Bétheniville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bétheniville
Place avec la mairie et l'église.
Place avec la mairie et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Reims
Canton Beine-Nauroy
Intercommunalité Communauté de communes des Rives de la Suippe
Maire
Mandat
Jean-Jacques Gouault
2014-2020
Code postal 51490
Code commune 51054
Démographie
Population
municipale
1 197 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 38″ N 4° 22′ 05″ E / 49.2939, 4.3681 ()49° 17′ 38″ Nord 4° 22′ 05″ Est / 49.2939, 4.3681 ()  
Altitude Min. 93 m – Max. 143 m
Superficie 17,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Bétheniville

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Bétheniville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bétheniville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bétheniville

Bétheniville est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne. Petite commune d'un millier d'habitants, située au milieu des plaines agricoles champardennaises, à 20 minutes de Reims et à 4 km des Ardennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au milieu des plaines agricoles de la Champagne crayeuse, la vocation agro-industrielle de Bétheniville s'est confortée jusqu'à nos jours.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Arnes[1] se jette dans la Suippe à Bétheniville.

Communes limitrophes de Bétheniville
Aussonce La Neuville-en-Tourne-à-Fuy Hauviné
Pontfaverger-Moronvilliers Bétheniville Saint-Clément-à-Arnes
Saint-Hilaire-le-Petit

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le sud de la région de Bétheniville, dite des « Monts-de-Champagne » compte deux villages totalement détruits entre 1914 et 1918 : Nauroy et Moronvilliers. Leurs noms ont été repris par les communes voisines de Pontfaverger et Beine pour donner aujourd'hui les villages de Pontfaverger-Moronvilliers et Beine-Nauroy. Ces deux villages détruits font partie de la quantité de sites à jamais marqués par la Grande Guerre et que l'on retrouve tout le long de la voie sacrée, cette route de Reims à Verdun par laquelle on peut aussi accéder à Bétheniville par le sud.

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 1er octobre 1920.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1876 1896 Jean-Baptiste Oudin    
  1965 Paul Renard[2]    
1989 2014 Francis Renard[3] UMP[4] puis DVD  
2014 en cours Jean-Jacques Gouault    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 197 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
322 398 332 500 600 673 670 776 858
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 084 1 216 1 256 1 372 1 710 1 647 1 621 1 471 1 495
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 413 1 492 1 472 534 884 897 812 717 740
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
710 773 727 803 843 851 967 984 1 197
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Desservie par plusieurs routes départementales, Bétheniville offre encore plusieurs services et commerces.

La distillerie, dont les nuisances olfactives ont provoqué la colère des citoyens il y a dix ans, ne pose aujourd'hui plus de problème, puisqu'elle a été sommée de se mettre en conformité en engageant des travaux et en déplaçant ses bassins. Sa fermeture définitive intervenue en 2008 a depuis totalement clos le débat, puisque la société opératrice a entamé la construction à Bazancourt d'une nouvelle distillerie. L'usine a été totalement démantelée en 2008-2009 et le projet d'un centre photovoltaïque est prévu en lieu et place.

La gare et les silos en arrière plan .

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Comme dans tous les villages de France, un monument aux morts est élevé à la jonction de la rue de Munet et de la rue de la Gare. Dans cette même rue (sans issue, qui abouti sur le silo), la gare est toujours présente, mais elle a été reconvertie en maison d'habitation. Les rails sont toujours en place.

Trois « châteaux », appartenant aux frères Oudin s'élevaient à Bétheniville. Il n'en reste plus qu'un.

Une tour fortifiée entouré de douves (empruntés aux canaux de l'Aisne et de la Suippe qui se rencontrent ici même), élevée en des temps bien inférieurs, ayant appartenu entre autres à l'archevêché de Reims, se tenait à la place de la mairie actuelle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud Gillet, La Châtellenie de Bétheniville en Champagne, Selbstverl,‎ 1996

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Arnes (H1383000) » (consulté le 8 mai 2014)
  2. Mathieu Livoreil, « Après 25 ans, Francis Renard s’arrête là », L'Union,‎ 24 février 2014 (lire en ligne).
  3. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  4. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France »,‎ 2006-2007 (ISBN 9782352581512), p. 32
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011