Autisme infantile en psychanalyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Autisme en psychanalyse.

L'Autisme infantile en psychanalyse désigne des élaborations conceptuelles et des pratiques variables suivant les écoles et les praticiens. Un débat, parfois très vif, s'est développé, qui questionne tant les présupposés théoriques que les applications pratiques.

Autisme "processus" ou "état(s)"[modifier | modifier le code]

Pour les analystes freudiens comme les lacaniens, l'autisme infantile n'était pas assimilable aux habituels troubles psychiques de l'enfant. Ainsi, Jean Bergeret l'explique dans son abrégé, à propos de ce qu'il appelle les « états autistiques » il écrit : « Il m'est toujours apparu nécessaire d'exclure l'autisme du cadre strict des psychoses infantiles parce que leur apparition et leur extrême gravité ne semblent pas résulter d'un véritable processus. On ne peut les considérer que comme des "états" plus ou moins précoces, à l'étiologie très mystérieuse et sans doute multifactorielle »[1]. Le même auteur, et à propos de la mise en cause des parents dans l'étiologie des états autistiques, a critiqué quelques-uns de ses collègues : « (...) certains psychanalystes sont allés un peu trop loin sur le compte de la condamnation des familles »[2]. Cette « condamnation » était le fait de différents courants, qu'ils soient psychanalystes ou tenants des théories systémiques familiales, comme ceux de l'école de Palo Alto, ou des mouvements antipsychiatriques représentés par Ronald Laing ou David Cooper.[réf. nécessaire]

Autismes : origines organiques ou psychogènes[modifier | modifier le code]

Les causes de l'autisme infantile font l'objet de controverses entre les tenants d'une étiologie organique et ceux d'une origine psychologique.

Les avancées scientifiques permettent aujourd'hui de relier ce syndrome à un trouble neurologique, donc d'origine organique. La piste génétique est de plus en plus probable : l’autisme résulterait de mutations génétiques et d’interactions spontanées entre plusieurs gènes[3].

Parallèlement à ces données génétiques, il faut ajouter des apports successifs en psychanalyse, de plusieurs analystes anglophones et francophones, notamment liés aux premières analyses pour enfants et à la notion de psychose infantile (Anna Freud, Mélanie Klein, Donald Winnicott). Ceci renvoie à l'histoire de la psychanalyse et de ses écoles. Il est donc impossible de décrire une position unique de la psychanalyse sur les états autistiques, chaque psychanalyste pouvant avoir divers modèles théoriques. Il est globalement admis par les psychanalystes spécialistes du sujet que l'autisme infantile ne se limite pas à ce qui peut en être théorisé en psychanalyse[4].[réf. nécessaire]

Concernant les causes de l'autisme, la plupart des psychanalystes évoquent l'interaction d'étiologies organiques et psychogénétiques [5].

De plus, pour certains[Qui ?] psychanalystes freudiens, l'autisme se différencie de la psychose infantile par le fait qu'il renvoie à une perturbation encore plus précoce que la psychose infantile ; la psychose étant une problématique de la symbiose (donc à la séparation d'avec l'objet) alors que l'autisme est un état antérieur à l'individualisation d'un self ayant constitué une séparation d'avec les objets, et une relation préalable à l'identification projective : l'identification adhésive[6].

Ce qui est en jeu dans l'autisme profond, c'est l'expression d'une vie psychique, dans la psychose même archaïque, elle s'exprime. Les psychanalystes ont par ailleurs utilisés la dénomination « psychose » dans un double sens, soit pour y inclure l'autisme infantile (ce qui est contesté actuellement) soit pour signifier que la « psychotisation » d'un enfant souffrant d'autisme ouvrait, en réponse à un état pathologique, la possibilité d'un processus thérapeutique avec son propre pronostic ou d'amélioration ou de guérison. Pour ces auteurs, d'un « état » proche du handicap cérébral constitutionnel plus ou moins chronique et figé, l'enfant passait à un « processus psycho-dynamique » tel qu'il est en œuvre dans toutes les psychoses[7][réf. insuffisante].

