Avion à fuselage large

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Airbus A380 est le plus grand et le plus large avion de ligne du monde.
Comparaison de taille entre un Sukhoi Superjet 100 (à fuselage étroit) et un Iliouchine Il-96-300 (gros-porteur).

Un avion à fuselage large (ou avion gros-porteur) est un grand avion de ligne avec deux couloirs passagers, également connu comme avion bicouloir[1]. Le diamètre caractéristique du fuselage est de 5 à 6 m[2]. Dans un cabine typique de classe économique, les passagers sont assis de sept à dix côte à côte[3], permettant une capacité de 200 à 850[4] passagers. Par comparaison, un avion à fuselage étroit caractéristique a un diamètre compris entre 3 et 4 m, avec un seul couloir dans la cabine[1],[5] et accueille entre deux et six passagers côte à côte[6].

Les avions gros-porteurs sont initialement conçus pour combiner le rendement, le confort des passagers et augmenter l'espace de chargement. Cependant, les compagnies aériennes cèdent à des facteurs économiques et réduisent l'espace supplémentaire de chaque passager afin de maximiser les recettes et bénéfices[7]. Les avions gros-porteurs sont également utilisés pour le transport de fret commercial[8] et d'autres utilisations spéciales. Les plus grands avions à fuselage large, comme le Boeing 747 et l'Airbus A380, sont connus comme Jumbo jets en raison de leur très grande taille.

Historique[modifier | modifier le code]

Un Boeing 747, le premier avion de ligne gros-porteurs, utilisé par la Pan American World Airways.

À la suite du succès des Boeing 707 et Douglas DC-8 à la fin des années 1950 et au début des années 1960, les compagnies aériennes commencent à demander des avions plus grands pour répondre à l'augmentation de la demande mondiale pour les voyages aériens. Les ingénieurs sont face à plusieurs défis puisque les compagnies demandent plus de sièges pour les passagers, de plus grandes autonomies et des coûts d'opération réduits.

Les premiers avions de ligne à réaction tels que les 707 et DC-8 ont les sièges passagers disposés de part et d'autre d'un couloir central, avec au maximum six sièges par rangée. Les avions plus grands doivent être plus longs, plus hauts (via, par exemple, un double-pont) ou plus larges afin d'accueillir un plus grand nombre de sièges. Les ingénieurs réalisent qu'un avion à double-pont créerait des difficultés en cas d'évacuation d'urgence, avec la technologie disponible à cette époque. Au cours des années 1960, on pense aussi que des avions de ligne supersoniques pourraient succéder aux avions plus grands et moins rapides. Ainsi, on pense que la plupart des avions subsoniques pourraient devenir obsolètes pour le transport de passagers et être finalement convertis en avions cargo. Par conséquent, les constructeurs optent pour un plus large fuselage plutôt qu'un plus long (le 747 et finalement le DC-10 et L-1011). En ajoutant un deuxième couloir, les avions plus larges pourraient accueillir près de 10 sièges côte à côte, mais pourraient aussi être facilement convertis en avions cargo et emporter deux palettes fret de 8 pieds de côté (2,44 m) côte à côte[9].

Les ingénieurs optent également pour des versions « rallongées » du DC-8 (modèles 61, 62 et 63), comme pour des versions plus longues des 707 (modèles 320B et 320C), 727 (modèles 200) et DC-9 (modèles 30, 40 et 50), tous d'entre eux capables d'accueillir plus de sièges que leurs versions précédentes plus courtes. La solution du double-pont sur toute la longueur n'est pas réalisée avant le 21e siècle sous la forme de l'Airbus A380.

L'âge des gros-porteurs commence en 1970 avec l'entrée en service du premier avion de ligne gros-porteur, le quadriréacteur à double-pont Boeing 747[10]. Des nouveaux triréacteurs à fuselage large suivent peu après, comprenant le McDonnell Douglas DC-10 et le Lockheed L-1011 TriStar. Le premier gros-porteur biréacteur, l'Airbus A300, entre en service en 1974. Cette période vient à être connue comme la « guerre des gros-porteurs »[11].

