Avenue de l'Opéra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
1er et 2e arrts
Avenue de l'Opéra
L'avenue de l'Opéra vue par Camille Pissarro depuis l'hôtel du Louvre, en 1898.
L'avenue de l'Opéra vue par Camille Pissarro depuis l'hôtel du Louvre, en 1898.
Situation
Arrondissements 1er arrondissement et 2e arrondissement
Quartier Gaillon
Palais-Royal
Place-Vendôme
Début Place André-Malraux
Fin Place de l'Opéra
Morphologie
Longueur 698 m
Largeur 30 m
Historique
Création Bâtie à partir de 1876
Dénomination Avenue de l'Opéra
Ancien(s) nom(s) Avenue Napoléon
Géocodification
Ville de Paris 6837
DGI 6904

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue de l'Opéra

48° 52′ 02″ N 2° 20′ 02″ E / 48.86715, 2.333819

L’avenue de l'Opéra est une voie des 1er et 2e arrondissements de Paris. C'est l'un des grands projets du Second Empire à Paris. Elle part de la place André-Malraux, devant le théâtre de la Comédie-Française et rejoint le boulevard des Capucines au niveau de l'Opéra Garnier, place de l'Opéra. Cas unique parmi les avenues de Paris, cette artère ne comporte pas d'arbre afin de ménager la meilleure perspective possible sur la façade principale de l'Opéra.

C'est une voie radiale qui permet, en venant du quartier de la salle Garnier, de s'approcher du centre de Paris ou de traverser en direction de la rive gauche par le pont du Carrousel. Très fréquentée par les touristes, elle accueille notamment de nombreuses agences de voyages, des magasins de souvenirs et des banques. On peut lui rattacher le petit quartier japonais de la rue Sainte-Anne.

(M) Ce site est desservi par les stations de métro OpéraPyramides et Palais Royal - Musée du Louvre.

Historique[modifier | modifier le code]

Des buttes arasées[modifier | modifier le code]

Arasement de la butte des Moulins, en 1870 (photo de Charles Marville).

À l'origine, les buttes des Moulins et Saint-Roch représentaient une hauteur située au niveau des actuelles rue Thérèse et rue des Pyramides. Jeanne d'Arc y avait installé des couleuvrines pour soutenir l'attaque contre la porte Saint-Honoré et y avait été grièvement blessée[1],[2].

La butte avait été arasée de moitié en 1615, couvertes de petites rues et de moulins, mais elle restait un obstacle sérieux. Tout le quartier, entre le Louvre et les grands boulevards, était occupé par des ilots aux rues étroites considérés comme insalubres et mal famées.

Les énormes déblais servirent à combler les excavations du Champ de Mars. Pour avoir une idée de l'importance de cette butte dans un quartier aujourd'hui complètement nivelé, il suffit de voir l'entrée de l'église Saint-Roch où l'on monte treize marches. Avant l'arasement de la butte, il fallait en descendre sept[1].

Articles détaillés : Butte des Moulins et Butte Saint-Roch.

Percement de l'avenue[modifier | modifier le code]

Charles Marville - Percement de l'avenue de l'Opéra

Un premier projet prévoit de créer une « avenue Napoléon » (en l'honneur de Napoléon III) depuis le Louvre jusqu'à l'endroit où la rue de la Paix rejoint les boulevards. Ce tracé fait l'objet d'un décret le 3 mai 1854, mais ne reçoit qu'un commencement d'exécution : les abords du Louvre sont dégagés dans le cadre du prolongement de la rue de Rivoli en direction du Châtelet.

Au début des années 1860, le projet de construction d'un nouvel opéra relance le projet de l'avenue par le décret du 24 août 1864, d'abord pour une largeur de 22 mètres[3]. Le chantier démarre à chaque extrémité, mais progresse lentement. La chute du Second Empire, en 1870, marque un coup d'arrêt des travaux, du moins pour quelque temps. L'avenue Napoléon est d'abord rebaptisée « avenue de la Nation »[3], puis avenue de l'Opéra en 1873. Après le décret d'utilité publique du 27 juin 1876, les travaux reprennent et sont rapidement achevés, avec une largeur de 30 mètres.

Les terrains riverains sont vendus par la ville de Paris avec obligation pour les acquéreurs d'y édifier des bâtiments en se conformant aux plans de façades indiqués par l'administration municipale[3]. Les derniers immeubles bordant cette nouvelle percée haussmannienne seront édifiés en 1879.

Voies absorbées[modifier | modifier le code]

Détail d'un plan de 1869 montrant les rues antérieures à la percée de l'avenue.

Liste et historique des voies et autres monuments absorbés, totalement ou partiellement, par le percement de l'avenue de l'Opéra :

Monuments
  • Fontaine d'Amour, qui était alimentée par la pompe à feu de Chaillot.

Depuis 1877[modifier | modifier le code]

Contrairement à la plupart des avenues et boulevards de Paris, l'avenue de l'Opéra ne comporte pas d'arbres pour ne pas gâcher la perspective.

Camille Pissarro, installé au Grand Hôtel du Louvre entre 1897 et 1899, peint onze paysages montrant l'avenue de l'Opéra, la place du Théâtre-Français et l'entrée de la rue Saint-Honoré[5].

« J'oublie de t'annoncer que j'ai trouvé une chambre au Grand Hôtel du Louvre avec une vue superbe de l'Avenue de l'Opéra et du coin de la Place du Palais-Royal ! C'est très beau à faire ! Ce n'est peut-être pas très esthétique, mais je suis enchanté de pouvoir essayer de faire ces rues de Paris que l'on a l'habitude de dire laides, mais qui sont si argentées, si lumineuses et si vivantes. C'est tout différent des boulevards. C'est moderne en plein ! »

— Camille Pissarro, « Lettre du 15 décembre 1897 »[6]

Anciennes adresses remarquables :

  • no 6, emplacement de l'ancienne parfumerie Gellé frères ;
  • no 22, emplacement de l'ancien Hôtel des deux mondes, qui ferma en 1940 et fut après-guerre le siège des services secrets américains ;
  • no 37, librairie Brentano's ; fondée en 1895, elle est, avec Galignani une des plus anciennes libraires anglophones de Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paris, Paris, Pneu Michelin, coll. « Guide vert »,‎ 1991 (ISBN 2-06-700352-6).
  2. « La Butte Saint-Roch, les rues Sainte-Anne et de Grammont », sur http://www.inlibroveritas.net/.
  3. a, b et c « Avenue de l'Opéra », sur site de la mairie de Paris.
  4. « Rue du Clos-Georgeau », sur http://paris-pittoresque.com/.
  5. « L'Avenue de l'Opéra de Camille Pissarro » [PDF], sur http://www.cndp.fr/.
  6. Christopher Lloyd, Barbara Stern Shapiro, Anne Distel et al., Pissarro : Camille Pissarro 1830-1903, exposition Haywart Gallery de Londres, Grand Palais de Paris et Museum of Fine Arts de Boston, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux,‎ 1981, 264 p. (ISBN 0-7287-0253-3).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]