Autoroute 50 (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Autoroute 50)
Aller à : navigation, rechercher

Carte: Google / Bing

B50
Autoroute 50
Autoroute de l'Outaouais

Carte de l'autoroute 50.
Carte de l'autoroute 50.
Informations
Gérée par le MTQ
Longueur : 158,0 kilomètres (98,2 mi)[1]
Direction : est / ouest
En service : 1975 [2] -
Localisation
Villes : Gatineau, Lachute
Intersections
Extrémité ouest : Rue Montcalm à Gatineau
Intersections : B5 A-5 à Gatineau

B15 Brtc A-15 à Mirabel

Extrémité est : B117 R-117 à Mirabel
Image
Autoroute 50 ouest en direction du centre-ville de Gatineau.
Autoroute 50 ouest en direction du centre-ville de Gatineau.
Réseaux
Autoroutes du Québec
Précédent B40 A-40 A-55 B55 Suivant

L'autoroute 50 (A-50) est une autoroute interurbaine québécoise desservant les régions de l'Outaouais et des Laurentides. Elle est le principal lien routier entre la grande région de Montréal et Gatineau sur la rive nord de la rivière des Outaouais. Sa longueur totale est de 158 kilomètres. Son tracé est parallèle à la rivière des Outaouais.

Description[modifier | modifier le code]

Jusqu'à tout récemment, il y avait deux sections distinctes de l'autoroute, séparées d'environ 18 kilomètres. La section ouest, nommée Autoroute de l'Outaouais, et la section est, simplement nommée Autoroute 50[3]. Depuis novembre 2012, ces deux sections sont maintenant réunies en une seule, grâce à l'ouverture à la circulation du dernier tronçon, reliant Lochaber (sortie 187) et Papineauville (sortie 205).

Il a été suggéré en 2002 que l'autoroute soit nommée en l'honneur de Maurice Richard, un joueur de hockey des Canadiens de Montréal. Cependant, la Commission de toponymie du Québec n'a pas encore rendu une décision finale malgré le fait que les travaux d'aménagement soient maintenant complétés [4].

Autoroute de l'Outaouais[modifier | modifier le code]

Autoroute 50 près de Fassett

L'autoroute de l'Outaouais s'étend sur environ 88 kilomètres, le long de la rive nord de la rivière des Outaouais. Son extrémité ouest, balisée kilomètre 134, se situe sur la rue Montcalm, dans le centre-ville du secteur Hull de la ville de Gatineau. De là, elle s'oriente vers le nord en longeant le ruisseau de la Brasserie. Un demi-kilomètre plus loin, elle enjambe le boulevard des Allumetières et débute un multiplex avec la route 148. Au kilomètre 135, elle croise l'autoroute 5 aux abords du Lac de la Brasserie et du Lac Leamy. Elle traverse ensuite la rivière Gatineau via le pont des Draveurs avant de croiser, au kilomètre 139, le boulevard Maloney en direction de centre-ville du secteur Gatineau. Le chevauchement avec la route 148 se termine à cette jonction. Au kilomètre 141, sur le site d'un potentiel échangeur avec l'autoroute Deschênes, elle adopte une orientation est-ouest à l'aide d'une courbe à 90 degrés[5], orientation qu'elle conservera sur tout le reste de son parcours, à l'exception de quelques kilomètres, à l'est de l'ancienne ville de Buckingham. Elle passe d'une autoroute à quatre voies et doubles chaussées à une autoroute à deux voies et une seule chaussée à l'est de la sortie 166. Entre les kilomètres 190 et 212, trois courtes sections, dont une d'environ 4 kilomètres, sont construites à quatre voies, sur des chaussées séparées d'un muret de type "New Jersey". La section dite "autoroute de l'Outaouais" se termine à la frontière de cette région touristique avec celle des Laurentides, qui se situe à la hauteur de la montée Boucher, à la limite ouest de Grenville-sur-la-Rouge, soit tout près de la borne kilométrique 222.

La section la plus achalandée de l'autoroute de l'Outaouais est le tronçon situé entre l'autoroute 5 et le boulevard Maloney à Gatineau (km 135 à 139) avec un débit journalier moyen annuel (DJMA) de 102 000 véhicules[6].

