Bélisaire demandant l'aumône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bélisaire demandant l'aumône
Image illustrative de l'article Bélisaire demandant l'aumône
Bélisaire demandant l'aumône
Artiste Jacques-Louis David
Date 1780
Type Peinture d'histoire
Technique Peinture à l'huile
Style Néo-classicisme
Dimensions (H × L) 288 × 312 cm
Localisation Palais des beaux-arts de Lille, Lille (France)

Bélisaire demandant l'aumône est un tableau peint par Jacques-Louis David en 1780 représentant le général byzantin Bélisaire alors déchu et aveugle et inspiré directement du roman Bélisaire de Jean-François Marmontel. Première peinture néo-classique importante de Jacques-Louis David elle rencontra un important succès au Salon de 1781. Le tableau est conservé au Palais des beaux-arts de Lille une réplique de dimension réduite peinte en 1784 est conservée au musée du Louvre.

Contexte[modifier | modifier le code]

C'est à son retour d'Italie, en 1780, que Jacques-Louis David achève un tableau commencé à Rome, Bélisaire demandant l'aumône, une huile sur toile qui s'inscrit dans la peinture d'histoire, en vue de son agrément à l'académie. Grâce à ce tableau, David est agréé à l’unanimité le 24 août 1781. Le tableau est alors exposé au salon de 1781, premier salon de David, parmi quelques autres plus anciens (notamment, Saint Roch, Les funérailles de Patrocle et Le portrait du comte Potocki).

Considérée comme la première œuvre du néo-classicisme français, dont Jacques-Louis David devient peu après le chef de file, elle remporte un grand succès. Vendue par David à l’électeur de Trèves, le musée de Lille l’acquiert en 1863[1].

Quelques années plus tard, en 1784, David réalise une version réduite et légèrement modifiée pour le comte d'Angiviller, Directeur des Bâtiments du Roi, qui est conservée au musée du Louvre[2].

Description[modifier | modifier le code]

L'œuvre fait surgir un héros de l'empire byzantin, le commandant en chef Bélisaire qui sous les ordres de Justinien Ier, battit les Vandales en Afrique du Nord et c'est par jalousie que Justinien lui creva les yeux. Il s'agit d'une simple légende puisque si Bélisaire a été réellement accusé, sans doute à tort, de corruption et emprisonné, Justinien l'a fait libérer peu de temps après. Il ne retrouvera cependant jamais un commandement important.

Le Bélisaire de David nous montre un héros déchu, vieux et aveugle, qui mendie dans la rue (comme le montre l'inscription Date Obulum Belisario, donnez l'obole à Bélisaire présente sur la pierre en bas à droite de Bélisaire). Ce dernier est en compagnie d'un jeune enfant alors qu'un de ses anciens soldats, dans son grand étonnement, reconnaît le vieillard.

Ce sujet avait déjà été traité par Peyron pour le cardinal de Bernis : quelques personnages seulement sont présents ; la scène reste peu soumise à l'effet dramaturgique de son histoire.

Analyse[modifier | modifier le code]

Bélisaire demandant l'aumône réplique du musée du Louvre peinte en 1784. De dimensions réduite par rapport à l'original (101 sur 115 cm), le tableau est dans un format plus allongé.

Le thème de la pitié est omniprésent dans l'œuvre, elle touche les trois personnages jugés les plus « faibles » : la femme, l'enfant et le vieillard qui incarne l'image de la Pietà. Les mains tendues horizontalement des trois personnages véhiculent cette idée de faiblesse nécessitant le besoin et la charité. Tandis que le soldat, au second plan, les mains levées à la verticale, signale son étonnement, le buste en avant. Les trois âges représentés diffusent une idée de la gloire humaine et du naufrage de la vieillesse.

Le décor très « antiquisant », par l'architecture sobre, austère et écrasante qui dresse derrière le bélisaire la dureté de la condition de ce dernier, montre une volonté de la part de l'artiste d'associer au style antique ses thèmes héroïques pour le transférer à l'époque de l'artiste. Le tableau fait allusion à une affaire qui a eu lieu quelques années auparavant, celle du général Lally-Tollendal décapité en 1766. C'est sur des thèmes de vertus emprunté à l'antiquité que le « vrai style », plus tard appelé « néo-classique », répand son art, rejetant ainsi les frivolités de la cour royale de Louis XVI, qui ne citait guère des réalités de l'Antiquité que la clémence d'Auguste.

Estampe[modifier | modifier le code]

Le graveur Morel a réalisé une estampe rectangulaire de ce tableau (voir site du Musée du Louvre à Paris). Elle a été déposée à la Bibliothèque le 21 vendémiaire de l'an 9.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche pédagogique sur le site du Palais des beaux-arts de Lille
  2. Bélisaire demandant l'aumône sur le site du musée du Louvre