Axiome péripatétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'axiome péripatétique est : « Rien n'est dans l'intellect qui ne soit d'abord passé dans les sens » (en latin : « Nihil est in intellectu quod non prius in sensu »).

L'axiome se retrouve sous cette forme dans l'ouvrage Quaestiones disputatae De veritate de Thomas d'Aquin[1] et tire son nom de l'école péripatétique fondée par Aristote à laquelle on a attribué la paternité de ce principe. Plusieurs auteurs empiristes[2],[3],[4] et matérialistes[5],[6],[7] s'en sont par la suite revendiqués ou ont fondé sur lui leur réflexion philosophique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul F. Cranefield, « On the Origins of the Phrase Nihil est in intellectu quod non prius fuerit in sensu », Journal of the History of Medicine, vol. 25 (1970), pp. 77-80.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas d'Aquin, Questions disputées sur la vérité, q. 2, a. 3, arg. 19.
  2. John Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chap. I, § 2.
  3. George Berkeley, Les principes de la connaissance humaine.
  4. David Hume, Traité de la nature humaine, livre I.
  5. Julien Offray de la Mettrie, Histoire naturelle de l'âme, chap. I.
  6. Claude-Adrien Helvétius, De l'esprit, livre I, chap. I.
  7. Paul-Henri Thiry d'Holbach, Système de la nature, livre I, chap. 10.