Avahi meridionalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Avahi méridional (Avahi meridionalis), d’abord considérée une population d'Avahi laniger, a été récemment décrit comme une espèce séparée d'avahi[1]. Il s’agit d’une espèce nocturne; la dimension des groupes peut varier de 1 jusqu’à 5 individus, mais les groupes les plus frequents sont constitués par un mâle et une femelle adulte[2]. Les mâles peuvent posséder un territoire plus grand que les femelles, probablement parce qu'ils s’occupent de la défense territoriale et des femelles[2].

Classification[modifier | modifier le code]

Avahi meridionalis a été décrit à l'origine comme comprenant deux sous-espèces: A. m. meridionalis et A. m. ramanantsoavanai. Celles-ci ont été élevées au rang d'espèces par Andriantompohavana et al. (2007)[3].

Distribution[modifier | modifier le code]

Répartition géographique d'Avahi meridionalis dans le Sud-Est de Madagascar.

Cette espèce se trouve uniquement dans la réserve d’Andohahela et dans les forêts littorales de Sainte Luce et Mandena (sud-est de Madagascar). Des études adjonctifs sont nécessaires pour déterminer sa distribution exacte, ainsi que par rapport à la distribution de l’espèce « sœur » Avahi peyrierasi [1].

Description[modifier | modifier le code]

Le pelage dorsale est gris-marron et devient plus clair dans la zone distale, la partie ventrale est grise. La queue est rouge-marron et devient plus foncée dans la partie distale. Le poids moyen est de 1,2 kg pour les femelles et 1,1 kg pour les mâles ; la longueur du corps est de 27 cm pour les femelles et 25 cm pour les mâles[1].

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Avahi meridionalis mange des feuilles (adultes, jeunes et bourgeons) et, plus rarement, des fleurs. Les avahis, dans la forêt de Sainte Luce, ne choisissent pas les ressources alimentaires sur la base de l’abondance [4]. Ils choisissent des feuilles, jeunes dès que possible, avec un contenu de protéines plus important et une concentration de fibres plus faible; ils tolèrent aussi la présence d’une vaste gamme de métabolites secondaires (tannins, polyphénols, alcaloïdes)[4]. En consommant plus que 40 espèces végétales, Avahi meridionalis peut être considérée comme l’espèce la plus généraliste de son genre[4].

Conservation[modifier | modifier le code]

Avahi meridionalis vit dans des fragments de forêt littorale humide dans le sud-est du Madagascar (Mandena et Sainte Luce). Le niveau de dégradation des fragments, plus que leurs dimensions, influence la densité et le rapport de naissance de la population[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) A. Zaramody, J.-L. Fausser, C. Roos, D. Zinner, N. Andriaholinirina, C. Rabarivola, I. Norscia, I. Tattersall et Y Rumpler, « Molecular phylogeny and taxonomic revision of the eastern woolly lemur (Avahi laniger) », Primate Report, vol. 74,‎ 2006, p. 9–22
  2. a et b (en) Ivan Norscia et Silvana M. Borgognini-Tarli, « Ranging Behavior and Possible Correlates of Pair-Living in Southeastern Avahis (Madagascar) », International Journal of Primatology, vol. 29, no 1,‎ février 2008, p. 153-171 (DOI 10.1007/s10764-007-9219-4)
  3. (en) R. Andriantompohavana, R. Lei, J. R. Zaonarivelo, S. E. Engberg, G. Nalanirina, S. M. McGuire, G. D. Shore, J. Andrianasolo, K. Herrington, R. A. Brenneman et E. E. Louis Jr., « Molecular phylogeny and taxonomic revision of the woolly lemurs, Genus Avahi (Primates: Lemuriformes) », Special Publications of the Museum of Texas Tech University, vol. 51,‎ 2007, p. 1–64 (lire en ligne)
  4. a, b et c (en) Ivan Norscia, Jean Baptiste Ramanamanjato et Jörg U. Ganzhorn, « Feeding Patterns and Dietary Profile of Nocturnal Southern Woolly Lemurs (Avahi meridionalis) in Southeast Madagascar », International Journal of Primatology,‎ 2011 (DOI 10.1007/s10764-011-9562-3)
  5. (en) Ivan Norscia, « Pilot survey of avahi population (woolly lemurs) in littoral forest fragments of southeast Madagascar », Primates, vol. 49, no 1,‎ janvier 2008, p. 85-88 (DOI 10.1007/s10329-007-0061-2)