Ce qui oppose la vision des psychanalystes impliqués dans le traitement des enfants autistiques et les tenants de l'autisme vu comme un handicap, ça n'est pas l'étiologie mais la possibilité ou non pour certains d'eux d'évoluer dans une direction plus processuelle, c'est-à-dire plus mobile et plus porteuse d'espoir.[réf. souhaitée]

La question est de savoir si cette évolution est possible, envisageable, réaliste ou si elle est une illusion source de découragements, pour les parents et soignants qui s'y impliquent, notamment par le biais d'une approche psychothérapeutique[8].[réf. insuffisante]

Quelques théories psychanalytiques[modifier | modifier le code]

Exemple de points de vues de différents psychanalystes[modifier | modifier le code]

Toutes ces expressions visent à représenter une défaillance dans la façon dont le psychisme de l'enfant se structure par le rapport à son environnement (environnement parfois appelé symboliquement la mère, le sein, ou l'objet primaire). L'autisme est lié par ces modèles aux toutes premières bases de cette organisation psychique (on parle parfois de forte carence en termes de symbolisation primaire).

« La psychanalyse bien comprise et les hypothèses qu’elle permet de faire sur la psychopathologie de l’autisme n’ont aucune prétention causale. Elles cherchent à élucider les mécanismes qu’utilise un enfant, privé, pour toutes sortes de raisons, en grande partie biologiques, d’une communication normale avec son environnement, afin d’organiser sa représentation du monde[10]. »

Premiers liens, polémiques sur les causes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2012). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Avant de trancher sur la fin de sa vie pour une étiologie génétique, le psychiatre Leo Kanner, un des précurseurs de la recherche sur l'autisme et créateur de la notion d'autisme infantile, a d'abord privilégié une origine psycho-affective en évoquant une froideur maternelle susceptible selon lui, d'entraîner des difficultés de contact avec le bébé.

Ce changement de perspective n'a pas un écho médiatique comparable à la popularisation des idées de Bruno Bettelheim, qui s'est davantage effectuée par les médias (émissions de télévision) que par ses livres, ce qui entretient certaines confusions[Lesquelles ?]. La création de l'Orthogénic School en 1947, sous la forme d'un internat où lui seul rencontrait les familles avec l'hypothèse d'une fonction psychotisante du milieu (les situations extrêmes) ; alimente l'idée selon laquelle les parents peuvent être directement responsables de l'apparition des troubles autistiques chez leur enfant. Dans son approche de l'autisme infantile, Bettelheim est beaucoup plus "éducateur" que psychanalyste et son cadre théorique fait intervenir des éléments extérieurs, ce qui n'est pas la piste privilégiée de la psychanalyse qui met en avant le monde fantasmatique, donc intrapsychique.

Le lien à la psychanalyse n'est donc pas évident, y compris pour les psychanalystes. Par exemple, on peut lire « Il importe de remarquer que la conception de B. Bettelheim n’est aucunement d’origine psychanalytique, mais provient de son observation que certains déportés en camp de concentration étaient en retrait autistique[11]. »

Le manque de manque[modifier | modifier le code]

Cette théorie repose sur l'idée que les communications sociales, et en particulier par l'échange verbal, nécessitent de mettre de côté certains éléments pour être intelligible par l'autre. Pour cela il faut avoir appris à mettre de côté, à présenter de l'incomplet, ce qui est parfois traduit en psychanalyse par « l'apprentissage du manque ».

Le troisième temps pulsionnel oral[modifier | modifier le code]

Le groupe de recherche et de prévention de l’autisme (P.R.E.A.U.T.) a proposé de relier plus précisément l'établissement du trouble autistique au « troisième temps pulsionnel oral » qui n'aurait pas pu se faire normalement[12].

Cette étape s'inscrit dans l'interprétation théorique selon laquelle dans un premier temps l'enfant cherche à obtenir une satisfaction qui provient de l'extérieur ou de l'autre ; dans un deuxième temps il déplace cette recherche sur son propre corps ; et un troisième temps il se fait « l’objet de satisfaction de l’Autre » (selon Freud[13]), autrement dit il « s’agit d’une apparente passivité dans laquelle quelqu’un se laisse regarder, se laisse manger…dans le jeu du faire semblant » (selon Lacan[14]).

