Azzolino della Ciaja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Azzolino Bernardino della Ciaja est un organiste, claveciniste et compositeur italien né à Sienne le 21 mai 1671 et mort à Pise le 15 janvier 1755[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Azzolino della Ciaja était issu d'une famille aisée, membre de l'Ordre des Chevaliers de Saint Etienne. Il reçut sa formation musicale au sein de cet ordre, pour lequel il travailla ensuite comme musicien.

On ne connaît pas tous les détails de sa vie. On sait qu'il a vécu à Pise de 1704 à 1713, période pendant laquelle il a entretenu des liens avec la ville de Florence en participant à la composition collective de plusieurs oratorios : en 1703 son nom figure parmi ceux des quatorze auteurs de l'oratorio Les Triomphes de Josué, et vers 1710 il a participé à la composition d'un autre oratorio, Josué Gabaon. Après 1713, on le retrouve à Rome jusqu'en 1730, puis il est à nouveau à Pise, où il mourut.

Il était expert en facture d'orgue, instrument pour lequel il a écrit quelques pièces (ricercari et autres pièces de contrepoint). À Pise, il a travaillé à la construction d'un orgue à quatre claviers et plus de soixante registres.

Sa contribution au répertoire du clavecin le place au tout premier rang en matière d'originalité. Six sonates publiées à Rome en 1727 se signalent par une modernité d'écriture qui surpasse encore celle de Domenico Scarlatti.

Elles sont constituées de 4 mouvements, dont les deux premiers sont toujours une toccata et une canzone, suivies de pièces diverses et de coupe binaire. Il utilise tous les procédés d'écriture possibles, allant d'un contrepoint strict et classique à la fantaisie la plus débridée, multipliant les traits de virtuosité, les syncopes, les ruptures rythmiques, les audaces harmoniques avec de multiples chromatismes et dissonances, et des modulations inattendues. Il écrit un des tout premiers glissandos de l'histoire de la musique baroque.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 268