Baïes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baïes, un étagement de ruines, vues par Turner.

Baïes (prononcer [ba.i]) est une station balnéaire de l'antiquité romaine, célèbre pour son ambiance sulfureuse, au propre comme au figuré ; aujourd'hui, c'est la cité italienne de Baia, une frazione de la commune de Bacoli, en Campanie.

Le site[modifier | modifier le code]

Baïes est située au nord du golfe de Naples, dans une anse sur la rive est du cap Misène, entre la pointe de la Lanterne au sud et la pointe de l'Épitaphe au nord. Elle est à proximité de la base navale romaine de Misène, et fait face à Pouzzoles, de l'autre côté de la baie de Pouzzoles.

Ensemble de villae de villégiature étagées sur la pente intérieure d'un ancien cratère en partie submergé par la mer, Baïes doit son succès à la douceur de son climat et à la présence de sources thermales engendrées par le volcanisme actif des Champs Phlégréens. Ces sources chaudes, sulfureuses ou salines, sont vantées comme les plus curatives et les plus abondantes d'Italie par Pline l'Ancien[1], Strabon[2], Florus[3], Fronton[4] et même Flavius Josèphe[5].

Le site antique est de nos jours en partie submergé, en raison de l'affaissement du terrain causé par des phénomènes bradysismiques[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende rapportée par Strabon, Baïes tirerait son nom de la présence de la sépulture de Baios, compagnon d'Ulysse. Silius Italicus confirme cette tradition, et indique que Hannibal Barca visite ce site après la reddition de Capoue[7]. Tite-Live nous donne la mention la plus ancienne que nous ayons de la réputation curative des bains de la région, avec la vaine tentative de traiter la paralysie partielle du consul Cnaeus Cornelius Scipio Hispallus à Cumes en 176 av. J.-C[8].

De nombreux notables romains à la fin de la République se font construire des résidences d'été, créant un climat de lieu de plaisirs qu'évoque Cicéron : « les accusateurs répètent avec affectation les mots de libertinage, d'amours, d'adultères, de Baïes, de rivages, de festins, de repas nocturnes, de chants de musique, de promenades sur l'eau[9] », ou Properce[10]. Caius Marius, l'orateur Lucius Licinius Crassus, Pompée, Jules César, Cicéron, Varron, Hortensius[11] y ont leur villa[12]. Le littoral est aménagé et exploité, les premiers parcs à huîtres sont construits peu avant la guerre des Marses[11], puis des viviers alimentés en eau de mer. Vitruve et ultérieurement Pline l'Ancien signalent les intéressantes propriétés de la terre pulvérulente du lieu (il s'agit ici de cendres volcaniques). Mêlée à la chaux et aux moellons, elle forme un béton résistant à l'eau, et permet de construire des môles et des piscines d'eau de mer[13],[14]. Se régaler de poisson frais et d'huîtres devient un luxe ordinaire, posséder voire apprivoiser des murènes un loisir remarqué[11].

Le thermalisme se perfectionne, on capte les vapeurs chaudes qui montent du sol dans un bâtiment qui forme une étuve naturelle[15]. L'abondance de sources chaudes n'empêche pas le médecin d'Auguste, Antonius Musa, de préconiser des bains de mer glacés, traitements dont il dégoûta Horace[16] et qui ne purent sauver le neveu d'Auguste, Marcellus, mort à Baïes en 23 av. J.-C.[17].

Le succès de Baïes continue sous l'Empire, et l'Art d'aimer d'Ovide fait de Baïes, de ses plages et de sa station thermale l'autre endroit après Rome où chercher des conquêtes féminines[18]. Auguste et ses successeurs y aménagent un vaste et luxueux palais[5].

En 39, c'est dans ce palais que Hérode Antipas, tétrarque de Galilée et de Pérée, vient solliciter Caligula, en vain car celui-ci l'exile en Gaule[5]. Parmi ses extravagances, Caligula réquisitionne tout ce qui flotte et jette un pont de bateaux de Baïes à Pouzzoles, sur une longueur de trois mille six cents pas, sur lequel il parade pendant plusieurs jours[19]. Néron réside à Baïes, tandis que Agrippine a sa villa à proximité, à Baule, où elle est assassinée en 59[20]. Sénèque, contemporain de cet événement, exprime le mépris du sage pour ce lieu : « Baïes est devenu le lieu de plaisance de tous les vices. Là, le plaisir se permet plus de choses qu'ailleurs ; là, comme si c'était une convenance même du lieu, il se met plus à l'aise. [...] Avoir le spectacle de l'ivresse errante sur ces rivages, de l'orgie qui passe en gondoles, des concerts de voix qui résonnent sur le lac, et de tous les excès d'une débauche comme affranchie de toute loi, qui fait le mal et le fait avec ostentation, est-ce là une nécessité [21]? ».