Autoroute 50 - Laurentides[modifier | modifier le code]

La section laurentienne de l'autoroute 50 débute à la limite ouest de Grenville-sur-la-Rouge et s'échelonne sur environ 70 kilomètres jusqu'à la route 117 à Mirabel, au kilomètre 292. Entre les kilomètres 254 et 260, soit entre la route 148 et la route 329, elle est une autoroute standard à quatre voies, et à chaussées séparées; ce court tronçon, construit en 1975, le fut à titre de voie de contournement du centre-ville de Lachute. Elle revient ensuite avec une seule chaussée jusqu'à l'Aéroport Mirabel, à la sortie 285. Sur ce tronçon, il y a deux passages à niveau ainsi que deux accès au parc industriel de l'aéroport de Mirabel (intersections à niveaux) qui ne respectent pas les normes autoroutières. Entre la sortie 285 et son extrémité est, elle est une autoroute standard à quatre voies à chaussées séparées. Elle croise l'autoroute 15 au kilomètre 291.

Le DJMA le plus élevé sur cette section est de 18 300 véhicules, entre la sortie 288 (boulevard Henri-Fabre) et l'autoroute 15[6].

Historique[modifier | modifier le code]

L'autoroute 50 a été proposée par Oswald Parent, député libéral de la circonscription de Hull, et ce dès 1962. En 1970, la construction de l'autoroute est annoncée par le premier ministre Jean-Jacques Bertrand, de l'Union nationale[7], pour relier l'Outaouais avec les Laurentides en passant par l'Aéroport international Montréal-Mirabel. Elle a aussi été créée pour relier ce nouvel aéroport international à la ville d'Ottawa. À cette époque, l'Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa n'était pas encore construit. Le plan original prévoyait la construction d'une autoroute de plus de 400 kilomètres qui aurait relié la frontière ontarienne, dans le secteur de l'Île aux Allumettes, près de Pembroke, à l'autoroute 40, dans la région de Berthierville en passant par Gatineau, Saint-Jérôme et Joliette et ce, parallèlement aux routes 148 et 158. Les numéros de sorties sont d'ailleurs attribués en fonction de ce plan original.

Avec les années, la volonté et la nécessité de réaliser le projet original diminuèrent grandement. L'ouverture de l'aéroport d'Ottawa, le transfert des vols de Mirabel vers Dorval et un manque de financement conduisirent à l'annulation de la section à l'ouest de Gatineau, et de celle à l'est de Saint-Jérôme[8] .

Gatineau[modifier | modifier le code]

Le projet de construction d'une autoroute est-ouest dans l'actuelle ville de Gatineau, ainsi que celui d'une liaison vers Montréal, remontent aux années 1960. En 1971, deux axes autoroutiers est-ouest sont planifiés. Le premier se situe entre le chemin McConnell à Aylmer et Templeton et le second, désigné alors autoroute 50, entre Masson et Quyon en contournant les principaux pôles urbains par le nord[9],[10].

La construction d'une portion de ces deux autoroutes est annoncée en 1972, soit l'autoroute du ruisseau de la Brasserie et l'autoroute 50. La première reliera le boulevard Reboul (actuelle autoroute 5) et Davidson Corner alors que la seconde reliera Davidson Corner à Masson[11],[12]. Cinq ans plus tard, en 1977, un premier tronçon de 4 kilomètres, désignée à l'époque autoroute 550, est finalement mis en service entre l'autoroute 5 et le boulevard Gréber (ancienne route 8). Ce n'est qu'en 1986 que l'autre portion des autoroutes 550 et 50 est ouverte à la circulation, soit 14 ans après l'annonce du premier projet[2]. En 1988, l'autoroute 550 fut prolongée sur 1.5 kilomètres vers le sud entre l'autoroute 5 et le boulevard Saint-Laurent (actuel boulevard des Allumetières). Depuis, aucun prolongement des autoroutes 50 ou 550 n'a été effectué vers l'ouest.

Dans les faits, les autoroutes 50 et 550 n'étaient qu'une seule autoroute, qui changeait de désignation sur le site d'un échangeur planifié avec l'autoroute Deschênes, soit la section ouest de l'autoroute 50 entre l'avenue Gatineau (Davidson Corner) et la route 148 à Aylmer[13]. La désignation autoroute 550 fut d'ailleurs abandonnée à la faveur de l'autoroute 50 dans les années 1990. Présentement, l'autoroute Deschênes est toujours planifiée jusqu'à Aylmer et est numéroté par le MTQ A-550[5]. La section à l'ouest d'Aylmer n'est plus dans les plans du MTQ[8]. La section de la 148 à double chaussée entre Luskville et Heyworth faisait partie de ce projet[13].