Après le succès des premiers avions gros-porteurs, plusieurs successeurs arrivent sur le marché au cours des deux décennies suivantes, dont les Boeing 767 et 777, les Airbus A330 et A340, et le McDonnell Douglas MD-11. Dans la catégorie « jumbo », la capacité du 747 n'est dépassée qu'en octobre 2007, lorsque l'Airbus A380 entre en service commercial avec le surnom de « Superjumbo »[12].

Dans les années 2000, l'augmentation des coûts du pétrole dans un climat post-11 septembre fait que les compagnies se tournent vers des avions nouveaux, moins gourmands en carburant. Deux exemples sont le Boeing 787 Dreamliner et l'Airbus A350 XWB. Les Comac C929 et C939 proposés peuvent aussi se partager ce nouveau marché de gros-porteurs.

Considérations de conception[modifier | modifier le code]

Comparaison des sections transversale de l'Airbus A380 et du Boeing 747-400.
Coupe de fuselage d'un Airbus A300 montrant la soute, la cabine et l'espace dans les plafonds.

Bien que les avions gros-porteurs aient une grande surface frontale, et par conséquent une plus grande traînée, que les avions à fuselage étroit de capacité similaire, ils ont plusieurs avantages par rapport à leurs équivalents moyen-porteurs :

  • Plus de place pour les passagers, ce qui donne une sensation de plus d'espace ;
  • Plus faible rapport de surface alaire par rapport au volume, et par conséquent moins de traînée pour une base pour-passager/cargo. La seule exception peut être les avions à fuselage étroit très longs, comme le Boeing 757 ;
  • Deux couloirs pour accélérer le remplissage, le débarquement, et l'évacuation comparé à un monocouloir (les gros-porteurs ont généralement entre 3 et 5 sièges par couloir, comparé à 5 ou 6 sur la plupart des moyen-porteurs)[13] ;
  • Longueur totale de l'avion réduite pour une capacité en passagers ou en fret donnée, ce qui améliore la manœuvrabilité au sol et réduit les risques de tailstrike ;
  • Plus grande capacité cargo en soute ;
  • Meilleure efficacité structurelle pour les plus grands avions que ce qui est possible avec les conceptions à fuselage étroit.

Les concepteurs britanniques et russes ont proposé des gros-porteurs de configuration similaire aux Vickers VC-10 et Douglas DC-9, mais avec un gros fuselage. Le projet britannique Three-Eleven reste sur la planche à dessin, tandis que le projet de gros-porteur russe Il-86 donne finalement la voie à un modèle plus conventionnel avec les moteurs placés sous les ailes, probablement en raison de l'inefficacité du placement de gros moteurs à l'arrière du fuselage.

Motorisation[modifier | modifier le code]

Un mécanicien travaillant sur un moteur Rolls-Royce Trent 900 pendant un essai. Le Trent est le modèle caractéristique de turboréacteur à double flux avec un grand taux de dilution utilisé sur les avions de ligne gros-porteurs.

Comme la puissance et la fiabilité des moteurs à réaction ont augmenté depuis les dernières décéines, la plupart des avions gros-porteurs construits aujourd'hui n'ont que deux réacteurs. Un conception en biréacteur est plus économique en carburant qu'un triréacteur ou un quadriréacteur de taille similaire[réf. nécessaire]. La fiabilité améliorée des réacteurs modernes permet aussi aux avions d'obtenir les certifications aux standards ETOPS, qui calculent les marges de sécurité raisonnables pour des vols au-dessus des océans. La conception triréacteur est effectivement abandonnée en raison des coûts élevés de maintenance et de carburant par rapport à un biréacteur[réf. nécessaire]. La grande majorité des modèles d'avions ont aujourd'hui deux réacteurs, et seuls les plus gros des gros-porteurs sont construits avec quatre moteurs (les Airbus A340 et A380 et le Boeing 747)[14],[15].

Le biréacteur Boeing 777 est équipé du plus grand et plus puissant moteur à réaction au monde[16], le General Electric GE90, qui a un diamètre de 3,4 m[17], soit presque autant que le fuselage d'un Boeing 737 (3,76 m).

