Avio (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avio.

Avio

Création 1989 en succession de Fiat Aviazione
Slogan (it) Propulsione Aerospaziale
Siège social Drapeau d'Italie Rivalta di Torino, Piémont (Italie)
Activité aéronautique
Site web www.aviogroup.com

Avio S.p.A. est une entreprise dont l'activité est la production de moteurs, principalement pour le secteur aérospatial. Fondée en 1908, son siège social est à Turin. La société a été cédée en 2003 par Fiat S.p.A. alors en crise au fonds d'investissements américain Carlyle et à son concurrent direct de l'époque, l'italien Finmeccanica. En 2011, Avio est détenu à 81 % par le fonds de private equity britannique Cinven et à 14 % par Finmeccanica S.p.A[1]. En décembre 2012, l'américain General Electric reprend l'activité aéronautique d'Avio.

Histoire de la société[modifier | modifier le code]

En 1908, Fiat s'étant déjà diversifié avec succès dans les domaines des véhicules industriels et commerciaux avec son département Fiat V.I., décida de s'engager dans l'aviation et la marine, domaines où l'utilisation de moteurs était importante. Pendant les premières années, Fiat n'était qu'un constructeur de moteurs mais bien vite il voulut devenir un acteur principal dans ces domaines. En 1916, Fiat S.p.A. fonda la Società Italiana Aviazione[2].

Comme toutes les autres entreprises spécialisées italiennes, S.I.A. connu une très forte activité liée aux commandes d'avions militaires pendant la première guerre mondiale. Parmi ses réalisations de moteurs d'avions il faut citer le Fiat A.74 RC 38 (en), à 14 cylindres, lancé en 1938 et monté sur de très nombreux modèles d'avions dont notamment le plus connu en Italie, le Macchi M.C.200 « Saetta ».

Après la Seconde Guerre mondiale, S.I.A. construisait principalement des gros porteurs à réaction en partie avec des licences anglaises et de petits avions de sa propre conception.

Pendant les années 1960, le domaine d'intervention de S.I.A. s'étend au domaine spatial dont ce sont les débuts dans le monde. En 1969 Fiat décide de fusionner S.I.A. avec deux autres sociétés du groupe Finmeccanica, Salmoiraghi (en) et Aerfer, créant ainsi Aeritalia, une entité capable de rivaliser avec les géants mondiaux. Mais Fiat garda dans son giron la division moteurs au sein d'une société indépendante[3], qui, en 1976 est baptisée Fiat Aviazione et en 1989 deviendra Fiat Avio[4].

Durant les années 1970 et 1980 Fiat Avio rachètera de nombreuses entreprises aérospatiales italiennes, dont les plus connues « Nuova Saca Motori » en 1979, « BPD Difesa & Spazio » en 1994, « Alfa Romeo Avio » et « SEPA » en 1996.

En 2003, le groupe Fiat S.p.A., aux prises avec les difficultés financières de son secteur automobiles, décide de sacrifier Fiat Avio et céde la société à un groupement formé du fond américain d'investissements Carlyle et du groupe italien Finmeccanica pour la modique somme de 1,5 milliard d'euros[5]. À la suite de cette cession, la société Fiat Avio se transforma en Avio.


En juin 2006 Carlyle, dirigé par Marco De Benedetti vend sa participation dans Avio au fonds de private equity britannique Cinven. Cinven possède en 2012 81 % du capital, et Finmeccanica conserve une part de 14 %. Finmeccanica est actionnaire d'Avio à travers sa filiale luxembourgeoise Telespazio Luxembourg SA, devenue depuis Aeromeccanica SA.

En décembre 2012, General Electric rachète l'activité composants de moteurs d'avions : réacteurs General Electric, réacteurs CFM ou réacteurs de l'Eurofighter. L'activité propulsion spatiale reste elle la propriété de Cinven et de Finmeccanica[6].

Activité d'Avio[modifier | modifier le code]

La société dispose de 18 sites dans une dizaine de pays et compte 5032 salariés au 31 décembre 2010. Avio est présent en Italie, en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Pologne, aux États-Unis, au Brésil, en Inde et en Chine[1].

L'activité d'Avio est la fabrication de pièces et éléments de moteurs. Avio est un sous-traitant pour tous les types de moteurs : moteurs pour l'aéronautique civile (participation aux réacteurs GEnx, Trent 900, SaM 146), moteurs pour l'aéronautique militaire (moteurs des Eurofighter Typhoon, Joint Strike Fighter, Airbus A400M), moteurs des hélicoptères (Agusta Westland, Eurocopter, Sikorsky), propulsion pour l'industrie spatiale (lanceurs Ariane et Vega), propulsion pour les missiles (Aster), pour les navires (en collaboration avec General Electric), et également travaille pour les générateurs statiques pour l'industrie. L'entreprise a en outre une activité de services et de maintenance de ses composants[7].

Le chiffre d'affaires était de 1 702 millions d'euros en 2009 et de 1 753 millions d'euros en 2010. Cette année-là, l'Italie représentait 8,0 % du chiffre d'affaires, le reste de l'Europe 41,7 %, et l'Amérique du Nord 48,7 %. La société a investi en 2010 7,0 % de son chiffre d'affaires, soit 123 millions d'euros, dans la recherche et développement. La société a connu une perte de 27 millions d'euros en 2010[1].

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Le 10 février 2011, Avio a signé un accord industriel avec le motoriste aéronautique américain Pratt & Whitney pour la fourniture de son nouveau moteur Avio Pure Power PW1500G, le "moteur vert de l'aéronautique" aux consommations réduites, basses émissions et bruit réduit, destiné au nouvel avion "Bombardier C Series" de 110-130 places. Ce contrat représente un chiffre d'affaires pour Avio de plus de 4 milliards d'euros sur les 20-25 prochaines années (valeur 2011).

Le Bombardier CSeries sera disponible à partir de 2013. Le programme CSeries a déjà reçu 90 commandes fermes et 90 options de la part de 3 clients principaux, Lufthansa, Lease Corporation International et Republic Airways. Durant les prochaines 20-25 années, Avio prévoit la vente de plus de 3 000 moteurs Avio Pure Power PW1500G (plus les pièces de rechange) pour l'équipement de 1 400 avions. Les premiers prototypes, construits dans les usines Avio de Rivalta à Turin et Pomigliano d'Arco à Naples, seront livrés en novembre 2011[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Avio, Annual Report 2010, Avio S.p.A,‎ 2011
  2. www.axiaonline.it
  3. Fiat/Aeritalia
  4. www.aviogroup.com
  5. www.kwmotori.kataweb.it
  6. « General Electric s'offre le motoriste italien Avio au nez et à la barbe de Safran », sur latribune.fr,‎ 21 décembre 2012
  7. « About Avio », sur www.aviogroup.com (consulté le 20 septembre 2011)
  8. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]