Azienda Tramvie ed Autobus del Comune di Roma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Atac.

ATAC S.p.A.

Création 1909
Dates clés 1845, Création de STRO Société Romaine des Omnibus
1909, Création de AATM transports par tram
1911, AATM devient ATM Rome avec l'introduction d'autobus
1919, ATM Rome absorbe STRO
1928, Devient ATAG
1930, Suppression des lignes de tram du centre ville remplacées par des autobus
1937, Introduction des 2 premières lignes de trolleybus
1944, Passage sous responsabilité municipale et devient ATAC
2006, ATAC crée les filiales Trambus et Met.Ro
2010, ATAC absorbe ses filiales et redevient le seul organisme de service de transports publics de Rome.
Fondateurs Ernesto Nathan.
Forme juridique S.A. de service public
Siège social Drapeau d'Italie Rome (Italie)
Direction Luigi Legnani - Maurizio Basile
Activité Transport de voyageurs, exploitation, gestion d'infrastructure et ingénierie
Produits Métro, Réseau de bus et tramway ATAC
Effectif 12 957 (31 décembre 2009)
Site web www.atac.roma.it
Chiffre d’affaires 1,135 Mds (2009)
Station Manzoni linea A métro de Rome

L'Azienda Tramvie ed Autobus del Comune di Roma plus communément appelée ATAC (en français : « Entreprise trams et autobus de la commune de Rome »), est actuellement une société anonyme, concessionnaire du service public des transports de la zone urbaine de Rome ainsi qu'un certain nombre de municipalités de la périphérie. Son appellation est ainsi devenue : Agenzia per i Trasporti Autoferrotranviari del Comune di Roma - Office des transports urbains bus et trams.

Durant l'année 2009, ATAC a transporté 11 480 966 529 passagers[1].

L'origine des transports de Rome avant 1909[modifier | modifier le code]

Le premier service de transports publics dans la ville de Rome remonte à 1845 constitué d'un omnibus à chevaux qui allait de la Place Montanara jusqu'à la Basilique de Saint Paul, hors des murs de la ville. Après l'unité italienne en 1860 et avec le besoin croissant de moyens de transports public, des entreprises privées commencèrent à gérer bon nombre de lignes. La première convention entre la commune de Rome et la "Società Romana degli Omnibus" (SRTO) - Société Romaine des Omnibus, pour l'exploitation d'un réseau structuré de transport public avec des omnibus à chevaux, fut signée en 1876.

À cette même période, le transport par tram commença à se développer. la première concession attribuée à Rome fut celle qui allait depuis la Piazza del Popolo jusqu'à Ponte Milvio le long de la Via Flaminia, en 1877. Les lignes étaient très nombreuses dont celle qui relia, à partir du 1er novembre 1879, le cimetière de Verano à la Gare de Roma Termini. Depuis la Porte San Lorenzo, cette ligne avait une correspondance avec la ligne 1 de tram Rome-Tivoli. La première ligne de tram électrifiée fut opérationnelle en 1895 sur le trajet entre Piazza San Silvestro - via Capo - Gare de Roma Termini.

En 1900, le réseau de transport public géré par SRTO - dans un régime de strict monopole, comprenait 10 lignes omnibus, 15 lignes de trams dont 11 électrifiées[2].

L'ATAC : chronologie[modifier | modifier le code]

Panneau électronique qui renseigne sur les temps d'attente.

Fondée en 1909 sous le nom de AATM (Azienda Autonoma Tramviaria Municipale) à l'initiative du Maire de Rome de l'époque, Ernesto Nathan. L'entreprise change très rapidement de dénomination et devient ATM (Azienda Tramvie Municipali) et débute le service comercial le 21 mars 1911 avec la ligne III entre Piazza Colonna et Santa Croce in Gerusalemme. Les lignes ATM portaient des chiffres romains afin de bien les distinguer de celles de la SRTO qui poursuivait sa gestion des lignes urbaines de tram[3].

En 1919, ATM commence l'intégration progressive des lignes SRTO et absorbera complètement cette entreprise.

En 1926, Rome est gérée par un Gouverneur qui remplace le Maire. Deux ans plus tard, ATM devient ATG, avec M de municipal qui devient G de Gouvernorat.

Le [21 décembre 1929, SRTO disparaît définitivement. L'entreprise ne gérait plus qu'une seule ligne cette année-là. ATAG ayant repris l'ensemble du matériel et du personnel au fil des ans.

Le 1er janvier 1930 ATAG entreprend une réforme radicale du réseau romain. Toutes les lignes de tram sont supprimées dans le centre historique de la ville et remplacées par des autobus. Après cette réforme, le réseau est caractérisé par des lignes radiales qui partent du boulevard circulaire interne et qui sont reliées par un boulevard circulaire extérieur très en dehors de la ville. Depuis les terminaux de ces lignes radiales de tram, des lignes de bus de banlieue assurent les transports plus lointains. Cette disposition est devenue la caractéristique du réseau romain durant des décennies.

Le 8 janvier 1937 les deux premières lignes de trolleybus sont inaugurées, les lignes 137 et 138, dans le quartier Flaminio.