Axe McConnell-Laramée[modifier | modifier le code]

Boulevard des Allumetières en 2011, vue direction ouest depuis le viaduc Saint-Raymond.

Le second axe autoroutier est-ouest planifié dans les années 1970, le corridor McConnell-Laramée, est présentement occupé par le boulevard des Allumetières, une section de la route 148[5]. Dans les années 1970, le MTQ prévoyait construire une autoroute dans une section de ce corridor ; des expropriations ont d'ailleurs été effectuée en ce sens[14]. À la fin des années 1980, le MTQ proposait de construire une autoroute encaissée dans la section urbaine de cet axe, entre la fin actuelle de l'autoroute 50 et la promenade du Lac des Fées. De la promenade du Lac des Fées jusqu'au corridor Deschênes, à l'ouest de la rue Vanier, une autoroute conventionnelle était prévue. Au delà du corridor Deschênes, dans le secteur urbain d'Aylmer, un boulevard avec intersections à niveaux était planifié[15].

La première et la deuxième phase de ce projet furent réalisées selon ces plans au début des années 1990. La troisième phase ce projet, la section entre l'autoroute 50, la promenade du Lac des Fées et le boulevard Saint-Raymond (anciennement Chemin de la Montagne), fut retardée de plusieurs années en raison, entre autres, du coût élevé d'une autoroute encaissée, de la résistance sociale et de la traversé du parc de la Gatineau, une zone protégée. Au début des années 2000, le MTQ modifia ses plans et construit un boulevard urbain à deux chaussées et quatre voies avec carrefours giratoires dans la section qui devait être une autoroute encaissée[14]. En 2007, la dernière section de l'axe McConnell-Laramée, entre la promenade du Lac des Fées et le boulevard Saint-Raymond fut mise en service. Cette section est un boulevard de type promenade avec des échangeurs et une limite de vitesse fixée à 70 km/h[14].

Ainsi, le boulevard des Allumetières ressemblait grandement à une autoroute entre le boulevard Saint-Raymond et la rue Samuel-Edey. En 2011, la section nord du boulevard des Grives fut raccordé au boulevard des Allumetières par une intersection en T. Il était originellement prévu d'y construire un viaduc[5]. Il est présentement peu probable que le boulevard des Allumetières soit utilisé dans le futur pour prolonger l'autoroute 50 vers l'ouest.

Gatineau - Lachute[modifier | modifier le code]

La construction de la 50, entre le secteur Masson de la ville de Gatineau et Lachute, débuta en 2004 et se termina en novembre 2012[16].

Le Ministère des Transports du Québec (MTQ) a procédé à l'ouverture à la circulation du dernier tronçon de 18 kilomètres qu'il restait à compléter, entre Thurso et Papineauville le 26 novembre 2012 à 11 heures. Dans un communiqué, le ministère indique qu'une inauguration officielle sera organisée dans les prochaines semaines[17]. Le tronçon précédent, entre Papineauville et Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello) a été ouvert le 15 août de la même année.

Lachute - Mirabel[modifier | modifier le code]

Plan initial des autoroutes dans la région de Mirabel

Le premier tronçon de l'autoroute 50, d'une longueur de 6 kilomètres, fut mis en service en 1975 pour contourner la ville de Lachute, facilitant ainsi l'accès à l'aéroport Mirabel depuis l'Outaouais et l'est ontarien. Pendant plusieurs années, cette section de l'autoroute 50 était la seule à l'est de Gatineau.

Dans les années 1990, le gouvernement fédéral céda l'autoroute de desserte de l'aéroport Mirabel au Ministère des Transports du Québec. L'autoroute de desserte, située au nord de l'aéroport, fut incluse à l'autoroute 50, modifiant ainsi les plans initiaux faisant passer l'autoroute 50 au sud de l'aéroport (voir plan ci-contre). Une section de 5 kilomètres du boulevard Mirabel fut également incluse à l'autoroute 50; cette section comporte toujours des intersections à niveau permettant l'accès à l'aéroport et au parc industriel avoisinant. Deux nouvelles sections, à une seule chaussée, furent mises en service, pour relier l'ancien boulevard Mirabel à la route Arthur-Sauvé (route 148), en 1995, puis au tronçon de contournement de Lachute, en 1998.

Au milieu des années 2000, la chaussée est de l'autoroute 50, entre les kilomètres 287 et 289, fut déplacée d'environ 200 mètres vers le nord pour permettre la construction d'un nouvel échangeur, au kilomètre 288, afin de faciliter l'accès à l'usine de Bombardier. L'aire de service, située entre les chaussées, au kilomètre 288, fut convertie en site commercial. L'ancienne chaussée fut utilisée pour le prolongement du boulevard Henri-Fabre vers l'est[18].

