Auto-immolation de Tibétains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lieux des immolations, (25 avril 2013)
Un moine tibétain, Tapey, s'immole à Ngaba le 27 février 2009

À la suite de tensions dans la région de Ngaba, un moine tibétain s’immole par le feu en février 2009. Quelque deux ans plus tard, le 16 mars 2011 Rigzin Phuntsog, un autre moine tibétain s'immole par le feu à Ngaba dans la province du Sichuan. Au moins 134 moines, nonnes et laïcs tibétains se sont immolés demandant, selon l'association Campagne internationale pour le Tibet, la liberté au Tibet et le retour du dalaï-lama. Au moins 108 d'entre eux sont morts[1],[2]. La plupart de ces immolations se sont produites dans la province du Sichuan qui comprend environ 1,5 million de Tibétains.

Deux préfectures autonomes tibétaines sont principalement concernées. D'une part à Ngaba dans la préfecture autonome tibétaine et qiang de Ngaba où se trouve le monastère de Kirti. D'autre part dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê. Ces deux préfectures sont situées dans les anciennes provinces tibétaines de l'Amdo et du Kham. Trois cas se sont produits à Chamdo et Lhassa, dans la région autonome du Tibet[3],[4], et un autre cas dans la préfecture autonome tibétaine de Golog dans la province du Qinghai. À ces immolations dans les régions tibétaines, se sont ajoutées deux auto-immolations à New Delhi en Inde.

Le 14e dalaï-lama[5], qui selon un article de Tania Branigan et Jason Burke (en) daté de novembre 2011 n'a pas appelé les Tibétains à la cessation de tels actes en raison de son retrait de la vie politique (une telle demande serait interprétée comme une ingérence politique dans les affaires intérieures chinoises)[réf. nécessaire][6], est prudent sur cette question, d'une part car la non-violence n’approuve pas le suicide, et d'autre part car ceux qui se sont immolés l’ont fait pour la communauté tibétaine[7]. En novembre 2011, le 17e karmapa[8] a appelé les Tibétains à mettre fin à cette série d'auto-immolations, et les autorités chinoises à analyser la source de ces incidents tragiques, ajoutant qu'une réponse impitoyable ne ferait qu’empirer la situation. Le 7 novembre 2011, lors d'une conférence de presse, le 14e dalaï-lama a dénoncé ce qu'il appelle « une sorte de génocide culturel » mené par la Chine[9] comme étant à l'origine de la vague d'immolations de Tibétains qui débuta en mars 2011.

Pour l'administration centrale tibétaine ces immolations sont une conséquence d'une « escalade de la répression en Chine »[10] et ne cesseront que si la Chine met fin à sa politique répressive à l'intérieur du Tibet[11].

En février 2012, Wen Jiabao, Premier ministre de la République populaire de Chine, indique que les immolations sont contraires aux intérêts des Tibétains, il précise que la Chine respecte « l'environnement écologique et la culture traditionnelle du Tibet, ainsi que sa liberté religieuse »[12].

Selon le site phayul.com, en août 2012, un Tibétain qui avait tenté de s'immoler par le feu aurait été assassiné par les services de sécurité chinois[13].

Très peu d'informations parviennent à l'extérieur des zones tibétaines car les autorités chinoises imposent un black-out sur les communications et interdisent à la presse étrangère de se rendre sur place[14]. Selon Jonathan Watts, un journaliste britannique qui a pu se rendre à Ngaba début 2012, un professeur de l'université des minorités lui déclara, sous couvert d'anonymat, que la présence sécuritaire était plus importante cette année que durant les troubles au Tibet en 2008. Il ajoute qu'il y a de sérieux problèmes dans la relation entre Hans et Tibétains, et que cela a empiré durant les quatre dernières années[15]. Un reporter de la chaîne de télévision australienne ABC s’est rendu en octobre 2012 dans la région tibétaine du Sichuan, et rapporte un témoignage d'une femme tibétaine s'exprimant contre la politique du PCC, dénonçant l'absence de tout droit, pas même celui de s'exprimer[16]. Roger-Pol Droit constate que « le Tibet brûle dans le silence », il n'est pas réaliste de se fâcher avec les « maîtres du monde »[17].

Sommaire

Manifestations et émeute à Ngaba en 2008[modifier | modifier le code]

Moines tibétains arrêtés et exhibés avec une pancarte au cou en avril 2008.
Moines et laïcs tibétains arrêtés à Ngaba en avril 2008.

Selon Bruno Philip, journaliste au Monde qui a interrogé des sources locales à Ngaba (ch. Aba) en décembre 2008, le 16 mars, des moines du monastère de Kirti, ont manifesté. Plusieurs milliers de personnes se sont jointes et ont attaqué les boutiques chinoises et les policiers qui en retour ont tiré, tuant entre 8 et 20 personnes. Les cadavres de 7 ou 8 personnes portant des impacts de balles ont été portés par les manifestants au monastère de Kirti. Plusieurs centaines de moines ont été interpellés par la police puis relâchés[18].

Selon le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy (TCHRD), en 2008, des manifestants tibétains pacifiques furent touchés par des tirs sans discernement de troupes armées, et au moins 8 morts furent apportés au Monastère de Kirti de Ngaba[19].

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Selon Warren W. Smith Jr qui se réfère à des sources chinoises, le 16 mars 2008, des moines du monastère de Lhamo Kirti manifestèrent en brandissant des drapeaux tibétains et en criant des slogans réclamant l'indépendance, la liberté et le retour du dalaï-lama. Ils furent rejoints par des civils avec lesquels ils brûlèrent 24 magasins et 81 véhicules. On estima le chiffre des dégâts équivalent à la totalité des rentrées fiscales du comté sur les dix dernières années. Des habitants affirmèrent que 18 Tibétains avaient été tués par les forces de sécurité chinoises à Ngaba : des photos des cadavres en furent envoyées à la presse étrangère à titre de preuve. La Chine n'y vit rien de concluant[20].

Selon Xiao Youcai, chef adjoint de la préfecture autonome tibétaine et qiang de Ngaba, des civils innocents et plus de 200 membres de l'administration et de la police locales furent blessés lors de cette émeute qui vit deux commissariats de police incendiés outre les 24 magasins et 81 véhicules. Les émeutiers s'en prirent aux agents de la force publique et tentèrent de s'emparer de leurs armes. Il y eut une tentative de s'introduire dans une armurerie et dans le centre de détention local. Les policiers, qui sont tous autochtones, on dû faire usage de leurs armes pour se défendre. Aucune mort d'homme n'a été signalée[21],[22].

Selon Free Tibet Campaign (FTC), fin septembre 2008, 50 moines de ce monastère ont été sévèrement battus par la police armée chinoise[23],[24].

Immolation en 2009[modifier | modifier le code]

Tapey à terre, entouré de policiers de la police armée du peuple, Ngaba, 27 février 2009.

Selon International Campaign for Tibet, le 27 février 2009, à proximité du monastère de Kirti, les autorités ont bloqué l'entrée des moines, et l'un d'entre eux, Tapey, portant un drapeau tibétain et la photo du dalaï-lama s'est immolé avec de l'essence, et s'est effondré après que la police armée du peuple[25] eut tiré à trois reprises sur le jeune homme avant d'emmener le corps, selon Students for a Free Tibet[26].

Propagation de fausses rumeurs[modifier | modifier le code]

Selon l’agence Chine nouvelle, un moine tibétain du monastère a avoué avoir inventé et propagé des rumeurs selon lesquelles la police locale avait abattu le moine qui s’était immolé par le feu. Il a admis qu'il avait menti pour « aggraver les troubles dans le but d'attirer l'attention de l'étranger ». Le lama qui a tenté de s'immoler par le feu est en traitement à l'hôpital[27].

Pourtant, des photos ont été publiées sur Internet montrant le moine à terre entouré de policiers armés[28]. De plus, selon le TCHRD, il aurait été demandé au moine de subir une amputation des deux jambes, probablement pour supprimer les preuves des coups de feu[29].

Immolations en 2011[modifier | modifier le code]

En 2011, 12 Tibétains se sont auto-immolés par le feu.

Le 14e dalaï-lama considère que les immolations ont pour origine un génocide culturel perpétré par les Chinois[5]. Le 14e dalaï-lama[5] est prudent sur cette question, d'une part car la non-violence n’approuve pas le suicide, et d'autre part car ceux qui se sont immolés l’ont fait pour la communauté tibétaine[7]. En novembre 2011, le 17e karmapa[8] a appelé les Tibétains à mettre fin à cette série d'auto-immolations. Répondant à cette déclaration du dalaï-lama attribuant le suicide de moines à la politique chinoise de génocide culturel, la Chine, par l'entremise du porte-parole du ministère des affaires étrangères, Hong Lei, a accusé, le 8 novembre, le dirigeant spirituel de glorifier ces actes suicidaires et de s'en servir lors de ses déplacements à l'étranger pour salir l'image de la Chine. Alors que de telles extrémités devraient être condamnées, elles sont glorifiées et manipulées de façon à susciter davantage de gens à emboîter le pas[30].

Selon Angus McDonald, Kirti Rinpoché, le chef en exil du monastère de Kirti qui est au centre des troubles à Ngaba, a donné son approbation tacite aux immolations en déclarant que sacrifier sa vie pour défendre ses croyances bouddhistes n'est pas considéré comme de la violence : « D'un bout à l'autre de vos renaissances successives, ne relâchez jamais, ne serait-ce qu'un seul instant, votre vigilance à défendre la vérité de l'enseignement excellent du Bouddha, même au prix de votre vie », citant un maître bouddhiste, ainsi que le rapporte l'International Campaign for Tibet, un groupe de lobbying sis à Washington[31].

Cependant, dans le témoignage de Kirti Rinpoché, à la Commission Tom Lantos des droits de l'homme le 3 novembre 2011, il déplore la mort de ceux qui se sont auto-immolés, et appelle à sauver la vie des survivants. Il ajoute que pour promouvoir l'harmonie entre les Tibétains et les Chinois, il a récemment proposé son entière collaboration. Il précise qu'il a, à maintes reprises, approché le gouvernement chinois pour obtenir la permission de se rendre au Tibet, pensant que sa visite lui donnerait l'occasion de délivrer un message de conseils et de réconfort, mais qu'il n'a pas encore reçu de réponse du gouvernement chinois[32].

Ainsi, l'AFP précise que, pour Kirti Rinpoché, les moines subissent des restrictions de liberté, la culture tibétaine et la religion sont soumis à une telle répression et la désespérance a atteint un tel degré que les Tibétains ont recours au suicide plutôt que de continuer à vivre[33].

Affirmation du contrôle de l'État et menace de disparition du monastère de Kirti[modifier | modifier le code]

Le grand Chörten au Monastère de Kirti, Nagba, Amdo

La journaliste Ursula Gauthier indique que le monastère de Kirti situé dans la préfecture autonome tibétaine et qiang de Ngaba, est « l'épicentre du mouvement »[34]. Tsering Woeser affirme que ce monastère est menacé de disparition. Le 16 mars 2011, après l'immolation d'un moine, 1 000 policiers ont encerclé les lieux. Les 2 500 moines du monastère devaient être soumis à une éducation patriotique. Les moines qui refusaient de se soumettre à celle-ci disparaissent[35].

Selon le journaliste Peter Lee, le gouvernement a implanté dans le monastère de Kirti un « comité de gestion démocratique » dépendant du bureau des affaires religieuses, afin d'y affirmer la suprématie du gouvernement sur l'establishment religieux tibétain bouddhiste, rompre les liens entre le monastère et son rinpoché en exil à Dharamsala et contrôler les rapports entre le monastère et ses trente succursales monastiques dans la région[36].

Selon Samuel Ivor, le 6 mai 2011, des responsables chinois des affaires religieuses au sein du United Front Work Department de Ngaba vinrent au monastère et déclarèrent que plus de 1 200 membres de la communauté monastique de Kirti allaient être expulsés. Plusieurs moines devaient partir le jour même d'après la liste placardée sur les murs. Dans leur réponse pacifique, les moines firent valoir que le monastère était leur domicile[37].

Selon Peter Lee, il semblerait que les effectifs du monastère soient passés de 2 500 à un millier en novembre 2011[38]. Le journaliste Arnaud de La Grange estime pour sa part le nombre des moines restant à 600, nombre d'entre eux étant envoyés en « rééducation patriotique »[39]. Harriet Beaumont, la porte-parole de l'ONG Free Tibet confirme que les autorités chinoises imposent « un programme de rééducation patriotique » aux religieux. Ces derniers doivent alors « prêter serment d'allégeance à la République populaire de Chine et renier le dalaï-lama »[40].

Selon Kirti Rinpoché, l'abbé du monastère, depuis le départ en camion militaire de 300 moines vers une destination inconnue le 21 avril 2011, de nouvelles règles ont été imposées au monastère comme l'interdiction de recruter de jeunes garçons pour en faire des moines et l'instauration d'un numerus clausus pour les moines, le tout sous la menace que la survie de l'établissement était entre les mains des moines[41].

Selon le journaliste Michael Bristow (BBC News, 4 octobre 2011), les deux communautés monastiques sœurs de Kirti, celle de la Chine et celle de l'Inde, sont en contact au moyen du téléphone portable. Selon Thubten Samphel, des rapports émanant du monastère du Sichuan, semble-t-il sous surveillance policière et militaire, sont parvenus par le biais de ce réseau officieux existant entre les deux monastères. Il ajoute toutefois que le gouvernement en exil a appris l'immolation de Kelsang Wangchuk en octobre 2011 uniquement par des dépêches de la presse internationale, ce qui, selon lui, indique le caractère irrégulier de cette liaison[42].

En octobre 2011, deux journalistes de l'AFP réussirent à accéder à proximité du monastère. Ils constatèrent la présence de soldats « portant des fusils automatiques, des barres de fer affûtées et des extincteurs, ainsi que des véhicules de transport de troupes blindés quadrillaient ses rues ». La police confisqua une caméra et effaça des photographies des forces de l'ordre[43].