L'énorme masse maximale au décollage de l'Airbus A380 (560 tonnes) n'aurait pas été possible sans la technologie des moteurs développée pour le 777[18]. Le moteur Trent 900, utilisé sur l'A380 a un fan de 2,95 m de diamètre, légèrement plus petit que celui des GE90 du Boeing 777. Une contrainte de conception intéressante des moteurs Trent 900 est qu'ils sont conçus pour être transportés par un Boeing 747-400F, pour un transport relativement facile[19].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Les intérieurs des appareils, connus comme la cabine, sont en évolution depuis le premier avions à passagers. Aujourd'hui, entre une et quatre classes de voyage sont disponibles sur les avions gros-porteurs. Des bars et des salons installés autrefois sur les gros-porteurs ont pour la plupart disparu, mais quelques un sont revenus en première classe ou classe affaires sur l'Airbus A340-600, le Boeing 777-300ER[20] et sur l'Airbus A380[21]. Emirates a installé des douches pour les passagers de première classe sur l'A380 ; 35 minutes sont allouées pour l'utilisation de la pièce, et la douche fonctionne pour un maximum de cinq minutes[22],[23].

Selon comment la compagnie aménage l'avion, la taille des sièges et la largeur des couloirs varient significativement. Par exemple, les appareils prévus pour les vols plus courts sont souvent configurés ave une plus haute densité de sièges que les appareils long-courriers. À cause des pressions économique actuelles dans l'industrie du transport aérien, les hautes densités de sièges en classe économique sont susceptibles de durer[24]. Dans quelques uns des plus grands gros-porteurs, tels que le Boeing 777, l'espace supplémentaire au-dessus de la cabine est utilisé pour le repos de l'équipage et le rangement.

Turbulences de sillage et séparation[modifier | modifier le code]

Cette photo d'une étude de la NASA sur les tourbillons marginaux illustre les turbulences de sillage.

Les avions sont classés par l'organisation de l'aviation civile internationale (OACI) selon les turbulences de sillage qu'ils produisent. Comme ce type de turbulence est généralement lié à la masse d'un avion, ces derniers sont classés dans l'une des quatre catégories[25] : léger, moyen, lourd, super. À cause de leur masse, tous les avions de ligne gros-porteurs sont classés comme « lourds » ou, dans le cas de l'A380 dans l'espace aérien américain, « super ».

Les catégories de turbulences de sillage sont aussi utilisées pour donner les séparations entre les avion. Les avions de la catégorie « lourd » et « super » ont besoin d'une plus grande séparation derrière eux que ceux des autres catégories. Dans quelques pays, comme les États-Unis, il est nécessaire de faire suivre l'indicatif d'appel de l'appareil du mot « lourd » (ou « super ») lors des communications avec le contrôle du trafic aérien dans certains zones.

Utilisations spéciales[modifier | modifier le code]

Les avions à fuselage large sont utilisés dans la science, la recherche et l'armée. Deux Boeing 747 spécialement modifiés, les Shuttle Carrier Aircraft, sont utilisés pour transporter le navette spatiale américaine. Quelques gros-porteurs sont utilisés comme postes de commandement volants par l'armée, comme le Boeing E-4, tandis que le Boeing E-767 sert de système de détection et de commandement aéroporté (Airborne Early Warning and Control). De nouvelles armes militaires sont testées à bord des gros-porteurs, comme les armes laser testées sur le Boeing YAL-1. D'autres avions à fuselage large servent de stations de recherche volantes, comme le Stratospheric Observatory for Infrared Astronomy (SOFIA) allemand et américain. Les quadrimoteurs Aribus A340[26], A380[27] et Boeing 747[28] sont utilisés pour tester en vol les nouvelles générations de moteurs d'avions. Quelques appareils sont aussi convertis pour le lutte contre le feu, comme le Tanker 910 basé sur le DC-10[29] et le Evergreen 747 Supertanker basé sur le 747[30].