Mirabel - Joliette[modifier | modifier le code]

Plus à l'est, entre Saint-Esprit et Joliette, la route 158 était anciennement numérotée A-50, et ce, jusqu'à l'abandon du projet de construction de l'autoroute jusqu'à Joliette, dans les années 1980. D'ailleurs, celle-ci possède un échangeur autoroutier complet avec l'autoroute 31[19]. Dans les années 1970, des travaux avait été entrepris pour construire une seconde chaussée à la route 158 et la transformer en autoroute. Ce projet a été annulé en cours de réalisation. De nombreuses traces de ces travaux inachevés sont toujours visibles. D'ailleurs, plusieurs cartes routières récentes montrent, à tort, que la route 158 est à double chaussées entre Crabtree et Joliette.

Chronologie de la construction[2]
Kilomètre Année Notes
134 à 135 1988 De la rue Montcalm à A-5.
135 à 139 1977 De l'A-5 à R-148, Boulevard Maloney
139 à 166 1986 De la R-148, Boulevard Maloney à la R-315, Avenue de Buckingham
166 à 174[20] Chaussée est 2004-12-09[21] De la R-315, Avenue de Buckingham à la R-309, Chemin Doherty
174 à 187 Chaussée est 2008-11-10[22] De la R-309, Chemin Doherty à la R-317
187 à 205 Une chaussée* 2012-11-26[23],[17] De la R-317 à la R-321 (* Comprend deux courtes sections à deux chaussées séparées par un muret de type New Jersey)
205 à 206 Chaussée est 2012-08-15[24] De la R-321 à la R-323
206 à 210
210 à 212 2011-10-28[25] De la R-323 au chemin Avoca
212 à 226 Chaussée est
226 à 239 Chaussée est
Chaussée ouest au km 233
2011-08-19[26],[27] Chemin Avoca à la R-344, Chemin Scotch
239 à 254 Chaussée est 2008-10-31[22] De la R-344, Chemin Scotch à la R-148,Route du Canton
254 à 260 1975 De la R-148, Route du Canton à la R-329, Chemin Béthany
260 à 265[28] Chaussée ouest 1998 De la R-329, Chemin Béthany à la R-148, Route Arthur-Sauvé
265 à 272[28] Chaussée est
272 à 280[28] Chaussée est 1995 De la R-148, Route Arthur-Sauvé au chemin Saint-Simon
280 à 285 Chaussée est 1975 Du chemin Saint-Simon à l’accès à l’aéroport (cette section, avec l'actuel chemin Saint-Simon, entre l'A-50 et la route 148, constituait l'ancien boulevard Mirabel)
285 à 293 1975 De l’accès à l’aéroport à R-117, Boulevard du Curé-Labelle

Liste des sorties[modifier | modifier le code]