Meng Jianzhu, ministre de la sécurité publique de la RPC, s'est déplacé au monastère de Kirti en décembre 2011. Il a déclaré souhaiter que les « moines continuent à œuvrer pour la promotion de l’enseignement patriotique et religieux, pour la solidarité entre ethnies, le développement économique et le progrès »[44].

Immolations, arrestations et condamnations[modifier | modifier le code]

La plupart de ces manifestations se sont produites dans l'actuelle province du Sichuan qui comprend environ 1,5 million de Tibétains.

Deux préfectures autonomes tibétaines sont concernées. D'une part à Ngaba dans la préfecture autonome tibétaine et qiang de Ngaba (principalement des moines du monastère de Kirti, mais aussi une nonne du couvent de Dechen Choekor Ling), à Tawu/Daofu. D'autres part la préfecture autonome tibétaine de Garzê (monastère de Nyitso, monastère de Kardzé et couvent de Gaden Choeling). Ces 2 préfectures sont situées dans les anciennes régions de l'Amdo et du Kham. Enfin un cas s'est produit à Chamdo, dans la région autonome du Tibet au monastère de Karma)[3],[4]. À ces auto-immolations s'est ajoutée la tentative du Tibétain Sherab Tsedor devant l'ambassade de Chine à New Delhi en Inde.

Rigzen Phuntsog (16 mars 2011)[modifier | modifier le code]

Immolation de Rigzen Phuntsog. Pour arrêter le feu, un extincteur a été utilisé par la police ce qui est vivement déconseillé.
Tibétains entourant le corps de Phuntsog.

Rigzen Phuntsog, un moine âgé de de 20 ans, s'est immolé par le feu le 16 mars 2011 sur un marché de Ngaba pour « protester contre l'occupation chinoise » et la politique répressive du gouvernement chinois au Tibet. Selon des sources tibétaines « des policiers auraient éteint les flammes tout en le rouant de coups de pieds, ce qui aurait précipité sa mort ». Par contre, Pékin accuse « une action criminelle soigneusement organisée dans le but de déclencher des troubles ». Selon la journaliste Ursula Gauthier, à la suite de cette immolation, la ville de Kirti a « été le théâtre d'une révolte désespérée et d'une violente répression », deux personnes ont été tuées pour s'être opposées à des déplacements de camions emportant 300 moines vers une destination inconnue[45].

Au moins 11 Tibétains ont été arrêtés après la mort de Rigzen Phuntsog. Ils risquent la torture et d'autres mauvais traitements. Rigzen Phuntsog est décédé à l'hôpital au début de la matinée du 17 mars. Après l'auto-immolation de Phuntsok, des centaines de moines du même monastère, le monastère de Kirti, et d'autres résidents locaux ont organisé une autre manifestation[Passage problématique]. Plusieurs d'entre eux ont été brièvement détenus et de nombreux autres ont depuis été placé en détention[46].

En août 2011, 3 moines furent accusés et condamnés à de lourdes peines pour « complicité » dans ce suicide[42],[47].

Condamnation du refus de soins par les moines[modifier | modifier le code]

La police du comté de Ngaba (province du Sichuan) a déclaré que l'auto-immolation de Rigzin Phuntsog était une affaire criminelle, méticuleusement préparée et visant à provoquer des troubles. Le 15 mars au soir, l'adolescent de 16 ans, accompagné d'un autre moine, avait acheté trois bouteilles d'essence et, le 16 au matin, annoncé qu'il allait s'immoler le jour même. Après le passage à l'acte, des moines le ramenèrent au monastère et l'y gardèrent pendant près de 11 heures si bien que, lorsqu'ils acceptèrent, après négociation, qu'on l'emmène à l'hôpital du comté, il mourut d'arrêt cardio-respiratoire. Le directeur de l'hôpital déclara que Rizgen Phuntsog était bien mort de ses brûlures et qu'aucune blessure due à une arme n'avait été décelée sur son corps, ajoutant qu'il aurait pu être sauvé s'il était arrivé plus tôt[48]. Plusieurs bouddhas vivants, dont Jampel Gyabmotso, du monastère de Gomang, ont condamné le refus par le groupe de moines de laisser soigner la victime, le qualifiant de contraire à la doctrine bouddhiste, pour qui toute vie est sacrée[49].

Selon le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie, le 12 avril 2011, des Tibétains demeurant à Ngaba se rassemblèrent devant le monastère pour bloquer les forces de l'ordre après avoir entendu dire que certains moines allaient être arrêtés. La police aurait battu et blessé grièvement certains des manifestants. Cependant, le bureau d'information du parti communiste du comté de Ngaba dément les faits, déclarant qu'il n'y avait pas eu de heurts, que dans le cadre de ses patrouilles habituelles dans le comté la police passe devant le monastère. Il était faux de dire que des policiers stationnaient devant le monastère et que des gens avaient été battus[50].

Tsewang Norbu (15 août)[modifier | modifier le code]

Immolation de Tsewang Norbu

Tsewang Norbu, un moine du monastère de Nyitso, âgé de 29 ans, est mort après s'être immolé le 15 août 2011 à Tawu/Daofu dans le comté de Kardzé[51]. Selon un témoin cité par l'association Free Tibet Campaign : « Tsewang Norbu a bu de l'essence et s'en est aspergé avant d'y mettre le feu. On l'a entendu lancer ces appels : 'Nous, Tibétains, nous voulons la liberté', 'Longue vie au dalaï-lama' et 'Que le dalaï-lama revienne au Tibet' »[52]. La victime serait décédée sur les lieux[53].

Selon l'ONG Amnesty International, l'auto-immolation de Tsewang Norbu aurait été motivée par le comportement autoritaire des responsables chinois depuis l'immolation de Rigzen Phuntsog, le moine qui s'est immolé par le feu le 16 mars 2011 à Ngaba[54].

Selon l'agence Chine nouvelle, qui confirma la nouvelle peu de temps après, « la raison pour laquelle il s'est brûlé n'est pas claire », ajoutant que le gouvernement local avait diligenté une enquête[55].

Lobsang Kelsang et Lobsang Kunchok (26 septembre)[modifier | modifier le code]

Immolation de Lobsang Konchok

Lobsang Kelsang et Lobsang Kunchok, deux moines du monastère de Kirti, âgés de 18 ans, s'immolent le 26 septembre 2011 à Kirti[56],[3], criant « Longue vie au dalaï-lama. Nous voulons la liberté de religion ». Lobsang Kelsang est le frère du moine Phuntsog qui s'est suicidé le 16 mars. Selon des responsables locaux, leur vie n'est plus en danger[57]. Selon le monastère de Kirti à Dharamsala, Lobsang Kunchok a été amputé des 4 membres et il est nourri par intubation dans la gorge[58].

Immolations en octobre 2011[modifier | modifier le code]

Kelsang Wangchuk, un moine du monastère de Kirti, âgé de 17 ans, s'immole le 3 octobre 2011 à Ngaba, près de Kirti[3],[42]. Il portait une photographie du 14e dalaï-lama, ce qui est interdit en Chine, quand il s'est immolé.

Choephel et Khayang, deux anciens anciens moines du monastère de Kirti, âgés de 19 et 18 ans, s’immolent à Ngaba le 7 octobre et sont morts les 8 octobre et 11 octobre 2011, respectivement[3].

Norbu Dathul, un ancien moine du monastère de Kirti âgé de 19 ans, s'immole le 15 octobre 2011 sur le marché de Kardzé[3],[59]. Selon FTC citant des sources non identifiées, il a crié « Le Tibet a besoin de liberté ! » et a appelé au retour du dalaï-lama, le chef spirituel tibétain en exil. Il est mort le 5 janvier 2012[60].

Immolation de Tenzin Wangmo

Tenzin Wangmo, 20 ans, une nonne du couvent de Dechen Choekor Ling, s'immole et meurt le 17 octobre 2011 à Ngaba[3] près de la ville. Tenzin Wangmo est la première femme à s'immoler depuis le début de ce mouvement de protestation en mars 2011[33]. Selon FTC, avant son immolation elle a appelé à la liberté de religion pour les bouddhistes tibétains et au retour de leur chef spirituel exilé en Inde, le dalaï-lama. Le journaliste Arnaud de La Grange précise que la veille du drame, deux Tibétains auraient été blessés par balle par la police chinoise lors d'une manifestation à Ngaba[39].

Dawa Tsering, un moine du monastère de Kardzé, âgé de 38 ans, s'immole le mardi 25 octobre 2011 dans l'enceinte du monastère pendant une danse rituelle à laquelle assistait le public. Selon Lobsang Dakpa, un moine du monastère de Sera Jey dans le sud de l'Inde, alors que son corps était en flammes, Dawa Tsering a crié des slogans demandant le retour du dalaï-lama d'exil, et la ré-unification du peuple tibétain[61]. Des sources indiquent que le brûlé est toujours à l'intérieur de l'établissement, où moines et civils empêchent la police de l'approcher[62].

Joint par téléphone le mercredi 26, un agent du commissariat de police de Kardzé déclara ne pas être au courant : « Qui êtes-vous ? Où cela s'est-il produit ? Comment en avez-vous entendu parler ? Ça ne s'est pas produit », dit-il. La police n'a pas interrogé la famille de la victime, rapporte un moine de Kardzé[63].

Immolations en novembre 2011[modifier | modifier le code]

Palden Choetso, monastère de Nyitso

Palden Choetso (également connue sous le nom Choesang, ou encore Qiu Xiang selon l'agence Xinhua), une nonne du couvent de Gaden Choeling, âgée de 35 ans, s'immole par le feu et meurt le 3 novembre 2011 à Tawu[64],[65]

La représentante de l'ONG Free Tibet considère que Palden Choetso a dénoncé la répression religieuse par son immolation. La communauté de son monastère devait « demander la permission » afin de réaliser des cérémonies. Une importante pression militaire s'exerçait sur le monastère lui-même. Ce climat de répression et de subordination des religieux bouddhistes conduit à des actes irréversibles[40].

Le Tibétain Sherab Tsedor, âgé de 25 ans, exilé en Inde, a essayé de s'auto-immoler par le feu devant l'ambassade de Chine à New Delhi. Tout en s'aspergeant d'essence, il s'est mis à crier des slogans avant d'être maîtrisé par les forces de l'ordre. Cet acte s'est soldé par des brûlures aux jambes[66].

Immolations et arrestations en décembre 2011[modifier | modifier le code]

Tenzin Phuntsok, un ancien moine du monastère de Karma, âgé de 46 ans, s'immole le 1er décembre et meurt le 6 décembre à l'hôpital de Chamdo, dans la région autonome du Tibet (anciennement Kham). Selon l'agence Chine nouvelle, Phuntsog avait été secouru par deux ouvriers qui avaient éteint les flammes avec l'extincteur de leur véhicule[67],[68].

Des policiers relèvent les bras dans le dos de civils tibétains baissant la tête, 2011

Des Tibétains ont été arrêtés et exhibés avec des pancartes au cou par la police chinoise, selon des photos publiées par FTC. Les clichés ont été pris dans les préfectures autonomes tibétaines de Kandzé et de Ngaba[69].

Immolations et fusillades en 2012[modifier | modifier le code]

En janvier 2012, 4 Tibétains (2 laïc, 2 moines dont 1 Rinpoché) se sont immolés près du monastère de Kirti. Les 23 et 24 janvier, dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê, la police chinoise a ouvert le feu lors de manifestations pro-tibétaine faisant au moins 3 morts. En février et mars, 16 autres Tibétains s'immolent par le feu. En 2012, au moins 82 Tibétains se sont immolés par le feu[70].

Janvier 2012[modifier | modifier le code]

En janvier 2012, quatre Tibétains se sont auto-immolés par le feu.

Tsultrim et Tenyi, un moine et un laïc d'environ 20 ans, se sont immolés le 6 janvier 2012, à proximité du monastère de Kirti[71], suscitant des craintes de réactions émotionnelles alors que de nombreux Tibétains sont rassemblés à Bodh Gaya où le 14e dalaï-lama donne des enseignements sur le Kalachakra[72]. Tenyi est mort de ses brûlures peu de temps après son arrestation par le personnel de sécurité chinois. Tslutrim est mort le lendemain[60].

Sonam Wangyal, aussi appelé Sopa Rinpoché, un maître tibétain respecté de la région de Golok, et âgé de 42 ans, s'immole et meurt le 8 janvier, dans le centre ville de Darlag, préfecture autonome tibétaine de Golok[73],[74]. Selon les informations diffusées par les Tibétains locaux, Soba Jugu, lors de son auto-immolation cria « Tibet libre ! » et « Longue vie au Dalaï-Lama! » Il jeta également des tracts ainsi que des drapeaux de prières [75].

Losang Jamyang, 22 ans, qui, enfant, fut moine au monastère d'Andu[76], s'est immolé (dans le district de Ngaba), le 14 janvier 2012 et selon certaines informations des heurts ont opposé les forces de sécurité chinoises à des Tibétains - y compris des moines à l'intérieur du monastère de Kirti.

Kate Saunders, directeur de communication de l'association Campagne internationale pour le Tibet, mentionne « une situation d'urgence » à Ngaba après l'immolation d'un laïc[77]. Selon un communiqué du monastère de Kirti à Dharamsala, le personnel chinois de sécurité a arrêté et frappé les gens au hasard ouvrant même le feu sur la foule. Nombre de Tibétains ont été blessés, une femme tibétaine a été tuée. Lors de l'immolation de Losang Jamyang, les soldats et la police ont commencé à le battre au lieu d'éteindre les flammes. Puis, ils l'ont couvert avec un tissu blanc, et ont continué à le frapper. Il est mort le 16 janvier des suites de ses blessures[78].

