Aman (Terre du Milieu)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Avathar)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aman.

Aman, aussi appelé « le Royaume Béni » et « les Terres Immortelles », est un lieu fictif appartenant au légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, qui apparaît dans son roman Le Silmarillion et est nommé dans le Seigneur des anneaux. C'est le continent qui, à l'origine, était le plus occidental des territoires sur le bord du Monde, de l'autre côté du grand océan Belegaer. Ses rivages occidentaux regardent la Mer Extérieure, appelée Ekkaia par les Elfes. Au-delà de cette mer se trouvent les Murs de La Nuit[1].

Aman doit son nom au fait que c'est là que s'installèrent les Valar après la destruction de leur première demeure sur l'île d'Almaren, en l'an 3450 de l'Âge des Lampes à cause de la destruction provoquée par l'attaque inattendue de Melkor. Elle fut fortifiée par les montagnes des Pelóri qui clôturaient sa côte orientale. Entre toutes les Pelóri, la plus haute était le Taniquetil, où Manwë établit sa résidence dans la tour d'Ilmarin (en).

Plus tard Aman devint aussi le foyer des Calaquendi ou Elfes de lumière, qui s'installèrent dans la région de l'Eldamar.

La terre des Valar en Aman est Valinor, dont la ville principale est Valmar (parfois Valimar). Les autres cités importantes d'Aman sont Tirion et Alqualondë. En face de la côte orientale se trouve l'île de Tol Eressëa.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Aman vient de la racine quenyarine « mān » signifiant « bon, béni, intact »[2].

Ce continent reçut de nombreux autres noms, comme « le Royaume Bienheureux »[3], les Terres Immortelles, la Terre de l'Ouest[4]

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est le continent le plus à l'ouest d'Arda, situé entre les mers d'Ekkaia et de Belegaer. On sait globalement peu de choses d'Aman, en dehors de sa localisation : l'unique description de ces terres se trouve dans les premiers chapitres de la Quenta Silmarillion. Elle dit qu'Aman est protégée, à l'est, par les Pelóri, la plus haute chaîne de montagnes, bien plus haute encore que les monts Brumeux. Le plus haut pic des Pelóri est appelé Taniquetil ; c'est là que réside Manwë et sa compagne Varda.

Au pied du versant occidental des Pelóri se trouve la contrée bénie de Valinor où demeurent les Valar, ainsi que les Eldar des trois clans : Vanyar au pied du Taniquetil, Ñoldor dans la cité de Tirion et Teleri dans la cité d'Alqualondë.

Les Pelóri étant courbées vers l'ouest alors que la côte d'Aman est courbée vers l'est, il y a deux régions désolées, au nord et au sud du continent, qui se trouvent entre les montagnes et la mer, et n'appartiennent pas à Valinor. Au sud se trouve Avathar, où vit Ungoliant jusqu'à ce que Melkor vienne la chercher, et au nord s'étend la région glaciale d'Araman (« à côté d'Aman »), puis le « pays des brumes », Oiomúrë.

Au nord du continent, le détroit d'Helcaraxë (« Chaos des Glaces » en quenya) relie Aman et la Terre du Milieu. C'est ce passage qu'empruntent Melkor et Ungoliant dans leur fuite vers la Terre du Milieu, ainsi que les Ñoldor menés par Fingolfin, tentant de rejoindre les troupes de Fëanor après l'incendie de Losgar.

Araman[modifier | modifier le code]

Le territoire s'étendant entre les Pelóri et la Belegaer, au nord d'Aman est nommé Araman. D'une grande étendue, puisqu'il commençait juste au pied de la chaîne montagneuse, il s'incurvait vers l'Ouest ; et faisait communiquer les Terres Éternelles avec l'Helcaraxë, et par là avec la Terre du Milieu.

Avathar[modifier | modifier le code]

Avathar sont les terres situées à l'extrême sud d'Aman, entre les versants orientaux des Pelóri et la Mer des Ombres. dans cette région obscure et dans une dépression au pied du mont Hyarmentir habitait la Monstrueuse Ungoliant. Melkor se cacha également dans cette région quand sa stratégie de corruption des Eldar fut découverte.

Son nom est en quenya et peut se traduire par « Les Ombres » parce que la lumière des Arbres n'arrivait pas jusque là.

Eldamar[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Eldamar.

Eldamar, qui signifie « Foyer des Elfes » en langue quenya, correspond à la région d'Aman qu'habitent les Elfes. Eldamar se trouve dans la région est d'Aman, près de la Ceinture d'Arda, entourant le baie du même nom. Son territoire s'étend des deux côtés des énormes monts Pelóri et inclut la grande île de Tol Eressëa et la région d'Alqualondë. Elle est parfois nommée Elendë dans les récits.

