Bédiks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article connexe : bédik (langue).

Bédiks

Description de cette image, également commentée ci-après

Fillettes bédik à Iwol

Populations significatives par région
Sénégal Sénégal 3 375 (2002)
Population totale 3 375 (2002)
Autres
Langues

Bédik

Religions

Religion traditionnel

Ethnies liées

Bassaris

Les Bédiks sont un groupe ethnique établi principalement dans le sud-est du Sénégal, dans l'Arrondissement de Bandafassi, à proximité de la frontière avec la Guinée. Ils constituent l'une des plus petites minorités (1 % environ de la population). Contrairement à la plus grande partie du Sénégal, le pays bédik se trouve en altitude.

En pays bédik, entre Ibel et Bandafassi

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Bédiks vivent dans une région peu touchée par l'islamisation. Les Bédiks ont des contacts avec d'autres ethnies minoritaires dans le pays (Bassari, Sérères), parlent leur propre langue et se sont constitué une religion qui associe croyances traditionnels et éléments de catholicisme.

Leurs ancêtres seraient les familles Keita et Camara venues du Mali suite à une guerre initiée par Alpha Yaye venant du Fouta Djallon.

Population[modifier | modifier le code]

Vie quotidienne dans un village

Peu nombreux, les Bédiks étaient 3 375 en 2002[1].

Ils vivent dans quelques villages en altitude, souvent d'accès difficile, dont Elyés-Haut, Bantata, Inéré, Etyès-Bas, Mangamas, Andyèls, Etyowars, Iwols, Landinis, Andiels, Bandafassi ou Ibel.

Langue[modifier | modifier le code]

Ils parlent le bédik.

Religion[modifier | modifier le code]

Célèbre devin examinant les entrailles d'un poulet près d'Iwol

Les Bédiks sont généralement de religion traditionnel et croient en un dieu créateur et à la résurrection des corps après la mort. Quelques-uns sont chrétiens et Iwol possède une église.

Culture[modifier | modifier le code]

Leurs rites ont des points communs avec ceux des Bassaris. Comme eux, ils arborent une série de masques végétaux lors de certains rituels. On les a appelés « Peuple de la vallée heureuse » en raison des nombreuses fêtes qu'ils célèbrent.

  • Le « Manindam » est la cérémonie d’initiation des adolescents, dite « du père des Esprits ». Elle se déroule d'avril à mai.
  • Le « Gamond » est fêté entre mai et juin, sur le thème de la fécondité et de la puberté, de la pluie et de la santé.
  • « Eyamb » est une fête qui se déroule en juin ou juillet, fête de la puberté, mais spécifiquement consacrée aux jeunes filles non mariées.
  • Le « Matyang » est fêté en novembre ou décembre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres sur Ethnologue.com [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • May Clarkson, La femme Bedik. Mariage et procréation, approche ethno-démographique à un problème de micro-évolution, Université de Montréal, 1977 (M. Sc.)
  • Jean-Claude Desmarais, Analyse multidimensionnelle des effets de l'endogamie sur la variabilité des caractères anthropométriques de la population Bedik (Sénégal oriental), Université de Montréal, 1969 (M. Sc.)
  • Marie-Paule Ferry, Les Dits de la nuit : contes tenda (Sénégal oriental), Karthala, 1983
  • Marie-Paule Ferry, « Pour une histoire des Bédik (Sénégal oriental) », Cahiers du Centre de Recherches anthropologiques (Paris), n° 7, 1967, p. 125-148
  • Marie-Paule Ferry, Bedik. Images de leur savoir-faire, Sépia, 1997
  • Marie-Paule Ferry et Pierre Rauscher, Bédik. Visages du Sénégal, Sepia, 1996, (ISBN 2907888846)
  • Marie-Paule Ferry, « Masques, initiation et fêtes des femmes chez les Bedik du Sénégal oriental », Journal des africanistes, 2003, vol. 73, n° 1, p. 110-126
  • Jacques Gomila, Anthropométrie des Bédik (Sénégal oriental), contribution à l'étude des effets de l'endogamie, Université de Paris, 1969, 258 p. (Thèse de doctorat d'État)
  • Jacques Gomila, « Note sur la polygamie et la fécondité respective des hommes et des femmes chez les Bédik (Sénégal oriental », Cahiers du Centre de Recherches anthropologiques, n° 9-10, 1969, p. 5-16
  • Jacques Gomila, Les Bédik, Sénégal oriental, PUM, 1971
  • Jacques Gomila, Les Bedik (Sénégal oriental). Barrières culturelles et hétérogénéité biologique, Montréal, Presses de l'Université, 1971, 275 p.
  • Jacques Gomila, « Le célibat chez les Bédik », Objets et Mondes, t. XII, fasc. 4, hiver 1972, p. 375-378
  • Nkuembia Ilounga, Étude biométrique des caractères anthropométriques à faible héritabilité dans une petite population africaine (les Bédik), Université de Montréal, 1976 (M. Sc.)
  • Albert Jacquard, « Une étude concrète en génétique des populations : les Bedik », , in Tenda 1980 : Badyaranké, Bassari, Bedik, Boïn, Coniagui, éd. par Monique Gessain et Marie-Thérèse de Lestrange, Paris, Société des africanistes, 1980
  • Olivier Kywels et Marie-Paule Ferry, Bedik, peuple des pierres, Cercle d'Art, 2007, 99 p. (ISBN 2702208169) (photographies d'Ingrid Gantner et préface de Nicolas Hulot)
  • (en) André Langaney et Jacques Gomila, « Bedik and Niokholonko intra and inter-ethnic migration », Human Biology, vol. 45, n° 2, mai 1973, p. 137-150
  • (en) André Langaney, Jacques Gomila et Cyril Bouloux, « Bedik : bioassay of kinship », Human Biology, vol. 44, n° 3, septembre 1972, p. 475-488
  • André Langaney, « Structures génétiques des Bedik (Sénégal oriental) », Cahiers d'Anthropologie et d'Écologie humaines (Paris), t. II, n° 1, 1974, p. 11-124
  • André Langaney, « Description de la structure génétique transversale d'une population. Application au Bedik », Population, n° 1, janvier-février 1972, p. 83-116
  • Ilounga Nkwembia, Étude biométrique des caractères mésolabiles chez les Bédik (Sénégal oriental), Université de Montréal, 1976 (M. Sc.)
  • Pierre Smith, « Les échelons d'âge dans l'organisation sociale et rituelle des Bédik », in Classes et associations d'âge en Afrique de l'Ouest, édité par Denise Paulme, Paris, Plon, 1971, p. 185-204
  • Pierre Smith, « L'opposition hivernage-saison sèche chez les Bedik », in Tenda 1980 : Badyaranké, Bassari, Bedik, Boïn, Coniagui, édité par Monique Gessain et Marie-Thérèse de Lestrange, Paris, Société des africanistes, 1980
  • Pierre Smith, « Le "Mystère" et ses masques chez les Bedik », L'Homme, 1984, vol. 24, N° 3-4, p. 5-33

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :