Banque européenne pour la reconstruction et le développement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis BERD)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berd (homonymie).
Banque européenne pour la reconstruction et le développement
Logo de l'organisation
Carte de l'organisation
  •      Membres financeurs
  •      Membres récipiendaires d'investissements

Devise : « Investir de l'Europe centrale à l'Asie centrale. »

Création 15 avril 1991
Type Organisation internationale
Siège Drapeau du Royaume-Uni Londres
Coordonnées 51° 31′ 11″ N 0° 04′ 47″ O / 51.5196256, -0.079650951° 31′ 11″ N 0° 04′ 47″ O / 51.5196256, -0.0796509  
Langue Anglais, français, allemand, russe
Président Drapeau du Royaume-Uni Suma Chakrabarti
Personnes clés Jacques Attali, premier président
Site web http://fr.ebrd.com/

Géolocalisation sur la carte : Londres

(Voir situation sur carte : Londres)
Banque européenne pour la reconstruction et le développement

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Banque européenne pour la reconstruction et le développement

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement ou BERD (en anglais, European Bank for Reconstruction and Development : EBRD) est une organisation internationale chargée de faciliter le passage à une économie de marché dans les pays d'Europe centrale et orientale. Créée à Paris le 29 mai 1990, à la suite d'une idée de François Mitterrand, elle a été inaugurée le 15 avril 1991. Son siège est situé à Londres.

Rôle et moyens[modifier | modifier le code]

Elle émet des emprunts sur le marché international qui lui servent à financer ou cofinancer des investissements (soit par des prêts, soit par des prises de participation) favorisant la transition vers une économie de marché dans les pays d'Europe centrale et orientale (PECO), dans les pays de l'ex-URSS et en Mongolie.

Contrairement aux autres institutions financières internationales, le mandat de la BERD se limite aux pays « qui s’engagent à respecter et mettent en pratique les principes de la démocratie pluraliste, du pluralisme et de l’économie de marché, de favoriser la transition de leurs économies vers des économies de marché, et d’y promouvoir l’initiative privée et l’esprit d’entreprise »[1]. Les activités de la Banque sont donc extrêmement limitées en Biélorussie, en Ouzbékistan et au Turkménistan, dont les régimes autoritaires ne remplissent pas ces critères.

On ne doit pas la confondre avec la Banque européenne d'investissement (BEI).

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1993, 2 ans après sa création, de nombreuses critiques viennent sanctionner les dépenses somptuaires de la banque pour son propre compte en lieu et place du financement des pays de l'est européen. La gestion de Jacques Attali, président fondateur, est particulièrement désignée[2].

En 2006, la BERD a investi 4,9 milliards d'euros dans 301 projets différents ; elle a réalisé 2,4 milliards d'euros de bénéfices[3].

Depuis le printemps arabe de 2011, la BERD a décidé d'élargir sa zone d'intervention au sud et à l'est de la méditerranée[réf. nécessaire].

Membres[modifier | modifier le code]

La BERD, qui comptait 38 actionnaires en 1990, en rassemble 66 en janvier 2013.

Actionnaires de la BERD (année d'entrée au capital)[4] 
1990 
1991 
1992 
1993 
1996 
2000 
2001 
2006 
2011 
2012 

Pays qui ne sont pas actionnaires mais qui sont donateurs[5] : Drapeau de Singapour Singapour et Drapeau : Taipei chinois Taipei chinois

Présidence[modifier | modifier le code]

Le président de la BERD est élu par le Conseil des gouverneurs pour une durée de quatre ans renouvelable. Depuis sa création, la BERD a été dirigée par cinq présidents :

Rémunération[modifier | modifier le code]

Selon le journal L'Express,en 2008 la rémunération annuelle du président (Jean Lemierre) de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement était de 428 000  auxquels s'ajoutent la résidence à Londres et une voiture avec chauffeur[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] page not found le 8 juin 2013, sur le site ebrd.com
  2. Attali, un banquier à découvert, par Faure Michel, publié le 24/06/1993 in L'Express
  3. (en) EBRD steps up pace of investment in 2006, non trouvée le 8 juin 2013
  4. Le site officiel
  5. Donateurs
  6. Transfac l'Express N°224-225 mai-juin 2008, article « Ces postes qui valent de l'or », page 49

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]