Béchir Tekkari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Béchir Tekkari (بشير التكاري), né le 22 février 1952 à Ksibet el-Médiouni, est un homme politique tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il suit des études secondaires au lycée de Monastir, où il obtient son baccalauréat accompagné d'un prix présidentiel en 1970, puis des études supérieures à la faculté de droit et des sciences politiques de l'Université de Tunis.

Béchir Tekkari y obtient en 1974 une maîtrise en droit et un certificat d'aptitude à la profession d'avocat ; il y obtient également un diplôme d'études approfondies en droit public en 1975, suivi d'un diplôme d'études approfondies en sciences politiques en 1976. Il accède, dans la même année, au poste d'assistant en droit public dans la même faculté afin de préparer son doctorat d'État en droit, qu'il obtient finalement en 1983. En 1984, il est agrégé en droit et sciences politiques. De 1978 à 1980, il est nommé attaché au cabinet du ministre de l'Enseignement supérieur.

Expérience professionnelle[modifier | modifier le code]

Il exerce ensuite la profession d'avocat de 1982 à 1984 et de 1990 à 1991 ; il est inscrit au barreau de Tunis.

En 1984, il devient maître de conférences agrégé en droit public et sciences politiques, avant d'occuper la fonction de doyen de la faculté de droit et des sciences économiques de l'Université de Sousse entre 1985 et 1988. En 1988, il acquiert le titre de professeur de l'enseignement supérieur. Coopérant avec des universités européennes, il est aussi professeur invité aux universités de Toulouse, Paris et Rome.

Fonctions officielles[modifier | modifier le code]

De 1988 à 1989, Béchir Tekkari occupe le poste de directeur général de l'enseignement supérieur puis devient en 1991 attaché à la présidence de la République puis premier président du Tribunal administratif de 1992 à 1999.

Il entre au gouvernement[1] en devenant ministre de la Justice et des Droits de l'homme de 1999 à 2010. Il assume ensuite la charge ministérielle de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du 14 janvier 2010 au 14 janvier 2011. Une plainte est déposée contre lui le 6 mai 2011 pour abus de pouvoir et détournements de biens publics ; il fait l'objet d'une autre plainte pour abus de pouvoir dans une affaire de chèques sans provisions au profit d'un entrepreneur[2]. Il est finalement arrêté le 11 juillet[3] avant d'être libéré un mois plus tard[4]. Le 8 septembre, il est emprisonné à nouveau suite à une plainte déposée dans le cadre de l'affaire du yacht d'Imed Trabelsi[5] avant d'être libéré le 6 novembre 2012[6].

Il est décoré du grand cordon de l'Ordre du 7-Novembre ; il est également grand officier de l'Ordre de la République.

Tekkari est marié et père de trois enfants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Membres du gouvernement tunisien
  2. (fr) « Tunisie - Plainte contre 5 anciens ministres et verdict, samedi, dans l'affaire d'Imed Trabelsi », Business News, 6 mai 2011
  3. (fr) « Tunisie – Arrestation de Béchir Tekkari », Business News, 11 juillet 2011
  4. (fr) « Tunisie. Béchir Tekkari libéré sans explication », Kapitalis, 3 août 2011
  5. (fr) « Tunisie – Arrestation de Béchir Tekkari », Business News, 8 septembre 2011
  6. (fr) « Tunisie. L'ex-ministre de la Justice Tekkari libéré... la veille du 7 novembre », Kapitalis, 6 novembre 2012