Béla Guttmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Béla Guttman)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guttmann.
Béla Guttmann
Béla Guttmann 1966.jpg
Béla Guttmann en 1966
Biographie
Nom Guttmann Béla
Nationalité Drapeau de la Hongrie Hongrie
Drapeau de l'Autriche Autriche
Naissance 13 mars 1900
Lieu Budapest (Autriche-Hongrie Drapeau : Autriche-Hongrie)
Décès 28 août 1981 (à 81 ans)
Lieu Vienne (Autriche Drapeau : Autriche)
Période pro. 19191933 (joueur)
19331973 (entraîneur)
Poste Défenseur / Milieu puis Entraîneur
Parcours junior
Saisons Club
1914-1919 Hongrie Törekvés
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1919-1921 Drapeau : Royaume de Hongrie MTK Budapest
1922-1926 Drapeau : Autriche Hakoah Vienne 96 (8)
1926 Drapeau : États-Unis Brooklyn Wanderers (en)
1926-1928 Drapeau : États-Unis New York Giants (en) 90 (2)
1929-1930 Drapeau : États-Unis New York Hakoah (en) 28 (0)
1930 Drapeau : États-Unis New York Soccer Club (en) 22 (0)
1931-1932 Drapeau : États-Unis Hakoah All-Stars (en) 54 (0)
1932-1933 Drapeau : Autriche Hakoah Vienne 4 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1921-1924 Drapeau : Royaume de Hongrie Hongrie 4 (1)[1]
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1933-1935 Drapeau : Autriche Hakoah Vienne
1935-1937 Drapeau : Pays-Bas SC Enschede
1937-1938 Drapeau : Autriche Hakoah Vienne
1938-1939 Drapeau : Royaume de Hongrie Újpest FC
1945 Drapeau : Royaume de Hongrie Budapesti Vasas SC
1946 Drapeau : Roumanie Chinezul
1947 Drapeau : Hongrie Újpest TE
1947-1948 Drapeau : Hongrie Kispesti AC
1949-1950 Drapeau : Italie Padoue
1950-1951 Drapeau : Italie Trieste
1953 Drapeau : Argentine Quilmes
1953 Drapeau : Chypre APOEL Nicosie
1953-1955 Drapeau : Italie AC Milan
1955-1956 Drapeau : Italie Lanerossi Vicenza
1956-1957 Drapeau : Hongrie Budapesti Honvéd
1957-1958 Drapeau : États-Unis du Brésil São Paulo FC
1958-1959 Drapeau : Portugal FC Porto
1959-1962 Drapeau : Portugal Benfica
1962 Drapeau : Uruguay Peñarol
1964 Drapeau : Autriche Autriche
1965-1966 Drapeau : Portugal Benfica
1966-1967 Drapeau : Suisse Servette FC
1967 Drapeau : Grèce Panathinaïkos
1973 Drapeau : Autriche Austria Vienne
1973 Drapeau : Portugal FC Porto
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Béla Guttmann (né le 13 mars 1900 à Budapest en Autriche-Hongrie, aujourd'hui en Hongrie, et mort le 28 août 1981 à Vienne en Autriche), est un footballeur international hongrois (plus tard naturalisé autrichien) qui évoluait au poste de défenseur ou milieu, avant d'ensuite devenir entraîneur.

Guttmann est considéré comme l'un des inventeurs du 4-2-4[2], une tactique qu'il introduira lors de son passage au Brésil en 1957 et qui fera le succès de la Seleçao lors des coupes du monde de 1958 et 1962[3].

En 40 ans d'activité, il change d'équipe à vingt-et-une reprises, voyageant à travers le monde et travaillant dans des clubs prestigieux comme l'AC Milan, Peñarol, le FC Porto, le São Paulo FC, Benfica (il lança et fut le mentor du jeune joueur du club à l'époque Eusébio) ou encore Budapest Honvéd et l'Újpest TE entre autres. Il possède l'un des plus beaux palmarès au poste d'entraîneur: deux coupes d'Europe des clubs champions avec le SL Benfica (en 1960-61 et 1961-62), une Copa Libertadores, sept titres de championnats nationaux (Hongrie, Italie, Portugal, Uruguay et Brésil) et sept coupes nationales.

Pour autant, sa riche carrière n'est pas sans polémiques, Guttmann conservant son poste rarement plus de deux saisons. Sa haute opinion de lui-même, son ton ironique, cynique et cassant ainsi que ses exigences salariales élevées en ont fait un entraîneur charismatique, sujet de controverses dans la presse, précurseur d'un Helenio Herrera ou plus récemment d'un José Mourinho[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Béla Guttmann en 1925 au Hakoah de Vienne.

