Azuma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Azuma
Image illustrative de l'article Azuma
Croiseur Azuma

Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg
Commanditaire Marine impériale japonaise
Commandé en 1896
Quille posée mars 1898
Lancement 24 juin 1899
Armé 28 juillet 1900
Statut détruit en 1945
Caractéristiques techniques
Type Croiseur cuirassé
Longueur 136 m
Maître-bau 18,2 m
Tirant d'eau 7,21 m
Déplacement 8 650 tonnes
Port en lourd 9 456 tonnes
Propulsion 2 machines à vapeur à multiple expansion (24 chaudières)
Puissance 16 000 CV
Vitesse 20 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture = 88-178 mm
pont = 66 mm
kiosque = 75-360 mm
Barbette = 150 mm
tourelle = 150 mm
casemate = 50-150 mm
Armement (2 × 2) canons de 203 mm
12 canons de 152 mm
12 canons de 12-pounder
12 canons (Hotchkiss) de 57 mm
5 tubes lance-torpilles de 457 mm
Rayon d'action 7 000 milles nautiques à 10 noeuds (1300 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 644
Chantier naval Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire Drapeau de la France France

L’Azuma fut un croiseur cuirassé de 1re classe de la Marine impériale japonaise. Il fut réalisé par le chantier naval français de Saint-Nazaire.
Il porte l'ancien nom de la région japonaise du Kantō.

Conception[modifier | modifier le code]

L’Azuma fut l'un des six croiseurs cuirassés dont la construction par des chantiers navals à l'étranger a été ordonnée après la guerre sino-japonaise de 1894-1895 dans le cadre du « Programme six-six » (six cuirassés et six croiseurs) destiné à être l'épine dorsale de la marine impériale japonaise.
Presque toutes les commandes ont été passées avec les chantiers navals au Royaume-Uni, mais pour des raisons politiques et diplomatiques, l’Azuma a été commandé à la France et son quasi-sister-ship le Yakumo à l'Allemagne.

Bien que la conception de base des six croiseurs de ce « programme six-six » a été essentiellement la même, chaque chantier naval a eu une grande liberté pour en modifier le design. L’Azuma, pour sa propulsion, a été équipé de 24 chaudières Belleville, qui étaient considérées comme les plus avancées de l'époque. Il fut le plus long des six croiseurs, difficulté majeure car il ne pouvait pas entrer en cale-sèche dans les ports japonais pour réparation.

L'artillerie principale de l’Azuma se composait de canons de 203 mm, de calibre 45, en double-tourelles en avant et arrière du navire. Les tourelles avaient une rotation gauche-droite de 150 degrés et une élévation de 30 degrés permettant des tirs à 18 000 mètres.
L'artillerie secondaire de canons de 152 mm, en calibre 40, avait une portée de 9 140 mètres, et pouvait tirer cinq obus par minute (jusqu'à sept par minute pour un équipage très qualifié). L’Azuma a également été équipé d'un bélier de proue.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’Azuma a participé à la guerre russo-japonaise de 1904-1905, sous le commandement du futur amiral Yashiro Rokurō (en) durant la bataille d'Ulsan le 9 février 1904, puis a pris part à la bataille de la mer Jaune, et à la bataille de Tsushima. Après cette guerre, il a été retiré du service en 1re ligne pour servir de navire-école.

Au début de la Première Guerre mondiale, l’Azuma a servi d'escorteur pour les convois dans l'océan Indien entre Singapour et le canal de Suez dans le cadre de la contribution japonaise à l'effort de guerre dans l'Alliance anglo-japonaise. Ensuite il est retourné au port de Maizuru pour la flotte d'entraînement.

Le 1er septembre 1921, l’Azuma a été classifié comme un navire de défense côtière et est resté à quai.

Après le début de la guerre du Pacifique en 1941, bien qu'obsolète, l’Azuma a été ré-armé le 1er juillet 1942 comme navire-auxiliaire. Il a été démilitarisé le 15 février 1944 et abandonné dès 1945. L'ancrage de l’Azuma est conservé à Tokyo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Conway's All The World's Fighting Ships 1860-1905 (1979 - p 225) (ISBN 0 85177 133 5)

Sources[modifier | modifier le code]