Azoture d'imidazole-1-sulfonyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Azoture d'imidazole-1-sulfonyle
Imidazole-1-sulfonyl azide.png
Structure de l'azoture d'imidazole-1-sulfonyle
Identification
Nom IUPAC N-diazoimidazole-1-sulfonamide
No CAS 952234-37-6
PubChem 23583981
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C3H3N5O2S  [Isomères]
Masse molaire[1] 173,153 ± 0,009 g/mol
C 20,81 %, H 1,75 %, N 40,45 %, O 18,48 %, S 18,52 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'azoture d'imidazole-1-sulfonyle est un azoture organique qui peut être utilisé en synthèse organique comme alternative à l'azoture de triflyle. Il se présente sous la forme d'un liquide incolore explosif. Il peut également être utilisé sous forme de chlorhydrate (CAS#952234-36-5), qui est présente moins de risques d'explosion.

Ce composé n'est pas distribué dans le commerce et doit être préparé in situ en traitant du chlorure de sulfuryle SO2Cl2 avec de l'azoture de sodium NaN3 dans de l'acétonitrile N≡C–CH3 puis en ajoutant un excès d'imidazole (CH)2N(CH)(NH). Le chlorhydrate est précipité à l'aide d'acide chlohydrique éthanolique HCl·HOCH2CH3[2].

Préparation de l'azoture d'imidazole-1-sulfonyle.

L'azoture d'imidazole-1-sulfonyle agit comme l'azoture de triflyle en convertissant les amines primaires et les sels d'ammonium en azotures, ce qui est la réciproque de la réaction de Staudinger. Il agit également en transférant le groupe diazo >CN2 en présence de catalyseur cuivre(II), nickel(II), zinc(II) et de sels de cobalt(II)[2].

Comme tous les azotures organiques, l'azoture d'imidazole-1-sulfonyle est potentiellement explosif. Le chlorhydrate d'azoture d'imidazole-1-sulfonyle est, quant à lui, insensible aux chocs, aux broyage énergique et à un chauffage prolongé à 80 °C ; il se décompose cependant violemment lorsqu'il est porté à une température de 150 °C. Des publications plus récentes font état de l'hydrolyse progressive du chlohydrate au cours de stockage qui a pour effet de libérer de l'acide azothydrique HN3, lequel rend la substance sensible aux chocs[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a, b et c (en) Ethan D. Goddard-Borger et Robert V. Stick, « An Efficient, Inexpensive, and Shelf-Stable Diazotransfer Reagent:  Imidazole-1-sulfonyl Azide Hydrochloride », Organic Letters, vol. 9, no 19,‎ 2007, p. 3797-3800 (lire en ligne) DOI:10.1021/ol701581g PMID : 17713918
    (en) Ethan D. Goddard-Borger et Robert V. Stick, « An Efficient, Inexpensive, and Shelf-Stable Diazotransfer Reagent: Imidazole-1-sulfonyl Azide Hydrochloride – Addition/Correction », Organic Letters, vol. 13, no 9,‎ 2011, p. 2514-2514 (lire en ligne) DOI:10.1021/ol2007555
  3. (en) Niko Fischer, Ethan D. Goddard-Borger, Robert Greiner, Thomas M. Klapötke, Brian W. Skelton et Jörg Stierstorfer, « Sensitivities of Some Imidazole-1-sulfonyl Azide Salts », Journal of Organic Chemistry, vol. 77, no 4,‎ 2012, p. 1760-1764 (lire en ligne) DOI:10.1021/jo202264r