Né à Budapest d'une famille juive, ses parents, Abraham et Eszter, l'incitent très tôt à la pratique du ballet. À 16 ans, il possède déjà la qualité d'instructeur de danse classique, mais préfère toutefois se dédier au football, sport qui commence à cette période à prendre de plus en plus d'importance dans l'empire d'Autriche-Hongrie[5].

Il débute sa carrière de footballeur en 1919, au poste d'arrière latéral avec le MTK Budapest, club avec lequel il remporte deux championnats de Hongrie en 1921 et 1922. Il décide ensuite de rejoindre l'Autriche voisine et l'Hakoah de Vienne, club de la communauté juive de la capitale, en parallèle à ses études de psychologie[6].

Durant cette période, il rejoint également l'équipe de Hongrie (disputant son premier match international à Budapest le 5 juin 1921 lors d'un succès 3-0 contre l'Allemagne, match au cours duquel il inscrivit son seul et unique but en sélection), avec laquelle il disputa les Jeux olympiques d'été de 1924 à Paris.

À partir de 1926, il émigre aux États-Unis où la pratique du football est encore anecdotique, et se retrouve rapidement en proie à des difficultés économiques, devant même pour compléter ses revenus se remettre à donner des cours de danse. Il effectue le reste de sa carrière américaine dans l'American Soccer League (il poursuit sa carrière dans différents club de New York et Brooklyn). Durant sa péride new-yorkaise, il achète un speakeasy et spécule en bourse, mais finit par perdre en tout pas moins de 50 000 $ lors du krach de 1929[4].

Aux États-Unis, il dispute 186 apparitions au total avant de quitter l'Amérique pour rentrer en Autriche en 1932.

Il joue alors une dernière saison dans un club qu'il connait bien, l'Hakoah de Vienne, avant de prendre sa retraite définitive de joueur au bout d'une saison, en 1933.

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

L'année de sa retraite de joueur, il entame une nouvelle carrière d'entraîneur, et prend en main son ancien club de l'Hakoah Vienne où il reste en tout deux saisons.

Il est profondément marqué par la Seconde Guerre mondiale et par la Shoah, durant laquelle meurt son frère aîné. Selon certaines sources, il pourrait durant cette période s'être réfugié en Suisse ou au Brésil, tandis que d'autres affirment qu'il aurait été enfermé dans un camp de concentration[7], mais interrogé sur ce thème, Guttmann répondait toujours la même chose: « Seul Dieu m'a aidé[8] ». En 1942, il épouse Marianne, et à son retour au pays après la guerre, il se remet à entraîner après sept années d'interruption (tout d'abord le Budapesti Vasas SC). C'est à cette période qu'il commence à apprendre le portugais[5].

En décembre 1953, il prend pour la première fois de sa carrière les rênes d'un grand club européen avec le Milan AC, prenant le relais d'Arrigo Morselli. Il termine la saison de Serie A 1953-54 à la 3e place. La saison suivante, malgré le fait que son équipe soit la première au classement, il est limogé en cours de saison (et remplacé en février 1955 par Héctor Puricelli), le Milan remportant finalement sans lui son 5e scudetto à la fin de la saison. La saison suivante, il reste tout de même en Italie et prend la tête des néo-promus du Lanerossi Vicence.

Le summum de sa carrière intervient lorsqu'il débarque dans la capitale portugaise en 1959 à Lisbonne pour entraîner le Benfica. Il transforme rapidement l'équipe en une des meilleurs du continent[9]. Déjà doté d'un expérience en la personne de Mário Coluna, il lance dans le bain professionnel le futur ballon d'or Eusébio (sur recommandation de son ami brésilien José Carlos Bauer qui avait repéré le jeune prodige au Mozambique[9]).

Guttmann devient un véritable globe-trotteur au poste d'entraîneur, qui lui vaudra sa célébrité, et plus d'une vingtaine d'équipes ont été sous ses ordres, il fut l'un des précurseurs de la tactique du 4-2-4 qui fit le succès de nombreuses équipes entre les années 1950 et 1960 notamment.

À sa mort en 1981, il est enterré au cimetière juif de Vienne. Cette même année, il est nommé parmi l'« International Jewish Sports Hall of Fame[10] ». En 2007, le journal anglais The Times la place à la 8e place des entraîneurs les plus influents de l'histoire[11]

Anecdote[modifier | modifier le code]

Après ses deux C1 remportés avec le Benfica, Guttmann, satisfait de son travail, demande au club une revalorisation salariale qu'il n'obtiendra finalement jamais[9]. Déçu, il quitte alors le club et le maudira en lançant cette phrase célèbre:

« Je m'en vais en vous maudissant. À partir d’aujourd’hui et pendant 100 ans, Benfica ne remportera pas une Coupe d’Europe. »

— Malédiction de Guttmann[12]

La malédiction s'opère alors dès le départ de Guttmann, s'étendant même sur la C3[9]. Depuis le départ du sorcier hongrois, Benfica n'a plus remporté de coupe d'Europe, et pire encore, a échoué 8 fois en finale (battu lors des finales de C1 de 1962-63, 1964-65, 1967-68, 1987-88 et 1989-90, ainsi que lors des finales de C3 de 1982-83, 2012-13 et 2013-14).