Quelques avions gos-porteurs sont utilisés pour le transport VIP. Le Canada utilise un Airbus A310 tandis que la Russie utilise un Iliouchine Il-96 pour transport ses principaux leaders. L'Allemagne remplace son Airbus A310 par un A340 en été 2011. Des Boeing 747-200 spécialement modifiés (VC-25) sont utilisés pour transporter le président des États-Unis. Quand l'un de ces appareils est utilisé par le président, son indicatif d'appel est Air Force One.

Développements à venir[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Modèle MES[31] - Dern.
année de prod.
Nombre de
moteurs
MTOW[32] Diamètre intérieur[33],
pont principal
pont supérieur
Diamètre extérieur[33],
pont principal
Nombre de sièges côte à côte
en classe économique[34],
pont principal (largeur de siège)[35]
Airbus A300 1974–2007 2 132 tonnes[36]
171,7 tonnes[37]
5,28 m[37] 5,64 m[37],[38] 8 (43,2 cm) en 2-4-2 sur TG[39],[40]
8 (43,2 cm) en 2-4-2 sur LH[41]
Airbus A310 1982–2007 2 164 tonnes[42] 5,28 m[42] 5,64 m[42] 8 (44,2 cm) en 2-4-2 sur AI[43]
Airbus A330 Depuis 1994 2 233 tonnes[44] 5,28 m 5,64 m[44] 8 (44,5 cm) en 2-4-2 sur EK[45]
9 (42 cm) en 3-3-3 sur D7[46]
Airbus A340 1993–2011 4 380 tonnes[47] (A340-600) 5,28 m[48] 5,64 m[48] 8 (43,9 cm) in 2-4-2 on EY[49]
9 (42 cm) en 3-3-3 sur D7[50]
Airbus A350 XWB 2014 (estimation) 2 298 tonnes[51] 5,61 m[52] 5,97 m[52],[53] 8 (48,3 cm) en 2-4-2 (proposé)[54],[55]
9 (45 cm) en 3-3-3 (proposé)[54],[56]
10 (41,6 cm) en 3-4-3 (proposé)[57]
Airbus A380 Depuis 2007 4 560 tonnes[58] 6,58 m[58]
5,92 m[58]
7,14 m[58] 10 (47,2 cm) en 3-4-3 sur SQ[59]
10 (56 cm) en 3-4-3 sur QF[60]
10 (45,7 cm) en 3-4-3 sur EK[61]
Boeing 747 Depuis 1970 4 412,8 tonnes[62] (747-400ER) 6,1 m[63],[64]
3,45 m[65]
6,5 m[65] 10 (45 cm) en 3-4-3 sur TG[66]
10 (43,7 cm) en 3-4-3 sur NW[67]
Boeing 767 Depuis 1982 2 204,1 tonnes[68] 4,72 m[69] 5,03 m[70] 7 (45,7 cm) en 2-3-2 sur UA[71],[72]
8 (43,2 cm) en 2-4-2 sur BY[73]
Boeing 777 Depuis 1995 2 351,5 tonnes[74] 5,87 m[75] 6,2 m[75],[76] 9 (47 cm) in 2-5-2 on AA[77]
9 (45,7 cm) en 3-3-3 sur UA[78]
10 (44,5 cm) en 3-4-3 sur EK[79]
Boeing 787 2011[80] 2 245 tonnes[81] 5,46 m 5,77 m[82],[83] 8 (47 cm) en 3-2-3 (proposé)
8 (47 cm) en 2-4-2 sur ANA[84]
9 (43,9 cm) in 3-3-3 on UA[85]
Iliouchine Il-86 1980–1994 4 208 tonnes[86],[87] 5,70 m[86] 6,08 m[88] 9 (45,7 cm) en 3-3-3 sur SU[89]
Iliouchine Il-96 Depuis 1992 4 250 tonnes[90] 5,70 m[91] 6,08 m[92] 9 (45,7 cm) en 3-3-3 sur SU[93]
L-1011 TriStar 1972–1984 3 231,3 tonnes[94] 5,79 m[95],[96] 6,02 m 9 (43,2 cm) en 2-5-2 sur SV[97],[98]
9 (43,2 cm) en 3-4-2 sur BA[99]
McDonnell Douglas DC-10 1971–1989 3 259,5 tonnes[100] 5,77 m[100] 6,02 m[100] 9 (43,7 cm) en 2-5-2 sur NW[101],[102]
10 (43,2 cm) en 3-4-3 sur DE[103]
McDonnell Douglas MD-11 1990–2000 3 286 tonnes[104] 5,69 m[104] 6,02 m[104] 9 (44,5 cm) in 3-3-3 on KLM[105],[106]
9 (44,5 cm) in 2-5-2 on DL[107]
10 (43,2 cm) in 3-4-3 on WO[108]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ginger Gorham, Ginger Todd et Susan Rice, A Guide to Becoming a Travel Professional, Cengage Learning,‎ 2003 (ISBN 1-4018-5177-0), p. 40
  2. (en) Paul J. C. Friedlander, « the traveler's world; Test of a New Wide-Bodied Airbus », The New York Times,‎ 19 mars 1972 (lire en ligne)
  3. (en) Rigas Doganis, Flying Off Course: The Economics of International Airlines, Routledge,‎ 2002 (ISBN 0-415-21324-X), p. 170
  4. (en) Airbus, « Dimensions & key data | Airbus, a leading aircraft manufacturer », sur airbus.com, Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 19 septembre 2013)
  5. (en) « narrowbody aircraft », sur businessdictionary.com (consulté le 19 septembre 2013)
