Bac à sable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Sandbox ni Wikipédia:Bac à sable.
Bac à sable avec des jouets utilisés par les enfants pour jouer dans le sable
Un bac à sable d'enfants

Un bac à sable, ou carré de sable en français québécois[1], est un récipient rempli de sable. On en trouve le plus souvent sur les terrains de jeux. Ils permettent aux enfants de s'amuser en faisant des châteaux de sable avec des seaux, en utilisant des outils comme râteaux et pelles, ou encore en apprenant à manipuler le sable. Cet espace ludique exerce un fort attrait sur les enfants en bas âge. Les enfants peuvent y creuser des trous plus ou moins profonds suivant la taille du bac.

Un bac à sable nécessite un entretien régulier pour rester propre et sain.

Ce type d'espace est souvent mis en place par les municipalités ou les administrations territoriales, au même titre que les balançoires ou les toboggans.

Il peut également être aménagé n'importe où tant que la place est suffisante et que l'on peut se procurer un récipient (bac) suffisamment grand, avec une quantité de sable adéquate.

L'appellation carré de sable au Québec est utilisé peu importe la forme de celui-ci.

Pédagogie

Le bac à sable existe très souvent dans la cour de récréation. La manipulation de sable entre dans les activités d'apprentissage. L'activité de transvasement est importante dans la compréhension de diverses notions, par exemple qu'une matière n'est pas forcément un bloc mais un composé d'éléments (les grains en ce qui concerne le sable). L'enfant appréhende et avance dans la compréhension de notions diverses de vide/plein, de sec/mouillé, de dur/mou, de fragile/solide. Cette construction mentale est rendue possible par la répétition de ces actes au bac à sable, mais aussi dans la neige, les jeux de construction, les collages ou la préparation de recettes de cuisine (travail sur les différents états de la matière). D'après le psychologue Jean Piaget, le jeu est un moment de l'enfance préalable à la construction de soi et du monde.

Entretien

Le sable peut s'envoler ou être souillé, en particulier par les animaux domestiques (chiens ou chats). Quand ils ne servent pas, certains bacs à sable peuvent être couverts avec une bâche ou un couvercle.

Les collectivités établissent souvent un règlement qui exige de ratisser régulièrement tout ce qui peut blesser ou contaminer les enfants (brisures de verre, mégots, détritus, excréments d'animaux...). Le contenant est en principe conçu pour ne pas retenir les eaux stagnantes, il est nettoyé et le sable retourné ou changé périodiquement. La périodicité d'entretien dépend de la fréquentation du lieu[2].

Législation

En France, les équipement fixes de jeux[3] et d'aire de jeux s'ils ont été mis sur le marché après le 1er janvier 1995, doivent répondre aux exigences du décret no 94-699 donc en termes de sécurité sanitaire. Les équipements mis sur le marché avant le 1er janvier 1995 (y compris pour usage familial) doivent néanmoins être conforme à l'article L 221-1 du Code de la consommation selon lequel « Les produits et services doivent, dans des conditions normales d'utilisation ou dans d'autres conditions raisonnablement prévisibles par le professionnel, présenter la sécurité à laquelle on peut légitimement s'attendre et ne pas porter atteinte à la santé des personnes ». Le sable et son bac ne sont généralement pas considérés comme un équipement, mais comme un aménagement de l’aire de jeux. Le décret de 1994 n'est donc pas concerné, mais un autre décret (de 1996) est à respecter.