Pour parer la malédiction, le président du Benfica Luís Filipe Vieira, décide même pour fêter les 110 ans du club en 2014, d'ériger une statue de Guttmann de plus de deux mètres fabriquée en Hongrie avec ses deux C1 dans les mains (pour chasser la malédiction en faisant revenir l'esprit du hongrois)[9].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume de Hongrie MTK Budapest
 
Drapeau : Autriche Hakoah Vienne
 
Drapeau : États-Unis New York Hakoah (en)

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Drapeau : Royaume de Hongrie Újpest TE
 
Drapeau : États-Unis du Brésil São Paulo FC
 
Drapeau : Portugal FC Porto


Drapeau : Portugal Benfica
 
Drapeau : Uruguay Peñarol

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques en club[modifier | modifier le code]

Performances générales en club
Club Saison Championnat Coupe Total
Comp. Matchs Buts Matchs Buts
MTK Budapest
(Drapeau : Royaume de Hongrie)
1919-1920 NB ? ? ? ? ? ?
1920-1921 NB ? ? ? ? ? ?
Total MTK  ?  ?  ?  ?  ?  ?
Hakoah Vienne
(Drapeau de l'Autriche Autriche)
1921-1922 EK 11 0 2 1 13 1
1922-1923 EK 24 1 5 1 29 2
1923-1924 EK 21 3 1 0 22 3
1924-1925 1.K 16 0 1 0 17 0
1925-1926 1.K 22 4 0 0 22 4
1926 1.K 2 0 0 0 2 0
Brooklyn Wanderers (en)
(Drapeau des États-Unis États-Unis)
1926 ASL ? ? ? ? ? ?
Total BK Wanderers  ?  ?  ?  ?  ?  ?
New York Giants (en)
(Drapeau des États-Unis États-Unis)
1926-1927 ASL 35 0 2 0 37 0
1927-1928 ASL 43 2 5 0 48 2
1928-1929 ASL 5 0 0 0 5 0
New York Hakoah (en)
(Drapeau des États-Unis États-Unis)
1929-1930 ASL 21 0 7 0 28 0
New York Soccer Club (en)
(Drapeau des États-Unis États-Unis)
1930 ASL 22 0 0 0 22 0
Total NY Giants/NY SC[13] 133 2 11 0 144 2
Hakoah All-Stars (en)
(Drapeau des États-Unis États-Unis)
1931 ASL 14 0 1 0 15 0
1931 ASL 19 0 0 0 19 0
1932 ASL 17 0 3 0 20 0
Total NY Hakoah/Hakoah A-S[14] 71 0 11 0 82 0
Hakoah Vienne
(Drapeau de l'Autriche Autriche)
1932-1933 1.K 4 0 0 0 4 0
Total Hakoah Vienne 100 8 9 2 109 10
Total carrière 276 10 27 2 303 12


Matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hungarian Players and Coaches in Italy, RSSSF
  2. (en) Paul Simpson, « Foreskins and Total Football », sur fourfourtwo.com,‎ 24 avril 2008
  3. Biographie de Gusztav Sebes, fifa.com
  4. a et b (en) Jonathan Wilson, « Chelsea be warned: a Guttman is hard to find », sur guardian.co.uk,‎ 17 janvier 2007
  5. a et b (de) « Wiener Fußballgeschichte - Béla Guttmann », wien.gv.at (site officiel de la commune de Vienne),‎ 11 avril 2010
  6. (it) Sandro Modeo, « Guttmann ispiratore della parabola di Mou », Corriere della Sera,‎ 12 maggio 2010, p. 41
  7. (de) Erik Eggers, « Kuscht der Star, kuscht die Mannschaft », welt.de,‎ 8 juin 2001 (consulté le 7 juillet 2010)
  8. (es) Aitor Lagunas, « Bela Guttman », elpais.com.uy,‎ 30 octobre 2006 (consulté le 11 avril 2010)
  9. a, b, c, d et e Mais qui étais-tu, Béla Guttman? — Sofoot.com, 14 mai 2014
  10. (en) « Bela Guttmann », Jewishsports.net,‎ 30 mars 2007
  11. (nl) « 'Michels is onbetwist 's werelds beste coach' », Voetball International,‎ 13 septembre 2007 (consulté le 30 mars 2007)
  12. Europa League : La malédiction de Guttmann plane-t-elle encore sur Lisbonne ? — www.spacefoot.com, 14 mai 2014
  13. Les New York Giants (en) et les Hakoah All-Stars (en) sont un seul et même club.
  14. Le New York Hakoah (en) et le New York Hakoah (en) sont un seul et même club.