Troubles dans la préfecture tibétaine de Garzê[modifier | modifier le code]

Répression policière lors d'une manifestation à Serta le 24 janvier 2012
Serta Police2.jpg
Serta Police4.jpg
Serta Police5.jpg
Serta Police3.jpg

Manifestations de Tibétains[modifier | modifier le code]

Le 23 janvier 2012, jour du Nouvel an chinois, près du monastère de Drango dans le Kham, dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê de la province du Sichuan, la police chinoise a ouvert le feu lors d'une manifestation de Tibétains faisant au moins un mort. Ce dernier est un Tibétain du nom de Yonten, âgé de 49 ans. Des dizaines de blessés ont aussi été relevés a annoncé l'ONG Free Tibet Campaign (FTC). Selon cette organisation, la manifestation avait pour origine l'arrestation de Tibétains accusés d'avoir distribué des tracts portant le slogan « le Tibet a besoin d'être libre ». Ces tracts indiquaient que de nombreux Tibétains étaient prêts à s'immoler par le feu[79]. Selon le Nouvel Observateur, la manifestation qui rassembla probablement un millier de Tibétains, fut arrêtée par les soldats et la police qui ouvrirent le feu tuant 6 Tibétains et en blessant plus de 30. Des photos ont été transmises par 3 Tibétains de Luhuo qui ont été arrêtés dans la nuit du 24 janvier[80].

Le 24 janvier 2012, selon FTC de nouvelles violences entre manifestants tibétains et police chinoise ont fait au moins deux morts dans un autre comté de la région autonome tibétaine de Ganzi (Garzê), la localité de Seda ou Serta (Serthar en tibétain). Les autorités chinoises ont annoncé que « des groupes séparatistes étrangers » ont pour objectif la déstabilisation du gouvernement. Selon des sources citées par Radio Free Asia, « une sorte de loi martiale a été imposée ». Un bonze du monastère de Drakgo (Drango), contacté directement par l'Agence France-Presse, a considéré que 1 000 à 2 000 policiers ceinturaient le monastère : « Nous soignons à l'intérieur du monastère 32 personnes blessées, dont deux dans un état critique. L'une a une balle dans le crâne. »[81]. Des photos montrant la police chinoise frappant des Tibétains désarmés ont été transmises par Students for a Free Tibet[82].

Émeutes de Luhuo (23 janvier) et de Serta (24 janvier)[modifier | modifier le code]

Selon le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei, le lundi 23 janvier vers 14h, des dizaines de personnes, dont quelques moines, prirent d'assaut et détruisirent plusieurs magasins et un commissariat de police dans le district de Luhuo de la préfecture autonome tibétaine de Ganzi du Sichuan. Le groupe de casseurs, dont certains étaient armés de couteaux, jeta des pierres sur des policiers et détruisit deux véhicules de police et deux ambulances. Un membre du groupe fut tué et quatre autres blessés dans l'affrontement, a indiqué le porte-parole, ajoutant que cinq policiers également avaient été blessés[83].

Selon Xu Aqing, ce même jour, un chauffeur de taxi tibétain, Ma Jiankang, du comté de Luhuo dans la préfecture autonome tibétaine de Ganzi, vit sa maison saccagée et son taxi détruit par une foule armée de couteaux lui reprochant d'être le frère du chef du commissariat de police de Luhuo, Ma Wen'ge. L'attaque eut lieu lors d'une émeute visant le commissariat de police. Malgré les sommations d'usage, celle-ci dut utiliser ses armes pour repousser les assaillants au nombre de 1 000, il y eut un mort chez les émeutiers et de nombreux blessés des deux côtés. 90 % des agents de police à Luhuo sont tibétains, ce qui reflète la composition ethnique de la région[84].

Le 24 janvier, des émeutes encore plus violentes secouèrent Seda. Des émeutiers jetèrent des pierres et des cocktails molotov et firent feu, blessant 14 agents de la force publique avant d'être dispersés. Un émeutier fut tué et 13 autres arrêtés. On soupçonne des émeutiers blessés de se cacher dans des monastères. À Serthar, comme à Luhuo la veille, des émeutiers s'en prirent aux maisons qui arboraient des décorations et des lanternes de la fête du Printemps, dans le but d'intimider les habitants qui observent les traditions Han[85].

Février 2012[modifier | modifier le code]

En février 2012, huit Tibétains se sont auto-immolés par le feu.

Le 3 février, trois nomades tibétains, des laïcs, se sont immolés par le feu à Phuhu, un village situé à 145 kilomètres de Seda dans la province du Sichuan. Un Tibétain est décédé et 2 autres âgés de 30 et 60 ans sont gravement blessés[86],[87].

Le 8 février, Kate Saunders, porte-parole de l'ONG Campagne internationale pour le Tibet, annonce qu'un homme ayant l'apparence d'un moine, s'est immolé dans la ville de Ngaba, en criant des slogans contre le gouvernement chinois. Son état de santé n'est pas connu. Cela porte à 20 le nombre d'auto-immolation au Tibet depuis mars 2011[88]. Rigzin Dorje, 19 ans, est mort le 12 février dans un hôpital militaire chinois[58].

Le 11 février, une nonne du couvent Mamae Dechen Choekor Ling à Ngaba, Tenzin Choedron, âgée de 18 ans, s'est immolée[89], elle est morte le 13 février[90].

Le 13 février, un moine du monastère de Kirti, Losang Gyatso, 19 ans, s'immole dans la rue principale de Ngaba. Des membres de la police spécial ont éteint le feu, et aurait battu le moine. Sur le lieu de l'immolation, deux jeunes ont également été battus, l'un a pu s'échapper, tandis que l'autre saignant abondamment à la tête et au bras était emporté par la police[91].

Le 17 février, Dhamchoe Sangpo, 38 ans, un moine du monastère de Bongthak Ewam Tare Shedrup Dhargey Ling dans la région de Tsongon de l'Amdo, s'est immolé et est mort. Son monastère subissait une repression importante de la part des autorités après une manifestation contre un projet de mine d'argent dans la région. Le monastère est sous fermeture militaire et la situation y est très tendue selon le parlement tibétain en exil[92],[93].

Le 19 février, Nangdrol, un moine tibétain de 19 ans est décédé après s'être immolé. Selon International Campaign for Tibet et Free Tibet, sa dépouille a été ramenée dans un monastère. Les religieux ont refusé de remettre le corps aux autorités chinoises, au soir du 19 février, un millier de personnes se sont rassemblées pour une veillée[94].

Mars 2012[modifier | modifier le code]

En mars 2012, huit Tibétains se sont auto-immolés par le feu.

Le 3 mars, Tsering Kyi, une étudiante tibétaine, âgée de 16 ou 19 ans selon les sources, est morte à Maqu dans la préfecture autonome tibétaine de Gannan, après s'être immolée par le feu[95],[96],[97]. Selon Tsering Woeser, cette lycéenne s'est immolée pour protéger sa langue maternelle le tibétain[98].

Rinchen, 32 ans, une Tibétaine, mère de quatre enfants et veuve, s'est immolée et est morte le 4 mars devant une unité spéciale de sécurité à l'extérieur du monastère de Kirti assiègé[99]. Elle réclamait le retour du 14e dalaï-lama et dénonçait l'occupation chinoise du Tibet, selon FTC[100].

Le 6 mars, Dorjee, 18 ans, est mort après avoir crié des slogans antigouvernementaux et s'être immolé devant des bâtiments publics de la préfecture de Ngaba[96].

Le 10 mars, jour anniversaire du soulèvement tibétain de 1959, Gepey, un jeune moine s'est immolé à Ngaba. Il est décédé et, lorsque des riverains ont essayé de récupérer son corps, celui-ci a été retiré par les forces de sécurité[101],[102].

Le 14 mars, Jamyang Palden, 38 ans, s'est immolé au monastère de Rongwo à Rebkong, Amdo. Il a été transporté à l'hôpital par les autorités avant d'être remis au monastère[103]. Après cette immolation, le 18 mars, Tsering Woeser réitère son appel demandant aux Tibétains de cesser les auto-immolations[104].

Le 16 mars Lobsang Tsultrim, 20 ans, moine du monastère de Kirti s'est immolé dans la ville de Ngaba. Battu par le personnel de sécurité chinois, il est tombé et a été jeté dans un véhicule de police[105]. Il est mort le 19 mars à l’hôpital de Barkham. N'autorisant pas les parents à voir leur fils, le corps de celui-ci a été incinéré immédiatement après sa mort[106].

Le 17 mars Sonam Dhargey, un paysan âgé de 44 ans, père de 3 enfants[107], s'est immolé et est mort près du centre de la ville de Rongwo. Entre 600 et 8 000 personnes se sont rassemblées au monastère de Rongwo pour montrer leur solidarité et lui rendre hommage[108]. Pour éviter d'être emporté par la police, Sonam s'était entouré le corps de coton imbibé d'essence et de fil de fer barbelé[109].

Le 26 mars, Janphel Yeshi, qui avait fui le Tibet en 2006 et vivait à New-Delhi depuis 2 ans[110], s'est immolé pour protester contre la venue du président chinois Hu Jintao. Il s'agit du deuxième cas d'immolation d'un Tibétain à New-Delhi, où vivent des milliers d'exilés[111],[112]. Janphel Yeshi est décédé à l'hôpital Ram Manohar Lohia le 28 mars[113].

Avril 2012[modifier | modifier le code]

Selon l'organisation Campagne internationale pour le Tibet, deux Tibétains âgés d'une vingtaine d'années sont morts après s'être immolés par le feu dans la région de Ngaba[114].

Mai 2012[modifier | modifier le code]

Selon l'agence Chine nouvelle[115] et Radio Free Asia, deux jeunes moines tibétains se sont auto-immolés par le feu le 27 mai à Lhassa, chef-lieu de la région autonome du Tibet. L'un est mort et l'autre, originaire de Ngaba, une zone tibétaine de la province du Sichuan, est grièvement blessé[116]. Selon l'agence Chine nouvelle, les policiers ont « réussi à éteindre les flammes en quelques minutes »[117]. Près de 600 habitants ou pèlerins tibétains ont été arrêtés et emprisonnés tandis que les pèlerins venant du Kham et de l'Amdo ont été expulsés[118].

Le 30 mai, selon Radio Free Asia et l'ONG Amnesty International, Rikyo une Tibétaine âgée de 35 ans et mère de 3 enfants, s’est immolée dans le canton de Dzamthang, situé dans la Préfecture autonome tibétaine et qiang de Ngaba dans la province du Sichuan)[119],[120].

Juin 2012[modifier | modifier le code]

Selon l'agence Chine nouvelle une immolation par le feu a eu lieu le 15 juin dans le district de Jianzha de la province du Qinghai[121]. La victime, un Tibétain d'environ 60 ans appelé Tamding Thar[122] est décédé[123].

Juillet 2012[modifier | modifier le code]

Selon Radio Free Asia, un jeune Tibétain de 22 ans s'est auto-immolé le 7 juillet dans le district de Damshung (Dangxiong, en chinois) proche de Lhassa. Transporté à l'hôpital, il y serait décédé[124].

Le 17 juillet, Lobsang Lozin, un moine tibétain de 18 ans s'est immolé dans le canton de Bharkham, dans le Sichuan[125]. Le jeune homme est décédé sur place[126].

Août 2012[modifier | modifier le code]

Le 6 août, un Tibétain à tenté de s'immoler par le feu à Ngaba dans la province du Sichuan, selon Free Tibet Campaign[127].

Le 7 août, une Tibétaine de 26 ans, Dolkar Kyi, est décédée après s'être immolée près du monastère de Tso, dans la région du Gansu[128].

Le 10 août, un nomade tibétain de 24 ans s'est immolé la ville de Maierma, dans la province du Sichuan[129].

Le 13 août à Ngaba, un moine, Lungtok est mort, et un ancien moine Tashi, battu par le personnel de sécurité chinois est hospitalisé et souffre de graves brûlures, après s'être immolés. Selon Free Tibet Campaign et Campagne internationale pour le Tibet, il s'ensuivit une manifestation des habitants à laquelle les forces de sécurité réagirent en frappant des manifestants à coups de matraque[130], provoquant la mort de l'un d'entre eux[131]. Tashi est mort le lendemain[132]

Le 28 août, Lobsang Kalsang, 18 ans, un moine bouddhiste, et Damchoek, 17 ans, un ancien moine se sont immolés dans la ville de Ngaba après avoir lancé des slogans dénonçant la répression de la culture tibétaine[133]. Les deux victimes sont décédèes[134].

Septembre 2012[modifier | modifier le code]

Le 29 septembre un jeune Tibétain, originaire de la région autonome du Tibet, s'immole dans le Qinghai et décède le 30 septembre. Selon des sources proche des exilés tibétains, ce suicide est directement lié aux protestations concernant le tournage d'un film de propagande dans la préfecture de Jushu, dont le sujet est le bonheur au Tibet[135].

Octobre 2012[modifier | modifier le code]

Le 4 octobre, l'écrivain et poète Gudrup, 43 ans, qui avait étudié à la Sherab Gatsel Lobling School à Dharamsala en Inde avant de retourner au Tibet en 2005, s'immole et meurt à Dreru dans la région autonome du Tibet, appelant à la liberté au Tibet et au retour du dalaï-lama[136],[137]

Le 6 octobre, Sangay Gyatso, un homme âgé de 27 ans, d'origine nomade, marié et père de 2 enfants, s’est immolé près d’un stupa du monastère de Dokar dans la préfecture tibétaine de Kanlho (Gannan en chinois) au Gansu. Il a appelé au retour du dalaï-lama, à la liberté religieuse et de langue. Il est mort sur le site du monastère où des prières ont été effectuées avant que son corps ne soit porté chez lui où nombre de Tibétains vinrent lui rendre hommage[138].

