Autoroute A79 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Autoroute française A79)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A79.
Autoroute A79 (la Cévenole)
Carte de l’autoroute A 79
Carte de l’autoroute A 79

Département Isère, Drôme, Ardèche, Gard, Hérault, Aude
Type Autoroute
Coût 3,4 milliards d’euros[1]

L’autoroute A79 (aussi appelée la Cévenole) est une autoroute française à l'état de projet qui relierait l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry à la ville de Narbonne.

Présentation du projet[modifier | modifier le code]

Ce projet consiste à doubler l'A7 via le Piémont Cévenol[2]. Ce dossier est lié aux résultats du débat public sur les « Transports en vallée du Rhône et dans l'Arc languedocien » qui a eu lieu du 27 mars au 26 juillet 2006.

Cette nouvelle liaison éviterait de passer l'A7 à 2×5 voies entre Lyon/Valence et Orange, et offrirait une alternative crédible à la Vallée du Rhône. De nouveaux territoires privés d'accès à l'autoroute ou à une voie rapide (Ardèche, Haut Gard, Haute Vallée de l'Hérault) seraient desservis : Privas, Aubenas, Alès, Le Vigan.

Coût du projet[modifier | modifier le code]

Coût estimé par l'Audit des Ponts et Chaussées (2003) : 3,4 milliards d’euros[1] (à titre de comparaison, le passage à 2×5 voies de l'A7 coûterait 890 millions d’euros[réf. nécessaire]).

Avantages du projet[modifier | modifier le code]

Ce projet aurait pour avantages de permettre, une liaison directe entre Lyon et l'Espagne, le développement de l'Ardèche, du Haut Gard, et de la Haute Vallée de l'Hérault et une baisse de trafic de l'A7 et de l'A9.

Évolution du trafic[modifier | modifier le code]

Même si l’autoroute A 79 est construite, l’autoroute A 7 présentera un trafic de 110 000 véhicules par jour[1] (ce chiffre était constant en 2002[1]) ; si l’A 7 passe à 2×5 voies, ce chiffre dépasserait 130 000[1].

Alternatives[modifier | modifier le code]

On peut cependant envisager en priorité un tronçon central : Valence-Privas-Aubenas-Alès-Nîmes (via la RN 106 et le futur contournement autoroutier Ouest de Nîmes prévu pour 2020), l'Hérault étant bien désenclavé avec l'arrivée de l'A75 (2009), l'A750 (2009) et la future A9a (nouveau contournement sud de Montpellier, prévu vers 2017).

Problèmes environnementaux[modifier | modifier le code]

Le projet d'A79 comporte de nombreux inconvénients dont son impact paysager dans une des dernières régions méditerranéennes françaises préservées. Une alternative au projet est est celui de l'A68 (Toulouse-Lyon via Albi, Rodez, Mende, Le Puy-en-Velay et Saint-Étienne).

Sites concernés par le tracé[modifier | modifier le code]

Plusieurs tracés sont avancés par la Direction des routes et on ne peut pas présager d'itinéraires éventuels.

Les sites a priori desservis seraient :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Projet de l’A 79 (question no 15455 publiée dans le Journal officiel du Sénat le 8 avril 1999)