Awa Marie Coll Seck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seck.
Awa Marie Coll Seck
Awa Marie Coll-Seck en 2012.
Awa Marie Coll-Seck en 2012.
Fonctions
Ministre de la Santé et de l'Action sociale
En fonction depuis le 4 avril 2012
Gouvernement Gouvernement Mbaye
Gouvernement Touré
Prédécesseur Modou Diagne Fada
Ministre de la Santé, de l'Hygiène et de la Prévention
12 mai 200122 août 2003
Président Abdoulaye Wade
Gouvernement Gouvernement Boye
Gouvernement Seck I
Prédécesseur Abdou Fall
Successeur Issa Mbaye Samb
Biographie
Date de naissance 1951
Lieu de naissance Dakar (Sénégal)
Nationalité Drapeau : Sénégal Sénégalaise
Diplômé de Université Cheikh Anta Diop
Profession Médecin-chercheuse

Le professeur Awa Marie Coll, épouse Seck, née le 1er mai 1951, est une médecin et femme politique sénégalaise. Chercheuse, en particulier sur le SIDA auquel elle a consacré de nombreuses publications, elle a été responsable de département à l'ONUSIDA à Genève de 1996 à 2001. Entre 2001 et 2003 et depuis 2012, elle est la ministre de la Santé du Sénégal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée et mère de quatre enfants.

Études et formation[modifier | modifier le code]

A la fin de ses études de médecine, elle réussit un concours d’internat des hôpitaux de Dakar en 1975 et obtient son doctorat d’État en médecine en 1978. En 1979-1980, elle passe une année au service de réanimation des maladies infectieuses de l’hôpital de la Croix-Rousse de Lyon en qualité d’assistante à titre étranger. De retour au Sénégal, elle obtient respectivement en 1982 et 1984 ses diplômes de spécialisation en bactériologie – virologie et en maladies infectieuses et tropicales à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar. De 1982 à 1988, elle suit de nombreuses formations en méthodologie de la recherche et en pédagogie à Dakar, Libreville et Bordeaux. En 1984, à 33 ans, elle est la première femme agrégée de médecine au Sénégal et devient ainsi l’une des pionnières en Afrique francophone. En 1987, le cours d’épidémiologie appliquée et bio-statique, co-organisé par la fondation Mérieux et le CDC d’Atlanta qu’elle suit à Annecy, en France, lui permet de parfaire ses compétences dans ce domaine et d’être membre de l'Association des épidémiologistes de terrain.

Carrière dans le domaine médical[modifier | modifier le code]

En 1989, elle est nommée professeur titulaire de la chaire de maladies infectieuses à l'université de Dakar et chef du service des maladies infectieuses au centre hospitalier universitaire de Fann (Dakar). De 1989 à 1996, elle est responsable du groupe clinique-counseling du Comité national de lutte contre le sida (CNLS). À ce titre, elle coordonne les activités de prise en charge médicales et psychosociales des malades du sida, dont elle a diagnostiqué le premier cas au Sénégal en 1986, ainsi que la formation des personnels de la santé et de l’action sociale en matériel de MST/sida. Pendant cette période, elle est également membre du comité directeur du programme de lutte contre le paludisme du Sénégal (1994-1996) et membre de l’équipe-pays de l’OMS Sénégal (1993-1994).

L’itinéraire professionnel d'Awa Marie Coll-Seck inclut les Nations unies, où elle a servi de 1996 à 2001 au sein du programme conjoint des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) : d’abord en qualité de directrice du département d'appui aux pays. Elle y a supervisé une équipe d’experts internationaux de haut niveau, chargés d’élaborer les politiques et stratégies dans les domaines techniques, éthiques et des droits de l’homme avec un accent particulier sur le groupes vulnérables, d’améliorer l’accès au traitement notamment aux antirétroviraux, de documenter et diffuser les meilleurs pratiques et de renforcer les capacités des pays.

Elle est membre fondateur ou membre de bureau de plusieurs associations et réseaux internationaux parmi lesquels : la Société internationale de pathologie infectieuses, le Réseau africain de recherche en santé de la reproduction (The Population Council), l’organisation pan-africaine de lutte contre le sida (OPALS), le Réseau africain de recherche sur le sida, le Réseau africain « Éthique, droit et VIH » (PNUD) et la Society for Women and AIDS in Africa (SWAA). Elle a effectué de nombreuses consultations à la demande de différentes organisations internationales. Elle a été membre de l’équipe de l'OMS, chargée d’élaborer le document sur « Santé et développement » en décembre 1993 et de l'équipe d’évaluation du Global Program on AIDS (GPA) en 1992-1993. Elle a co-présidé le trac B (clinique) du comité préparatoire de la 10e conférence internationale sur le sida de Vancouver (Canada) de mai 1995 à juillet 1996. Elle a été également responsable de projets de recherche sur le sida en collaboration notamment avec l’agence nationale de recherche sur le SIDA en France (ANRS), l'Institut Harvard, l’université de Seattle, le NIH, les laboratoires pharmaceutiques ou le PNUD.

