Bécasseau d'Alaska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bécasseau d'Alaska

Description de cette image, également commentée ci-après

Bécasseau d'Alaska (Calidris mauri)

Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Charadriiformes
Famille Scolopacidae
Genre Calidris

Nom binominal

Calidris mauri
(Cabanis, 1857)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Bécasseau d'Alaska (Calidris mauri) est une petite espèce de limicole appartenant à la famille des Scolopacidae et à la sous-famille des Calidridinae.

Description[modifier | modifier le code]

Le Bécasseau d'Alaska mesure 14 à 17 cm. Tout comme chez le Bécasseau semipalmé, les pattes noires présentent une palmure partielle.

La projection primaire est courte : la pointe des rémiges primaires arrive au niveau de la queue ou la dépasse quelque peu.

Un léger dimorphisme sexuel se remarque : le bec noir légèrement arqué vers l'extrémité est plus long chez la femelle que chez le mâle.

Répartition[modifier | modifier le code]

Ce bécasseau vit en Amérique et n'est qu'occasionnel en Europe de l'Ouest.

Comportement[modifier | modifier le code]

Le Bécasseau d'Alaska trottine rapidement sur les vasières. Il forme de grands groupes sur les reposoirs. Il est souvent associé au Bécasseau semipalmé.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Biofilm superficiel intertidal, en grande partie photosynthétique sur vase estuarienne exondée, se formant à marée descendante ; C'est une source de nourriture essentielle pour le Bécasseau d'Alaska (et de nombreux invertébrés[1] qui trouvent là jusqu'à 50 % des ressources énergétiques dont ils ont besoin

On a montré[1] par l'étude conjointe d'enregistrements vidéo et du contenu stomacal et d'isotopes stables comme marqueurs, que le Bécasseau d'Alaska se nourrit en grande partie d'algues et de bactéries qu'il trouve dans le biofilm intertidal.
Auparavant, ce type de biofilm était uniquement considéré comme une source de nourriture pour les invertébrés râpeurs et quelques poissons spécialisés. Il constitue en fait de 45 à 59 % de la ration alimentaire totale de cette espèce. Et il fournit environ la moitié (50 %) de son budget énergétique quotidien[1]. Il est possible que cette espèce puisse profiter d'une augmentation de l'épaisseur du biofilm due à l'eutrophisation générale de l'environnement.
Ce constat implique aussi une concurrence entre cet oiseaux et les invertébrés herbivores consommateurs primaires qui exploitent également cette ressource. Mais il est également possible qu'en remuant la couche superficielle du sédiment, l'oiseau favorise la régénération naturelle du biofilm qui à marée haute peut alors être consommé par les invertébrés aquatiques[1].
En outre, comme les taux de « pâturage » individuels sont estimés à sept fois la masse corporelle par jour, et que les de bécasseaux d'Alaska atteignent souvent des dizaines de milliers d'individus, les oiseaux de rivage se nourrissant de biofilm pourraient avoir des impacts « majeurs » sur la dynamique sédimentaire[1]. Le dragage et le chalutage, l'apport de polluants piégés par le biofilm ou susceptible de l'altérer (pesticides, antifoolings, cuivre...) peut interférer avec la productivité de cette ressource. Les auteurs de cette étude soulignent « l'importance des processus physiques et biologiques de maintien du biofilm pour la conservation de certains oiseaux de rivage et des écosystèmes interditaux »[1]


Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Samantha E. Franks, D. Ryan Norris, T. Kurt Kyser, Guillermo Fernández, Birgit Schwarz, Roberto Carmona, Mark A. Colwell, Jorge Correa Sandoval, Alexey Dondua, H. River Gates, Ben Haase, David J. Hodkinson, Ariam Jiménez, Richard B. Lanctot, Brent Ortego, Brett K. Sandercock, Felicia Sanders, John Y. Takekawa, Nils Warnock, Ron C. Ydenberg, David B. Lank. (2012) Range-wide patterns of migratory connectivity in the western sandpiper Calidris mauri. Journal of Avian Biology 43:2, 155-167, en ligne : 2012-03-01 (résumé)

Références[modifier | modifier le code]

  • Taylor D. (2006) Guide des limicoles d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord. Delachaux & Niestlé, Paris, 224 p.

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Tomohiro Kuwae, Peter G. Beninger, Priscilla Decottignies, Kimberley J. Mathot, Dieta R. Lund, Robert W. Elner. (2008) Biofilm grazing in a higher vertebrate : the westerne sandpiper, Calidris Mauri ; Ecology 89:3, 599-606 ; En ligne 2008-03-01 (résumé)