacquevillaises.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bacqueville-en-Caux

Les armes de la commune de Bacqueville-en-Caux se blasonnent ainsi :
d’or aux trois marteaux de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Étienne Delarue    
1983 2001 Gérard Savoye    
1965 1983 Jean Poulain    
1947 1983 Augustin Mouquet    
1944 1947 Albert Curé    
1932 1932 Fernand Dupuy    
1903 1932 Jules Morel    
1898 1903 Florentin Biville    
1881 1898 Paul Dupont    
1880 1881 François Perré    
1871 1880 Jules Amédée Morel    
1870 1871 Paul Dupont    
1849 1870 Stanislas Lédier    
1848 1849 Jean-Jacques Le Maréchal    
1847 1848 Hippolyte Join-Lambert    
1840 1847 Bernard Caudron    
1822 1832 Jacques Lédier    
1819 1822 Bonaventure Osmont    
1814 1819 Henri Martel d'Ablemont    
1811 1814 Félix Lepeletier de Saint-Fargeau    
1808 1811 François Osmont    
1800 1808 Jean-Baptiste Caudron    
1799 1800 Nicolas Lebourgeois    
1797 1799 Pierre Malherbe    
1795 1797 Jean-Baptiste Caudron    
1794 1795 Pierre-François Duboc    
1792 1794 Pierre Guérillon    
1791 1792 Jacques Leblond    
1790 1791 François Osmont    
1788 1790 Pierre Beatte d'Auseville    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 812 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 370 2 279 2 514 2 485 2 685 2 810 2 720 2 712 2 654
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 374 2 563 2 520 2 518 2 512 2 321 2 241 2 188 2 045
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 052 2 043 1 914 1 661 1 485 1 455 1 546 1 532 1 552
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 720 1 665 1 605 1 707 1 640 1 640 1 770 1 784 1 800
2011 - - - - - - - -
1 812 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts inauguré le 5 juin 1922 sur la place du village, sous la présidence du ministre de l'Agriculture Henry Chéron. La sculpture est signée Albert Guilloux, sculpteur parisien, qui fut chargé de camper un poilu victorieux mais résigné sortant d'une tranchée pour rejoindre l'arrière ; il tient son fusil sur l'épaule orné d'un bouquet de fleurs et porte un casque allemand dans sa main gauche.
  • La croix Saint-Léonard fut érigée au XIIIe siècle à l'initiative de Guillaume IV Martel, puis fut relevée en 1756. D'après la croyance locale, elle aiderait à faire marcher les enfants. Il suffirait d'attacher un ruban autour de la croix, faire trois fois le tour de la croix à l'enfant en récitant une prière. Cette croix se trouve au bord de la route dans la plaine entre Bacqueville-en-Caux et le hameau de Ablemont. Initialement, la croix se trouvait au cœur de la plaine mais fut déplacée par un agriculteur (il reste une plaque à l'emplacement originel). D'après la légende, cet agriculteur aurait perdu l'usage de ses jambes peu de temps après...
  • La croix Mangea-Là fut érigée aussi au XIIIe siècle puis fut réédifiée en 1937 à l'initiative de l'abbé Demeillers. Elle doit aussi son existence à Guillaume IV Martel.
Hippodrome de Bacqueville-en-Caux
  • Hippodrome de Bacqueville-en-Caux

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Jean-Valentin Vastey (1762-1840). Agent national du district de Cany sous la Révolution, il entretint une longue correspondance avec son cousin, Jean-Louis Vastey, dit Pompée Valentin Vastey, l'idéologue de la révolution haïtienne. Ses archives ont ainsi permis d'établir en 2014 la première biographie du baron de Vastey.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Foire aux antiquités le 1er week-end de mars.
  • Foire agricole en mai
  • Fête foraine le 11 novembre
  • Foulées pierrevillaises (en novembre)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :