Avital Ronell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Avital Ronell

Philosophe Américaine

Philosophie contemporaine

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de la philosophe américaine Avital Ronell.

Naissance 15 avril 1952
Prague, Tchécoslovaquie (maintenant (La République tchèque)
École/tradition Déconstruction, philosophie postmoderne
Principaux intérêts Ontologie, linguistique, analyse littéraire, esthétique, psychanalyse, féminisme, éthique, politique
Idées remarquables allotechnologie, "Being-on-drugs," biophonie, "Je suis stupide devant l'autrui," killer texts, narcoanalyse, oublittérature, "sujet suppositaire," tropium, toxicogeographie
Œuvres principales Addict : Fixions et narcotextes
Telephone Book : Technologie, schizophrénie et langue électrique
Stupidity
Test drive : La passion de l'épreuve
Influencé par Platon, Hegel, Kierkegaard, Marx, Mallarmé, Nietzsche, Freud, Saussure, Husserl, Heidegger, Artaud, Bataille, Lacan, Levinas, Blanchot, Jabès, Foucault, Jacques Derrida, de Man, Lacoue-Labarthe, Nancy, Butler

Avital Ronell, née le 15 avril 1952 à Prague est une philosophe et critique littéraire américaine[1] , ayant comme centres d'intérêts la philosophie continentale, les études littéraires, la psychanalyse, la philosophie féministe, la théorie queer, la philosophie politique et l'éthique[2].

Elle est une professeur d'université dans les sciences humaines et dans les départements de littératures germaniques et littérature comparée à l'Université de New York où elle codirige également le programme transdisciplinaire du traumatisme et de la violence[3]. Comme le professeur de philosophie Jacques Derrida, elle enseigne régulièrement à l'European Graduate School en Saas-Fee[4]. Sous la direction de Stanley Corngold en 1979, Ronell a reçu en études allemandes de l'Université de Princeton son doctorat de philosophie grâce à une thèse écrite sur l'auto-réflexion dans les œuvres chez Johann Wolfgang von Goethe, chez Friedrich Hölderlin, et chez Franz Kafka, mais par la suite divulguée dans les entretiens qu'elle avait voulu Dictées: sur l'écriture hantée [Dictations : On Haunted Writing] à servir comme sa thèse[5].

Elle est une des penseurs parmi les «plus originaux, audacieux et surprenant du monde académique contemporain  »[6] «la penseur même des conditions refoulées de la connaissance… avec l'audace nietzschéenne… [à] sonder la terre philosophique inhabitée, »[7] et en plus une philosophe bien respectée pour son audace d'examiner des sujets apparemment intouchables. En 2009, le Centre Pompidou a invité Ronell à des entretiens « selon [elle] » avec divers artistes et des penseurs tels que Werner Herzog, Judith Butler, Dennis Cooper, Jean-Luc Nancy, et Suzanne Doppelt[8]. Ses recherches couvrent des dictées chez Johann Wolfgang von Goethe à la psychanalyse, des systèmes de transmission électronique chez Alexander Graham Bell dans le début du 20e siècle, la structure de l’épreuve dans les domaines juridiques, pharmaceutique, artistique, scientifique, Zen et historique, au la littérature et la philosophie de la stupidité, de la disparition de l'autorité, de l'enfance et de la ligature d'Isaac dans le 20e siècle.

Ronell est une chef fondatrice de la revue Qui Parle[9] et une membre du Jewish Voice for Peace[10]. En 1983, elle a écrit une des premières enquêtes critiques de théoriser la crise du sida, et en 1992, une critique de la brutalité de la police contre Rodney King qui Artforum a appelée en suit "l'essai le plus éclairant sur la TV et la vidéo jamais écrit»[11]. Elle a reçu la Alexander von Humboldt-Stiftung Fellowship 1981-1983, la American Cultures Fellowship en 1991, une Research Fellow Award en 1993, et l'Université de Californie President's Fellowship de 1995 à 96[12]. Elle a été présidente de la Division de la philosophie et de la littérature et de la Division de littérature comparée à la Modern Language Association de 1993 à 1996[12].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ronell est née à Prague de parents israéliens travaillant dans la diplomatie. Elle fut une artiste de performance avant d'entrer à l'université[13]. Elle étudia avec Jacob Taubes à l'Institut d'Herméneutic de Berlin, obtint son doctorat à l'Université de Princeton en 1979, et continua ensuite ses études avec Jacques Derrida et Hélène Cixous à Paris. Elle rejoignit la faculté de littérature comparée à l'Université Berkeley puis à celle de New York.

L'Œuvre de Ronell est liée à des travaux de philosophes, dont notamment Derrida, Nietzsche, Heidegger, Levinas, Blanchot, Lacoue-Labarthe et Nancy.

Dans ses ouvrages, elle s'interroge et étudie le sujet des questions établies, se focalisant sur tous les éléments qui « éloignent des promesses immédiates de transparence ou signification », et traque ce qu'elle appelle « l'inconscient rhétorique d'un texte »[14] ou encore elle appelle "narcotexte". Les sujets de son travail de déconstruction littéraire sont nombreux, par exemple la technologie, la Guerre du Golfe, Heidegger et la drogue etc.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Traduits en français[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Le Blanc, RONELL Avital (1952- ) Encyclopædia Universalis
  2. [1]
  3. http://complit.as.nyu.edu/object/avitalronell.html
  4. Avital Ronell @ European Graduate School. Biographie, bibliographie et vidéos.
  5. Avital Ronell, American Philo : Entretiens avec Avital Ronell, p. 24, Éditions Stock, 2006, (ISBN 978-223-405840-8)
  6. Diane Davis , The ÜberReader - SELECTED WORKS OF AVITAL RONELL, University of Illinois Press, 2007, (ISBN 9780252073113)
  7. Jean-Luc Nancy Stupidity, backmatter, University of Illinois Press, 2002, ISBN 9780252071270
  8. [2]
  9. [3]
  10. [4]
  11. Artforum Finitude’s Score: Essays for the End of the Millenium, backmatter, University of Illinois Press, 1994, ISBN 0803289499
  12. a et b [5]
  13. Andrea Juno, "Avital Ronell, " in Re/Search: Angry Women 13, (Re/Search Publications, 1991), p. 127, ISBN 1890451053
  14. Confessions, p. 249

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]