Baarìa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Baarìa

Réalisation Giuseppe Tornatore
Scénario Giuseppe Tornatore
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 2009
Durée 150 à 160 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Baarìa est une film italien de Giuseppe Tornatore sorti en 2009. Coproduit avec la France, il ouvre la Mostra de Venise en septembre 2009[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film raconte ce qu'était la vie à Baarìa, en Sicile, des années 1930 aux années 1980, du point de vue des amants Peppino (Francesco Scianna) et Mannina (Margareth Madè). Il dépeint la vie d'une famille sicilienne sur trois générations, de Cicco à son fils Peppino et à son petit-fils Pietro. Effleurant la vie privée de ces personnages et de leurs familles, le film évoque les amours, les rêves et les désillusions de toute une communauté de la province de Palerme sur cinquante ans. Pendant la période fasciste, Cicco est un humble berger qui trouve cependant le temps de satisfaire sa passion pour les livres, les `poèmes épiques, les grands romans d'amour populaires. Pendant la période de famine et la Seconde Guerre mondiale, son fils Peppino, témoin d'injustices commises par des mafieux et des propriétaires fonciers, adhère au Parti communiste. Après la guerre, il rencontre la femme de sa vie. La famille de cette dernière s'oppose à cette relation à cause des idées politiques de Peppino, mais les deux jeunes insistent, se marient et ont des enfants.

Dans les intrigues secondaires, il y a un garçon qui fait une course, une mouche vivante enfermée dans une toupie, trois roches que les gens essaient de frapper d'un coup, un homme qui se mutile pour éviter d'avoir à combattre pendant la guerre, fait du pillage pendant l'l'invasion de la Sicile par les troupes américaines et se fait des vêtements d'un parachute américain, ainsi que la fille de Peppino qui traite son père de fasciste parce qu'il lui défend de porter la minijupe. Cependant, la principale intrigue secondaire, qui se déroule tout au long du film, est l'histoire de la gauche italienne, et notamment du Parti communiste italien, dont Peppino a toujours été membre. Elle relate le combat de ce dernier contre l'injustice et son désenchantement final face à la corruption et aux compromissions de ses pairs en politique.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Baarìa
  • Réalisation : Giuseppe Tornatore
  • Scénario : Giuseppe Tornatore
  • Direction artistique : Maurizio di Clemente
  • Décors : Maurizio Sabatini
  • Costumes : Luigi Bonanno, avec la collaboration d'Antonella Balsamo
  • Photographie : Enrico Lucidi
  • Montage : Massimo Quaglia
  • Musique : Ennio Morricone
  • Société de production : Medusa Film, Quinta Communications
  • Société de distribution : Medusa Film, en Italie ; Quinta Distribution (2010), en France
  • Budget : 25 millions d'euros[2]
  • Pays d'origine : Drapeau de l'Italie Italie, Drapeau de la France France
  • Langue originale : sicilien
  • Format : couleur — 35 mm (Kodak) — 2,35:1 (Cinemascope) — son DTS, Dolby numérique
  • Genre : comédie dramatique, film historique
  • Durée : 150 à 160 minutes
  • Dates de sortie : Drapeau de l'Italie Italie : 2 septembre 2009 (Festival du film de Venise)
    • Drapeau du Canada Canada : 15 septembre 2009 (Festival du film international de Toronto)
    • Drapeau de la Belgique Belgique : 17 mars 2010
    • Drapeau de la France France : 16 juin 2010

Distribution[modifier | modifier le code]

Les « monstres » de la Villa Palagonia figurent dans le film.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2009, à la Mostra de Venise, il obtient le prix Francesco Pasinetti du meilleur film, ex æquo avec Lo spazio blanco (it) de Francesca Comencini et Armando Testa - Povero ma moderno de Pappi Corsicato (it), décerné par le SNGCI (Syndicat national des critiques de cinéma italiens) (it)[3]. L'année suivante, il vaut le David du meilleur musicien à Ennio Morricone[4].

