Bach Gesellschaft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une page de l'édition publiée en 1856 par la Bach-Gesellschaft de la Passion selon saint Matthieu, BWV 244, de J.S. Bach.

La Bach-Gesellschaft est une société fondée en 1850 et dont l'objectif affiché était de publier l'œuvre intégrale de Johann Sebastian Bach sans additions éditoriales. L'ensemble des volumes est connu comme la Bach-Gesellschaft-Ausgabe.

Origines de la Bach-Gesellschaft[modifier | modifier le code]

Les membres fondateurs de la société étaient Moritz Hauptmann, cantor de l'Église Saint-Thomas de Leipzig, (et donc un des successeurs de Bach), Otto Jahn (de), auteur d'une biographie de Mozart, Carl Ferdinand Becker (en), enseignant au Conservatoire de Leipzig, et le compositeur Robert Schumann[1]. Wilhelm Rust, connaisseur de l'œuvre de Bach et plus tard, cantor à Saint-Thomas, a rejoint la Bach Gesellschaft dès 1850 et a joué un rôle majeur dans le travail d'édition. En 1858, il a assumé la direction de l'entreprise et a écrit des préfaces pour chaque volume de la production.

Comme le but a été atteint en 1899 avec la sortie de l'édition projetée en 50 volumes (en fait 46 (47) volumes annuels et le supplément) de l'œuvre de Bach, la Bach-Gesellschaft en conformité avec ses statuts a été dissoute en 1900. Dans le même temps la Neue Bachgesellschaft a été fondée le 27 janvier 1900 à Leipzig.

Histoire de la Publication[modifier | modifier le code]

La Bach-Gesellschaft a commencé à publier les œuvres de Bach en 1851 avec un volume qui commençait avec le BWV 1, la cantate Wie schön leuchtet der Morgenstern, BWV 1[2]. La publication s'est achevée en 1900 avec son quarante sixième volume[3]. Cependant, l'édition de L'Art de la fugue par Wolfgang Graeser (de), publié en 1926, est parfois décompté comme le "Volume 47"[4] et a été édité comme un supplément à la publication de la Bach-Gesellschaft par Breitkopf & Härtel, éditeurs des ouvrages originaux[5]. En supplément, le Vol. 45, partie 1 contient une édition révisée ("Neue berichtige Ausgabe")[6] des Suites anglaises, BWV 806-811 et des Suites françaises, BWV 812-817 qui avaient été déjà publiées dans le Vol. 13.

Qualité de l'édition[modifier | modifier le code]

Les volumes ont une qualité d'édition et de précision variables; l'universitaire Hans T. David spécialiste de Bach a particulièrement critiqué la présentation du Vol. 3 de L'Offrande musicale à cause de nombreuses erreurs de lecture[7], et l'Encyclopædia Britannica 1911 affirme que l'édition a "une qualité très inégale." Britannica cependant loue le travail d'édition de Wilhelm Rust et note une détérioration de la qualité après son décès, y compris un volume dans lequel "la basse et le violon sont une mesure de décalage pour une portée entière" (apparemment une référence à l'édition bâclée). Dans son édition des Variations Goldberg, Ralph Kirkpatrick attire l'attention sur les nombreuses "erreurs de l'édition de la Bachgesellschaft" qu'il a corrigées, particulièrement en ce qui concerne la transcription des ornements[8] (Il faut noter que le volume de la Bach-Gesellschaft contenant les Variations Goldberg est un des premiers publiés avec le Vol. 3, paru en 1853.).

Cependant, les volumes de la Bach-Gesellschaft constituent une réalisation novatrice et ont grandement contribué à l'étude et à la diffusion de la musique de Bach. Ils ont constitué l'édition standard des œuvres complètes de Bach jusqu'à la publication de la Neue Bach-Ausgabe, commencée en 1954 et publiée par Bärenreiter[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hans T. David et Arthur Mendel, eds., The New Bach Reader: A Life of Johann Sebastian Bach in Letters and Documents, New York, Norton,‎ 1998, 503–4 p. (ISBN 0-393-31956-3)
  2. Christoph Wolff, The New Grove Bach Family, New York, Norton,‎ 1983 (ISBN 0-393-30088-9), p. 178 (Worklist for J.S. Bach).
  3. Hans T. David et Arthur Mendel, The New Bach Reader: A Life of Johann Sebastian Bach in Letters and Documents, New York, Norton,‎ 1998 (ISBN 0-393-31956-3), p. 504
  4. Johann Sebastian Bach, The Art of the Fugue and A Musical Offering, New York, Dover,‎ 1992 (ISBN 0-486-27006-8), de titre verso et "Publisher's Note" sur une page non numérotée.
  5. Stephen Tunnicliffe, « Wolfgang Graeser (1906-28): A forgotten genius », The Musical Times,‎ 2000 (lire en ligne)
  6. Ernst Naumann, Joh. Seb. Bach's Clavierwerke, Leipzig, Herausgegeben von der Bach-Gesellschaft,‎ 1895, de titre
  7. Hans T. David, J.S. Bach's Musical Offering. History, Interpretation, and Analysis, New York, (reprint of orig. ed. by G. Schirmer),‎ 1972 (1re éd. 1945) (ISBN 0-486-22768-5), p. 102
  8. Ralph Kirkpatrick, J.S. Bach, The "Goldberg" Variations, Piano or Harpsichord, New York, G. Schirmer Inc.,‎ 1938 (ISBN 0-7935-2245-5), p. 82
  9. Christoph Wolff, The New Grove Bach Family,‎ 1983, p. 172 (section of J.S. Bach article re: "Bach Revival").

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]