Aven d'Orgnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aven d'Orgnac
Image illustrative de l'article Aven d'Orgnac
La salle supérieure de l'Aven d'Orgnac
Coordonnées 44° 18′ 47″ N 4° 25′ 21″ E / 44.313025, 4.422609 ()44° 18′ 47″ Nord 4° 25′ 21″ Est / 44.313025, 4.422609 ()  
Pays Drapeau de la France France
Rhône-Alpes Rhône-Alpes
Vallée proche des gorges de l'Ardèche
Localité voisine Orgnac-l'Aven
Voie d'accès RD 317
Type de roche Calcaire
Température 11°C

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Aven d'Orgnac

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

(Voir situation sur carte : Ardèche)
Aven d'Orgnac

L'aven d'Orgnac est un aven aménagé pour le tourisme et classé Grand site de France, situé au sud du plateau calcaire des gorges de l'Ardèche, sur la commune d'Orgnac-l'Aven dans le département de l'Ardèche, en région Rhône-Alpes.

Description[modifier | modifier le code]

La première salle mesure 125 m de long sur 90 m de large pour une hauteur de 30 m, soit une superficie d'environ un hectare[1].

Haute de 17 à 40 m, longue de 250 m et large de 125 m, la salle supérieure possède de magnifiques stalagmites. Les plus grosses, au centre, montrent des excroissances qui leur donne l'aspect de pommes de pin. Elles n'ont pu, à cause de la hauteur de la voûte, se souder aux stalactites pour former des colonnes, mais elles se sont épaissies à la base, atteignant parfois un diamètre imposant. D'autres, plus récentes et plus grêles, en forme d'assiettes empilées, les surmontent. Sur le pourtour de la salle, on remarque de frêles colonnettes. Certaines ont atteint une grande hauteur, les unes en baïonnette, d'autres très droites.

Dans la « Salle du chaos », encombrée de concrétions tombées de la salle supérieure, de magnifiques draperies aux colorations variées s'échappent d'une fissure de la voûte. Au niveau du belvédère de la première « Salle rouge », les eaux d'infiltration, enrichies en carbonate de calcium par la traversée de la couche calcaire, ont permis aux concrétions de se multiplier.

Tout proche, le puits intérieur le plus profond de l'aven (34 m) conduit à une salle enfouie à moins 180 m.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant 1935, les villageois, chasseurs et bergers locaux connaissaient l’existence d'un gouffre près du village d'Orgnac. En août 1935, au cours d'une exploration systématique des cavités situées au sud du canyon des gorges de l'Ardèche, une équipe de spéléologues dirigée par Robert de Joly arrive sur la commune.

Conduits à l'entrée du gouffre par les villageois, c'est au moyen d'échelles de corde que les cinq spéléologues franchissent la verticale de 50 mètres du puits d'entrée. Une succession de découvertes fabuleuses avec des salles gigantesques et des formations cristallines de la plus grande diversité va représenter la découverte la plus exceptionnelle de sa vie d'explorateur.

Cette première expédition durera 10 heures et permettra à Robert de Joly de mesurer la qualité exceptionnelle du site. Le soir même, il provoque une réunion extraordinaire du conseil municipal car la cavité se développe sous des terrains communaux et appartient ainsi à la municipalité d'Orgnac. La commune engage très vite les démarches en vue de l'aménagement de l'aven. Robert de Joly, nommé conseiller technique, en sera le concepteur et contrôlera les travaux.

Grand site de France[modifier | modifier le code]

Site touristique majeur avec près de 5 km de galeries et 140 000 visiteurs annuels, l'aven d'Orgnac a obtenu le label Grand site de France au cours de l'année 2004 avec trois autres sites : la montagne Sainte-Victoire, le Pont du Gard et la Pointe du Raz.

La partie visitable est divisée en trois salles accessibles au public.

La salle Robert de Joly[modifier | modifier le code]

Elle tient son nom du découvreur de l'aven. Cette salle située à 60 m de profondeur mesure 125 m de long, 90 m de large et 30 m de haut. En pénétrant dans cette salle par le tunnel artificiel pour la visite de l'aven (créé en 1938), on peut voir l'ouverture par laquelle Robert de Joly et son équipe de spéléologues ont pénétrés dans la caverne. On peut y voir un mannequin représentant Robert de Joly dans la descente dans ce puits. En dessous de ce dernier, on retrouve un tas d’éboulis dû aux chutes du puits ; ce tas est composé de cailloux, de terre, de feuilles et de restes d’animaux (des crânes sont visibles lors de la visite). Ce tas est lié à de chutes accidentelles d'animaux principalement. Les chercheurs ont même retrouvé des squelettes de rennes et de bisons dans ce tas. L'urne funéraire de Robert de Joly est placée dans cette salle aux proportions gigantesques.

La salle du chaos[modifier | modifier le code]

L'aven d'Orgnac s'est creusé au fil des années sur le lit d'une ancienne rivière souterraine disparue depuis, c'est pour cela que toutes les salles vues lors de la visite sont bien reliées entre elles. Ce qui a aussi permis une descente moins rude pour l'équipe de spéléologues lors de la découverte de celle-ci. Cette salle a été formée il y a 15 000 ans environ.

La salle rouge[modifier | modifier le code]

La deuxième salle rouge de l'Aven d'Orgnac

C'est dans cette salle que s'achève la visite grand public de l'Aven d'Orgnac, à 120 m de profondeur. Un spectacle son et lumière composé par Yann et Guilhem Cléophas se tient dans cette salle pour clôturer la visite.

Transports[modifier | modifier le code]

Orgnac-l'Aven est desservi par la ligne B20 du réseau Edgard[2] (autocars départementaux du Gard). De là il reste à peu près 30 minutes de marche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ardèche Attitude vol. 2, Comité Départemental du Tourisme de l'Ardèche
  2. Le Conseil général vous transporte

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ardèche Attitude vol. 2, Comité Départemental du Tourisme de l'Ardèche
  • R. de Joly, Guide de L'Aven d'Orgnac, Gap (Hautes-Alpes), Imprimerie Louis Jean, Imprimeur Editeur, 76 p.
    Vues et dessins : Photographies A. Perret, Pont-Saint-Esprit et R. Orengo

Liens externes[modifier | modifier le code]