Aymerigot Marchès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aymerigot Marchès, aussi nommé dans les chroniques du temps Mérigot Marchès[1], né vers 1360 aux confins du Limousin et de l'Auvergne, fut un célèbre mercenaire devenu routier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mérigot Marchès, né dans le château de Beaudéduit, à quatre lieues de Limoges, est le fils d'un petit seigneur limousin qui « lequel chastel tenait [...] en foi et hommage de l'évêque de Limoges »[2]. À l'âge de dix ans, son père le donna « à messire Thomas de Roux, chevalier, tenant le parti d'iceux Anglais »[3] qui le garda trois ans puis le donna « à messire Goussier Helias, chevalier, [...] tenant le parti d'iceux Anglais »[3]

Au cours de la guerre de Cent Ans, Marchès fut à la solde des Anglais. À la tête d'une grande compagnie, il sema la terreur durant des années, et occupa notamment le château de La Roche-Vendeix, près de La Bourboule.

Plusieurs histoires locales indiquent sa grande activité en Limousin à Châtelus-le-Marcheix ou La Jonchère-Saint-Maurice. Marchès fut un fidèle du redouté Geoffroy Tête Noire.

Charles VI, excédé par les méfaits de Marchès en Auvergne et Limousin, le fit capturer. Marchès fut exécuté à Paris en juillet 1391.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Registre criminel du Châtelet, 9 juillet 1392, in [SBF2], pp. 177-213.
  2. Op. cit., p. 184
  3. a et b op. cit., p. 184

Références[modifier | modifier le code]

  • [SBF2] Registre criminel du Châtelet à Paris du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, volume 2, publié par la Société des bibliophiles françois, Charles Lahure imprimeur, Paris, 1864.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]