Béarnaise (race bovine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Béarnaise.
BEARNAISE
{{#if:
Attelage de bœufs à l'écomusée de la Grande Lande à Marquèze
Attelage de bœufs à l'écomusée de la Grande Lande à Marquèze

Espèce Vache (Bos taurus)
Région d’origine
Région France, ouest des Pyrénées
Caractéristiques
Taille Grande à moyenne
Robe Unie froment
Autre
Diffusion Locale, race préservée
Utilisation Mixte

La Béarnaise est une race bovine française, présente au Béarn dans les Pyrénées.

Origine[modifier | modifier le code]

Vaches béarnaises sur le blason du Béarn.

Elle appartient au rameau blond. Elle est présente depuis des temps immémoriaux dans les vallées pyrénéennes du Béarn. La vache figure sur les armoiries du Béarn et au Moyen Âge, une monnaie en portait l'effigie[1]. Elle faillit disparaitre au XVIIIe siècle à cause d'une épizootie de fièvre aphteuse. Jusqu'au XIXe siècle, on distinguait la vache basque d'Urt, la basquaise de Barétous et la basquaise d'Aspe et d'Ossau. Elles furent réunies dans une race plus régionale : la blonde des Pyrénées, elle-même fusionnée avec la blonde du Quercy et la garonnaise pour la création de la blonde d'Aquitaine.

Sauvegarde de la race[modifier | modifier le code]

Au début des années 80, un petit noyau d'éleveurs avait encore une vingtaine de vaches et 3 taureaux du noyau montagnard de l'ancienne race en vallée d'Aspe. Ils avaient gardé ces individus mixtes pour leur production laitière: le lait était traditionnellement mélangé au lait de brebis pour donner des tommes de montagne.

L'époque de la sauvegarde du patrimoine génétique est arrivée, et les efforts de ces quelques éleveurs servirent de noyau pour reconstituer un troupeau viable. Vue la localisation à l'est des Pyrénées-Atlantiques, la race a pris le nom de béarnaise et a été réinscrite au catalogue des races françaises. En 2006, il y a près de cent vaches et 19 taureaux sont disponibles à l'insémination artificielle[2]. En 2013, on compte environ 200 individus dans une cinquantaine d’élevages. Elle est élevée en pure race pour atteindre une population de 500 individus qui la sauverait d'une trop forte consanguinité. Ce stade atteint, elle serait une race mère idéale avec des taureaux de race blonde d'Aquitaine, plus lourds, mais moins bien adaptés au terroir local.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Vaches béarnaises en estive

Elle porte une robe blonde allant du presque blanc aux pattes au garrot plus foncé, presque rouge chez le taureau. Elle porte de belles cornes vrillées, très longues et en lyre. Autrefois, le port de tête était un critère esthétique de sélection. C'est pourquoi aujourd'hui, elles sont parfaitement reconnaissables à leurs cornes.
Elle a une allure fine de laitière, élégante pour ses inconditionnels. Elle est de taille moyenne supérieure: 135 cm, et pèse environ 600 kg. Son mâle pèse 900 kg[3].

Aptitudes[modifier | modifier le code]

Vache béarnaise au salon de l'agriculture.

C'est une race classée mixte (lait et viande). Elle produit environ 2000 kg de lait sur une lactation courte de 200 jours. Le lait d'alpage est riche, de couleur foncée et parfumé; il se commercialise bien localement sous forme de tomme, mélangé ou pas avec du lait de brebis. La vache est une bonne mère et les veaux élevés sous la mère ont une viande fine, savoureuse et d'un bon rendement.

Elle a un tempérament vif et un pied sûr de montagnarde y compris en terrain accidenté : elle était autrefois utilisée pour sa force de travail : labour, débardage, etc. Elle reconstitue bien ses réserves après une disette. C'est une bonne mère qui nourrit bien son veau, même au détriment de ses propres réserves corporelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]