Autoroute A54 (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Autoroute française A54)
Aller à : navigation, rechercher

43° 38′ 22″ N 4° 58′ 50″ E / 43.639325, 4.980667

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A54.
Autoroute A54
A54
Image illustrative de l'article Autoroute A54 (France)
L'A54 au sud de Salon en direction d'Aix et de l'A7.
Carte de l'autoroute A54
Historique
Ouverture premier tronçon en 1970
Nîmes – Arles : 1990
dernier tronçon en 1996
Caractéristiques
Longueur 49 km
Direction nord-ouest/est
Extrémité nord-ouest A9 E15 à Nîmes
Intersections N572 (interruption de l’autoroute)
D570 à Arles
(route nationale 113) à Arles et Saint Martin de Crau
N568 à Raphèle-lès-Arles
D113 à Saint-Martin-de-Crau (reprise de l’autoroute)
Extrémité est A7 E714 à Salon-de-Provence
Villes principales Nîmes, Arles
Réseau Autoroute française, aussi E80
Territoire traversé
2 régions Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d'Azur
2 départements Gard, Bouches-du-Rhône

En France, l’autoroute A54 relie Nîmes à Salon-de-Provence. Elle est gérée par les Autoroutes du Sud de la France (ASF). Elle est longue de 72 km, tronçon faisant partie de la route européenne 80 dans son intégralité. C'est une autoroute à péage.

Radio Vinci Autoroutes (107.7FM) fonctionne sur l'A54 secteur ASF. L'A54 fait partie sur le réseau ASF de la zone EST.

Tracé[modifier | modifier le code]

L'autoroute relie Nîmes à Salon-de-Provence et est entrecoupée d'une portion de voie express (route nationale 113 et route nationale 572) entre Arles et Saint-Martin-de-Crau.

Les deux tiers de l'A54 (48,4 km) sont en fait classés comme autoroute ; le tiers restant étant partagé entre les nationales 113 (19,5 km) et 572 (4,3 km).

Histoire[modifier | modifier le code]

Son premier tronçon a été inauguré sous la forme d'une voie rapide au Sud de Salon-de-Provence au cours de l'année 1970, en même temps que la portion de l'Autoroute A7 entre Sénas et Rognac.

La portion entre Nîmes et Arles est inaugurée en 1990.

Le dernier tronçon reliant Saint-Martin-de-Crau à Salon-de-Provence est inauguré le 13 mars 1996. Mais à Salon-de-Provence, la mise en service complète de l'autoroute a entraîné un enclavement d'une cité scolaire de 2 000 élèves où le franchissement n'est possible que par un cheminement piétonnier dangereux, selon André Vallet, sénateur des Bouches-du-Rhône, en 1997[1].

On surnomme l'A54, la N113 et la N572 la camarguaise.[réf. nécessaire]

Sorties[modifier | modifier le code]

Autoroute interrompue par les routes nationales 572 et 113.

  •  Échangeur entre RN 572 et A54 (km 24 A54 / km 9 N 572/D 572N)

En tant que RN 572 :

En tant que RN 113 :

Reprise de l’A54

Futur : le contournement d'Arles[modifier | modifier le code]

Le contournement autoroutier d’Arles, assurant la continuité de l’A54, est en projet, afin d’assurer la continuité d’un itinéraire autoroutier structurant de l’arc méditerranéen entre l’Espagne et l’Italie. Le report du trafic de transit sur l’axe autoroutier contribuera à l'amélioration substantielle de la qualité de vie des riverains de la Route nationale 113 du fait de la réduction des nuisances consécutive au désengorgement du trafic[2],[3],[4]. Ce projet aboutit suite à la concertation publique qui s’est déroulée du 14 juin au 13 juillet 2011[3].

Ce projet étudié consiste à achever la liaison autoroutière entre Nîmes et Salon-de-Provence par l’option dite « Sud Vigueirat ». Deux aménagements sont à réaliser[2] : un tronçon autoroutier en tracé neuf, prenant son origine sur l'autoroute à l'ouest au niveau de l'échangeur d'Eymini, franchissant ensuite le Rhône et se poursuivant au Sud du canal du Vigueirat qu'il traverse pour rejoindre la RN 113 au lieu dit Balarin à l'est d'Arles et une section de la RN à réaménager aux normes autoroutières. La longueur de ce nouveau tronçon est de 30 km[4].

Cette nouvelle section autoroutière sera à 2×2 voies (2×3 voies entre la RN 568 et Balarin). L'enquête publique devrait avoir eu lieu en 2013-2014. Le projet devrait être déclaré d'utilité publique en 2014. La mise en service est prévue en 2020[2]. À la mise en service de ce contournement, le trafic sera de l’ordre de 40 000 véhicules par jour[4].

Le coût de ce projet est estimé à 560 millions d’euros[4] dans les conditions économiques de 2010[2].

Lieux sensibles[modifier | modifier le code]

(uniquement les lieux à bouchons et les pentes dangereuses) :

  • Nîmes : sortie 25 (A9), risque de bouchon ; depuis cette sortie, les usagers s’engagent sur l’A54 à vive allure donc il est difficile de s’y engager.
  • Arles :
    • RN 113 pas aux normes, pas de bande d'arrêt d'urgence, circulation très dense ;
    • échangeur 5 dangereux :
      • en direction de Nîmes, pas aux normes sur la RN 113, les véhicules s'arrêtent avant de s'engager à allure réduite sur la 2×2, circulation très dense,
      • en direction de Salon-de-Provence, virage à 270° dont la vitesse est limitée à 30 km/h, aucun espace de décélération, circulation très dense.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Problèmes de sécurité liés à la construction de l'autoroute A 54 », sur le site du Sénat,‎ 1997 (consulté le 21 juillet 2014).
  2. a, b, c et d [PDF] Contournement d’Arles, site de la DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur, 13 mai 2013.
  3. a et b Contournement autoroutier d’Arles, site de la DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  4. a, b, c et d [PDF] Grille du contournement autoroutier d’Arles, élaborée par le SNIT, Camargue Environnement, 16 septembre 2010. Consulté le 25 juillet 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]