Aya Kōda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koda.

Aya Kōda (幸田 文, Kōda Aya?, 1er septembre 1904 - 31 octobre 1990) est une essayiste et romancière japonaise, deuxième fille du romancier Kōda Rohan de l'ère Meiji. Sa fille Tama Aoki et sa petite-fille Nao Aoki Sont également écrivaines.

Kōda est née à Tokyo. Elle perd sa mère à l'âge de 5 ans puis plus tard son petit frère et sa petite sœur. Elle étudie à l'école pour femmes de Tokyo (Joshigakuin). Elle se marie à 24 ans, mais divorce après 10 ans et retourne avec sa fille, Tama, pour vivre avec son père. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle aide son père à conserver son emploi, ainsi qu'il est rapporté dans Koishikawa no Ie (小石川の家, « La Maison à Koishikawa ») de Tama Aoki. Ses premières œuvres, écrites quand elle avait 43 ans, sont les mémoires de la vie avec son père; elles comprennent Chichi (父, « Mon Père ») et Konna koto (こんなこと, « Une pareille affaire »). Reçus comme les écrits d'une fille dévouée, ils obtiennent un succès critique.

Ses récits ultérieurs, romans et essais explorent la vie des femmes, la famille et la culture traditionnelle. Ils comprennent le roman de 1955 Nagareru (Flowing), adapté au cinéma, ainsi que des essais tels que Kakera (« Fragments ») et Mono Iwanu Issho no Tomo (« Un ami pour la vie »), et des nouvelles dont Hina (« Poupées pour un jour spécial ») et Kunsho (« La Médaille »). Elle est lauréate du prix Yomiuri en 1955 pour Kuroi suso.

Titres (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Kuroi Suso (黒い裾, « Jupe noire »)
  • Nagareru (流れる, Flowing)
  • Tatakai (闘, « Combat »)
  • Otōto (おとうと, « Mon petit frère »)
  • Misokkasu (みそつかす, Outsiders)
  • Shuen (终焉, « Les dernières heures »)
  • Soso no ki (葬送の記, ) « Description d'un enterrement »

Références[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]