MRC Municipalité km[1] # Jonctions / Destinations Notes
Gatineau Gatineau (Hull) 0.0 Rue Montcalm Feux de circulation
134-E Boulevard des Allumettières est Sortie direction ouest seulement, vers le Pont Alexandra & Ottawa
134-O B148 R-148 ouest, Boulevard des Allumettières ouest Sortie direction ouest seulement, entrée direction est seulement
1.4 135 B5 A-5 Gatineau centre-ville / Ottawa / Maniwaki Vers le Pont Cartier-Macdonald
Pont des Draveurs, Rivière Gatineau
Gatineau (Gatineau) 3.5 138 B307 R-307, Rue Saint-Louis, Cantley
4.4 139 B148 R-148 est, Boulevard Maloney Direction est seulement, entrée direction ouest seulement
4.6 140 B148 R-148 est, Boulevard Maloney, Boulevard de La Gappe Boulevard de La Gappe pour direction est
6.1 141 Boulevard La Vérendrye Sortie direction est seulement, entrée direction ouest seulement.
10.2 145 Montée Paiement
13.1 147 Boulevard Labrosse
15.4 150 B366 R-366, Boulevard Lorrain, Val-des-Monts
19.3 154 Boulevard de l'Aéroport Vers l'Aéroport de Gatineau
Gatineau (Masson-Angers) 24.8 159 Avenue des Laurentides, L'Ange-Gardien
30.1 165 Rue Georges Sortie direction est seulement, entrée direction ouest seulement.
31.9 166 B315 R-315, vers B148 R-148, Chemin de Masson, Avenue de Buckingham Vers le traversier Masson-Cumberland
Transition de 4 à 2 voies ou vice-versa
Gatineau (Buckingham) 36,0 171 Chemin Lépine
Les Collines-de-l'Outaouais L'Ange-Gardien 39,1 174 B309 R-309 nord, Chemin Doherty, L'Ange-Gardien, Mont-Laurier
Papineau Lochaber Poste de contrôle des véhicules lourds[29]. Direction est seulement.
187 B317 R-317, Thurso, Ripon Vers Thurso, mène au traversier (privé) entre Thurso et Rockland (Ontario).
Transitions de 2 à 4 voies ou vice-versa (à 2 reprises)
Plaisance 197 Montée Papineau, Plaisance
Papineauville 205 B321 R-321, Papineauville, Saint-André-Avellin
Transition de 2 à 4 voies ou vice-versa
Notre-Dame-de-Bonsecours 210 B323 R-323, Montebello, Mont-Tremblant Vers Montebello
Transition de 4 à 2 voies ou vice-versa
Fassett 216 Fassett Sortie pour le village de Fassett, via la montée Fassett. Mène au traversier (privé) entre Fassett et Lefaivre (Ontario).
Argenteuil Grenville-sur-la-Rouge 226 Grenville-sur-la-Rouge, chemin Avoca Sortie pour le secteur de Pointe-au-Chêne de Grenville-sur-la-Rouge
233 Harrington, Grenville-sur-la-Rouge, Chemin Kilmar Sortie pour le secteur de Calumet de Grenville-sur-la-Rouge et le secteur de Kilmar du Canton d'Harrington.
239 B344 R-344 est, vers B148 R-148, Grenville, Hawkesbury Accès au Pont du Long-Sault; seul pont entre Montréal et Gatineau traversant la rivière Outaouais / Connu sous le nom chemin Scotch
Brownsburg-Chatham 252 Brownsburg-Chatham Accès aux secteurs Saint-Philippe-d'Argenteuil et Brownsburg de la ville de Brownsburg-Chatham (Montée La Branche et rue Renaud)
Transition de 2 à 4 voies ou vice-versa
254 B148 R-148, Lachute, Rue Principale En réalité, le nom est Route du Canton car la sortie est sur le territoire de Brownsburg-Chatham
Lachute & Saint-André-d'Argenteuil 258 B327 R-327, Avenue d'Argenteuil, Saint-André-d'Argenteuil Route des Seigneurs en direction de Saint-André-d'Argenteuil
Lachute 260 B329 R-329, Lachute centre-ville, Mirabel (Saint-Hermas) Avenue Béthany, Mirabel (Saint-Hermas) pour direction est, anciennement route 148
Transition de 4 à 2 voies ou vice-versa
Mirabel Mirabel 272 B148 R-148, Route Arthur-Sauvé, Saint-Eustache Anciennement connu sous le nom Chemin Côte-Saint-Louis / Sortie pour Mirabel (Saint-Hermas) en direction ouest
279 St-Colomban, Mirabel (St-Canut) (Ste-Scholostique) Chemin Saint-Simon
145.8 Rue Helen-Bristol Intersection à niveau, secteur ouest du parc industriel de l'aéroport (feu clignotant jaune)
146.9 Rue Robert-Côté Intersection à niveau, installations de quarantaine (désaffectées) de l'aéroport
148.1 Rue Louis-Bisson Intersection à niveau, zone de Fret-Cargo, secteur est du parc industriel de l'aéroport (feu clignotant jaune)
Transition de 2 à 4 voies ou vice-versa
285 Aéroport international Montréal-Mirabel
288 Boulevard Henri-Fabre
292-S B15 Brtc A-15 sud, Montréal
292-N B15 Brtc A-15 nord, Saint-Jérôme
158 B117 R-117, Mirabel (Saint-Janvier), Saint-Jérôme Feux de circulation, Boulevard du Curé-Labelle
     Planifiée •      En construction •      Jonction partielle •      Intersection à niveau •      Fermée •      Extrémité chevauchement

