Availles-Thouarsais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Availles.
Availles-Thouarsais
L'église Saint-Hilaire
L'église Saint-Hilaire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Parthenay
Canton Airvault
Intercommunalité Communauté de communes de l'Airvaudais
Maire
Mandat
Daniel Robert
2014-2020
Code postal 79600
Code commune 79022
Démographie
Population
municipale
207 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 37″ N 0° 08′ 28″ O / 46.8603, -0.141111111111 ()46° 51′ 37″ Nord 0° 08′ 28″ Ouest / 46.8603, -0.141111111111 ()  
Altitude Min. 62 m – Max. 124 m
Superficie 10,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Availles-Thouarsais

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Availles-Thouarsais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Availles-Thouarsais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Availles-Thouarsais

Availles-Thouarsais est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 15 kilomètres au sud-sud-est de Thouars, la commune est traversée par le Thouet, un affluent de la Loire. Le bourg est implanté sur la rive droite du Thouet.

Le Thouet à Availles-Thouarsais, un lendemain d'orage violent

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Généroux Irais Rose des vents
N
O    Availles-Thouarsais    E
S
Airvault

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village d'Availles-Thouarsais est mentionné dès 1179 dans le cartulaire de Saint Jouin de Marnes et sous le nom d'Availlia, et en 1300, dans le Grand Gauthier. Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom d'Availle.

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Une pièce d'or représentant l'empereur Tetricus a été trouvée sous des rochers. Des tuiles romaines ont été découvertes, et des photographies aériennes ont révélé la présence d'une villa gallo-romaine avec trois bâtiments et un mur d'enceinte. Des sarcophages en calcaire coquillier ont été mis au jour à 500 mètres de l'église. Près d'une centaine de pièces préhistoriques ont été recueillies au village du Déffend.

Le château fort de Piogé[modifier | modifier le code]

La forteresse de Piogé se dresse au sommet d'un promontoire dominant le ruisseau de la Cendronne. Elle fut détruite pour la première fois en 1207 par Philippe-Auguste qui poursuivait sa conquête du Poitou et fut reconstruite un peu plus tard.

L'épidémie de 1630[modifier | modifier le code]

En 1630, l'épidémie de la peste toucha le village d'Availles-Thouarsais et emporta en huit mois près d'un habitant sur trois. D'après les écrits de l'abbé Baudouin, curé de la paroisse, les cultivateurs ne récoltèrent même pas les quantités qu'ils avaient semées et abandonnèrent leurs biens pour mendier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1883 1919 Eugène Cothereau de Grands Champs    
1919 1925 Clément Ribillard    
1925 mai 1945 François Thaudière    
mai 1945 mai 1953 Émile Rillon    
mai 1953 mars 1983 Hervé Texier    
mars 1983 mars 1989 Aimé Paquereau    
mars 1989 mars 2001 Dominique Paquereau    
mars 2001 en cours (réélu en 2008[1]) Daniel Robert    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 207 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260 307 323 281 273 280 312 288 229
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
294 318 326 327 306 340 332 341 317
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
314 304 277 242 236 244 247 250 250
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
246 220 224 249 241 223 212 210 207
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture, consulté le 31 août 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011