Valinor[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Valinor.

Valinor est la région centrale d'Aman où s'établirent les Valar. Sa capitale était Valmar (ou Valimar[1]).

Là était aussi la colline d'Ezellohar (appelée aussi Corollairë) que Yavanna bénit en y faisant pousser les Arbres de Valinor.

Histoire d'Aman[modifier | modifier le code]

L'Âge des Étoiles[modifier | modifier le code]

Après s'être établis en Aman, les Valar créèrent les Deux Arbres, le Blanc Telperion et Laurelin le Doré, qui illuminaient toute Aman de la lumière qu'ils émettaient. Le Compte du Temps commence alors, et ce fut le premier jour du monde. Au moment où la Valië Varda, la Dame des Cieux, créa les premières étoiles (au commencement de l'Âge des Étoiles) dans les terres Immortelles, en Terre du Milieu, les Premiers-Nés (les Elfes) s'éveillèrent. Ils furent découverts par Oromë et à partir de ce moment furent nommés les Eldar, terme qui fut réservé par la suite à ceux qui allèrent à Aman.

Les Valar décidèrent alors d'amener les Elfes sur le continent d'Aman puisqu'en Terre du Milieu régnait la grande méchanceté de Melkor. Avant même que les Valar n'arrivent à les récupérer, Melkor apprit leur existence et captura beaucoup d'Elfes qu'il transforma, au moyen de tortures, en Orques. D'autres Elfes renoncèrent à suivre Oromë jusqu'en Aman, et devinrent les Moriquendi, ceux qui n'ont jamais vu la lumière des Deux Arbres.

Les Valar créèrent alors la ville d'Eldamar spécialement pour les Elfes et les convoquèrent sur les Terres Immortelles. Ulmo, le Vala des océans les amena à Aman en traversant la grande mer Belegaer sur une île qu'il utilisa comme bateau, appelée Tol Eressëa. Quand ce fut au tour des Teleri de traverser, ceux-ci aimèrent tant la mer que le Maia Ossë convainquit Ulmo d'ancrer l'île de la baie d'Eldamar.

Parmi les Elfes qui allèrent à Aman il y eut les Vanyar, les Ñoldor et la majorité des Teleri.

Années des Arbres[modifier | modifier le code]

Presque à la fin des Années des Arbres (ainsi nommées à Aman, appelées Âge des Étoiles sur la Terre du Milieu), il advint que certains des Ñoldor qui avaient fait le voyage vers Aman, retournèrent en Terre du Milieu, à cause du vol des trois précieux joyaux appelés Silmarils et de l'assassinat de Finwë (père de Fëanor, forgeron des Silmarils), parmi lesquels Galadriel, Fëanor et Fingolfin qui guidèrent leur peuple loin d'Aman à la poursuite de Melkor, qui avait, de plus, empoisonné les Arbres.

Premier Âge[modifier | modifier le code]

Après beaucoup de guerres en Terre du Milieu, Eärendil retourna à Aman à la recherche d'aide, sur quoi les Valar rassemblèrent une armée et se dirigèrent en Terre du Milieu, pour combattre Melkor dans la Guerre de la Grande Colère qui causa la destruction du Beleriand.

Deuxième Âge[modifier | modifier le code]

Après le Premier Âge, quelques Hommes furent récompensés par les Valar pour avoir lutté courageusement dans la guerre contre Morgoth. Comme Ilúvatar ne permettait pas que les humains soient immortels, ils vécurent seulement bien plus longtemps que les autres humains et furent plus habiles et plus forts. Ces Hommes furent nommés les Dúnedain, et l'île de Númenor au centre de Belegaer, entre la Terre du Milieu et Aman, leur fut offerte. Ils avaient néanmoins l'interdiction de naviguer vers Aman, c'est pourquoi, en l'an 3319 du Troisième Âge, la grande majorité des Numenoréens, menés par Ar-Pharazôn, corrompu par Sauron, décidèrent d'attaquer les Valar.

Ilúvatar, irrité de leur audace, détruisit toute leur flotte et ensevelit les quelques intrépides ayant réussi à mettre le pied en Aman en arracha les Terres Immortelles aux sphères du monde. De plus il engloutit l'île de Númenor et tous ses habitants (Sauron compris, qui perdit à cause de cela la possibilité de prendre une forme "aimable aux yeux des Hommes" ), laissant survivre seulement une poignée de fidèles des Valar, qui, prévoyant ce qui allait se passer, voyagèrent vers la Terre du Milieu, où ils créèrent les royaumes en exil d'Arnor et Gondor. Après l'engloutissement de Númenor, Aman ne se trouva plus dans les sphères du monde, et elle devint inaccessible par les méthodes normales, seuls pouvant arriver jusque là ceux qui naviguent par la Voie Droite sur les vaisseaux magiques des Havres Gris, appartenant aux Sindar, gouvernés par Círdan.