  6. (en) Royal Aero Club (Great Britain), Royal Aero Club of the United Kingdom, Flight International, IPC Transport Press Ltd.,‎ 1967 (lire en ligne), p. 552
  7. (en) Eric Pace, « How Airline Cabins are Being Reshaped », The New York Times,‎ 24 mai 1981 (lire en ligne)
  8. (en) Impact Publications, « Wide body cargo screening still a challenge », sur impactpub.com.au,‎ 18 novembre 2008 (consulté le 19 septembre 2013)
  9. (en) Clive Irving, Wide Body : The Making of the Boeing 747, Coronet,‎ 1994 (ISBN 0-340-59983-9)
  10. (en) Judy Rumerman, « The Boeing 747 », sur U.S. Centennial of Flight Commission (consulté le 30 avril 2006)
  11. (en) « The Airbus A300 », CBC News,‎ 12 novembre 2001 (lire en ligne)
  12. (en) « Business | Airbus unveils 'superjumbo' jet », BBC,‎ 18 janvier 2005 (lire en ligne)
  13. (en) Robert Bor, Passenger Behaviour, Ashgate Publishing, Ltd.,‎ 2003, 170 p. (ISBN 0-7546-0936-7)
  14. Note : la production de l'Airbus A340 a cessé en 2011.
  15. Note : ceci peut être vu dans le section « caractéristiques ».
  16. (en) Paul Eisenstein, « Biggest Jet Engine », Popular Mechanics,‎ juillet 2004 (ISSN 0032-4558, lire en ligne)
  17. (en) « See General Electric GE90 », sur geae.com (consulté le 26 septembre 2013)
  18. (en) Guy Norris et Mark Wagner, Airbus A380 : superjumbo of the 21st century, Zenith Imprint,‎ 2005 (ISBN 0-7603-2218-X, lire en ligne), p. 105—115
  19. (en) Guy Norris et Mark Wagner, Airbus A380 : superjumbo of the 21st century, Zenith Imprint,‎ 2005 (ISBN 0-7603-2218-X, lire en ligne), p. 111
  20. (en) « International Business Class », sur vaustralia.com.au (consulté le 26 septembre 2013)
  21. (en) Emirates, « Emirates A380 First Class Social Area & onboard Lounge | Emirates United Kingdom », sur emirates.com (consulté le 26 septembre 2013)
  22. (en) Emirates, « Emirates A380 Shower Spa | Emirates A380 First Class | Emirates United Kingdom », sur emirates.com (consulté le 26 septembre 2013)
  23. (en) « Double luxury — how the airlines are configuring their A380s », Flight International,‎ 1er septembre 2008 (lire en ligne)
  24. (en) « Flying through a storm : Oil prices are falling but airlines still have much to worry about », The Economist,‎ 22 octobre 2008 (lire en ligne)
  25. (en) « EUROCONTROL - Revising wake turbulence categories to gain capacity (RECAT) », sur eurocontrol.int,‎ 21 novembre 2008 (consulté le 28 septembre 2013)
  26. (en) Max Kingsley-Jones, « PICTURES: Airbus prepares A340-600 testbed for GTF ground runs », Flight International,‎ 26 septembre 2008 (lire en ligne)
  27. (en) Max Kingsley-Jones, « R-R prepares to ground-test Trent XWB ahead of A380 trials next year », Flight International,‎ 29 avril 2010 (lire en ligne)
  28. (en) « GE90-115B Prepares For Flight Aboard GE's 747 Flying Testbed », sur geae.com,‎ 26 février 2002 (consulté le 13 octobre 2013)
  29. (en) Kate Sarsfield, « Firefighting DC-10 available to lease », Flight International,‎ 30 mars 2009 (lire en ligne)
  30. (en) « Evergreen 747 Supertanker : Advanced Firefighting Airtanker : Aerial Suppression », sur evergreenaviation.com (consulté le 13 octobre 2013)
  31. Note : mise en service
  32. Note : Masse maximale au décollage (maximum takeoff weight)
  33. a et b Note : les données initiales du constructeur sont spécifiées en pieds, pouces ou mètres, sans informations sur la marge d'erreur. Ensuite, en raison d'erreurs d'arrondis et de conversions, une marge d'erreur de 2 pouces est prise en compte. À comparer aux spécifications automobiles, qui prennent actuellement une marge d'erreur de 2 millimètres. La largeur intérieure maximale de la cabine est mesurée au niveau de la poitrine ou de l'œil depuis une position assise. Elle est ainsi un peu plus large que le plancher de la cabine.
