Axelle Lemaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemaire.
Axelle Lemaire
Axelle Lemaire en août 2011.
Axelle Lemaire en août 2011.
Fonctions
Secrétaire d'État chargée du Numérique
En fonction depuis le 9 avril 2014
(8 mois et 20 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls I et II
Prédécesseur Fleur Pellerin
Députée de la 3e circonscription des Français établis hors de France
20 juin 20129 mai 2014
(1 an, 10 mois et 19 jours)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC
Prédécesseur Circonscription créée
Successeur Christophe Premat
Biographie
Date de naissance 18 octobre 1974 (40 ans)
Lieu de naissance Ottawa (Canada)
Nationalité Française
Canadienne
Parti politique Parti socialiste
Enfant(s) 2
Diplômé de IEP de Paris
Université Panthéon-Assas
King's College
Profession Politicienne
Résidence Paris

Axelle Lemaire, née le 18 octobre 1974 à Ottawa, est une femme politique franco-canadienne membre du Parti socialiste.

Élue en 2012 députée de la troisième circonscription des Français établis hors de France (Europe du Nord) et secrétaire nationale du Parti socialiste aux droits de l'Homme[1], elle est secrétaire d’État chargée du Numérique dans le gouvernement Valls I depuis le 9 avril 2014. Le 26 août 2014 elle est reconduite dans ses fonctions dans le gouvernement Valls II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Axelle Lemaire est née au Canada d’une mère française et d’un père québécois[2]. Ayant grandi à Hull, au Québec, elle arrive à Montpellier à l’adolescence et poursuit des études supérieures, d’abord de lettres modernes (hypokhâgne) puis de sciences politiques à Sciences Po (section service public).

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Elle se spécialise en droit international (maîtrise, DEA à l'Université Panthéon-Assas et maîtrise au King's College de Londres) avant d’enseigner le droit à l’université et d’intégrer un société d’avocats[3]. Elle a travaillé notamment pendant quelques années auprès de l'ancien MP travailliste Denis MacShane à la chambre des Communes[4].

En 2014, elle devient marraine de la promotion 2017 de l'ENSEA.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

François Hollande et Lemaire, au siège du PS, en août 2011.

De 2008 à 2012, Lemaire est la secrétaire de la section du PS de Londres. Secrétaire nationale aux Français de l'étranger en 2012, elle est nommée secrétaire nationale aux droits de l'Homme en novembre 2012[5].

Lors des élections législatives de 2012, elle est élue députée de la 3e circonscription des Français établis hors de France en l'emportant avec 54,76 % des voix[6].

Son suppléant est le Dr Christophe Premat[7], qui travaille à l’institut français de Suède où il est responsable de la promotion de la langue française et des formations des professeurs de français[8], et qui vit à Södertälje, près de Stockholm.

Selon le site internet lepoint.fr, son lieu de résidence à Londres, qu'elle ne souhaite pas quitter, et ses responsabilités de mère de deux jeunes enfants l'auraient conduite, le 21 juin 2012, à refuser[9] le portefeuille de « secrétaire d'État » (ministre déléguée, en réalité) auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Français de l'étranger, dans le deuxième gouvernement de Jean-Marc Ayrault, fonction qui lui était proposée par le président François Hollande, en remplacement de Yamina Benguigui, qui cumulait cette fonction avec celle de ministre déléguée à la Francophonie, dans le premier gouvernement Ayrault. Après qu'elle a décliné cette offre[10], c'est la sénatrice Hélène Conway-Mouret qui est devenue ministre déléguée des Français de l'étranger, tandis que Yamina Benguigui conservait le portefeuille de la Francophonie.

Désignée secrétaire de la commission des Lois constitutionnelles, de la Législation et de l'Administration générale de la République, elle est, en 2013, rapporteur pour avis du projet de loi de régulation des activités bancaires. En 2013, elle est chef de file du groupe socialiste, républicain et citoyen lors de l'examen du projet de loi pour l'égalité entre les femmes et les hommes[11].

Elle est également membre de la commission des Affaires européennes, pour laquelle elle suit plus précisément le secteur du numérique[12]. Elle a rédigé un rapport sur la stratégie numérique de l'Union européenne en octobre 2013[13]. Elle est également présidente du groupe d’amitié parlementaire France/Grande-Bretagne et Irlande du Nord et s'intéresse à la protection des droits fondamentaux et des libertés publiques, la politique européenne, les secteurs du numérique et de l’innovation, l’entrepreneuriat, l’intelligence économique, la régulation bancaire[2].

Le 9 avril 2014, elle est nommée secrétaire d’État chargée du Numérique, sous l'autorité du ministre de l’Économie et du redressement productif[14], dans le gouvernement Valls I[15]. Elle est confirmée dans ses fonctions dans le gouvernement Valls II en août, sous la tutelle d'Emmanuel Macron.

Durant son mandat de secrétaire d’État chargée du Numérique Axelle Lemaire se prononce sur la défense du principe de neutralité du réseau. Elle cherche également à « libérer des masses financières importantes vers les start-up » et s'oppose à L'Icann sur l'utilisation de noms de domaines génériques[16]. Axelle Lemaire plaide aussi pour une « République numérique » : « Le numérique doit être un outil au service du développement économique, de l'inclusion sociale et de l'animation de la vie dans les territoires. La République numérique, c'est une stratégie globale qui se décline au sein du gouvernement, pour chacun des ministères ». Axelle Lemaire conseille aux libraires de collaborer avec Amazon en les prévenant qu'il ne sert à rien de s'enfermer dans "des réflexes défensifs de résistance"[17].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lemaire habite avec son époux et deux enfants à Paris (avant à Londres).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :