BMW i8

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
BMW Vision Efficient Dynamics
BMW i8

Marque Drapeau : Allemagne BMW
Années de production Depuis 2014
Classe Supercar
Moteur et transmission
Énergie Hybride
Moteur(s) essence à trois cylindres turbocompressé + électrique synchrone a réluctance
Position du moteur Longitudinal avant
Cylindrée 1499 cm3
Puissance maximale 231ch + 131 ch
Couple maximal 800 Nm
Transmission Intégrale
Boîte de vitesses Intégrale, thermique: automatique 6 vitesses / électrique 2 vitesses automatique
Poids et performances
Poids à vide 1 485 kg
Vitesse maximale 250 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 4,4 s
Consommation mixte Mixte: 2,1 L/100 km
Émission de CO2 49 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2+2
Coefficient de traînée 0,26
Suspensions pilotée
Dimensions
Longueur 4 690 mm
Largeur 1 940 mm
Hauteur 1 290 mm

La BMW i8 est issu du concept car hybride Vision Efficient Dynamics. Présentée lors du salon de l'automobile de Francfort 2009, elle concilie technologie hybride et performances de supercar classique. La version de production a été présentée lors de l'édition 2013 du même salon IAA. Ce modèle fait partie du projet « i » de BMW qui est lancé en tant que nouvelle marque.

Design[modifier | modifier le code]

Basé sur la technique du layering, le design de la BMW Vision se veut assez futuriste rappelant les dreamcars des années 1950. La forte utilisation de vitrage donne un effet très ouvert au concept-car.

Les nombreuses lamelles caractéristiques du layering comme celles composant les feux arrière canalisent l'air arrivant par les fentes du bouclier avant qui jouent le rôle de flasques aérodynamiques.

"Grâce au travail sur l’aérodynamique. Nous avons pu nous affranchir de l'aileron rétractable en fonction de la vitesse". Daniel Starke, designer BMW i par Auto Moto C. Boulain[1]

Cette technique contribue à préserver l'excellente aérodynamique de l'i8 avec un C_x de 0,26.

Châssis et suspensions[modifier | modifier le code]

La série « i » utilise des cellules d'habitat en PRFC légères et solides. Ce procédé est produit par Moses Lake puis la coque est envoyée en Allemagne où les différents éléments seront assemblés. Cette technologie permettra aussi de développer la version découvrable, sous forme d'un spyder.

La répartition des masses est de 49% à l'avant et de 51% à l’arrière, ce qui avec la transmission intégrale rend ce véhicule très bien équilibré.

La suspension pilotée possède deux lois d'amortissements.

Moteur, transmission et batterie[modifier | modifier le code]

La BMW i8 dispose d'un moteur essence 3 cylindres de 231 ch et de 320 Nm, que l'on retrouve dégonflé sur la mini version 2014, et d'un moteur électrique par essieu.

L'usage d'un alterno-démarreur de 15 kW aide à gommer le temps de latence lors de démarrage du groupe thermique.

Le groupe électrique à l'avant développe 131 ch et n'entraîne que l'essieu avant, l’arrière est un savant mélange de thermique et d’électrique grâce à la transmission automatique. À bas régime le moteur thermique est secondé par un moteur électrique de 20 ch.

L'autonomie se situe dans les 600 km, dont 37 km en électrique, avec un réservoir de 42 litres et des batterie Li-Ion (Fer Phosphate) de 7,1 kWh sous 355 Volts.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Ce modèle est positionné comme sportive 2+2 mais malgré la chasse aux masses superflues l’intérieur est luxueux, arborant cuir tanné et plastiques haut de gamme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C. BOULAIN, Essai [BMW i8], AUTOMOTO,‎ 2014, "Grâce au travail sur l’aérodynamique. Nous avons pu nous affranchir de l'aileron rétractable en fonction de la vitesse". Daniel Starke, designer BMW i par Auto Moto C. Boulain

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien Interne[modifier | modifier le code]

Lien Externe[modifier | modifier le code]