  34. Note : les compagnies personnalisent l'agencement d'intérieur selon leurs objectifs. La largeur des couloirs et celle des accoudoirs affectent la disposition mais ne sont montrées ici.
  35. Note : les caractéristiques de largeur de siège ne sont pas toujours données avec précision ; de nombreuses sources sont stimulées, tout comme la comparaison de plusieurs compagnies. Les largeurs non prises en compte peuvent être une erreur et ne doivent pas être incluses ici.
  36. Note : le plus léger avion gros-porteur jamais construit est l'Airbus A300B1 avec une masse maximale au décollage de 132 000 kg.[citation nécessaire]
  37. a, b et c 27 September 2012, « Aircraft Families: passenger aircraft, corporate jets, freighter aircraft, military aircraft | Airbus | Airbus, a leading aircraft manufacturer », Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 1 octobre 2012)
  38. Note : il semble y avoir une erreur de conversion sur la page internet d'Airbus pour les caractristiques de l'A300. 5,64 m semble être correct.
  39. (en) « SeatGuru Seat Map Thai Airbus A300-600 Vers. 1 (AB6) » (consulté en 20 décembre 2009)
  40. (en) Thai Airways International, « A300-600 », sur thaiairways.co.th (consulté le 21 septembre 2013)
  41. « Lufthansa: Best Seats », SeatGuru (consulté en 1er octobre 2012)
  42. a, b et c 27 September 2012, « Aircraft Families: passenger aircraft, corporate jets, freighter aircraft, military aircraft | Airbus | Airbus, a leading aircraft manufacturer », Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 1 octobre 2012)
  43. (en) « Air India Airbus A310-300 (310) », sur Seatguru.com (consulté le 22 septembre 2013)
  44. a et b 27 September 2012, « A330 Family: A330-200, A330-300 - A330 photos, pictures, A330 videos, A330 3D view | Airbus | Airbus, a leading aircraft manufacturer », Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 1 octobre 2012)
  45. « SeatGuru Seat Map Emirates Airbus A330-200 3-Class (332) », Seatguru.com (consulté en 20 décembre 2009)
  46. « AirAsia X Airbus A330-300 », Seatguru.com (consulté le 1 octobre 2012)
  47. (en) Airbus, « Dimensions & Key Data », sur airbus.com (consulté le 22 septembre 2013)
  48. a et b 27 September 2012, « A330 Family: A330-200, A330-300 - A330 photos, pictures, A330 videos, A330 3D view | Airbus | Airbus, a leading aircraft manufacturer », Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 1 octobre 2012)
  49. « Etihad Airways », Etihadairways.com (consulté le 1 octobre 2012)
  50. « AirAsia X Airbus A340-300 », Seatguru.com (consulté le 1 octobre 2012)
  51. 27 September 2012, « A350 XWB: A350-800, A350-900, A350-1000 - A350 photos, pictures, A350 videos, A350 3D view | Airbus | Airbus, a leading aircraft manufacturer », Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 1 octobre 2012)
  52. a et b 27 September 2012, « A350 XWB: A350-800, A350-900, A350-1000 - A350 photos, pictures, A350 videos, A350 3D view | Airbus | Airbus, a leading aircraft manufacturer », Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 1 octobre 2012)
  53. Note: Possible error on original Airbus webpage, conversion of metric to imperial off by 1 inch on Airbus webpage.
  54. a et b « PICTURE: 10-abreast A350 XWB 'would offer unprecedented operating cost advantage' », Flightglobal.com,‎ 19 mai 2008 (consulté le 1 octobre 2012)
  55. Note: Possible unit-conversion error in article, 48 cm used as source.
