Famille de la langue des signes britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis BANZSL)
Aller à : navigation, rechercher

La famille de la langue des signes britannique est une famille de langue des signes issue historiquement d'une variété prototype de la langue des signes britannique (BSL).

Langues[modifier | modifier le code]

Alphabet bimanuel commun aux langues de la BANZSL.

La famille de la langue des signes britannique comprend les langues des signes suivantes :

BANZSL[modifier | modifier le code]

Il existe beaucoup de similitudes structurelles entre les langues des signes australienne, britannique et néo-zélandaise ainsi qu'une forte intelligibilité mutuelle. Les linguistes utilisent parfois le sigle BANZSL (British, Australian and New-Zealand Sign Language) pour se référer à elles comme à un groupe, tout en reconnaissant chacune comme une langue distincte[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les langues de cette famille ont la particularité d'utiliser, comme code manuel alternatif pour encoder les mots de la langue orale des entendants, un alphabet bimanuel[3].

Il n'y a pas de réelle intelligibilité mutuelle entre les langues de la famille de la langue des signes britannique et les langues des signes appartenant à d'autres familles de langues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Québec utilise la langue des signes québécoise et le Canada à l'ouest du Québec la langue des signes américaine, toutes deux appartenant à la famille de la langue des signes française.
  2. Ethnologue.com
  3. Ces codes alternatifs ne font pas partie de la structure interne d'une langue des signes naturelle et ne sont pas nécessaires dans une conversation entre locuteurs d'une langue des signes appartenant à la même communauté.

Lien externe servant de source[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) T. Johnston, « BSL, Auslan and NZSL: Three signed languages or one? », dans Anne E. Baker, Beppie van den Bogaerde, Onno Alex Crasborn, Cross-linguistic Perspectives in Sign Language Research : Selected Papers from TISLR 2000, Signum Verlags GmbH,‎ 2003, 333 p. (ISBN 3927731889 et 9783927731882, résumé), p. 47-69.
  • (en) David McKee et Graeme Kennedy, « Lexical Comparison of Signs from American, Australian, British, and New Zealand Sign Languages. », dans Karen Emmorey, Harlan L. Lane, The Signs of Language Revisited : An Anthology To Honor Ursula Bellugi and Edward Klima, Psychology Press,‎ 2000, 600 p. (ISBN 1410604977 et 9781410604972, résumé, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]