Troisième Âge[modifier | modifier le code]

Il est dit dans les Contes et légendes inachevés que les Istari vinrent « de l'Extrême-Occident, au-delà des Mers[5] », au début du Troisième Âge.

En l'an 3021 presque tous les Hauts Elfes, comme Elrond, Dame Galadriel et Cirdan des Havres, partirent avec Frodon Sacquet, Gandalf, et Bilbon sur les derniers navires, mais pas tous puisque Celeborn resta en Lothlórien avec quelques-uns des siens et il est fait référence à cela quand, lors des adieux, Celeborn se dirige vers le roi et lui dit : « Adieu, cousin ! Que votre destin soit différent du mien et que votre trésor demeure avec vous jusqu'à la fin[6]! » et il en est dit quelque chose dans l'appendice où Samsagace Gamegie parle à sa fille aînée.

Quatrième Âge[modifier | modifier le code]

Après cela, en l'an 60 Q. Â. Rose, l'épouse de Sam Gamegie meurt, c'est pourquoi celui-ci part pour les Collines des Tours où il voit sa fille Elanor pour la dernière fois et lui confie le Livre Rouge de la Marche de l'Ouest, qui est resté depuis entre les mains des Belenfant, ses descendants. Après avoir quitté sa fille Sam partit aux Havres Gris, d'où il est dit qu'il gagna les terres Immortelles, en tant que dernier des Porteurs de l'Anneau unique.

Le 1er mars 120 Q. Â., le roi Elessar choisit de mourir, comme le faisaient les Rois d'antan, et son fils Eldarion lui succéda. Alors Legolas fabrique une barque grise en Ithilien et, avec son ami Gimli, navigua sur l'Anduin jusqu'à arriver à la mer. Avec le départ de ce navire, la Communauté de l'Anneau arriva à sa fin et on ne sut jamais rien de plus sur eux en Terre du Milieu.

Conception[modifier | modifier le code]

Le continent occidental, demeure des Valar, est présent dans l'œuvre de Tolkien dès les Contes perdus (années 1910-1920). Alors appelé « Terres extérieures » (Outer Lands), il comprend les régions de Valinor et d'Eruman ou Arvalin, situées à l'ouest des montagnes et au sud de Valinor[7]. Les cartes de cette époque montrent que Tolkien n'envisageait alors que deux continents majeurs dans son monde : les « Terres extérieures » et les « Grandes Terres » (future Terre du Milieu)[8]. À l'époque, Tolkien semble avoir considéré Tol Eressëa comme beaucoup plus distante du continent d'Aman qu'il ne le fera par la suite[9].

Dans les versions suivantes du futur Silmarillion (L'Esquisse de la Mythologie, v. 1926, et la Quenta Noldorinwa, 1930), le continent occidental n'est plus nommé. Le nom Aman apparaît bien sur l'une des cartes associées à L'Ambarkanta, mais Christopher Tolkien explique qu'il s'agit d'un ajout tardif[10], et que le nom ne fut probablement jamais employé par son père avant les années 1940[11] et les textes de l'Ainulindalë, où Aman est employé pour désigner l'intégralité d'. Le terme n'acquiert son sens final que dans la dernière version du texte[12].

Dans les Contes perdus, les enfants des hommes peuvent se rendre en Aman dans leur sommeil ; une idée qui allait être abandonnée par la suite[13]. Plus tard, lorsque Tolkien réfléchira sur la nature particulière du continent choisi par les Valar, il décidera que les humains y seraient interdits : Eru interdisant de modifier leur nature mortelle, ils ne pourraient en tirer que frustration et rancœur[14].

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Silmarillion, « Au commencement des jours », p. 37.
  2. Le Silmarillion, « Appendice : éléments de quenya et de sindarin ».
  3. Le Silmarillion, « Glossaire ».
  4. La Formation de la Terre du Milieu, « L'Ambarkanta », sur la carte V le mot « Aman » est écrit au crayon sur la Terre de l'Ouest.
  5. Contes et légendes inachevés, « les Istari ».
  6. Le Seigneur des anneaux, Livre VI, « Nombreuses séparations ».
  7. Le Livre des contes perdus, p. 96–97.
  8. Le Livre des contes perdus, p. 116, 118.
  9. Le Livre des contes perdus, p. 183.
  10. La Formation de la Terre du Milieu, p. 261.
  11. La Route perdue et autres textes, p. 338.
  12. Morgoth's Ring, p. 38.
  13. Le Livre des contes perdus, p. 39.
  14. Morgoth's Ring, p. 427–430.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]