  56. Note: Published article indicated most airlines will choose the 9-across configuration
  57. Max Kingsley-Jones, « PICTURE: 10-abreast A350 XWB 'would offer unprecedented operating cost advantage' », Flight Global,‎ 19 mai 2008 (consulté le 24 mai 2011)
  58. a, b, c et d 27 September 2012, « A380 Family: A380-800 - A380 photos, pictures, A380 videos, A380 3D view | Airbus | Airbus, a leading aircraft manufacturer », Airbus.com,‎ 27 septembre 2012 (consulté le 1 octobre 2012)
  59. « Comparing A380 Cabins », Plane Nation (consulté en 20 décembre 2009)
  60. « Airbus A380 », Seatguru.com (consulté le 1 octobre 2012)
  61. « Emirates Airlines A380 », Seatguru.com (consulté le 1 octobre 2012)
  62. (en) Boeing, « 747 Family: Technical Information -- Boeng 747-400ER », sur boeing.com (consulté le 21 septembre 2013)
  63. Boeing 747 specifications, Boeing 747 airport planning report, Boeing
  64. Note : Interior width for Boeing 747 main deck shown as 239 pouces (6,07 m) or 240 pouces (6,1 m) in different Boeing documents.
  65. a et b [PDF] « Microsoft Word - 7474s2_062008.doc » (consulté en 20 décembre 2009)
  66. « http://www.thaiairways.co.th/eng/TG/B747-400.php?mid=744 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), octobre 2012
  67. « Northwest Airlines Boeing 747 », Seatguru.com (consulté le 1 octobre 2012)
  68. « Commercial Airplanes - 767-400 Technical Characteristics », Boeing (consulté le 1 octobre 2012)
  69. « http://www.boeing.com/commercial/767family/technical.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), octobre 2012
  70. Note: An extensive Internet search did not reveal any original Boeing source for the actual O.D. of the B767.
  71. « United Airlines — B767-300 », United.com (consulté en 20 décembre 2009)
  72. « United Airlines Boeing 767-300 », Seatguru.com (consulté le 1 octobre 2012)
  73. « Thomson Airways B767-300ER (328 seats) v4 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), SeatPlans.com. Consulté le 17 septembre 2012
  74. « 777 Airplane Characteristics for Airport Planning », Boeing Retrieved on 2008-12-08.
  75. a et b Boeing 777 specifications, Boeing
  76. Note: Boeing specifications for B777 O.D. do not convert precisely between inches and metric. Margin of error is unknown based on published Boeing material.
  77. Seat Guru, « American Airlines 9 across 777 Economy Seat Map », TripAdvisor (consulté le 11/8/12)
  78. « Seat map (8/40/218 configuration) » (consulté le 16 juin 2013)
  79. Seat Guru, « Emirates 777-300 seat map (10 across economy) », TripAdvisor (consulté le 11/8/12)
  80. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées 787eisDate.
  81. « Boeing 787-9 Dreamliner Fact Sheet », Boeing (consulté le 23 novembre 2007)
  82. [PDF] « 787 Airplane Characteristics for Airport Planning » (consulté en 20 décembre 2009)
  83. « Note: some Boeing B787 source material indicates 227 pouces (5,77 m) outer diameter, while other Boeing sources indicate 226 pouces (5,74 m) », Boeing.com (consulté le 1 octobre 2012)
  84. « Sktyrax ANA Seatmaps 787-8 », Airlinequality.com (consulté le 1 octobre 2012)
  85. Seat Guru, « United Boeing 787-800 Seat Map », TripAdvisor LLC (consulté le 15 novembre 2012)
  86. a et b « Ilyushin Il-86 commercial aircraft. Pictures, specifications, reviews », Airlines-inform.com (consulté en 20 décembre 2009)
  87. Note: Other references for the Ilyushin Il-86 MTOW ranged between 206 and 215 metric tonnes.
  88. Gunston B, Aircraft of the Soviet Union, Osprey, London, 1984
  89. (en) Gunter Endres, The Illustrated Directory of Modern Commercial Aircraft, Zenith Imprint, 2001 (lire en ligne), p. 358 :

