Babócsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Babócsa
Le manoir Prinke
Le manoir Prinke
Blason de Babócsa
(Voir carte Hongrie administrative)
Babócsa
(Voir carte Hongrie topographique)
Babócsa
Administration
Pays Drapeau de la Hongrie Hongrie
Comitat
(megye)
FLAG-Somogy-megye.svg Somogy
(Transdanubie méridionale)
District
(járás)
Barcs
Rang Commune
Bourgmestre
(polgármester)
Jungné Kovács Piroska (Indépendant)
(2010-2014)
Code postal 7584
Indicatif téléphonique (+36) 82
Démographie
Population 1 547 hab. (1er janv. 2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 16″ N 17° 20′ 40″ E / 46.03786, 17.3445446° 02′ 16″ Nord 17° 20′ 40″ Est / 46.03786, 17.34454  
Superficie 3 099 ha = 30,99 km2
Divers
Collectivités des minorités Tsiganes (1er janv. 2011)
Identités ethniques
(nemzetiségi kötődés)
Hongrois 95,8 %, Tsiganes 10,9 %, Croates 0,2 % (2001)
Religions catholiques 85,0 %, réformés 3,3 %, évangéliques 0,2 %, autres confessions 0,3 %, sans religion 4,2 % (2001)
Liens
Site web www.babocsa.hu
Sources
Office central de statistiques (KSH)
Élections municipales 2010

Babócsa ([ˈbɒboːɒ ]) est un village et une commune du comitat de Somogy en Hongrie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Babócsa est situé dans la partie sud du comitat de Somogy, à seulement cinq kilomètres de la frontière croate. Le territoire de la commune fait partie du Somogy intérieur (Belső-Somogy), c'est là que le ruisseau Rinya atteint la plaine d'inondation de la Drave. Les environs présentent des sites naturels de grand intérêt, notamment une prairie de narcisses unique en Europe, couvrant de fleurs colorées 12 hectares, ainsi que des forêts riches en gibier, où les chasseurs peuvent se reposer dans un pavillon de chasse moderne[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les découvertes archéologiques montrent que des hommes ont vécu sur le territoire de la commune depuis les temps préhistoriques, puis à l'âge du cuivre et à l'âge du bronze. Il a été trouvé des os de mammouth, des objets de l'âge du bronze, des outils polis de l'âge de la pierre, et des objets de l'époque d'Árpád.

Parmi les chefs hongrois de la conquête du pays, c'est probablement Bogát qui arrive en premier sur place et se confronte aux Avars et aux Slaves qui y vivaient. Vers la fin du Xe siècle, la région passe en possession de Koppány, puis devient possession royale après la mort de ce chef rebelle, et des hommes fidèles au roi viennent s'y installer, ainsi que des moines bénédictins, comme l'indiquent les ruines du monastère Saint-Nicolas (Szent Miklós) construit par eux. C'est ensuite là que se forme le domaine central du clan (nemzetség) Tibold, d'origine allemande.

La première mention écrite de Babócsa est le registre de la dîme papale de 1332-1337, qui mentionne une paroisse. Après l'extinction de la famille Babócsai du clan Tibold, c'est la famille Marczali, parente des Báthory, qui se voit offrir le lieu en 1398 en récompense de leur bravoure à la Bataille de Nicopolis. Il est à noter qu'en 1496, le roi Vladislas II séjournait au château de Babócsa lorsqu'il nomme György Báthori comte (főispán) de Somogy.

En 1555, le château doit se rendre après six jours de combats contre les Turcs, et est repris en 1664 par le célèbre poète et chef militaire Miklós Zrínyi. Plusieurs découvertes archéologiques témoignent des plus de cent ans d'occupation ottomane : les ruines des thermes et du palais turcs, un four à céramique, des maisons d'habitation, et un puits turc. Et c'est l'époque où le pacha turc aménage le célèbre jardin aux narcisses.

Les guerres frontalières déciment les habitants, qui sont remplacés par des populations croates, allemandes, turques, serbes (rác), slovaques (tót) et tziganes. Par la suite, la localité se ressaisit après le choc de la conquête turque : en 1715 elle redevient un bourg à droit de marché, puis dans la première moitié du XIXe siècle devient chef-lieu de district. La population atteint alors 2 000 habitants, et presque 3 000 dans les premières décennies du XXe siècle.

Au début du XXe siècle, il y a deux grands propriétaires à Babócsa, Mme Gyula Merész et la famille Somssich. Cette dernière y construit deux manoirs, dont l'un est ruiné pendant la guerre et accueille maintenant un cabinet dentaire et un logement de fonction, et l'autre manoir plus petit accueille le « notaire » de district (körjegyző). Un troisième manoir, le manoir Prinke, est construit par le gestionnaire du domaine du comte Somssich.

À Babócsa c'est en 1949 qu'est créée la première coopérative de production, sur près de six mille hectares de terre. C'est là que fonctionne aujourd'hui l'une des plus grandes exploitations d'agriculture biologique du pays. En 1953, une recherche de pétrole et de gaz est menée sur le territoire de la commune, et un gisement de gaz considérable est découvert. Celui-ci fournit en gaz non seulement Babócsa mais également Barcs, Nagyatád et la plupart des localités voisines. Au cours des opérations de recherche de gaz, une eau thermale à propriétés curatives est découverte, et c'est alors que sont construits les thermes municipaux, dont la piscine thermale fermée accueille les visiteurs toute l'année[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]