Le 13 octobre, le Tibétain Tamdrin Dorjee, grand-père du 7e Gungthang Rinpoché, deuxième plus haut chef religieux du monastère de Labrang, âgé de 52 ans s'est immolé par le feu, pour protester contre le régime chinois, dans la ville de Tsoe, province de Gansu[139]. Il est mort le jour même[140].

Le 20 octobre, le Tibétain Lhamo Kyeb âgé de 27 ans s’est auto-immolé dans le village de Bhora, situé dans la province chinoise de Gansu, selon l’organisation Free Tibet[141]

Le 22 octobre, Dondhup, un moine tibétain âgé de 61 ans du monastère de Drepung, s’est immolé à proximité du monastère de Labrang dans le comté de Sangchu. Mort le jour même, sa femme et son fils lui survivent[142].

Le 23 octobre, Dorjee Rinchen, un Tibétain laïc âgé de 57 ans, s’immole à Sangchu près d'un camp de l’armée chinoise. Décédé sur place, son corps fut apporté par des Tibétains chez lui où ils se sont rassemblés pour lui rendre hommage[143].

Le 25 octobre, dans la ville de Nagro Phampa, comté de Driru, Kham, deux Tibétains demandant le retour du dalaï-lama et la liberté au Tibet, Tsepo, 20 ans et Tenzin, 25 ans se sont immolés. Tenzin est un ancien étudiant du TCV Suja où il est resté environ 6 mois[144].

Le 26 octobre, à Sangchu deux Tibétains Lhamo Tseten, 24 ans, et Thubwang Kyab, 23 ans se sont immolés et sont morts le jour même[145].

Novembre 2012[modifier | modifier le code]

Au cours du mois de novembre, 28 Tibétains se sont immolés[146].

Dorje Lungdup, âgé de 25 ans, père de 2 enfants, et artiste peintre de tangka s'est immolé le 4 novembre à Rebkong/Tongren[147],[148].

Longsang Tunden, né David Alain, citoyen britannique âgé de 38 ans, en séjour spirituel depuis 5 ans dans le Tarn, s'est immolé le 15 novembre dans le jardin du monastère bouddhiste de Nalanda à Labastide-Saint-Georges[149],[150].

Gonpo Tsering, 23 ans, père de trois enfants, s'est immolé le 26 novembre dans l'enceinte du grand monastère de Labrang[151].

Décembre 2012[modifier | modifier le code]

Immolations en 2013[modifier | modifier le code]

Janvier 2013[modifier | modifier le code]

Le 12 janvier 2013, selon des rapports confirmés du Tibet, Tsebhe, un jeune homme tibétain d'une vingtaine d'années du village de Keynang, s'est immolé par le feu dans le centre de la ville d'Amchok, dans le comté de Sangchu/Xiahe, Kanlho/Gannan dans la province de Gansu, dans la région tibétaine de l'Amdo au Tibet oriental. Il est mort sur le site de son immolation[152].

Le 18 janvier 2013 à Ngaba, Tsering Phuntsok s’est immolé par le feu, et est mort, devant le bureau de la police chinoise dans le village de Drachen dans la région de Khyungchu, Comté de Ngaba au Sichuan. Sa femme et ses deux enfants lui survivent[70].

Le 22 janvier 2013 dans la région de Labrang Bora, Kunchok Kyab, 23 ou 26 ans, s'est immolé et serait mort près du monastère de Bora[153]. Sa femme et son enfant de 10 mois, ou ses deux enfants selon RFA, lui survivent[154],[155].

Février 2013[modifier | modifier le code]

Le 3 février, Lobsang Namgyal, 37 ans, moine tibétain du monastère de Kirti, s'est immolé par le feu dans la région de Ngaba, devenant le 100e Tibétains connu à s'être immolé pour protester contre la domination chinoise depuis 2009. L'information n'est parvenue en exil que le 13 février en raison de la fermeture de la région. Criant pour la longue vie du dalaï-lama, il s'est immolé à proximité du bâtiment de la police locale à Zoege vers 6 h (heure locale), décédant sur les lieux. En septembre 2012, Lobsang Namgyal avait été porté disparu pendant deux semaines incitant sa famille et ses amis à le rechercher. Il a été découvert plus tard qu'il avait été placé en détention par le personnel de sécurité chinois pour des raisons inconnues. Il ne fut pas autorisé à rejoindre son monastère, et était placé sous une surveillance harcelante[156].

Le 13 février, à Katmandou prés du Stupa de Boudhanath, un Tibétain s'est immolé. Selon le gouvernement tibétain en exil, il s'agit du 100e cas[157].

Toujours le 13, Drugpa Khar, 26 ans, père de trois enfants, s'est immolé par le feu dans la ville d'Amchok dans la région de Sangchu Kanlho. Il aurait succombé à ses blessures. Selon des sources en exil, Drugpa Khar laisse dans le deuil ses parents Tamding Tsering et Tamding Tso. Son plus jeune enfant est âgé d'un an et l'aîné de six ans[158].

Le 17 février, Namlha Tsering, 49 ans habitant de Gengya, marié et père de 4 garçons, s’est immolé par le feu et est mort le 17 février 2013 dans le Comté de Labrang[159].

Le 20 février, Rinchen, 17 ans, et Sonam Dargye, 18 ans, deux adolescents tibétains se sont immolés par le feu dans la ville de Kyangtsa région de Zoege[160],[161].

Mars 2013[modifier | modifier le code]

Le 16 mars, Lobsang Thokmey moine tibétain s'est immolé dans le monastère de Kirti. Il est décédé[162].

Juillet 2013[modifier | modifier le code]

Le 20 juillet, Kunchok Sonam, un moine tibétain s'est immolé à Aba. Il est décédé[163].

Septembre 2013[modifier | modifier le code]

Le 20 septembre, Shichung, un fermier et tailleur tibétain de 41 ans, marié et père de deux filles s'est immolé. Il est décédé[164].

Novembre 2013[modifier | modifier le code]

Le jeune moine Tsering Gyal, âgé de 20 ans, s'est immolé à Guolou, dans la province du Qinghai. Il aurait survécu à ses blessures[165].

Immolations en 2014[modifier | modifier le code]

Février 2014[modifier | modifier le code]

Le Tibétain Phagmo Samdrup, âgé de 29 ans, marié et père de deux enfants, s'est immolé à Tsekhog dans la province du Qinghai. Il est décédé[166].

Mars 2014[modifier | modifier le code]

  • Khechok Palden, religieux du monastère de Kirti s'est auto-immolé le 16 mars[167].
  • L'agence Xinhua indique qu'un moine du monastère Shaderi dans la préfecture autonome tibétaine de Huangnan s'est immolé le 16 mars[168]
  • Le 29 mars, une nonne tibétaine s'est immolée par le feu dans la région de Kardze. Après ce drame, la région a été isolée par les autorités ; le nom, l'âge et l'état de santé de la victime sont inconnus[169].

Avril 2014[modifier | modifier le code]

Le 15 avril, le Tibétain Thinley Namgyal âgé de 32 ans, s'est immolé dans le district de Tawu dans la préfecture de Kardze. Ce fils de nomades est décédé[170].

Septembre 2014[modifier | modifier le code]

Selon Radio Free Asia et l'organisation non gouvernementale Free Tibet, un étudiant de 22 ans, Lhamo Tashi s'est immolé le mercredi 17 septembre, à Hezuo (Tsoe en tibétain), dans le Gansu. Son corps a été incinéré par la police et des cendres remises à sa famille [171],[172].

Décembre 2014[modifier | modifier le code]

Selon Radio Free Asia et ICT, un Tibétain, Sangye Khar, 33 ans s'est immolé et est mort devant un commissariat de Gansu, et les autorités chinoises ont coupé les communications de la ville d'Amchok (en)[173].

Réactions[modifier | modifier le code]

République populaire de Chine[modifier | modifier le code]

Responsables officiels[modifier | modifier le code]

Le 24 janvier 2012, Hong Lei, le porte-parole de la diplomatie chinoise, cité par l'agence officielle Xinhua, a considéré que « les tentatives de groupes séparatistes pro-Tibet basés à l'étranger pour travestir la vérité et discréditer le gouvernement chinois ne réussiront pas »[174]. Le 6 février 2012, Liu Weimin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a indiqué que « Le gouvernement chinois réprimera résolument toute tentative d'inciter à la violence, de briser l'unité nationale et l'intégrité territoriale, conformément à la loi »[10].

S’exprimant le 3 mars 2012, Zhao Qizheng, président du comité national de la conférence consultative politique du peuple chinois, déclare que le dalaï-lama applaudit publiquement les personnes qui se sont immolées par le feu. Il note que des gens connaissent à l’avance l’heure et le lieu des immolations avant même qu’elles ne se produisent, que certains apportent des caméras pour filmer la scène, mettant tout de suite la vidéo en ligne, et que d’autres tentent même d’entraver l’action des secours. Il est d'avis qu'on orchestre ces incidents en sous main et qu'on cherche à faire de ces victimes des martyrs et des héros. Zhao Qizheng a par ailleurs déclaré que la Chine est tout à fait disposée à communiquer avec l'Inde au sujet des groupes exilés, dont elle voit la main derrière les incidents[175],[176].

Le 7 mars 2012, Li Changping, membre du comité provincial du PC dans le Sichuan, a déclaré que les auto-immolations dans quelques monastères ne représentent pas tous les Tibétains et ne peuvent perturber la tendance au développement stable des régions à population tibétaine[177].

Le 14 mars 2012, le Premier ministre Wen Jiabao s'est dit « profondément affecté » par les immolations de moines tibétains, tout en réaffirmant que le Tibet était une partie inaliénable de la Chine[178]. Il a déclaré que la Chine réprouvait les actions radicales du clergé tibétain telles que les auto-immolations qui sapent l'harmonie sociale[179].

En juillet 2012, après l'immolation d’un jeune moine tibétain le 17 juillet, lors d'une visite d'inspection à Lhassa au Tibet, Li Changchun a demandé aux autorités locales d'engager des actions de propagandes contre l'opposition tibétaine[180]

Selon l'agence de presse nationale Chine nouvelle, en février 2013, les autorités chinoises ont arrêté 70 personnes dans le cadre de mesures de répression des auto-immolations de Tibétains[181].

Responsables bouddhistes[modifier | modifier le code]

Le Quotidien du peuple, l'organe de presse officiel du Comité central du Parti communiste chinois, cite Song Tendargye, le chef du bureau des affaires religieuses de Ngaba, accusant, sans le nommer, un haut dignitaire de Kirti d'avoir encouragé depuis l'inde où il a fui en 1959, cette forme désespérée de protestation. Ce haut lama - il s'agit probablement de Kirti Rinpoché [travail inédit ?]- aurait « défendu l'idée que ceux qui s'immolaient étaient des héros nationaux et des combattants de la liberté, poussant ainsi les fidèles bouddhistes à s'immoler et se suicider »[182].

Le 18 octobre 2011, le « bouddha vivant » Gyalton, vice-président de l'association bouddhiste du Sichuan, a dénoncé la série d'immolations comme manifestation d'extrémisme nuisible au développement du bouddhisme. Il a qualifié le suicide de grave déviation par rapport aux principes du bouddhisme, et l'auto-immolation d'acte contre nature. Ces immolations causent, selon lui, effroi et répulsion et risquent d'amener petit à petit la population à perdre la foi[183].

Tibétologues[modifier | modifier le code]

Zhang Yun, un chercheur du Centre de Tibétologie de Chine à Pékin, déclare que les gens éprouvent répulsion et colère vis-à-vis de ceux qui commanditent, encouragent et louent ces immolations. Les gens sont tristes et désolés de voir de jeunes vies perdues. Ces immolations, jointes au comportement cruel de certains moines lors des émeutes de Lhassa, ternissent, aux yeux des gens ordinaires, l’image du bouddhisme tibétain, dont le précepte est de ne pas tuer. Ces immolations remettent en cause non seulement la façon dont ces monastères respectent les préceptes fondamentaux du bouddhisme, mais aussi font se demander s'ils n'occupent pas le plus bas échelon moral que puisse atteindre l'être humain » »[184].

Dans un article publié par l'agence Chine nouvelle, la tibétologue chinoise Hua Zi trouve regrettable et déconcertant que le dalaï-lama, connu pour prôner la non violence, n'ait prononcé aucun mot pour faire cesser ces auto-immolations. Elle s'étonne que l'on publie des photos de scènes d'immolation et de victimes et des informations personnelles. Elle affirme que certains groupes tibétains à l'étranger ont établi une grille d'indemnisation pour les victimes, 400 000 roupies pour chaque mort et 300 000 pour chaque blessé. Elle fait remarquer que l'ancien supérieur du monastère de Kirti était autrefois le conseiller personnel du dalaï-lama avant de gagner l'Inde en 1959, où il est devenu un haut responsable religieux au sein du gouvernement tibétain en exil. Citant Song Tendargye, chef du bureau des affaires religieuses du district de Ngaba, elle déclare qu'une équipe mise sur pied à Kirti, travaille étroitement avec d'importants groupes et agences relevant du dalaï-lama et de son gouvernement en exil dans le but de regagner de l'influence[185].

Dissidents[modifier | modifier le code]

Du côté des contestataires des autorités chinoises, Teng Biao regrette que les intellectuels chinois n'interviennent pas concernant « la répression menée au Tibet »[186].

Wang Lixiong évoque le 12 janvier 2012 les enseignements de Gandhi : « Changer le gouvernement par nos souffrances » ou de Martin Luther King : « Nous vous affaiblirons par notre capacité à souffrir et un jour… Nous en appellerons à vos cœurs et consciences que nous gagnerons à notre cause ». Il considère que la lutte non violente connaît ses limites : « Le fait de protester n'engendrera que des pressions et celles-ci ne mènera nulle part si le pouvoir ne fait pas de compromis »[186].