    « ISBN 0-7603-1125-0, ISBN 978-0-7603-1125-7 »

  90. « Rossiya — russian airlines », Pulkovo.ru (consulté en 20 décembre 2009)
  91. « Flight — Airline Industry news, aviation jobs & airline recruitment », Flightglobal.com (consulté en 20 décembre 2009)
  92. « http://www.aeronautics.ru/il96.htm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Septembre 2013
  93. « SeatGuru Seat Map Aeroflot Russian Airlines Ilyushin IL 96-300 Vers. 2 (IL9) », Seatguru.com (consulté en 20 décembre 2009)
  94. « L-1011 Specifications. Retrieved 2008-12-09 », Home2.swipnet.se (consulté le 21 mai 2011)
  95. « L-1011 Carrier Aircraft and Testbed », Orbitalcom (consulté le 1 octobre 2012)
  96. « Cabin Widths ? Tech Ops Forum », Airliners.net (consulté en 20 décembre 2009)
  97. « Saudi Airlines Seating Configuration. Retrieved 2008-12-09 », Saudiairlines.com (consulté le 21 mai 2011)
  98. "Picture of the Lockheed L-1011-385-1 TriStar 1" Airliners, 22 October 2005. Retrieved 15 April 2012. Quote: "seat configuration is 2-5-2"
  99. « Photographs from 1970 to 1979 », britishairways.com (consulté le 16 juin 2013)
  100. a, b et c « DC-10 Airplane Characteristics for Airport Planning », Boeing.com (consulté en 9 décembre 2008)
  101. « http://www.eskyguide.com/reference/plane_config.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), avril 2012
  102. Note: Retired from service in 2007.
  103. (en) Jim Winchester, The Encyclopedia of Modern Aircraft, Thunder Bay Press, 2006 (lire en ligne), p. 326
  104. a, b et c McDonnell Douglas, « MD-11 Airplane Characteristics for Airport Planning, Report MDC K0388 »,‎ 1998-08, Revision E
  105. « SeatGuru Seat Map KLM McDonnell Douglas MD-11 Vers. 1 (M11) », Seatguru.com (consulté en 20 décembre 2009)
  106. « Note: KLM's website does not include seat width information », Klm.com (consulté le 1 octobre 2012)
  107. « Airline Seat Map », gofox.com (consulté le 16 juin 2013)
  108. Michael Davis, « Interior Decorating » (consulté le 16 juin 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]