Béatrice de Savoie (1198-1266)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cénotaphe de Béatrice de Savoie à l'abbaye d'Hautecombe.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Béatrix, Béatrix de Savoie et Béatrice de Savoie.

Béatrix de Savoie (ou Béatrice), née en 1198 et morte en 1265 ou 1266[1] au château de Menuet (Les Échelles), est fille aînée de Thomas Ier (v. 1177-1233), 9e comte de Savoie (1189-1233), et de Béatrice Marguerite de Genève (morte en 1257). Elle est ainsi la sœur de 3 comtes de Savoie, Amédée IV de Savoie, Pierre II de Savoie et Philippe Ier de Savoie[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon l'historien Bernard Demotz, la présence des comtes de Savoie en Provence fait l'objet d'une attention particulière[3]. Ainsi, le comte Thomas Ier donne Béatrice en mariage en 1219 à Raymond Bérenger IV, comte de Provence. Avec le même objectif, en 1244, son frère Amédée IV de Savoie, devenu comte, épouse en seconde noce Cécile des Baux[3].

À la cour de Provence, en ce XIIIe siècle, la comtesse accueille de nombreux troubadours[4] et leur accorde sa protection[5].


Suite à la mort de son époux, le comte Raymond Bérenger IV, en 1245, elle se retire dans son douaire, son château de Menuet des Échelles[2] qu'elle reçu en apanage[6]. Elle fait agrandir le château et perpétue l'accueille d'une cour[6]. En 1260, elle fait don de son domaine à l'Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui établissent une Commanderie[6]. Au château est adjoint le prieuré qui fut fondé par le premier Humbertien[7]. Ainsi qu'une somme de 3000 livres tournois afin de construire un hôpital pour les pauvres dans le lieu[8].

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Elle épousa le 5 juin 1219 Raymond Bérenger IV, comte de Provence. Ils eurent quatre filles qui devinrent quatre reines[2],[4] :

En tant que membre de la Maison de Savoie, elle est enterrée à l'Abbaye d'Hautecombe.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue,‎ 2007, 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 507.
  2. a, b et c Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine,‎ 2000, 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 468.
  3. a et b Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine,‎ 2000, 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 80.
  4. a et b Gérard Sivéry, Marguerite de Provence : Une reine au temps des cathédrales, Fayard,‎ 1987, 286 p. (ISBN 978-2-21364-782-1, lire en ligne).
  5. Alfred Jeanroy, La poésie lyrique des troubadours, Slatkine,‎ 1934, 814 p. (ISBN 978-2-05101-678-0), p. 175.
  6. a, b et c Joseph Mollin, « Une région de contact entre Préalpes et avant-pays, et de frontière entre Savoie et France : La plaine de Saint-Laurent-du-Pont - Les Echelles sous l'Ancien Régime », Revue de géographie alpine, vol. 48, no 3,‎ 1960, p. 486 (lire en ligne).
  7. Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 516 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 169, Article « Echelles (Les) ».
  8. Daniel Le Blévec, La part du pauvre : l'assistance dans les pays du Bas-Rhône du XIIe siècle au milieu du XVe siècle, Collection de l'École française de Rome,‎ 2000, 960 p. (ISBN 978-2-72830-622-0), p. 101.

Articles connexes[modifier | modifier le code]