Dans cette « épopée symbolique du nouveau né »[15], l'enfant autiste se distinguerait donc, selon ces conclusions, par le fait qu'il n'entrerait pas dans cet échange symbolique qui consisterait donc à faire semblant pour satisfaire l'autre.

Les traitements d'inspiration psychanalytique de l'autisme[modifier | modifier le code]

Bruno Bettelheim : un pionnier critiqué puis dépassé[modifier | modifier le code]

Bruno Bettelheim, un éducateur d'origine autrichienne, formé à la psychanalyse et émigré aux États-Unis, s'est rendu célèbre en proposant de créer, dans un établissement de Chicago, l'École Orthogénique, un milieu structuré de manière spécifique pour rétablir le contact de l'enfant avec le monde.

Utilisant une métaphore inspirée par son expérience personnelle des camps de concentration, il a utilisé le concept de "situation extrême" pour décrire le monde tel que l'enfant autiste se le représente, c'est-à-dire comme un univers incompréhensible, sidérant, auquel on ne peut s'adapter qu'en s'enfermant dans les stéréotypies et les rituels. Cette comparaison a été entendue par les parents comme signifiant que les autistes étaient réellement victimes de parents tortionnaires ou de mères glaciales qui avaient désiré la mort de leur enfant. Cette comparaison, vécue comme une mise en cause directe, a été accentué par le régime d'internat préconisé afin que la vie quotidienne de l'enfant puisse être organisée dans un sens thérapeutique. Son école étant un centre de formation pour les éducateurs associé à l'Université, il disposait d'un personnel nombreux et qualifié, auquel il assurait une supervision pour décrypter les symptômes de l'enfant et l'effet de ces symptômes sur les émotions des éducateurs. En effet c'est en se basant sur ces interactions émotionnelles que Bruno Bettelheim ambitionnait de restituer un échange intersubjectif avec l'enfant autiste. Depuis, le régime de l'internat a été généralement abandonné au profit d'institutions plus souples à temps partiel par la plupart des praticiens des traitements institutionnels, qui en articulant des activités et des prises en charge diverses à visée éducative, pédagogique et thérapeutique essaient de restaurer les capacités de communication et de socialisation des enfants. De plus en plus souvent ces institutions s'ouvrent aux parents et établissent un véritable partenariat avec les familles même si, dans quelques lieux, sous prétexte de préserver un domaine spécifique pour l'enfant, les parents sont tenus à l'écart et doivent s'arrêter à l'entrée des hôpitaux de jour, une obligation mal vécue et source de malentendus.[réf. souhaitée]

Approche contemporaine[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

L'approche actuelle distingue plusieurs degré d'autisme et avance différentes hypothèses concernant son développement. Si les psychanalystes admettent aujourd'hui que certaines formes d'autisme peuvent être dues à des causes génétiques et neurologiques ils restent néanmoins prudents en matière d'étiologie dans la mesure où ces troubles semblent avoir une causalité multifactorielle. Selon la psychanalyse les troubles autistiques (retrait, stéréotypies…) constitueraient des formes de défenses particulières contre des vécus d'effondrement et des angoisses catastrophiques. Les défenses mises en jeu par les sujets autistes seraient proches de celles mises en jeu dans les psychoses. La psychanalyse met également l'accent sur les troubles de la relation familiale qu'induisent les difficultés de l'enfant. Le handicap de l'enfant confronte en effet les parents à un deuil difficile, qui peut tendre, comme tout deuil, à leur faire éprouver des sentiments de culpabilité injustifiés et bouleverser profondément leur estime d'eux-même. Contrairement à d'autres approches elle demande aux parents de ne pas laisser ininterrogées les différentes manières dont ils situent leur responsabilité dans les troubles de leur enfant, ceci afin de dépasser des positionnements clivés, précaires ou douloureux.

L'approche psychanalytique, utilisée notamment en institution, est centrée sur le soin de la souffrance psychique. Cette prise en charge n'est pas exclusive d'approches éducatives, dans le cadre d'un programme raisonné et adapté à la situation de chaque enfant.

