Bab al-Azizia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bab al-Azizia
Image illustrative de l'article Bab al-Azizia
Bab al-Azizia en 2007.

Lieu Tripoli
Utilisation Caserne, casemate souterraine[1], résidence de Mouammar Kadhafi
Coordonnées 32° 52′ 20″ N 13° 10′ 25″ E / 32.872222, 13.173611 ()32° 52′ 20″ Nord 13° 10′ 25″ Est / 32.872222, 13.173611 ()  

Géolocalisation sur la carte : Libye

(Voir situation sur carte : Libye)
Bab al-Azizia

Bab al-Azizia était une caserne fortifiée, résidence de Mouammar Kadhafi, principal dirigeant de la Jamahiriya arabe libyenne. Située dans la capitale libyenne Tripoli, elle a été la cible des bombardements américains en 1986 et de l'OTAN en 2011[2]. Investi par les forces du Conseil national de transition lors de la prise de Tripoli fin août 2011[3], le complexe de Bab al-Azizia a commencé à être démoli le 16 octobre 2011[4].

Résidence de Mouammar Kadhafi[modifier | modifier le code]

Dans ce vaste complexe de 6 km², Mouammar Kadhafi affirmait mener une vie de bédouin, « sous la tente »[1]. Selon le magazine suisse L'Hebdo, c'était le « cœur du régime », là où se trouvait la famille élargie du "guide de la révolution" et ses proches conseillers. Casemate sophistiquée avec ses trois ceintures de béton, ses moyens de transmission et son studio de télévision, elle était gardée par les meilleures troupes du pays[5].

Néanmoins, pour Le Figaro, « le complexe fortifié du Guide au centre de Tripoli servait plus au protocole que de résidence permanente à Kadhafi, mais peu importe : le symbole est là »[6].

Organisation du complexe[modifier | modifier le code]

À l’entrée de la caserne, se trouvait un portrait géant de Mouammar Kadhafi, en manteau brun, et saluant la foule[7]. À l'intérieur d'un triple-mur d'enceinte (garnie de volets d'aciers et de meurtrières et de « deux portes blindées de trois mètres de haut »[8]) se trouvait un complexe de bâtiments :

  • une ancienne résidence de Mouammar Kadhafi, bombardée par l'aviation américaines lors de l'opération El Dorado Canyon, et devant laquelle avait été érigée une statue représentant un poing écrasant un avion de chasse américain, en mémoire de l'évènement. Il en « avait fait par la suite une sorte de musée de l’art sauvage occidental »[8]). Il l'utilisait pour ses discours retransmis à la télévision.
  • une villa et des tentes bédouines dans lesquelles Mouammar Kadhafi recevait ses invités. La villa était meublée dans le style Louis XV. Le lit du "Guide", dans sa chambre, était surplombé d'une immense photo de Biarritz (France)[8].
  • un centre de communications, une bibliothèque, un parc et divers ornements originaux, comme un « dôme en béton surmonté d’un aigle en cuivre », et un manège pour enfants, reproduit selon le modèle d'Alice au pays des merveilles[9].
  • une zone de bunkers.

L'ensemble est bâti sur un réseau de souterrains peints en blancs, reliant les différents bâtiments[6]. À proximité, au delà de l’avenue Est, se trouve des installations militaires ainsi qu'une prison.

Guerre civile de 2011[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre civile de 2011, Bab al-Azizia est l'une des principales poches de résistance contre les rebelles, lors de leur conquête de la capitale. Elle est finalement prise d'assaut par ces derniers dans l'après-midi du [10] puis pillée et visitée par les habitants de Tripoli, qui emportent généralement des souvenirs de la demeure de l'ancien "Guide". À partir du 16 octobre 2011, les nouvelles autorités libyennes décident de détruire le complexe, qui « symbolisait le régime de Kadhafi »[11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alfred Montesquiou (de), « Kadhafi, jusqu'au dernier round », Paris Match,‎ 10 mars 2011 (lire en ligne)
  2. Sarah Marsh, « Explosions à Tripoli, l'Otan vise le complexe de Bab Al Aziziah », L'Express,‎ 24 juillet 2011 (lire en ligne)
  3. Explosions de joie après la prise du QG de Kadhafi, Le Journal du dimanche, 23 août 2011
  4. Début de la destruction du complexe de Kadhafi à Tripoli, rmc.fr, 16 octobre 2011
  5. Patrick Vallélian, « Kadhafi, le boucher de Tripoli », L'Hebdo,‎ 23 février 2011 (lire en ligne)
  6. a et b Adrien Jaulmes, « De Tripoli à Syrte, l'ultime bataille », Le Figaro, lundi 28 août 2011, page 8.
  7. Adrien Jaulmes, « Kadhafi, introuvable, nargue les rebelles », Le Figaro, vendredi 26 août 2011, page 6.
  8. a, b et c A Bab al-Azizia dans le bunker de Kadhafi, Libération, 25 août 2011
  9. Dans Tripoli libérée, la chasse à l'homme a commencé, Le Figaro, 24 août 2011
  10. AFP, « Les rebelles ont pris le QG de Kadhafi », 7sur7,‎ 23 août 2011 (lire en ligne)[ - article 7 sur 7 du 23 août 2011]
  11. 20 minutes, lundi 17 octobre 2011, page 12.