Le 8 mars 2012, la poétesse Tsering Woeser, assignée à résidence à Pékin[187],[188], lance un appel, cosignée par la poètesse tibétaine Gade Tsering et Arjia Lobsang, en exil aux États-Unis, ainsi qu'une pétition afin que cesse les auto-immolations des Tibétains : « sous cette oppression redoublée, chacune de nos vies est importante, chacune doit être conservée.  »[189],[190],[191].

En septembre 2012, Liao Yiwu, exilé en Allemagne, rend visite au 17e karmapa à Dharamsala en Inde et l'invite au Berlin International Literature Festival (en) en cours dans le but d'attirer l'attention sur les auto-immolations de Tibétains[192].

Autorités tibétaines en exil[modifier | modifier le code]

Administration centrale tibétaine[modifier | modifier le code]

En novembre 2011, Lobsang Sangay, le Premier ministre tibétain en visite en France a déclaré « Je n’encourage aucune protestation violente au Tibet, y compris les immolations qui se sont multipliées ces derniers mois. Car si vous protestez, vous êtes arrêtés et torturés par les autorités chinoises. Je comprends leurs motivations pour la défense du Tibet et du peuple tibétain. J’ai salué le courage de ceux qui sont prêts à donner leur vie pour ce combat, mais leur action est douloureuse et triste. C’est pourquoi j’entreprends une tournée à l’étranger pour exhorter les Tibétains en exil à garder espoir et à sauvegarder des vies précieuses. »[193]. Le 25 janvier 2012, il demande la communauté internationale d'intervenir suite aux violences meurtrières qui s'intensifiaient au Sichuan[194]. Il appelle les Tibétains à manifester partout dans le monde le 8 février, les exhortant à ne pas célébrer le Nouvel an tibétain[195]. Il demande à l'ONU ou à la communauté internationale d'envoyer une mission d'enquête au Tibet et que les média internationaux aient accès à la région[196],[197].

Le 5 février 2012, le gouvernement tibétain en exil a déclaré que ces immolations sont une conséquence d'une « escalade de la répression en Chine » et a appelé la communauté internationale à agir auprès des autorités chinoises pour éviter de nouvelles violences[10].

Le porte-parole du gouvernement tibétain en exil, Thubten Samphel, a déclaré que le bouddhisme tibétain rejetait les violences infligées à autrui ou à soi-même, ajoutant que les immolations, quelles qu'en soient les raisons, étaient le signe d'un mécontentement sans partage[42].

Pour Tsering Wangchuk, ministre de la santé, Pékin doit comprendre que ces immolations ne cesseront que si la Chine met fin à sa politique répressive à l'intérieur du Tibet[11].

Le 30 mai 2013, l'Administration centrale tibétaine a une nouvelle fois catégoriquement rejeté les allégations de la Chine de "forces extérieures" instigateurs de la vague actuelle de manifestations auto-immolation au Tibet et exprimé sa demande d'une enquête approfondie sur les allégations formulées par Pékin, déclarant que l'«appel sincère de l'Administration centrale tibétaine à tous les Tibétains à s'abstenir de mesures drastiques est bien documentée et à la connaissance du public,". Le CTA a également révélé des divinations récentes faites par l'oracle d'Etat du Tibet, Nechung, qui avait prédit que la fin de la vague d'auto-immolations serait mieux[198].

Responsables spirituels en exil[modifier | modifier le code]

Le 14e dalaï-lama, prix Nobel de la paix en 1989, a estimé le 7 novembre 2011, que les suicides s'opposent au caractère sacré de la vie selon les préceptes bouddhistes, répétant qu'il prônait « la non violence »[5].

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (12 juillet 2012)

En novembre 2011, Tania Branigan et Jason Burke écrivent qu'il n'a pas appelé toutefois les Tibétains à la cessation de tels actes à l'instar du 17e karmapa[199]

Le 20 mars 2012, il a déclaré que les immolations étaient « très, très tristes, » et « une question politique très sensible ». Il a déclaré que, comme en 2008, quand Wen Jiabao affirma que les troubles au Tibet avait démarré de Dharamsala en Inde, il invitait les représentants chinois à venir enquêter[200]. Répondant à une question des éditions Indigène, il explique que la question est grave et sensible, ses propos risquant d'être déformés par le gouvernement chinois. D'un point de vue bouddhiste, s'interrogeant sur les motivations des moines et des nonnes qui commettent de tels actes, il pense qu'elles dépassent leur vie privée ou familiale, et concernent la survie du Tibet, du bouddhisme et de leurs droits, mais qu'il ne peut le dire sans que les Chinois ne l'accuse de d'encourager les auto-immolations. Mais s'il dit le contraire, il se préoccupe de la tristesse des amis et de la famille de ces malheureux qui pourraient entendre cela[201].

Le 9 novembre 2011, rappelant lui aussi que dans le bouddhisme la vie est sacrée, le 17e karmapa, a appelé d'une part les Tibétains à mettre fin à cette série d'auto-immolations et à trouver d'autres moyens de dénoncer la politique de Pékin[202], et d'autre part les dirigeants chinois à regarder en face la source de ces incidents tragiques, ajoutant qu'une réponse impitoyable ne ferait qu’empirer la situation[8]. Après que 3 Tibétains de plus se sont immolés par le feu le 3 février à l’est du Tibet, il a fait une nouvelle déclaration où il affirme que « les manifestations des Tibétains et les immolations par le feu sont les symptômes d’un mécontentement profond mais méconnu »[203].

Lors d'une visite en France en mars 2012, le précédent premier ministre tibétain Samdhong Rinpoché déclara à propos des immolations : « je ne peux les condamner, quelle autre solution avons-nous à leur proposer ? Les moines se sont immolés avec les meilleures intentions, à savoir la liberté religieuse, celle du peuple et de ses droits humains. Ils dénoncent des mesures répressives intolérables. Il n'y a aucun moyen de survivre avec dignité. Bien sûr, nous n'encourageons pas les gens à s'immoler, car leur vie est très précieuse, surtout ces jours-ci au Tibet. »[204],[205].

Seconde Réunion spéciale des Tibétains en exil à Dharamsala[modifier | modifier le code]

Le 25 septembre 2012, 432 représentants des Tibétains en exil de 26 pays se réunissent pour la seconde Réunion spéciale à Dharamsala suivant celle de 2008, dans le but de redéfinir leur stratégie vis-à-vis de l'administration chinoise après la recrudescence d'immolations de Tibétains au Tibet et dans la perspective de changements politiques à Pékin, qui aurait laissé entendre une possibilité de reprise du dialogue sino-tibétain [206].

Organisations non gouvernementales[modifier | modifier le code]

Amnesty International et Human Rights Watch ont demandé que les autorités chinoises arrêtent l'« endoctrinement politique obligatoire auquel sont soumis les religieuses et les moines tibétains dans le cadre des programmes gouvernementaux d'éducation patriotique ». Selon ces 2 ONG de nombreux Tibétains se plaignent de cette politique qui porte atteinte à « leur droit à la liberté d'expression et au libre exercice de leur religion »[207],[208].

Viêt Nam[modifier | modifier le code]

Selon le Bureau international d'information bouddhiste, Thich Quang Do, Patriarche Suprême de l’Église Bouddhique Unifiée du Viêt Nam, fit parvenir depuis le Monastère Zen Thanh Minh à Saigon, où il est en résidence surveillée une lettre au Dalaï Lama exprimant sa solidarité avec les Tibétains dans leur combat[209],[210].

Taïwan[modifier | modifier le code]

Tsai Ing-wen, une femme politique de Taïwan, membre du Parti démocratique progressiste, a exprimé ses inquiétudes concernant l'intensification de la répression au Tibet, appelant le président Ma Ying-jeou à exprimer ses préoccupations aux autorités chinoises. Elle a déclaré avoir « le cœur brisé » par l'augmentation des rapports d'auto-immolation par des Tibétains lors de sa rencontre avec Dawa Tsering, président de la Fondation religieuse du Tibet[211].

Le 19 mars 2012, l'Union pour la solidarité de Taïwan a appelé à suspendre tout échange religieux avec la Chine tant que Pékin ne met pas fin à sa répression des moines tibétains[212].

Europe[modifier | modifier le code]

Parlement européen[modifier | modifier le code]

En octobre 2011, le Parlement européen « condamne la répression constante des autorités chinoises à l'encontre des monastères » du plateau tibétain. Les députés européens se disent préoccupés par l'auto-immolation de religieux bouddhistes tibétains dans la zone du monastère de Kirti[213].

France[modifier | modifier le code]

En février 2012, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé a déploré, devant l'Assemblée nationale, la situation : « Nous disons très clairement aux autorités chinoises que le traitement sécuritaire actuel et la brutalité de la répression conduisent à une impasse » [214].

Par ailleurs au moins 3 autres personnalités politiques ont évoqué cette question. Le 19 octobre 2011, Jean-Louis Bianco, Président du conseil général et Député des Alpes-de-Haute-Provence déclare : « L’aggravation de la situation dans la province du Sichuan, avec l’immolation par le feu de 5 jeunes moines en moins de 3 semaines, nous montre l’inefficacité d’une telle politique (s’il y en a une) et l’urgence d’agir en faisant entendre la voix de la France sur la scène internationale[215]. ». Le 22 octobre 2011, Jean-Marc Brûlé, conseiller régional d'Île-de-France et secrétaire national adjoint d'Europe Écologie, accuse la diplomatie française de bloquer l'Europe sur la question Tibétaine[216]. Enfin, le 25 octobre 2011, Patrick Bloche, vice-président du Groupe d'études sur le problème du Tibet à l'Assemblée nationale déclare : « Alors que le Président de la République exerce la Présidence du G20, nous lui demandons d'user de cette capacité à agir sur le plan international pour faire en sorte que les droits des Tibétains soient respectés et que leur culture religieuse et leur identité linguistique soient protégées. »[217].

Stéphane Hessel considère que la responsabilité du suicide incombe à ceux qui rendent la vie impossible aux victimes[218].

États-Unis[modifier | modifier le code]

En décembre 2011, Hillary Clinton s'est dite « alarmée par les immolations de moines et de religieuses tibétains » [219]. Le 9 janvier 2012, la porte-parole de la diplomatie américaine a déclaré « Ces actes témoignent de toute évidence d'une énorme frustration, d'un mécontentement énorme par rapport aux restrictions sévères des droits de l'homme, y compris de la liberté religieuse en Chine ». Cette question, selon le gouvernement américain, a été évoquée à plusieurs reprises avec le gouvernement chinois[220]. Le 24 janvier 2012, la porte-parole de la diplomatie américaine Victoria Nuland a indiqué : « Nous sommes très inquiets des informations régulières faisant état de violences dans une zone tibétaine de la Chine »[221]. En octobre 2012, l'ambassadeur américain en Chine Gary Locke qui visita des monastères tibétains un mois plus tôt dans la région de Ngaba où 60 % des immolations se sont produites déclara : « Nous implorons les Chinois de vraiment rencontrer les représentants du peuple tibétain, d'aborder et de revoir certaines des politiques qui ont conduit à certaines des restrictions, à la violence et aux immolations, et nous sommes très préoccupés par l'état des droits humains ici en Chine »[222].

Isolement de la région[modifier | modifier le code]

Très peu d'informations parviennent à l'extérieur des zones tibétaines car les autorités chinoises imposent un black-out sur les communications et interdisent à la presse étrangère de se rendre sur place[14].

La police locale a empêché plusieurs journalistes d'accéder aux régions concernées invoquant des chutes de neige ou des éboulements de terrains[223].

Les liaisons par internet et par portables sont bloquées, dans les zones concernées par les immolations. Les autorités chinoises maintiennent ces mesures car les troubles, selon elles, sont « fomentés par le dalaï-lama et ses partisans »[224].

Analyses[modifier | modifier le code]

L'ethnologue et tibétologue Katia Buffetrille constate que la communauté internationale est « discrète et réservée », en effet « l'émergence de la Chine comme grande puissance économique et un désir très fort d'avoir des marchés passent avant tout »[196]. Les Tibétains n'ont pas d'autre moyen d'expression actuellement, car les manifestations pacifiques sont réprimés par la force, les écrivains, intellectuels et artistes qui ont tenté de s'exprimer ont été arrêtés, 65-70 d'entre-eux sont en prison. Même si un Tibétain contacte l'étranger pour transmettre une information ou des photos, il risque une condamnation pouvant aller jusqu'à dix ans de prison[225].

Le journaliste Dibyesh Anand (The Guardian, octobre 2011) est d'avis que les médias internationaux perdront bientôt tout intérêt pour les immolations par le feu à répétition : le sujet n'est plus une nouveauté pour le lecteur et aucun gouvernement étranger d'importance ne cherche à faire pression sur la Chine alors que la crise économique est dans la maison et que les bouleversements en Asie de l'Ouest et en Afrique du Nord démasquent l'hypocrisie des gouvernements occidentaux en matière de démocratie et de droits de l'homme. Le principal souci du gouvernement chinois est ce que pensent les Chinois eux-mêmes. Il aura l'occasion de dépeindre les Tibétains sous les traits de fanatiques religieux qu'on ne peut ramener à la raison. La victoire obtenue par le mouvement tibétain dans ses efforts pour attirer l'attention internationale sera une victoire à la Pyrrhus[226].

Pour le tibétologue Robert Barnett, le bouddhisme interdit le suicide si celui-ci est motivé par des raisons égoïstes. Mais des textes anciens présentent « quelques cas très symboliques de sacrifice, synonymes de dévouement total ». Le dalaï-lama, partisan de la non-violence, n’approuve pas ces suicides, mais il reconnaît que ces victimes l’ont fait pour la communauté tibétaine. Selon Robert Barnett « c’est un acte culturel, il n’y a pas d’agenda politique derrière, mais quelque chose de bien plus important : préserver l’identité, la culture, le langage, la religion du Tibet. »[227].