Contenu d'une prise en charge d'approche psychanalytique[modifier | modifier le code]

La prise en charge psychanalytique de l'autisme comprend divers ateliers individuels ou collectifs à destination de l'enfant. Ces ateliers sont fondés sur le jeu et la communication plutôt que sur l'éducation à des tâches particulières. L'approche psychanalytique s'avère ainsi partager nombres de points communs avec l'approche développementale[Quoi ?], parfois elle-même d'orientation psychanalytique (cf. Stanley Greenspan[Où ?]).

Les programmes d'orientation psychanalytique[Lesquels ?] mettent en œuvre :

  • des temps de jeu interactif avec les enfants
  • un atelier conte
  • un atelier pataugeoire
  • du psychodrame de groupe
  • une prise en charge orthophonique avec la méthode PECS
  • dans les cas les plus graves, des séances de packing. Il est à noter que cette pratique n'est pas recommandée par la Haute Autorité de Santé, à l'exception des essais thérapeutiques encadrés[16].

Des séances de psychothérapie individuelle ou en groupe sont également proposées aux parents, en lien avec l'hypothèse d'un dysfonctionnement de la relation parent-enfant suite au retrait relationnel de l'enfant[réf. nécessaire]. Des supervisions d'équipes avec un psychanalyste permettent aux soignants de questionner et analyser leur travail auprès des enfants et des parents. L'approche psychanalytique de l'autisme concerne le soin de l'enfant et de sa famille. Elle ne prétend pas remplacer les approches éducatives avec lesquelles elle s'articule[réf. nécessaire].

En France[modifier | modifier le code]

Sur le rapport du Comité consultatif national d'éthique, en date du 12 janvier 2012[17], Alain Caillé incite à réfléchir de manière plus fine que les experts de la Haute Autorité de Santé sur l’efficacité relative des diverses formes de psychothérapie[18].

Le soin d'inspiration psychanalytique en France[modifier | modifier le code]

En France les centres de consultation et institutions pour les enfants autistes et psychotiques sont relativement récents mais surtout relèvent de courants différents de psychanalyse.

À noter aussi les observations de jeunes sujets autistes faites par Fernand Deligny à partir de 1967 à Graniers (commune de Monoblet), dans les Cévennes. En province, la création du premier hôpital de jour pour enfants (IRP de Bègles) date de 1970, sous l'égide du professeur Blanc, président du CREAI d'Aquitaine, et du Docteur Jacques Loisy. Progressivement d'autres structures sont créées pour les jeunes enfants sur le territoire, mais souvent en nombre insuffisant, au fur et à mesure que la sectorisation psychiatrique, commencée en 1968, se met en place.

Jusque vers le milieu des années 1970, des enfants autistes ont continué d'endurer des conditions de vie dramatiques dans les anciens asiles où certains étaient placés, et où ils mouraient très jeunes de désespoir et d'insuffisance de soins (hospitalisme), d'autres restant cachés au domicile des parents par suite d'une absence de structures adaptées et de l'immense désarroi familial face à des troubles aussi étranges.

Aujourd'hui l'approche psychanalytique de l'autisme se fait principalement dans trois directions :

  • avec l'enfant en institution spécialisée type hôpital de jour autour de la notion de "contenance" (cf. Wilfred Bion[Où ?]) avec de nombreuses techniques verbales et non verbales : ateliers thérapeutiques variés, thérapie individuelle ou groupale, pataugeoire, psychomotricité, orthophonie… pour l'aider à s'ouvrir à une relation subjective, en complément des techniques éducatives et pédagogiques qui ont toute leur place à condition qu'elles soient souples et respectent l'évolution de l'enfant, ce qui nécessite un travail d'équipe coordonné et une "mise en récit du soin" (Jacques Hochmann[Où ?]).
  • avec les soignants grâce aux réunions d'équipe et de supervision pour mieux comprendre les mouvements intérieurs très archaïques que peut éveiller en eux la prise en charge d'enfants autistes, et la dimension institutionnelle du soin.
  • avec la famille grâce à divers entretiens avec les membres de l'équipe et/ou des intervenants extérieurs pour mieux accompagner leur enfant et pour retrouver un fonctionnement aussi satisfaisant que possible, la présence d'un enfant autiste en son sein étant une épreuve des plus déstabilisantes pour son équilibre.