Ce décret no 96-1136, de 1996 fixe des prescriptions de sécurité relatives aux aires collectives de jeux, soit « toute zone [...] spécialement aménagée et équipée pour être utilisée de manière collective, par des enfants à des fins de jeux » avec des prescriptions concernant le choix du site, l'aménagement, l'hygiène, l'entretien et la maintenance… Les bacs à sable (de jeu ou d'amortissements de la réception d'un saut, implantés en plein air ou non) doivent selon ce décret, respecter des conditions d'hygiène minimales. Pour cela, le bac doit comporter un fond et des parois tout en permettant un bon drainage de l'eau de pluie. Les matériaux de construction du bac ne doivent pas libérer de contaminants toxiques ou indésirables dans le sable, ni être source de risque de blessure (pas d'arêtes saillantes, ni dégradations sources de risque). Le sable est à ratissé régulièrement et retourné de manière suffisamment profonde pour en éliminer les corps étrangers (pour les petits bacs, il peut être tamisé). Des examens parasitologiques et bactériologiques peuvent être faits périodiquement.

Le sable doit être changé périodiquement. Au préalable, le bac aura été lui-même nettoyé. La fréquence de ces opérations est variable. Tout dépend du degré de fréquentation de l’aire, des endroits où elle est aménagée, de la surveillance dont elle peut être l’objet.

La DGCCRF précise[4] que les aires collectives de jeux visées par le décret no 96-1136 incluent celles qui sont situées dans les jardins publics, parcs de loisirs, aires de repos d'autoroutes, terrains de camping, établissements scolaires, haltes-garderies, crèches, espace vert d'une collectivité, etc.

Il existe aussi :

  • un référentiel technique publié en 1997 par la FIFAS (Fédération française des industries du sport et des loisirs) et les organismes agréés traite de la mise en sécurité des équipements anciens non visés par le décret ;
  • des normes AFNOR (non obligatoires, sauf précision contraire dans un décret, règlement...) portant sur l'aménagement et la gestion de ces bacs, ainsi que sur les méthodes d'examens parasitologiques et bactériologique du sable (pour déterminer si un bac à sable fait ou non l'objet d'une pollution fécale ; les chats les utilisent volontiers pour y enfouir leurs excréments).

L'exploitant ou le gestionnaire de l'aire de jeux doit tenir à la disposition des autorités concernées un dossier dont le contenu est défini à l'article 3 du décret no 96-1136.

  • Norme FD S 54-206 (septembre 1998), hygiène des bacs à sable. Aménagement, conception et entretien des bacs à sable.
  • Norme XP S 54-207 (mars 1996), hygiène des bacs à sable. Exigences et méthodes d’essai. Granulométrie (norme P 18-560), indice de propreté (norme P 18-598) et teneur en matière organique (norme P 18-586).
  • Un recueil Normes et réglementation sur « Les aires de jeux et leurs équipements ». Réf 316 58 11, février 1999.
  • Une brochure (2008) « L’hygiène et la santé dans les écoles primaires »[5].

Sports mécaniques

L'immense échappatoire de la courbe Dunlop au Circuit Bugatti
Article détaillé : Zone de dégagement.

En sports mécaniques, le « bac à sable » est une échappatoire disposé à l'extérieur d'un virage sur un circuit. Plus généralement rempli de gravier aujourd'hui, sa fonction est de ralentir et de stopper les véhicules ayant quitté la piste.

Sens figuré

Par extension, le bac à sable est une zone d'essai :

  • une sandbox (« bac à sable » en anglais) est, en informatique, un dispositif permettant d'exécuter des programmes en phase d'essai ou dans lesquels la confiance est incertaine ;
  • un jeu bac à sable est un type de jeu vidéo dont le scénario est inexistant ou minimal, ou dans lequel le joueur peut exercer de nombreuses activités sans rapport avec le dit scénario.

Notes et références

  1. [1] Grand Dictionnaire Terminologique
  2. Aménagement d'une aire collective de jeux sur le site de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes
  3. Ces équipements sont définis (décret no 94-699) comme : « des matériels et ensemble de matériels destinés à être utilisés par des enfants à des fins de jeu, quel que soit le lieu de leur implantation ».
  4. Note de la DGCCRF no 97-242, relative à l'application de la réglementation sur les aires collectives de jeux.
  5. Éditée par le CNDP, collection « repères », mise à jour le 22 avril 2008.

Voir aussi