Nominations[modifier | modifier le code]

Désigné comme candidat au Golden Globe du meilleur film étranger en 2010, Baarìa le perd aux mains du Ruban blanc de Michael Haneke.

C'était aussi la sélection italienne pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère de 2010[5], mais il n'a pas obtenu la nomination pour ce prix.

Production[modifier | modifier le code]

La première annonce de ce film remonte au Festival du film de Taormina de 2007.

Le film a été tourné à Bagheria, dans la province de Palerme, en Sicile ainsi que dans un vieux quartier de Tunis, en Tunisie, parce qu'il illustrait mieux ce à quoi Bagheria ressemblait au début du XXe siècle. Quelque 200 acteurs et 35 000 figurants ont joué dans ce film[2].

Le titre du film, Baaria, est en fait le nom sicilien de la ville de Bagheria, où Tornatore est né. Le film est offert en deux versions : la version originale est dans le dialecte du sicilien parlé à Bagheria (avec sous-titres en italien et en anglais) ; la seconde est une version doublée en italien[6].

Controverse[modifier | modifier le code]

En Italie, la Ligue anti-vivsectionniste (it) a condamné l'abattage et l'égorgement réels d'une vache, visibles dans la bande-annonce italienne[7]. L'animal est tué par l'enfoncement d'un poinçon en fer dans le crâne sans technique analgésique, puis meurt au bout de son sang pendant que des acteurs recueillent ce dernier et le boient.

Il aurait été impossible de tourner cette scène en Italie`en raison des lois contre le traitement immoral d'animaux dans la production de médias. Cette partie du film a été tournée en Tunisie, où il n'y a pas de telles contraintes.

Par la suite, l'ENPA (it) (Association nationale pour la protection des animaux) a exigé le retrait immédiat de toutes les copies distribuées dans les salles « pour éviter « une consternation inutile, un dégoût gratuit et un sentiment d'horreur profond » aux mineurs, le film étant classé « tout public ». Selon l'ENPA, même si la scène avait été tournée en Tunisie et s'était ainsi soustraite à la loi italienne, sur demande au ministre de la Justice, la poursuite pouvait encore avoir lieu en Italie[8]. En octobre 2009, l'ENPA a lancé une campagne internationale de boycottage du film et une pétition en ligne pour que ce film ne soit plus la sélection officielle de l'Italie pour la cérémonie des Oscars[9].

En réponse à ces critiques, le réalisateur Giuseppe Tornatore a précisé que le choix de la Tunisie ne visait pas à contourner la loi italienne et que l'animal n'avait pas été tué exprès pour le film. La scène avait été tournée dans un abattoir local, et l'animal était l'un des nombreux animaux qui y étaient abattus tous les jours[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Venice announces Italian opener », BBC News,‎ 11 juin 2009 (lire en ligne).
  2. a et b Marie-Noëlle Tranchant, « Tornatore lance la 66e Mostra de Venise », Le Figaro,‎ 3 septembre 2009 (lire en ligne).
  3. (it)« Premio Francesco Pasinetti », sur Cinemagazine online, SNGCI.
  4. (it)« VINCITORI 2010 », sur Accademia del Cinema Italiano - Premi David di Donatello.
  5. (en) Michael Day, « Italy picks 'Baaria' as Oscar entry », Variety.com,‎ 29 septembre 2009 (lire en ligne).
  6. (it) Giuseppina Manin, « Dialetto o doppiaggio? Tornatore inaugura Venezia con un giallo », Corriere della Sera,‎ 2 septembre 2009 (lire en ligne).
  7. (it)« 'Baaria': bovino ucciso nel film, perché? ».
  8. (it) « L'Enpa: ritirate «Baarìa» da tutte le sale », Corriere della Sera,‎ 2 octobre 2009 (lire en ligne).
  9. (it)« NO ALL'OSCAR INSANGUINATO », sur ENPA.
  10. (it)(it) « Uccisione del toro in Baarìa, Tornatore: "Quel che vedete è vero, non l'abbiamo messo in scena" », La Stampa,‎ 30 septembre 2009 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]