Av HaRahamim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Av Harahamim (hébreu : אב הרחמים « Père de Miséricorde ») est une prière juive composée à la mémoire et glorification des victimes juives des croisades, mortes en sanctifiant le Nom divin.

Historique de la prière[modifier | modifier le code]

Le 27 novembre 1095, le pape Urbain II lance l’appel de Clermont qui déclenche la première Croisade. Nombre de groupes armés se forment mais tous n’atteignent pas Jérusalem et préfèrent pourfendre les « infidèles » à leur portée. Les Juifs sont non seulement tenus pour responsables de la crucifixion, ils auraient été à l’instigation du refus des Seljoukides de laisser les chrétiens se rendre en pèlerinage. Une rumeur prétend que Godefroy de Bouillon aurait « juré de ne pas partir en Croisade avant de venger le sang du Christ, de sorte qu’il ne restera pas [de Juifs] en vie derrière lui »[1]. Les communautés de la vallée du Rhin, dont les grands centres juifs de Worms, Spire et Mayence, sont les premières et les plus sévèrement touchées. Les communautés du nord de la France sont frappées à leur tour ainsi qu’au cours de la seconde Croisade.

Les massacres des Juifs au cours des Croisades laissent une trace profonde et durable dans l’esprit des contemporains et de leurs descendants, donnant notamment lieu aux chroniques de Salomon bar Siméon et Eliézer bar Nathan, au Yizker Buch d’Ephraïm de Bonn, à l’une des plus célèbres décisions de Guershom de Mayence ainsi qu’à de nombreuses selihot (pièces liturgiques pénitentielles), kinot (élégies lues pour la plupart le 9 av), et à la prière Av HaRahamim.

Av Harahamim semble avoir été rédigée au moment des faits ou très peu après. Le texte porte en effet dans sa première version une supplique « qu’Il venge de nos jours sous nos yeux le sang de Ses serviteurs versé » ; les mots de nos jours sous nos yeux seront ultérieurement omis.

Texte de la prière[modifier | modifier le code]