Les limites psychanalytiques à l'autisme infantile[modifier | modifier le code]

Comme toutes théories débutantes[style à revoir], la psychanalyse n'a pas échappé aux apories[Lesquelles ?] des généralisations, des simplifications. L'objet interne (imago) en psychanalyse est vu faussement[réf. nécessaire] comme tout à fait équivalent à l'« objet réel », c'est-à-dire les parents notamment qui se sont sentis injustement mis en cause.

Mélanie Klein a été la première à traiter un enfant autiste[Quand ?] par la psychanalyse. Elle a marqué cette différence entre « objet interne » et « objet réel ». Donald Meltzer et surtout Frances Tustin, en tant qu'élèves directs de Klein, ne se sont pas laissés aller à de tels jugements de valeurs[Lesquels ?].

Ces mises en cause venaient surtout de psychanalystes "hors champs"[style à revoir], Bruno Bettelheim ou Maud Mannoni qui, pour cette dernière, en étaient arrivées à aussi inclure les mères dans les causalités des handicaps mentaux. C'est ce type d'expériences qui a été mis en avant parce qu'elles correspondaient plus à des mouvements d'époque, remise en cause de l'autorité, séquelles de la deuxième guerre, etc[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bergeret et coll., Abrégé de psychologie pathologique, Paris, Masson, collection Abrégés, 10e édition, 2008, (ISBN 2294701747)
  2. "Question à Jean Bergeret", in Journal des psychologues, avril 1990, n0 76.
  3. Autism Genome Project consortium « Functional impact of global rare copy number variation in autism spectrum disorders », Nature, 10 juin 2010, [lire en ligne], DOI:10.1038/nature09146
  4. Par exemple Jacques Hochmann, étend son Histoire de l'Autisme aux enfants sauvages et aux troubles envahissants du développement (Paris, Odile Jacob, 2009.(ISBN 9782738121530)) ; autre exemple, Marie-Christine Laznik souhaite l'avis de spécialistes d'autres disciplines (notamment les généticiens Interview de Marie-Christine Laznik au sujet de l'autisme, sur un portail web consacré à la psychanalyse)
  5. Tustin 1970 puis 1981, Mahler 1958
  6. spp.asso.fr
  7. Haag 1981
  8. Coll.: Autisme : états des lieux et horizons, Carnetspsy n° 72, 2002
  9. Documentaire vidéo Francoise Dotlo, volume 2, Parler vrai (37e minute environ)
  10. Jacques Hochmann Un phénomène social : l'autisme (lire en ligne)
  11. Le « non » de Genenviève Haag: Réponse aux mises en cause répétées des abords psychanalytiques des troubles autistiques
  12. source utilisée
  13. Freud, Pulsions et destins de pulsions, O.C. Vol XIII, PUF, 1988 (source identique)
  14. Lacan, Les quatre concept fondamentaux, Paris, Seuil, 1973 (source identique)
  15. selon les termes du titre du livre de G. Cullere‑Crespin (: L’épopée symbolique du nouveau‑né, Paris, Eres, 2007
  16. Entre inquiétudes et félicitations : réactions après le rapport sur l'autisme de la Haute autorité de santé Article de www.lemonde.fr, mis à jour le 9 mars 2012
  17. impact du plan autisme 2008-2010
  18. Revue du MAUSS, Autisme et psychanalyse, Alain Caillé, 13 février 2012
  19. Jacques Hochmann, Histoire de l'Autisme, Ed.: Odile Jacob, 2009.(ISBN 9782738121530)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Lacan : Le Séminaire, Livre III, Les psychoses (1955-1956), Paris, Le Seuil.
  • José Bleger : Symbiose et ambiguïté, PUF, 1967, (ISBN 2130366031).
  • Bruno Bettelheim : La Forteresse vide Gallimard, Paris, 1969.
