Bérenger de Landorre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bérenger de Landorre (Landora, Landorra, Berenguel de Landoria, Landória, Landoira) est un religieux méridional français, né en 1262 et mort en 1330. Entré chez les dominicains, il est devenu maître général de l'ordre des frères prêcheurs, puis archevêque de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le dominicain[modifier | modifier le code]

  • 1289, lector artium au couvent de Limoges (Douais, Organisation des études, p. 210, Toulouse, BM 490, f. 350B)
  • 1290, lector artium au couvent de Brives (Douais, Organisation des études, p. 210, Toulouse, BM 490, f. 352B)
  • 1291, lector artium au couvent de Bergerac (Douais, Organisation des études, p. 211, Toulouse, BM 490, f. 352B)
  • 1297, il est lecteur en théologie au couvent d’Albi (Douais, Organisation des études, p. 262, Toulouse, BM 490, f. 371A) : "Fr. Berengarius de Ladora et disputet". Il semble y remplacer Bonus Mancipius mentionné en 1294 et il est remplacé en 1298 par Bertrand Fulcodii.

Comme maître général de l'ordre, il institua en 1312 les Frères pérégrinants pour la mission d'Asie, avec Franco de Pérouse comme vicaire général ; leurs couvents étaient situés à Pera (Constantinople), Capha, Trebizond, Negropont et fondèrent en Arménie et en Perse. Bérenger contribua à la promotion de la théologie de Thomas d'Aquin, s'opposa à Durand de Saint-Pourçain, chargea Bernard Gui de rédiger son sanctoral. Pour une notice complète cf. Kaeppeli, Scriptores OPMA, p. 191-194 (rien sur le sujet dans le tome IV).

L'archevêque[modifier | modifier le code]

En 1322, il prit possession de son siège archiépiscopal, résida quelque temps à Noia et y tint synode. Il entreprit d'important travaux à la cathédrale de Compostelle dont une tour porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Faussement attribué à Bérenger de Landorre[1] : Lumen animæ, seu liber moralitatum magnarum rerum naturalium, éd. Matthias Farinator, 1477.

Editions :

Hechos de Don Berenguel de Landoria, Arzobispo de Santiago: Introduccion, Edicion Critica y Traduccion (1983) Manuel C. Díaz y Díaz, translation of the chronicle Gesta Berengarii de Landoria archiepiscopi Compostellani

Références[modifier | modifier le code]