Manifestations de soutien[modifier | modifier le code]

Thubten Wangchen lors d'une conférence de presse le 2 novembre 2011 au sommet du G20
Manifestation à Nangchen le 8 février 2012

Au sommet du G20 à Cannes, le 3 novembre 2011, lors d'une campagne internationale « Assez ! Intervention mondiale pour sauver des vies tibétaines », un groupe de 5 femmes tibétaines manifestèrent. Sept militants incluant Thubten Wangchen furent détenus[228].

À Katmandou au Népal à l'occasion d'une journée de prière organisée le 8 février 2012 par la diaspora tibétaine les forces de sécurité se sont déployées pour empêcher les immolations de Tibétains. Les autorités népalaises tolèrent la présence des Tibétains, mais les manifestations pouvant nuire à la Chine sont interdites[229].

À Nangcheng, préfecture de Yushu, ainsi que dans une autre région de cette préfecture située dans le Kham, près de 1 000 manifestants se sont rassemblés, en vêtements tibétains et demandant le retour du dalaï-lama[230],[231].

Aux États-Unis, en février 2012, lors de la visite de Xi Jinping, successeur théorique de Hu Jintao, des militants de la cause tibétaine ont accroché sur un pont de Washington une banderole avec l"inscription : « Tibet will be Free ». Ces militants ont été arrêtés par la police[232]. Par ailleurs, plusieurs centaines de manifestants se sont réunis devant la Maison-Blanche pour dénoncer la « répression au Tibet »[233].

Selon un communiqué publié par le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy sis à Dharamsala en Inde, le 1er mai, environ 200 femmes se sont engagées dans une marche dans la région de Ngaba vers le bureau du district chinois pour réclamer la libération de Tibétains arrêtés le 14 avril au village d'Adhue[234].

Selon un communiqué de presse émanant du monastère de Kirti en exil, le 10 mai 2012, des agriculteurs du village d' Adhue, à Ngaba dans l'Amdo, organisent une campagne de boycott des activités agricoles et demandent la libération de Tibétains en solidarité avec les familles des Tibétains s'étant immolés et des prisonniers politiques[235].

Loten Namling, un musicien et chanteur tibétain vivant à Berne en Suisse, a organisé un périple en tirant à pied jusqu'à Genève un cercueil symbolisant la souffrance du peuple tibétain afin d’alerter l’opinion publique[236].

Commentaires de la presse[modifier | modifier le code]