  • Michael Fordham : The self and autism, Karnac Books, London, (1976), (ISBN 0433308826)
  • Frances Tustin : Autisme et psychose de l'enfant, Le Seuil, Paris, 1977.
  • Frances Tustin : Les états autistiques chez l'enfant, Le Seuil, Paris, 1981.
  • Eugène Bleuler : L'invention de l'autisme, "Analytica", 1988, Ed Navarin, Paris.
  • Frances Tustin : Le trou noir de la psyché, Le Seuil, Paris, 1989.
  • Frances Tustin : Autisme et protection, Le Seuil, Paris, 1992, (ISBN 2020136619).
  • Marie Christine Laznik : Vers la parole, Denoël, Paris, 1995.
  • Denys Ribas, Roger Perron et coll : Autismes de l'enfance Ed.: PUF, 1997, Monographies de la Revue française de psychanalyse, (ISBN 2130456030).
  • Pierre Delion : Séminaire sur l'autisme et la psychose infantile, Erès, 1997.
  • Éliane Allouch: Au seuil du figurable, PUF, 1999.
  • Margaret Mahler : Psychose infantile - Symbiose et individuation Ed : Payot-Rivages, Coll. : PBP no 30, 2001, (ISBN 2228894575).
  • Denys Ribas : Controverses sur l'autisme et témoignages, Ed. : Presses Universitaires de France, 2004, (ISBN 2130543944).
  • Donald Meltzer : Explorations dans le monde de l'autisme Ed: Payot, 2004, (ISBN 2228896462) ;
  • Anne Alvarez, ­Susan Reid, Préf. Didier Houzel ­Mutisme et Personnalité (Les recherches de l'Atelier sur l'Autisme de la Tavistock Clinic), Hublot, 2001, ­ (ISBN 2912186153).
  • Robert et Rosine Lefort : La distinction de l'autisme, Le Seuil, Paris, 2003.
  • Chantal Lheureux Davidse : L'autisme infantile ou le bruit de la rencontre, L'Harmattan, 2003.
  • Bernard Golse, Pierre Delion : Autisme, état des lieux et horizons, 2005 Ed ERES, (ISBN 2749205077).
  • Frances Tustin (avec de nombreux textes inédits en français, notamment Le stade autistique primaire de l'enfant, une erreur qui a fait long feu (1994), etc., in Journal de psychanalyse de l'enfant, 2006, n0 38, Ed.: Bayard, (ISBN 2227476087).
  • Bernard Touati, Fabien Joly, Marie-Christine Laznik : Langage, voix et parole dans l'autisme, PUF, 2007, (ISBN 2130557120)
  • Jean-Louis Bonnat : Autisme et psychose, PUR, 2008.
  • Jacques Hochmann, Histoire de l'Autisme Paris, Odile Jacob, 2009.(ISBN 9782738121530)
  • Jean-Claude Maleval : L'autiste et sa voix, Le Seuil, 2009
  • Jean-Claude Maleval : L'autiste, son double et ses objets, PUR, 2009.
  • Martin Joubert : L'enfant autiste et le psychanalyste, Essai sur le contre-transfert dans le traitement des enfants autistes, PUF, 2009.
  • G. Berquez : L'autisme infantile - Introduction à une clinique relationnelle selon Kanner, PUF, Paris, 1983. (ISBN 2130379060)
  • Henri Rey-Flaud : L´enfant qui s´est arrêté au seuil du langage - Comprendre l´autisme - AUBIER - La psychanalyse prise au mot, 2008.
  • Serafino Malaguarnera, Théorisations psychanalytiques sur l’autisme et la psychose infantile : et l’école du quotidien, Paris, Publibook, 2006, (ISBN 978-2748332735)
  • Marie-Claude Thomas, Genèses de l'autisme. Freud, Bleuler, Kanner suivi de Leo Kanner: une vie de Klaus-Jürgen Neumärker, Paris, Epel, 2014 (ISBN 978-2354270643)
Extrait d'ouvrage
  • Robert et Rosine Lefort : Marie-Françoise ou l'autisme, Naissance de l'Autre, Le Seuil, Paris, p. 263-382.
  • Jacques Lacan : Allocution sur les psychoses de l'enfant, Autres écrits, Ed. du Seuil, Paris, 2001, p. 361-371.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]