Bab El Bhar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bab El Bhar dominant la place de la Victoire

Bab El Bhar (باب البحر) est l'une des portes de la médina de Tunis (Tunisie) située à l'est de l'ancienne enceinte. Elle marque la séparation entre la médina et la ville européenne.

Elle se constitue d'un arc surbaissé et surmonté d'un parapet à créneaux.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Une légende tenace, due à son nom signifiant « Porte de la mer », raconte que la mer arrivait à ses pieds, ce qui n'a jamais été le cas. Ce nom signifie simplement qu'elle s'ouvre « en direction de la mer ». En fait, elle regarde le lac de Tunis et mettait la médina en communication avec l'arsenal maritime et le débarcadère du lac.

Bab El Bhar prend le nom de Porte de France pendant le protectorat, nom qu'on lui donne parfois aujourd'hui.

Aménagements[modifier | modifier le code]

La porte d'origine est construite sous le règne des Aghlabides. En 1860, avec la destruction des remparts jugés désormais inutiles, elle est démontée et reconstruite dans l'axe de la future avenue de la Marine, à la demande du consul de France Léon Roches, qui avait obtenu du bey en 1857 l'autorisation de construire le consulat hors les murs, plus précisément sur la future avenue.

En 1939, la porte est dégagée des constructions environnantes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Statue de Lavigerie[modifier | modifier le code]

Vue de la porte avec la statue du cardinal Lavigerie avant 1956

Le 23 novembre 1925, le résident général de France en Tunisie, Lucien Saint, offre à la ville une statue du cardinal Lavigerie brandissant la croix. La municipalité de Tunis décide alors de l'installer sur la place que domine Bab El Bhar. Elle est déboulonnée en 1956. Transportée dans les jardins du Musée national de Carthage, elle est maladroitement détruite par les pères blancs en juillet 1964 lors de la remise de la cathédrale Saint-Louis de Carthage aux autorités tunisiennes, en vertu des accords prévus avec le Vatican.

Sur les autres projets Wikimedia :