Azéris d'Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Azéris iraniens

Populations significatives par région
Population totale Entre 12 700 000/15 000 000 et 30 000 000[1],[2]
Autres
Langues

Azéri

Religions

Majoritairement islam chiite, quelques sunnites, autres

Ethnies liées

Azéris, autres peuples turcs

Les Azéris d'Iran (azéri : ایران آذربایجانلیلاری, İran azərbaycanlıları ; persan : ایرانیان آذربایجانی) sont l'un des groupes ethniques de l'Iran, habitant principalement dans les provinces du nord-ouest : Azerbaïdjan oriental, Azerbaïdjan occidental, Ardabil, Zanjan et Markazi. De nombreux autres vivent à Téhéran, dans le Fars et d'autres régions. De plus, des communautés azéris iraniennes expatriées durant le XXe siècle vivent aux États-Unis, en Allemagne, au Canada, en Turquie ou en France.

Les azéris sont le deuxième groupe ethnique le plus important en Iran après les persans. Selon diverses estimations, leur nombre en Iran varierait entre 16 et 25 % de la population iranienne (soit entre 12 700 000/15 000 000 (selon les estimations de la CIA et du gouvernement iranien dans le second cas) et 30 000 000 (selon les estimations des nationalistes azéris) de personnes en 2013)[1],[2].

Généralement, les Azéris en Iran ont été "une minorité linguistique bien intégrée", d'après des universitaires comme l'anthropologue Patricia Higgins. En fait, jusqu'à la dynastie Pahlavi au XXe siècle, "l'identité de l'Iran n'était pas exclusivement perse, mais supra ethnique", puisqu'une grande partie du pouvoir politique, à partir du XIe siècle avait été turc. Les groupes Turcs et iraniens étaient intégrés jusqu'au XXe siècle pendant lequel le nationalisme et le communautarisme ont altéré la perception populaire. Malgré les frictions, les Azéris en Iran ont commencé à être bien représentés à tous les niveaux des "hiérarchies politiques, militaires et intellectuelles aussi bien que religieuses."

Le ressentiment naquit avec les politiques des Pahlavi qui supprimaient l'usage de l'azéri dans les gouvernements locaux, les écoles et la presse. Cependant, avec l'avènement de la révolution iranienne en 1979, l'emphase s'est détournée du nationalisme puisque le nouveau gouvernement mettait en avant la religion comme facteur d'unification. Au sein du gouvernement révolutionnaire islamique émergea une faction nationaliste azérie menée par l'Ayatollah Kazem Shariatmadari, qui était partisan d'une autonomie régionale plus grande et voulait que la constitution soit révisée pour inclure les athées et les partis d'opposition; ceci lui fut refusé[3]. Le nationalisme azéri a connu des hauts et des bas depuis la révolution iranienne et a récemment culminé avec des émeutes causées par la publication en mai 2006 d'une série de dessins que de nombreux Azéris ont trouvé infamants. Le dessin a été réalisé par Mana Neyestani - lui-même Azéri- qui a été licencié à cause de la controverse, de même que son éditeur Mehrdad Qasemfar[4].

En dépit de problèmes sporadiques, les Azéris sont une communauté intrinsèque à l'Iran. Actuellement, les conditions de vie des Azéris en Iran ressemblent très fortement à celles des persans:

« Les styles de vie des Azéris urbains ne diffèrent pas de ceux des persans, et les mariages mixtes entre les gens appartenant aux classes supérieures sont courants dans les cités de peuplement mixte. De même, les coutumes des villageois Azéris ne semblent pas différer de manière marquée de celles des villageois persans. »

Les Azéris en Iran ont des postes importants, comme l'Ayatollah Ali Khamenei occupant actuellement le poste de Guide suprême. Les Azéris en Iran restent assez conservateurs en comparaison avec la plupart des Azéris de la République d'Azerbaïdjan. Néanmoins, depuis l'indépendance de la République d'Azerbaïdjan en 1991, les contacts transfrontaliers entre les Azéris des deux côtés de la frontière ont connu un regain d'intérêt.

Quelques Azéris iraniens célèbres[modifier | modifier le code]

Anciens[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Royauté[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b "Iran: People", CIA: The World Factbook: 16% of Iran's total population out of 79,853,900 (July 2013 est.).
  2. a et b (en) Svante Cornell, Iranian Azerbaijan: A Brewing Hotspot, Présentation au Symposium intitulé « Human Rights and Ethnicity in Iran », organisé par un parti politique suédois au Parlement, Stockholm, 22 novembre 2004, p. 1 (lire en ligne)
  3. "Shi'ite Leadership: In the Shadow of Conflicting Ideologies", par David Menashri, Iranian Studies, 13:1-4 (1980) ISSN 0021-0862.
  4. (en) "Iranian paper banned over cartoon" - BBC News, 23 mai 2006 (consulté le 15 juin 2006)

Liens externes[modifier | modifier le code]