Plus plaisamment, Juvénal qui caricature les prodigues endettés, fait de Baïes le refuge où ils se régalent d'huitres loin de leurs créanciers[22], huîtres dont Martial vante la qualité[23]. L'empereur Hadrien vient à Baïes soulager ses douleurs et y termine ses jours en 138[24],[25]. Alexandre Sévère embellit le palais impérial de Baïes de bâtiments dédiés à ses parents et de lacs artificiels alimentés en eau de mer[26]. Tacite est désigné empereur par le Sénat en 275 alors qu'il séjourne dans sa villa de Baïes[27].

À la fin de l'Empire, le lent affaissement des terrains causé par le bradyséisme provoque la submersion du rivage, dans un premier temps entre le IIIe siècle et le Ve siècle, puis du VIIe siècle au VIIIe siècle. Les terres les plus basses, entre la pointe Castello et la pointe Epitaffio, se sont donc trouvées immergées. Aujourd'hui, entre trois et huit mètres de fond, gisent la via Herculanea, le complexe thermal de la villa dei Pisoni, les mosaïques de la villa Protir. L'éruption du Monte Nuovo à 2 km au nord de Baïes en 1538 recouvre des sites romains d'un cône de scories de 800 mètres à la base et provoqua d'importantes variations de niveau marin (gonflement de 6 mètres suivi d'un tassement de 4 mètres observé à Pouzzoles)[6].

Les parties englouties sont désormais protégés en tant que réserve marine[28].

Vestiges archéologiques[modifier | modifier le code]

Intérieur du « Temple de Mercure ».

Les importants vestiges archéologiques, dégagés à partir de 1923 par Amedeo Maiuri[29],[12], puis lors d'une intense campagne de fouilles en 1941, ont révélé une stratification des constructions, de villas et de complexes thermaux, appartenant à une période historique allant de la fin de l'époque républicaine à l'époque d'Auguste, d'Hadrien et des Sévères. La découverte en 1969 près de la pointe de l'Épitaphe de statues de marbre représentant Ulysse et son compagnon Baios a été suivie d'une campagne de fouilles sous-marines, qui ont fait découvrir un nymphée daté de l'époque de Claude.

Les vestiges les plus remarquables sont échelonnés sur le flanc de la colline sur un front de 450 mètres. Qualifiés de façon impropre de temples par la dénomination populaire, ils ont été identifiés comme un vaste ensemble thermal, puis comme un palais impérial, en raison de l'ampleur des constructions, où cinq secteurs peuvent être distingués.

Complexe des terrasses[modifier | modifier le code]

Le complexe des terrasses forme une série de gradins reliés à leur extrémité par un escalier. Il comprend un portique de 110 mètres de long sur 10 mètres de largeur, au décor de stuc qui subsiste par endroits, terminé du côté nord par une abside et du côté sud par un escalier qui dessert les différentes terrasses.

Thermes de Mercure[modifier | modifier le code]

Les thermes de Mercure, de la fin de la République ou du début du règne d'Auguste, avec une salle circulaire également dénommée le temple de l'Écho, en raison de la réverbération des sons qui s'y produit. Cette salle est couverte d'une coupole de 21,55 m de diamètre percée d'un oculus à son sommet (diamètre 3,65 m) et d'ouvertures rectangulaires dans la voûte. Construite en béton, cette coupole est le vestige le plus ancien de cette forme d'architecture audacieuse et nouvelle dans le monde romain.

Thermes de Sosandra[modifier | modifier le code]

Au sud des terrasses, les thermes de Sosandra, ainsi nommés par la découverte dans les habitations voisines d'une statue d'Aphrodite Sosandra, datent de la première moitié du Ier siècle. Ils sont disposés sur trois niveaux : en haut, une cour cernée de portiques sur trois côtés ; une terrasse intermédiaire, bordée d'une structure en arc de cercle devant un bassin rond ; en bas, une vaste piscine rectangulaire (34,80 m × 28,60 m). En 1954, on découvrit dans les thermes des moulages en plâtre de statues grecques, utilisés par un atelier pour la réalisation de copies. L'étude des divers éléments recueillis permit d'identifier un modèle connu, les Tyrannicides d'Athènes[30].

Thermes de Vénus[modifier | modifier le code]

Photo de Giorgio Sommer (1834-1914), prise en regardant vers le nord. Au premier plan, le bâtiment annexe des thermes de Vénus. Au fond, la demi-coupole du temple de Diane.

Les thermes de Vénus forment un ensemble de bâtiments de part et d'autre d'une salle rectangulaire munie d'une grande abside et d'un bassin. Trois salles annexes dites stanze di Venere (Chambres de Vénus) sont ornées de décors en stuc qui rappellent le 3e et 4e style pompéien, d'où une datation du Ier siècle. L'édifice le plus remarquable est une salle octogonale à l'extérieur, circulaire à l'intérieur, dotée d'une coupole de 26,30 m de diamètre qui repose sur un mur de 2,90 m d'épaisseur.