Selon La Voix de la Russie, The Hindu écrit le 9 juillet 2012 que le dalaï-lama a refusé de condamner les immolations par le feu de lamas au Tibet en signe de protestation politique contre les agressions des autorités chinoises. La Voix de la Russie ajoute qu'il a accueilli froidement la nouvelle d'un nouveau suicide le 7 juillet 2012 lors de question d'un journaliste lui demandant si les moines devaient cesser de s'auto-immoler[237]. Cependant, dans cet entretien avec le journaliste du journal The Hindu, le dalaï-lama explique pourquoi il est préférable pour lui de rester neutre sur la question des immolations qu'il décrit comme très sensible politiquement, car s'il fait une déclaration positive, la Chine le critiquera, et s'il fait une déclaration négative, les familles des personnes immolées seront très tristes[238].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Self-Immolations in Tibet, Campagne internationale pour le Tibet
  2. (en) Self-immolations and protests in Tibet, Tibet Society
  3. a, b, c, d, e, f et g Woeser, (fr)Le Tibet Brûle, (en) Tibet is Burning, 18 octobre 2011.
  4. a et b Immolations au Tibet : un ancien moine bouddhiste succombe à ses blessures, Le Monde avec l'AFP, 9 décembre 2011
  5. a, b, c et d Tibet: le dalaï lama dénonce un "génocide culturel", responsable d'immolations, AFP, 7 novembre 2011, « Estimant que les suicides vont à l'encontre du caractère sacré de la vie selon les préceptes bouddhistes, le dalaï lama a répété qu'il prônait "la non violence". »
  6. Tania Branigan, Jason Burke, Karmapa urges Tibetan monks to stop self-immolation, guardian.co.uk, 10 novembre 2011 : « The Karmapa, one of the most senior religious figures from Tibet, has urged Tibetans in China to end a spate of self-immolations [...]. But the older man [...] has not appealed to Tibetans to halt such acts. »
  7. a et b Céline Zünd, Les immolations, “une forme de protestation politique”, Le Courrier international, 10 juillet 2012
  8. a, b et c Orgyen Trinley Dorje, Déclaration du 17° Karmapa, 9 novembre 2011 : « Parce que les principes de vérité et de justices sont liés à la question tibétaine, les personnes n’ont pas peur de donner leur vie pour elle, mais je demande aux Tibétains de préserver leur vie et de trouver un moyen plus constructif de travailler à la cause du Tibet. »
  9. (en) Dalai Lama blames Tibetan burning protests on cultural genocide, Reuters, 7 novembre 2011.
  10. a, b et c La Chine « réprimera résolument » les troubles au Tibet, AFP, 7 février 2012
  11. a et b (en) Tendar Tsering, End repressive policies in Tibet: Exile leadership tells China, Phayul.com, 13 juillet 2012
  12. 20minutes.fr Tibet: Le Premier ministre chinois juge les immolations contraires aux intérêts tibétains, 14 février 2012
  13. (en) Chinese authorities murder a Tibetan man for attempting self-immolation, Phayul.com, 10 octobre 2012 : « A Tibetan man has been reportedly murdered by Chinese security officials after they found out that he had attempted to set himself on fire in a protest against China’s continued occupation of Tibet. »
  14. a et b Graves troubles au Tibet: actes de désespoir ou de résistance? Le Mondes des Religions, Matthieu Mégevand, 1er février 2012
  15. (en) Jonathan Watts, Tibetan acts of self-immolation rise amid the battle for hearts and minds, The Guardian, 12 février 2012
  16. Tibet - Rare témoignage dans un reportage filmé, 10 octobre 2012, Courrier International
  17. Le Tibet brûle dans le silence, Roger-Pol Droit, Les Échos, 8 février 2012
  18. Bruno Philip, Echos du Tibet, Reportage, Le Monde, 12 décembre 2008.
  19. 16 March 2008.
  20. (en) Warren W. Smith Jr, Tibet's last stand? The Tibetan uprising of 2008 and China's response, Rowan & Littelfield, 2010, 299 p., pp. 14-15 : « In the Ngaba (Ch. Aba) area of Sichuan, monks of the large Lhamo Kirti monastery demonstrated with Tibetan flags, shouting slogans for independence, freedom, and the return of the Dalai Lama. Monks were joined by laypeople and together they burned twenty-four shops and eighty-one vehicles. Damage was estimated as equivalent to the county's total revenues for the past ten years (8). Local Tibetans claimed that as many as eighteen Tibetans were killed by Chinese security forces in Ngaba, and they sent photos of the dead bodies to the international press to prove it. China dismissed the evidence as inconclusive. » (note 8 à la p. 38 : "Sichuan Officials Brief Press on Management of Urest in Aba Prefecture", Beijing, Zhongguo Wang in Chinese, 3 April 2008, in OSC CCP20080404584003).
  21. (en) News Digest: Hundreds hurt in Aba violent riot, Thechina.biz.
  22. (en) Official: Hundreds hurt in Aba violent riot, Embassy of the People's Republic of China in the United States of America, 3 avril 2008 (+ photos).
  23. (en) Free Tibet Campaign, Chinese armed police used spades and meat choppers to beat Tibetan monks, 26 septembre 2008.
  24. Ben Blanchard, Henri-Pierre André, Des moines auraient été battus par la police chinoise au Tibet, Reuters, 26 septembre 2008.
  25. (en), International Campaign for Tibet, « New protest today in Ngaba after officials ban prayer ceremony » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-14, 1er mars 2009
  26. Chine : la police tire sur un moine tibétain, Le Monde avec AFP, 28 février 2009
  27. Agence de presse Xinhua, Un moine tibétain avoue avoir fait circuler des rumeurs contre la police, 6 mars 2009.
  28. Vous ne verrez pas cette photo sur le Net chinois
  29. Monk who set himself on fire asked to amputate legs.
  30. (en) 'Dalai Lama glorifying suicides, sullying China's image', oneindia.news, 8 novembre 2011 : « China today (Nov 8) hit back at the Dalai Lama for raising the charge of a "cultural genocide" in Tibet, accusing the spiritual leader of glorifying suicidal acts and using his foreign visits to sully Beijing's image. [...] "Dalai Lama has always been using his visits to other countries to sell his position of Tibet independence and sully the image of Chinese government as well as playing up Tibet related issues," Hong told a media briefing. [...] Hong charged that by glorifying suicides, the Dalai Lama is inciting more people to take this path. "After self-immolation cases in Sichuan and Tibetan areas, the Dalai group did not condemn such extreme behaviour. On the contrary they glorify and play them to incite more people to follow suite. »
  31. (en) Angus McDonald, Dalai Lama prays for Tibetans who self-immolated, The Jakarta Post, 21 octobre 2011 : « Also attending Wednesday’s prayer services was Kirti Rinpoche, the exiled head of the Kirti monastery, which has been at the center of troubles in Aba. In recent days, he has given implied approval of the immolations, saying that sacrificing one’s life to defend one’s Buddhist beliefs is not considered violent. "Throughout your successive rebirths, never relax your vigilance in upholding the truth of the Buddha’s excellent teaching for a single moment, even at the cost of your own life," Kirti Rinpoche said, citing a Buddhist master, in remarks released by the International Campaign for Tibet, a Washington-based lobbying group. »
  32. (en) Kirti Rinpoché, « Testimony of Kirti Rinpoche, Chief Abbot of Kirti Monastery to the Tom Lantos Human Rights Commission » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-14, International Campaign for Tibet, « Most of those who have committed self-immolation have already died. If any of them are still alive, we ardently appeal to you to please save their lives. » […] « In fact, in order to promote harmony between Tibetans and the Chinese, I have recently proposed that I will extend my full cooperation whenever required. Upon requests from many of the people concerned, I have, time and again, approached the Chinese government for permission to visit Tibet, thinking that my visit will give me an opportunity to deliver a few words of advice and solace. Unfortunately, I have yet to receive any response from the Chinese government. »
  33. a et b Une nonne tibétaine s'immole en Chine, Le Figaro, AFP, 18 octobre 2011
  34. Ursula Gauthier, Tibet : L'immolation des moines entraîne des troubles inquiétants, 24 janvier 2012
  35. Tsering Woeser, Le Monastère Kirti menacé de destruction, 16 janvier 2012.
  36. (en) Peter Lee, Will Aba be the CCP's Waterloo, Asia Times Online, November 11, 2011, p. 1 of 2 : « The Chinese government has also inserted a "Democratic Management Committee" (DMC) answering the government's Bureau of religious affairs [...] into Kirti, in ordre to assert government supremacy over the Tibetan Buddhist religious establishment, disrupt the relationship between the monastery and its exiled Rinpoché in Dharamsala, and control the once-influential monastery links to about 30 satellite monasteries in the region. »
  37. (en) Samuel Ivor, Over 1200 Monks expelled from the Kirti Monastery - Tibet, The Tibet Post International, 29 juin 2011 : « Chinese officials have declared over 1200 members of Tibet's Kirti Monastery to be expelled . [...] on the 6th of May this year, a group of authorities from religious departments of the ‘United Front Work Department' (a branch of the Chinese Communist Party), Ngaba, came to Kirti Monastery to make an announcement. According to sources from the monastery, in a specially prepared register, listing around 1200-1300 monks, that those on the list are to be expelled from Kirti monastery, as of that day (6th May 2011). The list consists of Tibetan monks who live at, and attend the monastery. The Chinese authorities also announced several monks' names on the list, which they posted on the walls of the monastery, stating: ‘you have to leave the monastery [immediately]'. [...] In a peaceful response to the Chinese authorities, the Tibetan monks denied the Chinese announcement, highlighting that the monastery is their home. »
  38. Peter Lee, op. cit., p. 2 of 2 : « Reportedly, the population of Kirti has shrunk to about 1 000 monks. According to the International Campaign for Tibet, the Chinese government is offering cash rewards to expelled Kirti monks who agree to disrobe and renounce their Buddhist vows. »
  39. a et b Arnaud de La Grange, Pékin face aux immolations de moines tibétains, Le Figaro, octobre 2011.
  40. a et b Marie-Yemta Moussanang, Quand l'immolation devient le seul moyen de se faire entendre, Le Monde des Religions, novembre 2011.
  41. (en) Testimony of Kirt Rinpoche, Chief Abbot of Kirti Monastery to the Tom Lantos Human Rights Commission on the grim human rights situation in Tibet as reflected by manys cases of self-immolation, November 3, 2011 : « On the night of 21 April 2011, a large contingent of army swooped down on the monastery and arrested more than 300 monks in military trucks and were detained in an unspecified location. Since then, many new rules have been imposed such as banning young boys to become monks, setting limit to the number of monks in the monastery, and threatening that the survival of the monastery was in the hands of the monks. »
  42. a, b, c et d (en) Michael Bristow, Self-immolation 'trend' at restive Tibetan monastery, BBC, 4 octobre 2011 : « Kirti has a sister monastery in Dharamsala, and the two sets of monks keep in touch using mobile phones. "It seems the monastery is under heavy police and military surveillance," said Thubten Samphel, adding that reports had come from this informal network between the two monasteries. But, in an indication of just how patchy those links can be, he said the government-in-exile learnt about this latest self-immolation only through international news reports. »
  43. Immolations au Tibet : un ancien moine bouddhiste succombe à ses blessures, Le Monde fr., 9 décembre 2011
  44. Régis Soubrouillard, Face aux Tibétains, Pékin tire à vue et impose la rééducation patriotique, Marianne, janvier 2012.
  45. Ursula Gauthier, Chine : la grande répression, Le Nouvel observateur du 28 avril au 4 mai 2011.
  46. (en) Kalsang Rinchen, Monk who set ablaze self dead, 7 Kirti monks released, several still held, Phayul.com, 17 mars 2011
  47. Stéphane Lagarde, Un moine condamné à 11 ans de prison pour complicité d’immolation, RFI, 29 août 2011.
  48. (en) Lhama's self-immolation carefully planned (1) et (en) Lhama's self-immolation carefully planned (2), China Tibet Online, 26 avril 2011.
  49. (en) Living Buddhas: refusing to help a dying man is against Buddhist principles, China Tibet Online, 25 mai 2011.
  50. (en) China seals off Tibetan monastery, theguardian, 13 avril 2011 : « On Tuesday, an unknown number of Tibetans living in Aba – the Sichuan province town where Kirti is located – gathered at the monastery to block the troops after hearing that some monks were going to be detained, the Tibetan Centre for Human Rights and Democracy said. The group said police beat some in the crowd, causing serious injuries. The Aba county Communist party's information office refuted the accounts, saying no clashes occurred. "The police are holding normal patrols in the county and they will pass by the Kirti monastery," said a woman in the information office. "It's not true that the police were stationed outside the monastery and no one was beaten." »
  51. (en) Rick Gladstone, Second Tibetan Monk Burns Himself to Death in Protest, The New York Times, 15 août 2011.
  52. Un moine tibétain s'immole par le feu au Sichuan, L'Express, 15 août 2011.
  53. Tibetan monk burns himself to death in call for return of Dalai Lama, The Guardian, 15 août 2011
  54. Document - China: More Tibetan monks set themselves on fire to protest repression, Amnesty
  55. Chris Buckley, Philippe Bas-Rabérin, Un moine tibétain s'immole par le feu au Sichuan, Reuters, 15 août 2011.
  56. (zh) 藏族僧人自焚 阿坝县遭封锁, Radio Free Asia, 27 septembre 2011.
  57. (en) Two Monks Burn Themselves in Tibet, Socyberty, 26 septembre 2011 : « Kalsang is the brother of a priest named Phuntsog, who committed suicide last March [...]. Xinhua news agency, citing the authority of local officials, says the monks have been saved. »
  58. a et b (en) Tibet in flames: Rigzin Dorje dies in hospital, Lobsang Kunchok’s limbs amputated, Phayul.com, 4 mars 2012
  59. Tibetan monk sets himself on fire in protest of Chinese rule in Tibet, The Telegraph, 16 octobre 2011
  60. a et b (en) Tsultrim, Tenyi, and Norbu Damdul all succumb to injuries
  61. (en) Sherab Woeser, Fire spreads in Tibet – Monk self immolates in Kardze, Phayul.com, 25 octobre 2011.
  62. (en) 11th self-immolation in Tibet; Kardze monk sets fire to himself during religious ceremony, International Campaign for Tibet, 28 October, 2011.
  63. (en) Norbu Damdul and Sonam Wangdue, Concern over a possible crackdown, Radio Free Asia, 26 octobre 2011 : « Reached by telephone on Wednesday, an officer at the Kardze police station denied the incident had taken place. "Who are you? Where did this happen? How did you hear about it? It did not happen," he said. Police have not interviewed the monk's family or relatives, a Kardze monk said. »
  64. (en) Palden Choetso’s self-immolation video surfaces in exile, Phayul.com, 21 novembre 2011.
  65. (en) Ananth Krishnan, Tibetan nun dies in 11th self-immolation, The Hindu, 4 novembre 2011 : « Her death was confirmed by the State-run Xinhua news agency on Thursday, which identified her by the Chinese name of Qiu Xiang. »
  66. Tibet: la vague d'immolations se poursuit, LEXPRESS.fr, 4 novembre 2011.
  67. Immolations au Tibet : un ancien moine bouddhiste succombe à ses blessures, Le Monde, 9 décembre 2011.
  68. (en) Tendar Tsering, Tenzin Phuntsok passes away in Chinese hospital, Wife feared arrested, Phayul.com, 9 décembre 2011.
  69. Chine: des Tibétains exhibés avec des pancartes au cou selon Free Tibet, 3 décembre 2011.
  70. a et b (en) Breaking: Tibet continues to burn, Second self-immolation in the new year, Phayul.com, 18 janvier 2013
  71. Nouvelles immolations par le feu en région tibétaine, Le Monde, AFP, Reuters, 6 janvier 2012.
  72. (en) Tendar Tsering, Fear over mass emotional outcry stops Tibetans from solidarity actions in Bodh Gaya, Phayul.com, 7janvier 2012.
  73. (en) Tibet is burning – Third self-immolation in three days
  74. Tibet: un moine s'est immolé par le feu à Darlag, le 15e depuis mars, RTBF, 8 janvier 2012.
  75. Aujourd’hui, le moine Soba Jugu de l’Amdo s’est sacrifié, Tsering Woeser, 9 janvier 2012.
  76. (en) Self-Immolation Fact Sheet, International Campaign for Tibet.
  77. Chine : nouvelle tentative d'immolation par le feu d'un Tibétain, AFP, 14 janvier 2012.
  78. (en) Tendar Tsering, Latest Tibetan to self-immolate passes away; Injured Tibetans avoid hospitals fearing arrest in Ngaba, Phayul.com, 18 janvier 2012.
  79. Pékin réprime dans le sang une manifestation au Tibet, Le Point, AFP, 23 janvier 2012.
  80. Tibet : des images de la répression, Nouvel Observateur, 6 février 2012.
  81. Tibet : nouvelle journée de violences, Pékin dénonce l'étranger Canoe, Agence France-Presse, 24 janvier 2012.
  82. (en) Tenzin Dorjee, Lhadon Tethong, Rare Photos of Chinese Crackdown in Tibet Emerge from Scene of Recent Shooting, Students for a Free Tibet, 2 février 2012 : « “These chilling photos show Chinese police viciously beating unarmed and injured Tibetans,” said Tenzin Dorjee, Executive Director of Students for a Free Tibet. »
  83. Les tentatives des forces sécessionnistes à l'étranger de discréditer le gouvernement chinois sont vouées à l'échec, agence de presse Xinhua, 2012/01/25.
  84. (en) Xu Aqing (Global Times), Monks run amok, Ecns.cn, 2012-02-03, p. 1.
  85. (en) Xu Aqing (Global Times), Authorities condemn rioters in Tibetan-populated counties, Ecns.cn, 1er février 2012 : « The next day, on January 24, more violent riots struck Seda, another county in Ganzi. Rioters threw Molotov cocktails and stones, and opened fire, injuring 14 police officers, before they were dispersed. The official document does not mention deaths from the riots or the number of rioters. Hu Weidong, an office director with the CPC Sichuan committee's publicity department, told the Global Times that one rioter was killed in each of the counties, and 13 others were detained in Seda. Some injured rioters were suspected to be hiding in local monasteries. [...] Rioters involved in both attacks also smashed residential houses that had Spring Festival decorations and lanterns, in an apparent attempt to intimidate people observing Han culture. »
  86. Immolation de 3 Tibétains Le Figaro, AFP, 4 février 2012