Le 9 août 1944, avec la fin de la dictature de Mussolini et le retour au statut de la Commune de Rome en lieu et place du Gouvernorat, l'ATAG devient ATAC et consacre tous ses efforts à la reconstruction du réseau et du parc véhicules. Durant les deux premières années de l'après guerre, un service minimum est assuré par des véhicules légers et ce n'est qu'en février 1947 qu l'ATAC remettra en service les 6 premières lignes. Le retour à la densité du réseau tel qu'il était avant la guerre ne sera opérationnel qu'en 1948.

Durant les années 1950, on assiste à l'expansion du réseau de trolleybus au détriment de celui des trams, qui subira un rude coup quand, en 1960, pour préparer les Jeux olympiques d'été de Rome en 1962, de très nombreuses lignes de tram seront supprimées, dont celles des boulevards circulaires intérieurs et extérieurs, par une myriade d'autobus Fiat 410.

En juillet 1972, la dernière ligne de trolleybus 47 sera supprimée et le nombre de lignes de tram réduit. Le réseau ATAC est quasi exclusivement desservi par des autobus.

En 2000, le fonctionnement de l'ATAC subit une profonde transformation. L'ATAC ne conserve que la propriété des moyens de transport, des installations de tram et de trolleybus, mais a cédé la gestion de l'exercice commercial du réseau à des sociétés concessionnaires extérieures. La plus grande partie des lignes de la capitale italienne a été reprise par la société Trambus, filiale d'ATAC. Seules quelques lignes périphériques ont été concédées à des sociétés tierces.

En 2006, ATAC abandonne son ancien siège social de via Volturno et devient l'Office pour la Mobilité de la Commune de Rome, englobant la société STA, qui gérait les parking payants de Rome. Désormais l'ATAC s'occupe de la mobilité des habitants, de la gestion du stationnement des feux rouges et des couloirs réservés dans les rues et avenues de la capitale.

La gestion du service de transport public par autobus, tramway et trolleybus (remis en service en 2005) en surface, est de la compétence de la société Trambus, contrôlée à 100 % par la Commune de Rome et par la société Tevere Tpl pour les lignes périphériques (filiale d'entreprises privées SITA SpA, APM (Perugia) et Cotri). Les lignes de métro, A et B) ainsi que les voies ferrées concédées de la Région Latium, c'est-à-dire les lignes Rome-Pantano, Rome-Civitacastellana-Viterbo et Rome-Ostie, sont gérées par la société Met.Ro, contrôlée à 95 % par la Commune de Rome.

Le 1er janvier 2010, ATAC, Met.Ro, et Trambus fusionnent au sein de la nouvelle entité Azienda Tramvie ed Autobus del Comune di Roma (ATAC).

Le parc véhicules[modifier | modifier le code]

Irisbus Cityclass ATAC 4297 dans les rues de Rome

Au 31 décembre 2009, l'ATAC disposait de[1] :

  • 2 205 autobus
  • 164 trams
  • 30 trolleybus
  • 86 rames de métro
  • 93 trains pour les dessertes régionales

Tarifs[modifier | modifier le code]

Le ATAC offre aux utilisateurs deux modes de paiement, le billet et l'abonnement, valable d'utiliser tous les moyens de transport publics (bus, bus COTRAL, trolleybus, tramways, métros, chemins de fer régionaux, l'ATAC chemins de fer régionaux Trenitalia) sur le territoire de la municipalité de Rome. Remarques Billets Validité des coûts BIT (Built-in Ticket Temps) 1,50 € 100 minutes. - BIG (Integrated ticket journalier) € 6,00 par jour par estampage à 24,00 BTI (billet touristique intégré) 16,50 € 3 Jours d'emboutissage jusqu'à 24h00 le Jour 3 De la CEI (Integrated hebdomadaire) 7 jours à compter de € 24,00 estampage jusqu'à 24h00 le jour 7

En ce qui concerne l'abonnement, vous pouvez également, dans les guichets de l'ATAC, demandez la carte Metrebus pour se recharger à la fin de l'abonnement. En outre, l'ATAC, présente des avantages pour ceux qui souscrit à: Abonnements coûté notes de validité € 35,00 Un mois calendrier personnel mensuel ne peut être transférée Mois du calendrier mensuel impersonnelle € 53,00 A transférable Annuel de Rome € 250,00 par an -

Y a-t-il fourchettes de prix en fonction du revenu pour les tarifs. Pour plus d'informations, s'il vous plaît visitez la page correspondante [10] sur le site ATAC.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.atac.roma.it/files/doc.asp?r=1051
  2. Fonte: Roma in movimento citato.
  3. La questione della municipalizzazione del servizio di trasporto urbano a Roma si inseriva in un dibattito assai vivace, in quegli anni, sulla gestione pubblica dei servizi di rete a valore aggiunto (trasporti, gas, elettricità), di cui fu protagonista teorico - e, a Roma, anche operativo - Giovanni Montemartini. Si veda, in proposito, Antonio di Majo, Giovanni Montemartini nella teoria e nella pratica dell'economia pubblica (www-1.unipv.it).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Grazia Pagnotta, Roma in movimento nelle fotografie dell'archivio ATAC 1900-1970. Roma 2002, Editori Riuniti

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]