Temple de Diane[modifier | modifier le code]

Le grand temple de Diane, au nord du secteur archéologique, doit son nom à la découverte d'un bas-relief figurant des chiens, des cerfs et des poissons, évocation de la chasse, et d'une inscription portant le nom de Diane. Cette salle est couverte d'une coupole. Coupée en deux et à moitié écroulée, la coupole permet une observation par sa tranche, avec une construction sous forme de stratifications de lits de béton, montés successivement entre deux parements de moellons[31].

Le Musée archéologique[modifier | modifier le code]

Sur un promontoire qui surplombe la mer se trouve le Castello Aragonese (Château aragonais), construit en 1495 sur les ruines du palais impérial romain. On a découvert dans son donjon des vestiges de peinture antique en trompe-l'œil du IIe style pompéien et un sol en mosaïque au décor de lignes entrelacées, tracées en cubes blancs et insérées dans un fond de tuileau rose. Le château héberge le musée archéologique des champs Phlégréens, inauguré en 1993. En 2009, il totalise 57 salles qui sont rarement toutes ouvertes simultanément. Le musée expose des objets grecs, samnites et romains trouvés à Baïes même et sur les sites voisins[30].

Objets grecs, samnites, romains[modifier | modifier le code]

Le nymphée découvert lors des campagnes de fouilles sous-marines de 1980-1982 sous les eaux de la pointe de l'Épitaphe a été reconstitué au musée dans une grotte artificielle. Il figure l'épisode de l'Odyssée dans lequel Ulysse, aidé d'un de ses compagnons, identifié ici à Baios, apporte un récipient plein de vin au Cyclope Polyphème, dont la statue n'a pas été retrouvée. Les niches sur les côtés du nymphée représentaient des statues de membres de la famille impériale à l'époque de Claude.

La statue équestre de bronze trouvée en 1968 dans le sacellum des augustales de Misène a d'abord figuré les traits de Domitien, mais après la damnatio memoriae de cet empereur, son visage a été scié et remplacé par celui de Nerva.

Une tombe samnite datée de 300/290 av. J.-C., dont les parois intérieures sont décorées de fresques, représente le banquet funèbre du couple défunt.

Dans la cour, le portique du forum de Pouzzoles a été reconstitué à l'aide de fragments antiques et de moulages de caryatides.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le lieu est cité par le poète Valery Larbaud dans un poème célèbre : Carpe Diem.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne], XXXI, 2.
  2. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], V, 9.
  3. Florus, Abrégé de l'Histoire Romaine [détail des éditions] [lire en ligne], I, 16.
  4. Fronton, Lettres de Fronton à César, lettre V.
  5. a, b et c Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques [lire en ligne], XVIII, 7-2.
  6. a et b Maurice Krafft, Guide des volcans d'Europe et des Canaries, 1991 (ISBN 2603008137).
  7. Silius Italicus, Punica, XII.
  8. Tite-Live, Histoire romaine [détail des éditions] [lire en ligne], XLI, 16.
  9. Cicéron, Pro Caelio, XV.
  10. Properce, Élégies [détail des éditions] [lire en ligne], I, 11.
  11. a, b et c Pline l'Ancien, IX, 79.
  12. a et b Bernard Andreae, L'Art de l’ancienne Rome, Mazenod, 1973 (rééd. 1988) (ISBN 2850880043), p. 530.
  13. Vitruve, De l'architecture [lire en ligne], II, 6-1.
  14. Pline l'Ancien, XXXV, 47.
  15. Celse, Traité de la médecine, III, 17.
  16. Horace, Épitres, XV.
  17. Properce, III, 18.
  18. Ovide, Art d'aimer [détail des éditions] [lire en ligne], I, 255.
  19. Suétone, Vie des douze Césars, « Caligula », 19.
  20. Tacite, Annales [lire en ligne], XIV, 4-8.
  21. Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre 51.
  22. Juvénal, Satires XI, v 49
  23. Martial, Épigrammes [détail des éditions] [lire en ligne], X, 37.
  24. Histoire Auguste, Vie d'Hadrien, 25 et Vie d'Antonin le Pieux, 5.
  25. Aurelius Victor, De Caesaribus, XIV.
  26. Histoire Auguste, Alexandre Sévère, 26.
  27. Histoire Auguste, Tacite, 7.
  28. GEO N°398 d'avril 2012 p.94
  29. Amedeo Maiuri, Die Altertümer der phlegräischen Felder. Vom Grab des Vergil bis zur Höhle von Cumae., 1938
  30. a et b Alix Barbet, « Baïes, splendeurs romaines du golfe de Naples », dans Archéologia no 469, septembre 2009.
  31. Henri Stierlin, Hadrien et l’architecture romaine, Payot, Office du livre (ISBN 2228000302)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

40° 49′ 00″ N 14° 04′ 11″ E / 40.81667, 14.06972