  87. (en) Tibetan Herders Self-Immolate in Anti-Chinese Protest, The New York Times, 7 février 2012
  88. Un autre Tibétain tente de s'immoler, Le Figaro, 8 février 2012
  89. (en) Fire continues to burn in Tibet: A teenage nun self-immolates, 11 février 2012
  90. (en) 18 year old nun Tenzin Choedron passes away, 13 février 2012
  91. (en) Breaking: Tibet continues to burn – Another teenage Tibetan self immolates, 13 février 2012.
  92. (en) Breaking: Fire rages on in Tibet – Another Tibetan burns to death, Phayul.com, 17 février 2012.
  93. Nouvelle immolation d'un moine tibétain en Chine, Le Monde, AFP, 17 février 2012.
  94. TF1, Chine: des centaines de Tibétains rassemblés après une nouvelle immolation.
  95. Europe 1 avec Reuters, Une étudiante Tibétaine s'immole, 5 mars 2012
  96. a et b Chine: troisième immolation en trois jours en zone tibétaine, AFP, 6 mars 2012.
  97. Fire rages on in Tibet: Tibetan school girl dies in self-immolation protest, Phayul.com, 5 mars 2012
  98. Woeser, Éradiquer l’éducation en langue tibétaine pour « préserver la stabilité, 20 mars 2012
  99. (en) A mother of four dies in latest self-immolation protest in Tibet, Phayul.com, 4 mars 2012.
  100. Le Parisien, Tibet: nouvelle immolation par le feu dans le sud-ouest de la Chine, AFP, 4 mars 2012.
  101. 98.5, Free Tibet affirme qu'un moine tibétain de 18 ans s'est immolé en Chine, 12 mars 2012.
  102. Le Monde, Nouvelle immolation d'un moine tibétain dans le Sichuan, 13 mars 2012.
  103. (en) Tibetan Monk Self-Immolates in Rebkong, Thousands Gather to Pray and Protest, VOA, 14 mars 2012.
  104. Tsering Woeser, Le moine Jamyang Palden s’immole le 14 mars, devenant le 28e cas d’immolation au Tibet !, 18 mars 2012.
  105. (en) Breaking: Yet another self-immolation marks a year of fiery protests, Phayul.com, 16 mars 2012.
  106. (en) Ngaba: Tibetan monk who self-immolated to protest China dies from wounds.
  107. Les immolations de Tibétains se multiplient, La Croix.com, 18 mars 2012.
  108. (en) Thousands protest in Rebkong, Sonam Dhargey cremated, Phayul.com, 17 mars 2012.
  109. Ursula Gauthier, Tibet : L'arme du sacrifice, 5 avril 2012
  110. Atlantico, Un tibétain s'immole pour protester contre la visite du président chinois en Inde, 27 mars 2012
  111. L'express, Reuters New Delhi: un exilé tibétain s'immole par le feu en pleine manifestation, 26 mars 2012
  112. Euronews, Inde : opposé à la venue du président chinois, un Tibétain s’immole par le feu, 26 mars 2012
  113. Le Point.fr, Inde : le Tibétain qui s'était immolé est mort, 28 mars 2012
  114. Chine: 2 Tibétains s'immolent par le feu, Le Figaro, 20 avril 2012.
  115. Le Point, AFP Tibet : un mort après deux tentatives d'immolation, 28 mai 2012
  116. Immolation de Tibétains à Lhassa, Le Républicain Lorrain, 29 mai 2012.
  117. Le Figaro, Arnaud de La Grange, Les immolations de Tibétains gagnent Lhassa, 29 mai 2012
  118. Chinese police have begun a general sweep of Tibet’s capital since Sunday’s self-immolation protests, RFA, 2012-05-30
  119. RTBF, AFP, Une mère de famille s'immole au Tibet, des centaines d'arrestations à Lhassa, 31 mai 2012
  120. Amnesty International, La Chine doit mettre fin aux opérations de répression menées depuis les immolations au Tibet, 1er juin 2012
  121. Libération, Chine : nouvelle immolation par le feu en zone tibétaine, 15 juin 2012
  122. 98,5 Fm, Un autre Tibétain s'immole par le feu, vendredi 15 juin 2012
  123. Tibet Info Tamding Thar s’immole par le feu le 15 juin 2012 au Qinghai, samedi 16 juin
  124. Man Self-Immolates Near Lhasa, 9 juillet 2012
  125. Un moine tibétain s'immole par le feu en Chine Le Monde, 17 juillet 2012
  126. Un jeune moine tibétain s'immole par le feu, TF1, 17 juillet 2012
  127. Chine: nouvelle tentative d'immolation par le feu d'un Tibétain Le Nouvel Obs, 6 août 2012
  128. Le Figaro, Chine: une Tibétaine s'immole par le feu 7 août 2012
  129. 98,5, Associated Press, Un nomade tibétain s'immole par le feu dans la province du Sichuan, 10 août 2012
  130. Chine : un Tibétain s'immolant par le feu, Europe1.fr avec AFP, 14 août 2012
  131. (en) Self-immolator Lungtok passes away, Situation in Ngaba tense after protests, Phayul.com, 14 août 2012
  132. (en) Tashi passes away, Self-immolation toll reaches 40, Phayul.com, 15 août 2012
  133. Deux Tibétains s'immolent par le feu en Chine, La Dépêche du Midi, 28 août 2012
  134. Deux nouvelles immolations par le feu de Tibétains en Chine Le Nouvel Obs, 28 août 2012
  135. Nouvelle immolation au Tibet pour protester contre un film de propagande chinois La Croix, 5 octobre 2012
  136. (en) Jeff Seldin, Tibetan Blogger Self-Immolates, Leaves Posts Behind, VOA, 4 octobre 2012
  137. A Writer Dies in Self-immolation Calling for Unity Amongst Tibetans
  138. (en) Third Tibet Self-Immolation In One Week, VOA, 6 octobre 2012
  139. Un Tibétain s'immole par le feu pour protester contre le régime chinois, Le Nouvel Observateur, 13 octobre 2012
  140. Tamdrin Dorjee s’immole par le feu à Tsoe le 13 octobre 2012
  141. Un Tibétain s’immole par le feu dans le nord-ouest de la Chine, La Croix, 21 octobre 2012
  142. (en) Phuntsok Yangchen, Breaking: Tibet continues to burn, second immolation in 48 hours, Phayul.com, 22 octobre 2012
  143. (en) YC. Dhardhowa, Tragic Wave of Self-immolation Protests Continue: Another Tibetan Dies , The Tibet Post International, 23 octobre 2012
  144. (en) Phuntsok Yangchen, Four self immolation in Tibet in 2 days, Phayul.com, 27 octobre 2012
  145. (en) Phuntsok Yangchen, 5th self immolation in Sangchu County in a week, Phayul.com, 25 octobre 2012
  146. Robert Ménard, Tibet : ils s’immolent, on s’en fout !, Nouvelles de France, 3 déc 2012
  147. Tibet: nouvelle immolation par le feu
  148. Tibetan artist dies in self-immolation protest against Chinese rule, 4 novembre 2012, AP
  149. Labastide-Saint-Georges. Le moine bouddhiste s'immole par le feu, La Dépêche du Midi, 16 novembre 2012
  150. Briton becomes first Western Tibetan Buddhist monk to die from self-immolation, The Telegraph, 16 novembre 2012
  151. Voyage à travers le Tibet persécuté, sur la route des immolés, Le Monde, 25 décembre 2012
  152. (en) Breaking: Tibetan youth sets self on fire, Toll rises to 96 in Tibet, Phayul.com, 12 janvier 2013
  153. AFP, Chine : un Tibétain s'immole par le feu Le Point, 23 janvier 2013
  154. (en) Breaking: Tibet continues to burn, 98th self-immolation in Tibet, Phayul.com, 22 janvier 2013
  155. (fr)http://www.lepoint.fr/monde/chine-un-tibetain-s-immole-par-le-feu-23-01-2013-1619375_24.php
  156. (en) Breaking: Monk in Ngaba becomes 100th to self-immolate under China’s rule, Phayul.com, 13 février 2013
  157. Népal: un Tibétain s'immole par le feu, 100e cas depuis 2009 RTBF info, 13 février 2013
  158. (en) Breaking: Tibet continues to burn, Father of three passes away, Phayul.com, 15 février 2013
  159. (en) Breaking: Another self-immolation rocks Tibet, Toll reaches 102, Phayul.com, 17 février 2013
  160. Deux adolescents tibétains s'immolent, Le Monde, 21 février 2013
  161. (en) Breaking: Two Tibetan teenagers burn selves to death, Phayul.com, 20 février 2013
  162. Tibet: nouvelle immolation par le feu Le Figaro, 17 mars 2013
  163. AFP, Nouvelle immolation d'un moine tibétain en Chine Le Monde, 21 juillet 2013
  164. Les immolations reprennent au Tibet Fait religieux, 2 octobre 2013
  165. AFP, Nouvelle immolation par le feu d'un moine tibétain Le Monde, 12 novembre 2013
  166. Pierre Guerrini (journaliste de Médiapart) 126, Phagmo Samdrup, un tibétain de 29 ans s'enflamme
  167. Pierre Guerrini, Deux tibétains s'immolent, un autre, détenu, se meurt 16 mars 2014
  168. Associated Press, Un moine s'immole dans une région tibétaine du nord-ouest de la Chine 98.5fm, 16 mars 2014
  169. Une nonne tibétaine s'immole par le feu en Chine Le Monde, 31 mars 2014
  170. Nouvelle immolation par le feu d'un Tibétain en Chine RTL, 16 avril 2014
  171. Tibet. Un jeune tibétain s'immole, la première fois depuis cinq mois Ouest-France, 22 septembre 2014
  172. AFP, Chine : immolation d'un jeune Tibétain Le Monde, 22 septembre 2014
  173. Nouvelle immolation par le feu d'un Tibétain, Le Monde, 17 Décembre 2014
  174. Manifestation de Tibétains: Pékin accuse des « groupes séparatistes étrangers », Le Parisien, 24 janvier 2012.
  175. Chine : le dalaï-lama applaudit les auto-immolations de moines tibétains, Le Quotidien du peuple en ligne, 03.03.201.
  176. (en) Ananth Krishnan, Communication with India can be helpful on Tibetan unrest, says China, The Hindu, 25 février 2012 : « Zhao Qizheng, Chairman of the Committee on Foreign Affairs of the Chinese People's Political Consultative Conference (CPPCC), a top political advisory body, said in response to a question from The Hindu that China would “welcome” communicating with India over the role of overseas groups, which he blamed for orchestrating recent incidents. [...] “It is even more strange that before these self-immolation incidents happened, some people already announced the time of the incidents, and carried a camera to the sites, filmed the incidents and immediately put the clips on the Internet. There may be other reasons [behind the unrest], but I believe the main reason is that someone is planning these incidents behind the scenes and making these victims into heroes and martyrs.” »
  177. Chine : l'auto-immolation ne peut pas perturber le développement des régions tibétaines, Le Quotidien du peuple en ligne, 07.03.2012.
  178. Chine : l'appel de Wen Jiabao, BBC, 14 mars 2012
  179. (en) Charting a New Course, Chinatibetnews.com, 21 mars 2012 : « We oppose the Tibetan clergy's actions when they take such radical measures as self-immolations to disturb and undermine social harmony. These young Tibetans are innocent and we feel deeply distressed by their behavior. »
  180. La Chine intensifie sa propagande contre l’indépendantisme tibétain, La Croix, 22 juillet 2012
  181. Tibet/immolations:70 personnes arrêtées Le Figaro, 7 février 2013
  182. (en) China official blames Tibetan lama for immolations, The People's Daily, 25 novembre 2011 : « The People's Daily [...] quoted the head of Aba's religious bureau as saying a high-ranking lama from Kirti who fled to India in 1959 had encouraged the desperate acts of protest. The monk "advocated that those who self-immolated were 'national heroes' and 'freedom fighters,' and thereby pushed for Bouddhists disciples self-immolate and commit suicide," the report quoted Song Tendargye as saying. »
  183. (en) Monk decries extremism in Tibetan Buddhism, People's Daily Online, 18 octobre 2011.
  184. (en) Self-immolations in Tibetan area linked to overseas plots: scholar, English.news.cn, 6 décembre 2011 : « "People are repulsed and angered by the masterminds, supporters and eulogists of the self-immolations, as they feel sad and sorry for the loss of young lives," Zhang wrote. […] "However, the cruel behavior of some monks during the Lhasa riots and the recent self-immolations tarnished the image of Tibetan Buddhism in the minds of ordinary people in regards to its no killing precept", Zhang said. […] "These self-immolations not only brought into question whether these monasteries had obeyed the fundamental precepts of Buddhism, but also whether they occupy the bottom moral rung of being human," he wrote. »
  185. Chine : une tibétologiste renommée condamne l'immolation par le feu, site Chine Informations, 25-11-2011
  186. a et b Le Tibet est en feu, mais où sont les intellectuels chinois ?, Rue89 : Oiwan Lam Traduit par Noele Belluard-Blondel, 1er février 2012
  187. Reporters sans Frontières, Le Tibet toujours plus coupé du monde, 1er mars 2012
  188. Centre daily, Tibetan writer says China blocks her from award, 1er mars 2012
  189. Tsering Woeser, Demande aux Tibétains de cesser les auto-immolations : Nous devons préserver la vie malgré la terrible oppression, 8 mars 2012
  190. The Guardian, Tania Branigan, Tibetan 'shot dead' at Chinese police station, 9 mars 2012
  191. Brice Pedroletti , Pour l'anniversaire du soulèvement de Lhassa, la crise atteint un nouveau paroxysme au Tibet, Le Monde, 10 mars 2012
  192. (en) Phuntsok Yangchen, Dissident Chinese writer invites Gyalwang Karmapa to Berlin, Phayul.com, 11 septembre 2012
  193. «Je n’encourage aucune protestation violente» (Interview, Libération, Arnaud Vaulerin, 30 novembre 2011)
  194. Pierre Prakash, Violences au Sichuan : le Premier ministre tibétain en exil lance un appel à l’aide à la communauté internationale, RFI, 25 janvier 2012
  195. (en) Sangay urges Tibetans for worldwide demonstrations, Times of India, 28 janvier 2012
  196. a et b Pascale Trouillaud, Tibet: face à la Chine, la communauté internationale marche sur des œufs, AFP, 1er février 2012.
  197. (en) Statement by Kalon Tripa Dr Lobsang Sangay on the recent killings of Tibetans by the P. R. China’s government « I request that the international community and the United Nations send a fact-finding delegation to Tibet and that the world media be given access to the region as well. »
  198. http://www.phayul.com/news/tools/print.aspx?id=33507&t=0
  199. Tania Branigan, Jason Burke, Karmapa urges Tibetan monks to stop self-immolation, guardian.co.uk, 10 novembre 2011 : « The Karmapa, one of the most senior religious figures from Tibet, has urged Tibetans in China to end a spate of self-immolations and find other ways to challenge Beijing's policies. [...]. Both men have expressed deep sorrow at the deaths and blamed Chinese policies for the self-immolations. But the elder man also accused China of "cultural genocide" and has not appealed to Tibetans to halt such acts. »
  200. (en) Barbara Chai, Dalai Lama Says He’d ‘Welcome’ Investigation of Tibetan Self-Immolations, 20 mars 2012
  201. Stéphane Hessel, Dalaï Lama XIV, Déclarons la paix ! , Pour un progrès de l’esprit, 2012, (ISBN 1090354193) p. 16
  202. (en) Tania Branigan et Jason Burke, Karmapa urges Tibetan monks to stop self-immolations, The Guardian, 10 novembre 2011.
  203. Déclaration de Gyalwang Karmapa, Orgyen Trinley Dorje, 6 février 2012.
  204. Louise Cuneo et Armin Arefi, "Les Tibétains n'ont pas d'autre choix que de s'immoler par le feu" , Le Point, 14 mars 2012
  205. Geneviève Delrue, Chine/Tibet : l’immolation par le feu, RFI, 18 mars 2012
  206. Inde: les Tibétains en exil se réunissent pour relancer leur mouvement, RFI, 25 septembre 2012
  207. Amnesty International Chine. Il faut s'attaquer aux causes des immolations au Tibet, 7 novembre 2011
  208. Human Rights Watch, Chine : Le gouvernement doit aborder les causes profondes des immolations de Tibétains, 7 novembre 2011
  209. (en) Detained Viêt Nam monk supports Tibetans after self-immolations
  210. Le leader bouddhiste Thich Quang Do envoie à Sa Sainteté le Dalai Lama et au peuple du Tibet un Message de Solidarité
  211. (en) Chris Wang, Tsai expresses concerns over escalation in Tibet, Taipei Times, 22 février 2012.
  212. (en) Chris Wang, Suspend all religious exchanges with China: TSU, Taipei Times, 20 mars 2012.
  213. Parlement européen Résolutions sur les droits de l'homme: Tibet, Bahreïn, et Syrie 27 octobre 2011
  214. Le Figaro, AFP, Tibet: répression, une « impasse », 22 février 2012
  215. Jean-Louis Bianco, Tibet, 19 octobre 2011, depresdeloin.eu
  216. Jean-Marc Brûlé,La France empeche la diplomatie européenne d'agir pour le Tibet , 22 octobre 2011
  217. Patrick Bloche, Immolations au Tibet
  218. Dalaï-Lama, Stéphane Hessel : Déclarons la paix! Pour un progrès de l'esprit, page 16, Éditions Indigène, avril 2012,
  219. Tibet. Nouvelle tentative d'immolation d'un moine, Le Nouvel Observateur, décembre 2011.
  220. Les États-Unis inquiets des immolations de moines tibétains, Radio Canada du 9 janvier 2012.
  221. Répression de Tibétains en Chine: les États-Unis se disent "très inquiets", France 24, 24 janvier 2012.
  222. (en) http://www.voanews.com/content/us-ambassador-china-tibet/1535872.html
  223. Chine: climat de peur autour des Tibétains du Sichuan, Libération, 28 janvier 2012.
  224. Jonathan Watts, The Guardian, Tibet : Une répression hors de la vue des journalistes, Courrier international, 22 février 2012.
  225. Katia Buffetrille, "L'immolation est, pour les Tibétains, le seul moyen de s'exprimer", Le Monde, 9 février 2012.
  226. (en) Dibyesh Anand, China fears the living Tibetans – not those who set fire to themselves, guardian.co.uk, 19 octobre 2011 : « International media will soon lose interest for the repetitive deaths are not newsworthy ("what's new?") and there is no powerful foreign government interested in rocking the Chinese boat. With the ongoing economic crisis at home and major changes in west Asia and north Africa that are exposing western government's hypocrisy toward democracy and human rights, it is naive to believe that any additional pressure would be applied on China. In any case, the Chinese government's main concern is what people within China feel. [...] In fact, the Chinese government will get an opportunity to portray Tibetans as religious fanatics who cannot be reasoned with. The victory of the Tibetan movement in terms of getting international attention will prove to be pyrrhic. »
  227. Robert Barnett, Les immolations, « une forme de protestation politique », Courrier International, 10 juillet 2012.
  228. (en) Tibetans in Cannes make urgent appeal to G20 Leaders to Help End China's Repression in Tibet amid reports of a 12th self-immolation, 3 novembre 2011
  229. Déploiement policier devant le temple de Bodnath à Katmandou, France Tv info, 8 février 2012.
  230. Brice Pedroletti , Nouvelles immolations et manifestations au Tibet, Le Monde, 9 février 2012.
  231. (en) Defiant Tibetans Hold Protests, RFA, 8 février 2012.
  232. Le vice-président chinois Xi Jinping arrive aux États-Unis pour une visite-clé, AFP, 13 février 2012.
  233. Chris Buckley et Jeff Mason, Barack Obama reçoit le futur numéro un chinois Xi Jinping, Le Point, 14 février 2012.
  234. (en) 200 women in Amdo march demanding release of fellow Tibetans, Phayul.com, 11 mai 2012.
  235. (en) Tendar Tsering, Farmers in Amdo boycott farming, Demand release of fellow Tibetans, Phayul.com, 10 mai 2012.
  236. Stéphane Gobbo, Ce Tibet qui dérange, même à Échallens, L'Hebdo, 13 juin 2012.
  237. Actes d’auto-immolation dans le Tibet : Dalaï lama reste sans commentaires, Voix de la Russie, 9 juillet 2012
  238. (en) Ananth Krishnan, Dalai Lama speaks of dilemma on spreading self-immolations, The Hindu, 9 juillet 2012.

À voir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]