Traduction française Transcription Hébreu
Le Père de Miséricorde résidant dans les hauteurs Av HaRahamim shokhen ba'meromim אָב הָרַחֲמִים שׁוכֵן בַּמְרומִים
dans Sa grande miséricorde Bè'ra'hamav ha'atzoumim בְּרַחֲמָיו הָעֲצוּמִים
Il traitera avec miséricorde Hou yifkod be'Ra'hamim הוּא יִפְקוד בְּרַחֲמִים
les pieux, les droits et les innocents Ha'hassidim vè'hayèsharim vè'hatèmimim הַחֲסִידִים וְהַיְשָׁרִים וְהַתְּמִימִים
les communautés saintes, qui sacrifièrent leur vie Kehilot ha'kodesh shèmasrou nafsham קְהִלּות הַקּדֶשׁ שֶׁמָּסְרוּ נַפְשָׁם
pour la sanctification du Nom al Keddoushat hashem עַל קְדֻשַּׁת הַשֵּׁם
Ils furent aimés et plaisants en leur vie. Ha'nè'èhavim vè'hanè'ïmim bè'hayèhem הַנֶּאֱהָבִים וְהַנְּעִימִים בְּחַיֵּיהֶם
Et en leur mort, ils ne furent pas séparés (n'abjurèrent pas). Ouvemotam lo nifradou וּבְמותָם לא נִפְרָדוּ
Ils furent plus vifs que des aigles et plus forts que des lions Mi'nesharim kalou ou'me'arayot gaverou מִנְּשָׁרִים קַלּוּ וּמֵאֲרָיות גָּבֵרוּ
pour réaliser la volonté de leur Créateur, La'assot retzone qonam לַעֲשׂות רְצון קונָם
et le désir de leur Modèle. ve'hèfetz tzouram וְחֵפֶץ צוּרָם
Que notre Dieu Se rappelle d'eux en bien. Yizkereïm elohenou lè'tovah יִזְכְּרֵם אֱלהֵינוּ לְטובָה
avec les autres justes du monde. 'Im she'ar tzaddikei 'olam עִם שְׁאָר צַדִּיקֵי עולָם.
et puisse-t-Il venger le sang versé de Ses serviteurs ve'yinqom lè'eïnenou niqmat dam 'avadav hashafou'h וְיִנְקום לְעֵינֵינוּ נִקְמַת דַּם עֲבָדָיו הַשָּׁפוּךְ.
ainsi qu'il est écrit dans la Torah de Moïse, l'homme de Dieu : kakatouv bèTorat Moshè, Ish HaElohim כַּכָּתוּב בְּתורַת משֶׁה אִישׁ הָאֱלהִים
"Ô nations, faites réjouir Son peuple Harninou goyim amo הַרְנִינוּ גויִם עַמּו
car Il vengera le sang de Ses serviteurs ki dam avadav yikom כִּי דַם עֲבָדָיו יִקּום
et rendra la vengeance à Ses ennemis Ve'nakom yashiv le'tzarav וְנָקָם יָשִׁיב לְצָרָיו
et pardonnera à Sa terre et à Son peuple". vekhiper admato amo וְכִפֶּר אַדְמָתו עַמּו
Et de la main de Tes serviteurs, les prophètes, il est écrit: Vè'al yedei 'vadekha haNeviim katouv lèmor וְעַל יְדֵי עֲבָדֶיךָ הַנְּבִיאִים כָּתוּב לֵאמר
"Et bien que J'absolve, leur sang Je n'absoudrai pas Vèniqiti damam lo niqiti וְנִקֵּיתִי דָּמָם לא נִקֵּיתִי
Lorsque YHWH réside à Sion" VèAdonaï sho'khen beTzion וַיהוָה שׁכֵן בְּצִיּון
Et dans les Saints Ketouvim, il est dit: Oubèkhitvei hakodesh ne'emar וּבְכִתְבֵי הַקּדֶשׁ נֶאֱמַר
"Pourquoi les nations diraient-elles 'Où est leur Dieu? Lama yomèrou hagoyim ayè Eloheihem לָמָּה יאמְרוּ הַגּויִם אַיֵּה אֱלהֵיהֶם
Qu'il soit fait connaître aux nations à nos vues Yivada bagoyim lè'eïnenou יִוָּדַע בַּגּויִם לְעֵינֵינוּ
que Tu venges le sang versé de Tes serviteurs". Niqmat dam 'avadekha hashafoukh נִקְמַת דַּם עֲבָדֶיךָ הַשָּׁפוּךְ
Et il [est] dit: "Car Lui qui demande compte pour les sangs Vèomer, ki doresh damim וְאומֵר, כִּי דורֵשׁ דָּמִים
S'en souvient Otam zakhar אותָם זָכָר
Il n'a pas oublié pas la plainte des humbles". Lo shakha'h tza'aqat anavim לא שָׁכַח צַעֲקַת עֲנָוִים
Et il [est] dit: Vèomer וְאומֵר
"Il jugera sur les peuples plein de cadavres Yadin bagoyim malè guèviot יָדִין בַּגּויִם מָלֵא גְוִיּות
écrasant le(s) prince(s) de grandes terres; Ma'hatz rosh 'al eretz rabba מָחַץ ראשׁ עַל אֶרֶץ רַבָּה
du fleuve sur le chemin il boira Mina'hal baderekh yishtè מִנַּחַל בַּדֶּרֶךְ יִשְׁתֶּה
et après il dressera la tête". 'al ken yarim rosh עַל כֵּן יָרִים ראשׁ

Place de Av HaRahamim dans le rite[modifier | modifier le code]

Av HaRahamim se trouve dans tous les siddourim ashkénazes orthodoxes et est récitée hebdomadairement lors de l'office du Shabbat, avant de rentrer le Sefer Torah dans l’Aron hakodesh et de commencer l'office de Moussaf. On ne le récite pas aux shabbat précédant la néoménie, à l'exception de ceux des mois d’iyar et sivan, ni aux shabbat des quatre parashiot (Shekalim, Zakhor, Para et Parashat HaHodesh). Selon le rite juif allemand, on ne récite Av HaRahamim qu'au shabbat précédant Shavouot et à celui précédant Tisha BeAv.

L'office de Yizkor, qui se tient quatre fois par an, se termine par Av Harahamim, afin de prier pour les âmes de tous les martyrs Juifs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steven Runciman, Histoire des Croisades, Tallandier, 2006 (ISBN 2-84734-272-9), p. 131

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]