BRED Banque Populaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

BRED Banque populaire

Description de cette image, également commentée ci-après

« La banque qui donne envie d’agir »

Création 7 octobre 1919
Dates clés 1919, 1945, 1978, 1992, 1997
Forme juridique Société coopérative
Action Part sociale : 10 euros au 1er janvier 2013
Slogan La banque qui donne envie d'agir
Siège social Drapeau de France 18, quai de la Rapée
75012 Paris (France)
Actionnaires 121 500 sociétaires (2012)
Activité Banque, assurance
Société mère BPCE
Filiales Prepar-Vie, BCI, BIC-BRED, Promepar Gestion, IP@B, Vialink
Effectif 3 827[1] (2011)
Site web www.bred.fr
Fonds propres 3 000 millions d'euros (2012)[1]
Chiffre d’affaires 903,2 millions d'euros (2012)[1]
Résultat net 179,9 millions d'euros (2012)[1]
Code banque (BIC) BRED
Code établissement (IBAN) 10107

BRED est l'acronyme de Banque Régionale d'Escompte et de Dépôt qui était le nom de la banque jusqu'à la fin des années 1970. Depuis, la raison sociale est BRED. La Bred est la plus importante banque régionale des Banques Populaires. Elle a été fondée en 1919, dans des communes de la petite couronne parisienne.

L'établissement comprend 330 agences en France métropolitaine : en Île-de-France, Haute-Normandie et dans les départements de l'Aisne et du Calvados. La Bred, très présente Outre-mer, compte 74 agences réparties entre la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Barthélemy, La Réunion et la Nouvelle-Calédonie, via sa filiale la BCI. L'établissement compte seize centres d'affaires dédiés aux PME, onze centres d'expertise patrimoniale, pour un effectif total de 3 827 salariés en 2011[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

La BRED a été fondée le 7 octobre 1919 à Nogent-sur-Marne. Historiquement, son territoire s'étend sur des communes comprises aujourd'hui dans le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis : Bonneuil, Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Créteil, Fontenay-sous-Bois, Joinville-le-Pont, Montreuil-sous-Bois, Le Perreux, Rosny-sous-bois, Saint-Mandé, Saint-Maur-des-Fossés, Villemonble et Vincennes. La banque connait un développement soutenu durant les années 1920, passant de 3 salariés en 1919 à 365 en 1930.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

De 2003 à 2012, la direction opérationnelle de la BRED a été confiée à Jean-Michel Laty, directeur général. Grâce à une gestion prudentielle, et malgré une forte présence sur les instruments financiers via sa salle des marchés, la BRED est une des rares banques européennes à n'avoir pas été touchée par la crise financière de 2008. Le résultat de la BRED continua à croître entre 2008 et 2010.

La direction opérationnelle est assurée depuis le 28 septembre 2012 par Olivier Klein en sa qualité de directeur général, assisté de deux directeurs généraux adjoints, Yves Jacquot et Eric Montagne.

Organisation[modifier | modifier le code]

Une banque coopérative[modifier | modifier le code]

La BRED est régie, essentiellement comme coopérative, par la législation coopérative édictée par la loi de 1947[2], et en tant que banque, par le Code monétaire et financier. La banque se réfère aux principes édictés par l'Alliance coopérative internationale, notamment sur la déclaration sur l’identité coopérative[3].

Selon l'Association internationale des banques coopératives (AIBC), une banque coopérative est « une entité bancaire qui appartient à ses sociétaires. Ces derniers ont la double qualité d’associé et d’usager, de propriétaires et de clients de leur banque. »[4]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Banque coopérative, la BRED compte, en 2013, 130 000 sociétaires. Son capital est de 520 285 720 euros en 2012.


Siège social[modifier | modifier le code]

Son siège social se trouve à Paris, au 18, quai de la Rapée, dans le 12e arrondissement. La plupart des services centraux se situent à Créteil dans le Val-de-Marne, territoire historique de l'établissement.

Activités[modifier | modifier le code]

La banque est une banque coopérative interrégionale tournée vers une clientèle de particuliers, professions libérales, et de petites entreprises. En 2012, elle revendique 1 000 000 particuliers, 62 000 professionnels, 26 000 associations, et 6 900 entreprises et institutionnels[1]. La salle des marchés de la banque a été très active dans les années 2000 sur le marché des Fixed income (en), des obligations, des swaps de taux et de l'inflation.

Données financières[modifier | modifier le code]

Au titre de l'exercice 2012, elle affiche un résultat net consolidé de 179,9 millions d'euros. En 2010, le bénéfice net représentait 25 % du résultat du Groupe Banque populaire, et fut également le plus important de son histoire.

Implantations internationales[modifier | modifier le code]

Outre la France, la Bred est présente à Djibouti, aux Fidji[5], au Vanuatu et au Laos[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Données sur le site officiel de la BRED
  2. (fr) « Loi de 1947 sur les coopératives », sur http://www.alternatives-economiques.fr, Alternatives Économiques,‎ 2006 (consulté le 12 mars 2012)
  3. (fr) « [PDF]Principes adoptés en [[1895]] par l’ACI », sur http://www.ica.coop, Alliance Coopérative Internationale (consulté le 12 mars 2012)
  4. (fr) « Qu'est-ce qu'une banque coopérative ? », sur http://www.aibc.coop, Association Internationale des Banques Coopératives (AIBC),‎ 2009 (consulté le 12 mars 2012)
  5. (fr) « La BRED ouvre ses portes à Fidji », sur tahiti-infos.com (consulté le 12 mai 2013).
  6. (en) « Banking in Laos a thriving business », sur asianewsnet.net (consulté le 12 mai 2013).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Anaïs Legendre, La Bred une banque de son temps,‎ 2010 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • S. Boudoulec, Les Banques populaires : des origines à la mise en place de la loi du 13 mars 1917, Actuel n°45,‎ 1984
  • J. Bret, De la Centren à la Casden-BP (1951-1981), L'avenir graphique,‎ 1981
  • P. Champey, Les Banques populaires françaises, Les presses modernes, Paris,‎ 1938
  • E. Albert, Les Banques populaires en France (1917-1973), Economica, Paris,‎ 1997
  • J. Desvergnes, Histoire d'une banque pas comme les autres, Casden-BP,‎ 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]