D’autres thèmes de santé publique comme la vaccination contre la rougeole et la coqueluche, l’hépatite B, le tétanos, les méningites ou la tuberculose font partie de ses domaines de recherche. Elle compte une bibliographie riche de plus de 150 publications.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Elle a été rappelée au Sénégal par le président de la République en mai 2001 pour occuper au sein du gouvernement, ministre de la Santé et de la Prévention. Grâce à son action, de grandes avancées ont été réalisées dans le secteur de la santé et l’on peut mettre à son actif plusieurs acquis dans ces domaines aussi variés que les réformes institutionnelles, la réforme hospitalière, le programme élargi de vaccination, la lutte contre le paludisme, le sida, les maladies non transmissibles, la santé des personnes du troisième âge, la motivation du personnel, la gestion financière, la contractualisation et les relations avec les partenaires.

Elle est membre depuis peu[Quand ?] du conseil d’administration de l’Initiative internationale pour les vaccins (International AIDS Vaccine Initiative, IAVI).

Autres activités[modifier | modifier le code]

Sportive, elle est une ancienne joueuse internationale de basket-ball.

Décorations[modifier | modifier le code]

Synthèse[modifier | modifier le code]

Études
  • 1978 : docteur d’État en médecine (Dakar, Sénégal)
  • 1982 : C.E.S. de bactériologie – virologie
  • 1984 : C.E.S. de maladies infectieuses et tropicales (Dakar, Sénégal)
Carrière
  • Ministre de la Santé et de l'Action sociale du Sénégal : depuis 2012
  • Ministre de la Santé et de la Prévention du Sénégal : de mai 2001 à 2003
  • Directrice du département « Appui aux pays et aux régions à l’ONUSIDA Genève » : février – mai 2001
  • Directrice du département « Politique, stratégies et recherches » à l’ONUSIDA : 1996 - février 2001
  • Professeur titulaire de chaire des maladies infectieuses et chef de service (CHU de Fann) : 1989- 1996
  • Coordonnatrice du groupe Clinique Counseling
  • Coordonnatrice de la formation des personnels de santé et de l'Action sociale en matière de SIDA : 1989 - 1996
  • Membre de l’équipe-pays de l’OMS Sénégal : 1993 – 1994
  • Assistante à titre étranger, hôpital de la Croix-Rousse : 1979 – 1980

Consultations et recherche :

  • Plusieurs consultations sur le sida, la santé et le développement de la santé de la reproduction pour beaucoup d’organisation internationales, particulièrement l’OMS et au Population Council
  • Co-investigatrice «  Tuberculose et sida », en collaboration avec l’Institut de médecine et d'épidémiologie africaines (IMEA)
  • Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS), France et coopération française  : 1996
  • Membre du Réseau africain sur l’Éthique, le droit et le VIH (PNUD) : 1994 - 1996
  • Membre du comité national Éthique sur la prévention du sida, Dakar : 1992 - 1996
  • Membre du comité directeur du programme national de lutte contre le paludisme, Dakar : 1994 - 1996
  • Présidente du comité scientifique de la conférence internationale sur le sida en Afrique, Dakar : 1991
  • Co-présidente, groupe Clinique de la XIe conférence Internationale sur le sida à Vancouver (Canada) : 1996

Société scientifiques (membre de plusieurs sociétés scientifiques et ONG) :

  • Association pour les femmes dans la lutte contre le SIDA en Afrique (SWAA)Membre fondateur et ex-Président de la SWAA Sénégal.
  • Société internationale pour les maladies infectieuses (ex-membre du comité exécutif)
  • Organisation pan-africaine de lutte contre le sida (OPALS)
  • Membre fondateur et ex-présidente de l'OPALS Sénégal.
  • Membre de l'Académie des sciences et technologies du Sénégal
  • Membre fondateur et présidente du Collectif en mouvement pour l'équité, les valeurs et l'action (COMEVA).

Publications :

  • Plus de 150 publications et communications écrites comprenant plus de 50 articles sur les différents aspects du sida.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Biographies
Autres