Bachir Boumaza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bachir ou Béchir Boumaaza est un homme politique algérien, né le 16 novembre 1927 à Kherrata en Algérie et mort en à Lausanne en Suisse le 6 novembre 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est d’abord membre du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques en Algérie (MTLD) dès 1945 et accompagne Messali Hadj lors d’un voyage en France en 1951.

Le militant du FLN[modifier | modifier le code]

Il rallie ensuite le Front de Libération Nationale (FLN) et joue un rôle considérable dans la mise sur pied de la fédération du FLN en France. Arrêté le 2 décembre 1958 à Paris, il est conduit dans les locaux de la DST où il est durement torturé. Son témoignage est publié par Jérôme Lindon, dans La Gangrène, aux Éditions de Minuit, ouvrage immédiatement saisi par les autorités françaises. Il est incarcéré à Fresnes de 1958 jusqu’à son évasion en 1961. Il gagne l’Allemagne.

L'homme politique[modifier | modifier le code]

Proche de Ben Bella, il est d’abord commissaire à l’information et à la propagande au moment de l’indépendance, puis député à partir de septembre 1962.

Il occupe successivement les fonctions de ministre du travail et des affaires sociales, ministre de l’économie nationale, ministre de l’industrie et de l’énergie et enfin ministre de l’information entre 1962 et 1965. Opposant à Houari Boumedienne, il se réfugie en France en 1966.

Il cesse toute activité politique jusqu’à son élection à la présidence du Conseil de la nation en 1997. Il partageait sa vie entre Alger et Lausanne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]