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ministère des Transports du Québec, Distances routière, Québec, Les Publications du Québec,‎ 2005, 206 p. (ISBN 2-551-19693-0, ISSN 0714-2153, présentation en ligne), p. 38-39
  2. a, b et c Ministère des Transports du Québec, « Transports Québec : Répertoire des autoroutes du Québec »,‎ 2007 (consulté le 9 mars 2010)
  3. Commission de toponymie du Québec, « Banque de noms de lieux du Québec »,‎ 2007 (consulté le 1 septembre 2011)
  4. Commission de toponymie du Québec, « L'autoroute 50 »,‎ 2007 (consulté le 1 septembre 2011)
  5. a, b, c et d Communauté urbaine de l'Outaouais, Schéma d'aménagement révisé de la communauté urbaine de l'Outaouais,‎ 1999 (présentation en ligne), p. 8,15-16,18,23-34
  6. a et b Ministère des Transports du Québec, « Altas des transports: Débit de circulation 2008 »,‎ 2008 (consulté le 21 août 2011)
  7. « Enfin la 50! », Le Droit,‎ 27 novembre 2012 (lire en ligne)
  8. a et b Ministère des Transports du Québec, Plan de transport de l’Outaouais 1996-2011, Les Publications du Québec,‎ 1996, 206 p. (ISBN 2-550-30546-9, présentation en ligne), p. 31-32, 56-58, 63
  9. (en) Dan Karon, « Hull residents to have say on 'plan' », Ottawa Citizen,‎ 13 juillet 1971 (lire en ligne)
  10. (en) « Autoroute 50 », The Buckingham Post,‎ 21 janvier 1972 (lire en ligne)
  11. (en) « Western Quebec Freeway in four years? », The Buckingham Post,‎ 15 octobre 1971 (lire en ligne)
  12. (en) « Six-year road plan to rejuvenate Hull », The Gazette,‎ 8 janvier 1972 (lire en ligne)
  13. a et b Transports Canada, « Évaluation du programme de contributions de l'entente d'aménagement des routes dans l'outaouais - 8 juillet 2005 » (consulté le 31 août 2011)
  14. a, b et c Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, Projet de construction de l’axe McConnell-Laramée par le ministère des Transports, Québec,‎ 2001 (ISBN 2-550-37763-X, présentation en ligne), p. 3,5
  15. Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, Construction d’un boulevard dans l’axe Saint-Laurent – Laramée – McConnell entre Hull et Aylmer, Québec,‎ 1989 (ISBN 2-550-19486-1, présentation en ligne)
  16. Ministère des Transports du Québec, « Autoroute 50 - Prolongement » (consulté le 16 septembre 2009)
  17. a et b Ministère des Transports du Québec, « Prolongement de l'autoroute 50 en Outaouais - Le Ministère des Transports annonce l'ouverture du tronçon Thurso-Papineauville » (consulté le 27 novembre 2012)
  18. Ministère des Transports du Québec, « Bulletin d'informations du ministère des transports du Québec, Laurentides-Lanaudière »,‎ 2003 (consulté le 19 septembre 2009)
  19. Martial Coderre, « L'autoroute 25 est à nos portes », L'Horizon,‎ 6 juin 1973 (lire en ligne)
  20. Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, Liaison routière Lachute-Masson, autoroute 50, Québec,‎ 1997 (ISBN 2-550-320-40-9, présentation en ligne)
  21. Transports Canada, « Ouverture du contournement du secteur Buckingham » (consulté le 16 septembre 2009)
  22. a et b Yves Soucy, « Un nouveau tronçon de l'autoroute 50 inauguré », Le Droit,‎ 10 novembre 2008 (lire en ligne)
  23. « Ouverture du dernier tronçon de l'autoroute 50 », Radio-Canada,‎ 26 novembre 2012 (lire en ligne)
  24. Ministère des Transports du Québec, « Autoroute 50, en Outaouais - Ouverture du tronçon Papineauville−Notre-Dame-de-Bonsecours (Montebello) » (consulté le 21 août 2012)
  25. Ministère des Transports du Québec, « Autoroute 50, en Outaouais - Inauguration du tronçon Notre-Dame-de-Bonsecours - Fassett » (consulté le 29 octobre 2011)
  26. Ministère des Transports du Québec, « Autoroute 50 – Nouveau tronçon de 18 kilomètres dans les Laurentides » (consulté le 19 août 2011)
  27. Jean-François Dugas, « Un nouveau tronçon de la 50 ouvert en grande pompe », Le Droit,‎ 20 août 2011 (lire en ligne)
  28. a, b et c Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, Construction du tronçon de l’autoroute 50 entre Lachute et Mirabel, Québec,‎ 1990 (ISBN 2-550-20442-5, présentation en ligne)
  29. Société de l'assurance automobile du Québec, « Les postes de contrôle routier et leur localisation » (consulté le 26 septembre 2009)