Babrius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Papyrus du IIIe siècle ou IVe siècle avec texte grec de Babrius et traduction latine (coll. Amherst)

Babrius (fin du IIe siècle - première moitié du IIIe siècle) est un fabuliste romain de langue grecque. On trouve aussi les graphies Babrios, ou Babrias (Βαβρίας) pour le nom de ce poète.

C'est lui qui réécrivit a posteriori les fameuses fables imaginées par Ésope, avec la forme sous laquelle celles-ci nous parvinrent, c'est-à-dire en vers choliambiques grecs.

On ne sait presque rien de sa vie ni de sa patrie, même si la Syrie fut présentée comme l'hypothèse la plus vraisemblable pour ce probable Romain hellénisé : l'élégance de sa diction a fait croire qu'il vivait du temps de Bion et de Mosschus mais il est plus probable qu'il ait vécu au IIe ou au IIIe siècle de notre ère, bien que cette dernière proposition soit davantage controversée.

On ne connaissait de lui que quelques fragments publiés par Franz Xaver Berger (Munich, 1816), lorsque Minoïde Mynas trouva en 1843, au mont Athos, un manuscrit qui renfermait 123 fables.

Jean François Boissonade de Fontarabie en tira alors une édition princeps à Paris, en 1844 (in-8). Johann Caspar von Orelli, Karl Lachmann, et Théobald Fix en publièrent par la suite des éditions critiques, tandis que Léon Boyer en donna une traduction en vers français. Par la suite, George Cornewall Lewis fit publier à Londres, en 1859, un second recueil attribué à Babrius, contenant apparemment 95 fables nouvelles, mais dont le manuscrit paraîtrait en fait avoir été forgé par M. Mynas.

Certaines indications pourraient en outre indiquer que ce poète était également prénommé Valerius, mais, une fois encore, ceci est sujet à caution.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Herrmann, Babrius et ses poèmes, Bruxelles, coll. Latomus CXXXV, 1973.